Interview de Alex Taylor
par Denis Chauvet

PDVD_000

Interview de Alex Taylor, aujourd'hui animateur sur Pink TV mais surtout ex animateur de Continentales, émission qui zappait sur les chaînes européennes, de 1990 à 1995 sur FR3. Alex Taylor est à l'origine de la diffusion de la série Chapeau Melon et Bottes de Cuir en VOSTF dans son émission.


Avez-vous une bonne connaissance de la série ?

Évidemment, j'enregistrais même des bouts d'épisodes sur un magnétophone à bande que mon père m'avait donné, et j'apprenais par cœur certains dialogues.

Quelle est votre saison préférée ?

La série noir et blanc avec Diana Rigg, sans aucun doute.

Quels sont vos épisodes préférées, ceux qui vous ont le plus impressionnés ?

Avec le temps cela a changé : j'ai beaucoup aimé The house that Jack built , et évidemment des feux d'artifice genre A touch of brimstone, mais ce sont les épisodes un peu plus banals que je regarde avec le plus de plaisir maintenant, genre Death at Bargain Prices ou The quick quick slow death...

Et ceux que vous détestez ?

Aucun, mais je ne suis pas du tout New Avengers, et j'ai essayé de regarder les épisodes avec Honor Blackman, mais comme on dit en anglais : I guess you had to be there [je suppose qu'il fallait y être], il fallait peut-être les suivre en direct lors de la première diffusion.

Vous connaissiez tous les épisodes ou avez-vous découvert comme nous les « inédits continentales » (1) ?

C'est parce que je les connaissais et que je ne les avais jamais vus en France que, en tant que producteur de Continentales, je me suis entêté à les trouver et à les acheter pour France3. Réponse incroyable quand j'ai contacté la boîte qui détenait les droits à l'époque : "Personne en France ne nous les avait jamais demandés !" D'où leur côté « inédit ».

La série Chapeau Melon a-t-elle réalisé de bons scores d'audience sur FR3 à l'époque ?

Excellents, même sur le service minitel de France3 (il n'y avait pas Internet à l'époque au début des années 90) qui a cassé tous les records avec, figurez-vous, les listes de vocabulaire des épisodes.

Saviez-vous que les copies diffusées sur FR3 étaient coupées ? Était-ce délibéré ou avez-vous été trompé sur la marchandise ?

Je les avais eues un peu en dernière urgence avant que les droits ne soient cédés à une grande maison (2). J'ai même ramené les cassettes sous le bras en France trois jours avant la diffusion ! On était un peu obligé de faire avec les copies qu'on avait. Six mois après c'était une autre maison qui détenait les droits et cela aurait été inabordable pour les matinales de France3.

De mémoire, vous aviez reçu un spécialiste de la série Chapeau Melon en plateau, qui était-ce ?

Il s'appellait Laurence quelque chose, l'un des réalisateurs qui était venu en effet. (3)

Y a-t-il d'autres séries que vous auriez voulu mettre à l'antenne en VOSTF ?

Non, pendant les 5 ans que je produisais et présentais Continentales, j'ai tout diffusé ce que je trouve de bien, y compris une série qui pour moi est le summum de l'humour britannique (pas l'humour à l'export genre Benny Hill que les britanniques ne regardent pas), cela s'appelle One Foot in the Grave, c'est une série extraordinaire.

Vous avez dit (de mémoire) que vous ne regrettiez pas grand-chose de l'Angleterre à part sa télévision : est-ce vrai, et pourquoi ?

C'était vrai il y a quelques années quand je n'avais pas la télé anglaise chez moi, à Paris. Maintenant que je l'ai, avec le satellite, je suis un peu moins enthousiaste. La BBC rivalise avec ITV dans les Stars Ac et autres reality shows. Mais il reste quand même quelques trouvailles sur les chaînes du câble, genre une nouvelle série comique qui va devenir culte en France d'ici un ou deux ans quand un directeur des programmes français l'aura vue : Little Britain, c'est tordant. Cela dit, même si tout le reste est mieux en France, trains, bouffe, hôpitaux, etc., la télé anglaise reste infiniment plus créative et intéressante que les formules lassées et les sempiternels mêmes animateurs et journalistes de la télé française que je ne regarde même plus du tout !

Nous avons encore dans la tête la musique de La nuit américaine qui annonçait Continentales le matin. N'avez-vous pas envie de reprendre l'Euro journal avec les pays d'Europe de l'Est (au regard de ce qui se passe en Ukraine en ce moment par exemple) ?

J'adorerais, je ne demanderais pas mieux mais depuis dix ans je fais régulièrement la tournée des chaînes pour m'entendre dire à chaque fois « L'Europe n'intéresse personne », y compris il y a six mois à peine à France 3 même où on m'a répondu texto que des émissions comme Continentales « ne sont pas du tout dans la ligne éditoriale de la chaîne ». J'ai baissé les bras !

(1) : Les fossoyeurs, Avec vue imprenable, Dans sept jours le déluge, Un Steed de trop, La mangeuse d'hommes du Surrey, Le fantôme du château De'Ath, Le jeu s'arrête au 13, Maille à partir avec les taties, Les chevaliers de la mort, Le club de l'enfer, L'héritage diabolique et Du miel pour le prince.

(2) : EMI.

(3) : il s'agit en fait de Laurence Bourne.

 

Retour à l'index

©Denis Chauvet