Complexe X41

Les gladiateursBastion pirate

LES GLADIATEURS
(THE GLADIATORS )

Tournage : juillet 1977

Diffusion : ITV, 6 septembre 1978 – TF1, 8 septembre 1979

Scénario : Brian Clemens

Réalisation : Claude Fournier


Louis Zorich (Karl), Neil Vipond (Peters), Bill Starr (O'Hara), Peter Boretski (Tarnokoff), Yanci Burtovek (Barnoff), Jan Muzynski (Cresta), Michael Donaghue (Hartley), George Chuvalo (Huge man), Dwayne McLean (Rogers), Patrick Sinclair (Ivan), Doug Lennox (Nada).

Résumé

Un agent du KGB de sinistre réputation débarque à Toronto et met les services de sécurité en alerte. Steed et ses collègues sont chargés de retrouver l'agent et de découvrir les raisons de sa venue au Canada. La crédibilité des services secrets canadiens est en jeu…

Fin de l'épisode

Steed, Gambit et Purdey se congratulent : "Nice fighting, nice shooting" et Steed conclut par "Nice holiday !".


CRITIQUES

8-11-01


Denis Chauvet

Avis : On touche presque le fond (c’est pour bientôt) car il n’y a rien qui fait la magie des Avengers dans cet épisode. Une absence totale d’humour pour une intrigue ridicule dont le thème principal est la violence gratuite exposée dès la scène d’introduction (remake raté de celle du Dernier des sept). Des ingrédients de l’épisode précédent semblent être repris : Gambit tente d’imiter Belmondo dans une nouvelle poursuite de voitures (coupez le son, la sirène est interminable !) et le bâtiment de sécurité canadien est de nouveau visé. Seuls, l’ambassadeur en sous Brodny et l’excellent méchant, Sminksy, sauvent ce qui peut l’être.

Avec le recul (nouvel avis, août 2012): Un épisode que je n’ai jamais aimé pour plusieurs raisons. Il ne reflète en aucun cas la série par une surabondance de violence, même si le méchant, excellent, représente la seule touche positive de l’épisode. Les New Avengers sont déracinés et complètement perdus dans cet univers bien trop réaliste pour eux ; Steed est désintéressé et passe son temps à discuter avec Chuck ou à parler caviar et vodka avec un officiel russe, à peine plus ‘léger’ que Brodny, tandis que Purdey et Gambit sillonnent les routes désertes canadiennes. Cette troupe de Russes au pouvoir cybernautique est ennuyeuse et la scène où Sminksy pare les balles d’une mitraillette à mains nues est grotesque. Ne parlons pas des acteurs canadiens et de la réalisation qui sont un fiasco total. Les moments dignes d’un peu d’intérêt sont rares ; citons la rencontre Steed/ Boris et la réplique de Purdey/Joanna Lumley ‘Trouble is our business’ suivi d’une petite moue craquante. C’est tout et un melon pour ce spectacle est amplement suffisant.

Steed 3003

Critique à venir !

Estuaire44 7 juillet 2015

 

L’épisode s’impose comme une parfaite démonstration d’un des plus vieux trucs de scénariste en mal d’inspiration : multiplier déplacements et les séparations/réunions diverses afin de dissimuler la vacuité d’une histoire. Les New Avengers ne cessent d’aller et venir tout au long d’une action qu’ils ne font que commenter. On grappille de ci de là quelques précieuses minutes, avec un plan sur une voiture, ou une discussion sans réel intérêt. En fait l’intrigue reste minimaliste et ne sert que de véhicule aux séances d’entrainement sans doute supposées stupéfier le spectateur. Même au sein d’un scénario aussi limité, Clemens parvient à insérer des raccourcis passablement ridicules, tels les « charognards » invisibles ou encore Steed et Purdey parvenant à gagner le QG dans un laps de temps absurdement bref. On ne comprend pas l’intérêt profond de cette « université » à l’étranger, qui multiplie les risques de repérage avant la réalisation de la mission.

Par ailleurs, si la mise en scène souffre à l’évidence d’un budget rachitique, elle aurait néanmoins pu se montrer moins statique. Les beaux paysages canadiens ne se voient absolument pas mis en valeur. Les discussions entre Steed et son homologue canadien font penser à ces vieux films d’entreprise détournés avec saveur par Canal + dans ses hilarants Messages à caractère informatif. Les fameuses séances d’entrainement se résument à des dialogues emphatiques et à quelques astuces en carton. Après le Cybernaute cyborg de la saison précédente, on s’amusera en constatant un parachèvement du parcours, avec des Cybernautes désormais humains, fracassant pareillement portes et nuques. L’opus achève de démonter l’inanité du concept, une fois dépouillé de ses oripeaux de Science-fiction de seconde zone. Tandis que Macnee fait au moins parler son métier bien rodé, ses deux acolytes sont en service minimum. Mais qui les en blâmera en la circonstance ? A côté de seconds rôles très faibles, l’épisode peut au moins compter sur la solide performance de Louis Zorich, convaincant en gourou imbu de sa puissance. Le combat final, expéditif, dépouille toutefois Sminsky de son aura.

EN BREF : Un épisode particulièrement faible. La mise en scène demeure plate comme une limande et le scénario doit délayer sans finesse pour atteindre la durée réglementaire. 


EXTRAIT VIDÉO


Avengers contre Gladiateurs

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 2) - LES SÉQUENCES CULTES - Les Gladiateurs - Avengers contre GladiateursConsultez la fiche complète des Gladiateurs sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison8/les-gladiateursParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1865-les-gladiateurs-the-gladiators

Posted by Le Monde des Avengers on Thursday, September 24, 2015

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

8-11-03


Tournage

Les lieux de tournage des épisodes canadiens sont à Toronto et aux alentours. Voici les principaux grâce au site Avengerland.

o La villa louée par les agents soviétiques est Valley-Halla Villa dans le zoo de Toronto.

Valley-Halla Villa

o Le consulat se trouve à 61 Bin-Scarth Road.

61 Bin-Scarth Road

o Steed rejoint la voie rapide en empruntant Jarvis Street.

Jarvis Street Toronto

o Gambit croit reconnaître un visage dans la voiture des 'gladiateurs' sur Finch Avenue.

o La bagarre à la sortie de l'épicerie a été tournée à Pickering.

o Purdey et Gambit découvrent les corps des deux agents canadiens à Meadowvale.

o La bâtiment des services secrets canadiens est, cette fois-ci, Yonge Eglinton Centre.

o Gambit poursuit la voiture des 'gladiateurs' en empruntant Pottery Road, Broadview Avenue, Bayview Extension, Front Street East, Queen Street, Yonge Street et finalement Orchard View Boulevard.

Continuité

o Les plaques d'immatriculation des voitures ont tendance à changer.Hartley signale par radio qu’ils suivent une Chevy avec la plaque LYD 951, mais la plaque change dans de nombreuses scènes et devient MBE 151. (Source : site, Mrs Peel, we’re needed).

Détails

o  La carte de Gambit expire le 2 avril 1978.

Gambit

o On peut apercevoir la marque des couteaux sur le comptoir de la boutique. Buck Knives est une entreprise de fabrication de couteaux américains fondée en 1902 à San Diego et qui se trouve maintenant à Post Falls dans l’état d’Idaho. La famille Buck possède cette entreprise depuis cinq générations et Buck Knives est spécialisé dans le couteau de chasse.

o Purdey a trois tenues dans cet épisode, mais malheureusement, la plus moche est la plus longtemps portée ! La robe verte, fendue des deux côtés, n’est visible que lors de la première scène dans le bureau de Peters. Puis, Purdey a une autre robe, qui lui va bien aussi ; elle est rouge à petits points blancs et elle est également fendue des deux côtés. Purdey la porte lorsqu’elle sillonne, avec Gambit au volant, le secteur des deux agents disparus et qu’ils découvrent le balourd local massacré devant la boutique. Ensuite, soudainement, Purdey se retrouve dans une tenue qu’elle portera jusqu’au bout de l’aventure. C’est un ensemble blanc, veste/pantalon/chemisier, avec une cravate à carreaux de couleur dominante marron, et une paire de baskets. Une tenue sportive, mais on ne peut pas dire qu’elle soit féminine ou élégante. Le pire est toutefois à venir…

Purdey Les GladiateursPurdey Les Gladiateurs

Purdey Les GladiateursPurdey Les Gladiateurs

o La musique a des airs provenant du Baiser de Midas.

o Les bruits d'attaque des gladiateurs sont les mêmes entendus dans la trilogie des Cybernautes.

o Ici décrite comme similaire à la SPECTRE Academy de Bons Baisers de Russie, L’université Patrice Lubumba a réellement existé. Créée en 1960, elle était en fait destinée à assurer la formation des dirigeants des ex colonies occidentales ayant accédé à l’indépendance, ou d’Amérique latine, proches de l’URSS. Premier ministre du Congo, Patrice Lumumba fut une grande figure de ce mouvement. De haut niveau, les cours donnés concernaient la politique, l’économie et l’administration, mais aussi les sciences. Puissant outil d’influence soviétique au sein du Tiers Monde, elle fut rebaptisée Université russe de l'Amitié des Peuples à la chute de l’URSS mais poursuit son action pour le compte de la Russie.

Acteurs

o Louis Zorich est né à Chicago (1924). Il servit dans l’armée pendant la seconde guerre mondiale. Il fit ses débuts au théâtre en 1960 et il fut nominé en 1969 aux Tony Awards de Broadway. Il prêta sa voix à de nombreux spots publicitaires et sa participation aux séries Mad About You (1992) et Brooklyn Bridge (1991) le fit connaître. Au cinéma, il est le chauffeur de taxi qui essaie de gruger Clint Eastwood dans Un shérif à New York. Il a participé à de nombreuses séries dès 1958 ; dans les années 70, Kojak, Columbo.

o George Chuvalo (1937) était le plus grand boxeur poids lourd canadien (93 combats). Il devint professionnel en 1956 à l’âge de 18 ans. Il échoua par deux fois pour le titre mondial dont une fois contre le grand Muhammad Ali en 1966. Il gagna 73 de ses combats dont 64 par KO mais il ne fut jamais mis KO lui-même. Son surnom était Washer woman ! Il venait de raccrocher les gants au tournage de cet épisode. De nos jours, il explique les méfaits de la drogue aux étudiants ; il a, en effet, perdu trois fils et sa femme à cause de ce fléau.

A noter que

o Cet épisode a été, dans un premier temps, interdit d'antenne dans quelques régions du Royaume-Uni car il était considéré comme excessivement violent. Il a finalement été diffusé à Londres à 23h25, 9 mois après Emily, le dernier épisode de la série.

o Alors que Karl Sminsky parle de 140 postulants, les sous-titres font mention de 130 (Edition Studio canal kiosque).


Fiche de l'épisode Les gladiateurs des sites étrangers :

En anglais
http://theavengers.tv/forever/newave-26.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/newavengers/n24.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS2-13-TheGladiators.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav26.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide_complete/gli_infallibili_tre/stagione_2.htm#24

 

Retour à la saison 8

800x600 Un épisode que je n’ai jamais aimé pour plusieurs raisons. Il ne reflète en aucun cas la série par une surabondance de violence, même si le méchant, excellent, représente la seule touche positive de l’épisode. Les New Avengers sont déracinés et complètement perdus dans cet univers bien trop réaliste pour eux ; Steed est désintéressé et passe son temps à discuter avec Chuck ou à parler caviar et vodka avec un officiel russe, à peine plus ‘léger’ que Brodny, tandis que Purdey et Gambit sillonnent les routes désertes canadiennes. Cette troupe de Russes au pouvoir cybernautique est ennuyeuse et la scène où Sminksy pare les balles d’une mitraillette à mains nues est grotesque. Ne parlons pas des acteurs canadiens et de la réalisation qui sont un fiasco total. Les moments dignes d’un peu d’intérêt sont rares ; citons la rencontre Steed/ Boris et la réplique de Purdey/Joanna Lumley ‘Trouble is our business’ suivi d’une petite moue craquante. C’est tout et un melon pour ce spectacle est amplement suffisant. Normal 0 false false false EN-US X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4