Le monstre des égoûts

7-13-01Otage

COMMANDO TRÈS SPÉCIAL
(DIRTIER BY THE DOZEN)

Tournage : octobre 1976

Diffusion : ITV, 5 janvier 1977 – TF1, 5 mars 1977

Scénario : Brian Clemens

Réalisation : Sidney Hayers

John Castle (Colonel Miller), Shaun Curry (Sergeant Bowdon), Stephen Moore (Major Prentice), Alun Armstrong (Harris), Ballard Berkeley (Colonel Foster), Michael Barrington (General Stevens), Michael Howarth (Tony Noble), John Forbes-Robertson (Doctor), Brian Croucher (Terry), John Labanowski (Keller), David Purcell (Orderly), Francis Mughan (Freddy).


Résumé

Un colonel, las de l'inactivité en temps de paix, forme un commando et entend mener une guérilla, quitte à déclencher une troisième guerre mondiale. The New Avengers doivent stopper ces mercenaires qui ont l'intention d'impliquer l'armée de sa Majesté dans des débordements au Moyen-Orient.

Fin de l 'épisode

Purdey ouvre une bouteille de champagne et jette le bouchon à Gambit. Elle lui dit que c'est une très bonne année.


CRITIQUES

7-13-02


Denis Chauvet


Avis : Une nouvelle incursion de la série dans le monde militaire, mais cet épisode est moins réussi que Les chevaliers de la mort par exemple. Beaucoup plus violent également, il offre peu de similitudes avec l'âge d'or des Avengers. Néanmoins, certains passages, essentiellement avec Purdey, sauvent l'épisode : l'intrusion en robe rouge dans le bar à soldats, le prêt du soutien-gorge et la réplique à Gambit qui a des difficultés à forcer la serrure : 'Pretend it's a chastity belt.' Sans oublier la scène finale qui termine l'aventure sur une bonne impression. Cet épisode moyen clôt une très bonne première saison New Avengers.

Avec le recul (nouvel avis, août 2012): La première saison des New Avengers se termine très bien, par un épisode dont je rehausse la note (deux à trois melons). Certes, comme je l’écrivais il y a quelques années, sa violence (l’exécution, la punition) n’a pas grand-chose à voir avec l’âge d’or de la série, mais l’aventure, ancrée dans les années 70, se permet quelques clins d’œil à son illustre devancière avec des références à L’heure perdue, et, surtout, Les chevaliers de la mort. Il y a beaucoup de rythme, une bonne musique (dans le final), d’excellentes répliques Purdey/Gambit et l’intrigue tient la route. Le bémol est que Steed est très en retrait et il se contente surtout de faire admirer sa collection de petits soldats ! Le colonel Miller est un parfait vilain (très bon John Castle) et le final est un des mieux réussis de la saison avec la fuite de Gambit et Purdey, superbe en rouge dans le champ de mines. Les meilleurs passages sont la présence de Steed au camp d’entrainement (avec un air de déjà vu), Purdey aguicheuse dans le bar à soldats et le final déjà cité. Quant à la dernière scène, Purdey sablant le champagne, elle renvoie, paradoxalement, directement aux Old Avengers.

Steed 3003 20 janvier 2005


Voici l'épisode qui achève cette inégale première saison.

Le scénario est de... Brian Clemens ! Encore lui ! Il aura donc écrit plus de 60 % des épisodes de la première saison (pour rappel il a écrit en moyenne moins d'un quart des épisodes des saisons 4, 5 et 6), du meilleur (Le repaire de l'aigle, Le château de cartes, Cible... ) au pire (Le baiser de Midas, Jeu à trois mains... ). Que vaut donc cette ultime intrigue ? Il faut bien avouer que cette histoire de militaires n'est guère passionnante et met du temps à vraiment décoller. Alors qu'on aurait pu croire que Brian Clemens allait un peu dépoussiérer le sujet (comme il l'avait si bien fait avec la guerre froide dans Meurtres distingués), on verse malheureusement ici plus dans le pompeux que dans MASH. Néanmoins, force est de reconnaître que les dialogues, très bien écrits, rappellent avec délice les old Avengers. On assiste même à un retour tardif de l'humour coquin, certes moins fin qu'avec Mrs Peel, mais pas moins réjouissant ; avec notamment cette inoubliable réplique de Purdey à Gambit, qui tente désespérément d'ouvrir le verrou qui retient celle-ci prisonnière : « Pretend it's a chastity belt » [Fais comme si c'était une ceinture de chasteté]  ! Ce qui motive d'ailleurs particulièrement ce dernier ! De plus, les personnages sont tous très bien dessinés : par exemple l'oncle Elly de Purdey qui perpétue, malheureusement dans une seule scène, avec délice la tradition avengeresque des excentriques généraux à la retraite. Le méchant de l'épisode est lui aussi très intéressant et particulièrement crédible ; loin des méchants caricaturaux auxquels nous avait habitués la série. Cependant, on regrette que cette intrigue trop compliquée n'ait pas été assez épurée (c'est d'ailleurs un point noir récurrent chez les New Avengers) et que le rôle de Steed soit si limité ; malgré tout, on la suit finalement avec plaisir car le suspense y est présent (avec surtout une scène haletante où Purdey est égarée en plein milieu d'un champ miné). D'autant plus que Brian Clemens a réservé pour ce dernier épisode une des meilleures fins de la série, old et New Avengers confondus : Purdey s'envolant dans les airs avec une bouteille de champagne.

C'est ici le chevronné Sidney Hayers qui s'est collé à la réalisation et, une nouvelle fois après Le dernier des cybernautes, celle-ci est symptomatique des old Avengers : la même élégance, la même efficacité. On appréciera toujours le soin apporté aux cadres et cette finesse dans les mouvements. D'autant plus que les scènes d'action, c'est rarement l'inverse dans les New Avengers, sont très maîtrisées (avec des combats parfaitement chorégraphiés par Cyd Child, ex doublure de Diana Rigg et Linda Thorson) et plutôt impressionnantes (on retiendra particulièrement la scène où Purdey et Gambit fuient sous les tirs militaires). Puis, il y aussi quelques plans séquences formidables (comme celui de 08'02" à 08'29") parmi les plus incroyables de la série, qui voient Steed et un militaire bavasser tranquillement sur un camp d'entraînement en pleine action (les bombes explosent de toute part, les corps valsent...). Génial ! À noter que les bruitages d'armes sont excellents et très réalistes ; ce ne sont plus les pétards auxquels nous avait accoutumés les old Avengers. L'interprétation est aussi de très bonne facture. Finalement, un seul point noir apparaît, dû sûrement à un mauvais montage : l'épisode manque souvent de rythme.

Une scène très attachante dans l'épisode : Purdey et Gambit roucoulent comme deux moineaux pour se retrouver discrètement dans la base militaire. C'est cette même Purdey qui, quelques minutes plus tard, confiera son soutien-gorge à Gambit pour que celui-ci puisse se la jouer Thierry la Fronde ; avec succès en plus, ce qui lui vaudra un «bravo» (sic) de Purdey. Un autre moment de pur bonheur : Steed, d'ailleurs très peu présent dans l'épisode, qui gambade tranquillement sur un champ de bataille en pleine activité et qui nous prouve que le célèbre flegme anglais résiste décidément à toute épreuve.

Surprise : Purdey se révèle ici très sexy, avec notamment une jolie robe rouge, ses copines costumières ayant enfin de décider de mettre en valeur ses courbes affolantes. Peu de choses à dire sur Steed et Gambit, dont les costumes ne varient quasiment pas d'épisodes en épisodes.

Le décor de la base militaire, où se concentre la majeure partie de l'action, n'est pas mal, mais reste trop triste, comme d'ailleurs la majorité des extérieurs qui attestent beaucoup trop du tournage en automne. Quant aux intérieurs, ils sont en majorité très peu fouillés.

La musique est un des gros points positifs de l'épisode, prenant parfois des airs Jamesbondiens des plus réussis (la scène dans l'aérodrome, l'évasion du souffrant de la base militaire). Elle confère à l'épisode énormément de rythme.

EN BREF : Un scénario tout à fait correct et une belle réalisation achèvent cette première saison sur une note positive.

Estuaire44 25 mai 2015

Après avoir tout au long de la saison contemplé des services secrets anglais percés comme du gruyère par une cohorte de taupes et de félons de tous poils, il ne nous restait plus que les militaires : c’est fait, on peut boucler. La première période des New Avengers, globalement de bonne facture, s’achève néanmoins sur un épisode mineur. La faute en revient principalement au scénario totalement déséquilibre de Clemens. Celui-ci se borne à présenter très longuement la situation initiale (un régiment devenu mercenaire), sans ensuite en tirer réellement parti. De fait, une fois achevée l’interminable installation d’une situation pourtant comprise d’emblée, les péripéties se limitent à une double infiltration capotant rapidement, puis à une fuite encoure lus rapidement conclue par l’arrivée providentielle de Steed. Rideau. Durant tout le récit, on nous décrit des espèces de dieux de la guerre  sur le point de déclencher une troisième guerre mondiale, pour déboucher sur une déconfiture expédiée en une poignée  de minutes. C’est cruellement décevant.

Au moins la description du régiment  développe-t-elle un vrai ton, grâce à la sécheresse, sinon à l’aridité du récit, et à la belle prestation de John Castle. Mais elle prend tellement de temps que son corollaire reste d’envoyer aux fraises les protagonistes. Hormis une scène de manœuvres militaires évoquant de bons souvenirs, Steed passe l’épisode à commenter des rapports administratifs, à côté d’un officier se beurrant consciencieusement. Gambit laisse fuir son client, puis visionne et re-visionne des films, avant de monter une infiltration ultra téléphonée, qui capote  de suite. Purdey s’en sort un peu mieux, et nous vaut une jolie envolée pour conclure la saison, mais n’aboutit à rien de concret non plus. Non seulement Purdey et Gambit n'interviennent concrètement que quand l'épisode est aux trois-quarts écoulé, mais en plus ils auraient pu tout aussi bien rester chez eux, puisque Steed résout l'affaire par une enquête administrative. On a connu intrigue plus exaltante. De fait le domaine où les New Avengers brillent ici le plus reste la fuite, du moins temporairement ! Les héros sont fatigués et ont décidément besoin de repos, l’intersaison tombe à pic.

Au rebours des Chevaliers de la Mort, narrant la dérive d’officiers se percevant comme une aristocratie, et surtout pas comme des mercenaires vénaux, Commando très spécial évoque plutôt Esprit de corps, dont il constitue même un lointain remake (scène d’exécution comprise), avec le récit d’un régiment dévoyé, infiltré par Cathy Gale. Comparer les  deux opus souligne l’atout des New Avengers que constitue la mise en scène. Elle se montre ici derechef percutante  lors des scènes d’action, riche en extérieurs et servant efficacement les personnages. La réalisation compose d’ailleurs un grand point fort de cette première saison, à-côté des portraits réussis de Gambit et Purdey, impeccablement interprétés par des comédiens en totale réussite et d’un Steed toujours égal à lui-même. Il ne reste plus qu’à espérer qu’en saison deux cet outil performant se voit mis au service de scénarios davantage inspirés.

EN BREF : Je suis venu, j’ai vu, j’ai été vaincu jusqu’à l’arrivée du patron. Le scénario minimaliste ne rend guère hommage aux New Avengers, heureusement mieux servis par la mise en scène. Clemens ne développe quasiment rien au-delà de son idée initiale. 


EXTRAIT VIDÉO


Tchin Purdey

 

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Commando très spécial : Tchin PurdeyBientôt les séquences cultes de la saison 2 des New Avengers, ainsi que des saisons 4 à 6 de Chapeau Melon et Bottes de Cuir, stay tuned!Consultez la fiche complète de Commando très spécial sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/commando-tres-specialParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t3034-commando-tres-special-dirtier-by-the-dozen

Posted by Le Monde des Avengers on Tuesday, June 9, 2015

Champagne !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-13-03


Tournage

o Toutes les séquences représentant le champ de mines sont tournées à Longmoore Camp près de Liphook dans le Hampshire. Fondé en 1860 à l'occasion de la Guerre des Boers, ce camp sert désormais de base d'entraînement pour l'armée.

commando 1commando 1

Continuité

Détails

o Steed sur un champ de bataille. Cela a des  airs de déjà vu, Les chevaliers de la mort.

commando 1

o Jeu de mots en VO : lorsque Gambit utilise le soutien–gorge de Purdey comme fronde, celle-ci lui dit : « Bra-vo » en insistant sur « bra » qui signifie soutien–gorge en anglais.

commando 1

o Le Moyen-Orient est clairement cité et c’est même la Mecque pour se faire de l’argent facile d’après le colonel Miller.

commando 1

o Mais qu’en pense la Reine ?

commando 1

o Comme la jungle dans la première scène, les trophées d’animaux et le livre sur les maladies tropicales rappellent des situations déjà vues, dans Le tigre caché et Petit gibier pour gros chasseurs….

commando 1commando 1

o L’hélicoptère dans lequel Steed arrive à point nommé est le même Bell 206B JetRanger II jaune que celui devant évacuer les bandits dans Sleeper. Tous deux arborent en effet la même immatriculation, G-BBEU, c/n 1121.

o L’avion massif véhiculant le régiment est un Lockheed C-130 Hercules. Mis en service en 1954,ce transport de troupes a connu un grand succès grâce à son adaptabilité et demeure encore aujourd’hui en service, notamment en usage civil (bombardier d’eau). Il est aperçu dans de nombreux films et séries, dont Amicalement vôtre (Un risque calculé).

o Dans le bureau du Colonel, derrière Gambit, on aperçoit le portrait officiel de la Reine. Il s’agit d’une photographie initialement en noir et blanc, peinte par l’artiste Beatrice Johnson. Le cliché fut pris en 1952, après le décès de George VI (même si le sacre n’aura lieu qu’en 1953, à la majorité de la Reine). Ce portrait officiel est bien toujours en vigueur lors du tournage de l’épisode, il est néanmoins sur le point de changer pour les vingt-cinq ans du règne, en 1978, par un exemplaire en fait existant déjà. La photographie fut en effet prise dès avril 1975, à Windsor, avant d’être elle aussi coloriée à la main.

commando es 1

 

commando es 2

commando es 3

Acteurs

o John Castle (1940) a débuté sa carrière en 1965. Il participa à de nombreuses séries comme Flipper, Le prisonnier, Les professionnels (deux épisodes), L'inspecteur Morse, Wycliffe, Les nouveaux professionnels, Poirot, L'inspecteur Barnaby. Il est également Carruthers dans l'excellent épisode Le cycliste solitaire de la série Sherlock Holmes.

o Alun Armstrong (1946) a reçu le Laurence Olivier Theatre Award en 1994 et il faisait partie de la distribution originelle de la pièce Les misérables en 1985. Il y jouait Thénardier. Il a débuté sa carrière au cinéma en 1971 dans Get Carter (avec Ian Hendry). Il tourna dans de nombreuses productions comme Un pont trop loin, Les duellistes, Jeux de guerre, Braveheart et il est l'inspecteur Teal dans Le Saint. À la télévision, il est la vedette de deux séries récentes : Bleak House et New Tricks. En 2006 il apparaît dans Eragon.

À noter que...

o Le titre de l'épisode est une référence directe au film de Robert Aldrich : The Dirty Dozen (Les douze salopards) – 1967.

o L'épisode fit l'objet d'une novélisation en 1977, avec le roman Fighting Men, écrit par Justin Cartwright.

o Jillie Murphy est recrutée comme superviseuse de la garde robe de Purdey, elle le demeurera durant la deuxième saison.

o Alun Armstrong, Shaun Curry, Stephen Moore et Francis Mughan ont tourné quelques semaines plus tard dans le film de guerre de Richard Attenborough, Un pont trop loin. Coïncidence ?

o Pour la scène finale, la production était si pingre qu'elle demanda à Joanna Lumley, suspendue à un hélicoptère, et à Gareth Hunt de tourner la scène sans doublure. Cyd Child et Marc Boyle s'étaient pourtant déjà préparés pour cette séquence. Cyd Child fut scandalisée d'entendre, quelques années plus tard, une actrice dire à une maquilleuse que les acteurs avaient dû tourner la scène eux-mêmes étant donné que les cascadeurs s'étaient défilés. (Stay Tuned : The Perils of Cyd, Dave Rogers).

commando 1

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé Poche

Top Télé


Fiche de l'épisode Commando très spécial des sites étrangers :

En anglais
http://theavengers.tv/forever/newave-11.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n12-dirtier-by-the-dozen.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-11-DirtierDozen.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav12.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

 

Retour à la saison 7