Un chat parmi les pigeons

7-07-01Visages

CIBLE
(TARGET!)

Tournage : juillet 1976

Diffusion : ITV, 23 novembre 1976 – TF1, 25 décembre 1976

Scénario : Dennis Spooner

Réalisation : Ray Austin

Keith Barron (Draker), Robert Beatty (Ilenko), Roy Boyd (Bradshaw), Frederick Jaeger (Jones), Malcolm Stoddard (Myers), Deep Roy (Klokoe), John Paul (Kendrick), Bruce Purchase (Lopez), Dennis Blanche (Talmadge), Robert Tayman (Palmer).

Résumé

Dans un centre d'entraînement, des agents britanniques meurent les uns après les autres alors qu'ils allaient partir en vacances. Deux hommes dans un bureau se félicitent de ces morts. Mais un intrus vient troubler leur discussion ; il s'agit de Dick Palmer, la prochaine victime. Alors qu'il s'enfuit, l'homme dit qu'il est déjà mort. Mais Palmer, avant de succomber, a le temps de prévenir Steed que Myers est sur la liste. Un agent russe arrive alors pour observer la machine à tuer de Draker et Klokoe. Myers, à son tour, s'écroule, mort, devant Steed, Gambit et Purdey. Cette dernière est la prochaine victime alors que Steed commence à douter de ces "morts naturelles".

Il découvre toute la vérité en rendant visite au professeur Lopez, spécialiste du curare. Draker a placé des capsules de curare dans les armes utilisées par les robots au centre d'entraînement. Chaque agent touché, ne serait-ce qu'une fois, est certain de mourir dans les 6 - 8 heures selon la dose de curare et sa résistance. À part Steed, personne ne fait 100% à l'entraînement sans être touché, tous les agents morts ont été atteints et même Purdey reçoit une dose en faisant 99%. Mais Steed est aussi en danger : Klokoe, le valet de Draker, lui a injecté du curare en se faisant passer pour un enfant... Gambit, sans le vouloir, tue Bradshaw en activant les robots qui lui tirent une vingtaine de doses mortelles de curare ; l'homme, responsable des tests du centre d'entraînement, est également celui qui les a vendus à Draker. Il meurt dans les bras de Gambit en lui indiquant où est l'antidote, mais Gambit ne comprend pas immédiatement. Chez le légiste, tout se recoupe : les points rouges, le centre d'entraînement, le curare. Draker et Klokoe, qui ont compris que leur machine est fichue, éliminent l'observateur russe et vont au centre pour effacer toutes les preuves et récupérer la bouteille d'antidote. Ils sont vite rejoints par Steed et ses équipiers.

Steed et Purdey sont atteints, c'est à Gambit de passer le test ! Il réussit, et après avoir éliminé Klokoe, il tire sur Draker qui menace de détruire l'antidote : Purdey et Steed sont sauvés.

Fin de l 'épisode

Purdey dit en se réveillant : "Are we going somewhere ?" ["Allons-nous quelque part ?"].


CRITIQUES

7-07-02


Denis Chauvet

Avis : Encore un très bon épisode (ils le sont pratiquement tous dans cette première fournée des New Avengers) malgré une introduction stéréotypée. Une intrigue simple mais passionnante parsemée d'action, d'humour (Steed chez le professeur Lopez) avec une tension palpable vers la fin. Le duo de vilains fait penser inévitablement au James Bond, L'homme au pistolet d'or, et Klokoe, déguisé en enfant sur son vélo, est une scène presque insupportable. Pratiquement un one man show de Gambit, un peu pénible en sentimental néanmoins ! Le parcours de Purdey sur le champ de tir est le meilleur passage de Cible. "It's the one percent that kills you!" [C'est le un pour cent qui vous tue.]

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2012): Un classique des TNA, qui fait la part belle au duo Gambit/Purdey. Le clou de l’épisode est, bien entendu, le parcours de Purdey sur ce fameux pas de tir et la montée sur les toits (on ne s’en lasse pas). Le professeur Lopez est un excellent excentrique (‘and a little touch of snakehead’), les deux méchants sont détestables à souhait, surtout l’affreux gnome,  et le final est palpitant même si le petit épilogue est dispensable. Un quatre melons sans discussion ; d’ailleurs, à ce propos, j’adore la scène lorsque Steed, à peine conscient, en récupère un de son effigie pour se le mettre sur la tête. Très steedien ! Gambit: Just one rule: stay alive!

Steed 300314 novembre 2004

Après le plutôt réussi Un chat parmi les pigeons, Dennis Spooner revient pour un scénario plus classique, mais de bien meilleure facture.

En effet, Denis Spooner a eu l'excellente idée d'installer l'action dans un champ de tir grandeur nature (qui évoque un peu un précédent scénario, Jeux, mais surtout la séquence d'ouverture du film Chapeau Melon). Cet endroit réserve de nombreux moments de suspense durant tout l'épisode, jusqu'à l'apothéose de la séquence finale. La tension ne relâche jamais tout au long de l'épisode, grâce à une construction très intelligente (quoique parfois l'épisode paraît un peu confus ; la construction très (trop) linéaire des oldAvengers avait au moins le mérite d'une clarté sans faille), des rebondissements imprévisibles et beaucoup d'humour, avec notamment des dialogues brillants. Dennis Spooner renoue, d'une manière plus moderne cependant, avec ce savant mélange qui faisait le succès des Avengers. En ajoutant même un ingrédient qui fait souvent défaut à la série : l'émotion. Par ailleurs, les nombreux personnages qui parsèment l'épisode ont un vrai relief. On retiendra notamment Draker, un méchant d'une froideur inhabituelle pour la série mais qui n'en est pas pour autant moins efficace, au contraire ; et Klokoé, son assistant nain, qui nous change des grosses brutes habituelles. Denis Spooner n'évite malheureusement pas quelques clichés inhérents à la série (et d'une manière générale à toutes les fictions) comme le mourant qui, dans son dernier souffle, révèle des indices essentiels à l'enquête et le fait de prendre une nouvelle fois pour cible Purdey, qui, entre les cybernautes sur le retour et les pigeons agressifs, doit dernièrement en avoir plus qu'assez.

Si Ray Austin n'a pas le goût démesuré de l'esthétisme de John Hough, il possède néanmoins une grande efficacité et mène l'épisode tambour battant. Il se sert avec adresse du panel de choix visuels qui lui est offert (effets optiques, zooms et ralentis sont utilisés à juste dose). Sa mise en scène est excellente. On retiendra surtout les séquences dans le champ de tir (dont une épique séquence finale) tournées avec une rare maîtrise. Elles en deviennent passionnantes, alors qu'elles auraient facilement pu être confuses. Pas étonnant que Ray Austin ait, par la suite, réalisé les épisodes des plus grandes séries d'action (Magnum, JAG...). Il dirige aussi très bien tous ces acteurs et permet à l'humour et à l'émotion de s'installer sans difficulté.

Steed et Gambit ont ici, et pour notre plus grand plaisir, plus de scènes ensemble. Leur réaction quand ils croient Purdey morte, alors qu'elle est juste endormie, est irrésistible. Gambit prend dans cet épisode une grande ampleur et s'avère être un homme d'action intraitable. Sa "romance" avec Purdey prend ici une nouvelle direction (bien plus intéressante), qui joue moins sur l'humour caustique et plus sur les sentiments. Difficile de ne pas être ému à la fin de l'épisode, durant laquelle leurs liens forts apparaissent avec évidence. On retiendra cette phrase de Steed, décidément le plus philosophe des trois, alors que Purdey est en train de mourir, sur la condition des agents secrets : "We're all expandable" [Nul n'est irremplaçable]. Belle continuité avec l'épisode Le château de cartes dans lequel il confiait à sa partenaire : "J'ai épousé un métier". On remarquera aussi l'excellente prestation de Gareth Hunt et de Joanna Lumley, tandis que Macnee cabotine un peu.

Les décors (même si on notera la présence de tags : nous sommes bien dans les New Avengers !) sont, dans l'ensemble, très réussis.

On remarquera que Purdey est toujours aussi mal habillée, Gambit plus fashion et Steed toujours aussi élégant.

La musique (avec une forte présence de percussions) rythme une nouvelle fois parfaitement l'épisode. On se met à regretter qu'il n'y ait pas eu la même constance dans les old Avengers !

EN BREF : Une intrigue sans temps mort, beaucoup d'humour et même un peu d'émotion, pour un des meilleurs épisodes de la saison.

Estuaire44 25 mai 2015

On pourra reprocher à Target de développer un scénario sombrant parfois dans la facilité. Le procédé de Draker apparaît d’emblée absurde, le recoupement des morts succédant aux séances de test va fatalement avoirlieu.va fatalement avoir lieu. La nécessité de faire perdurer le mystère jusqu’à son terme se traduit par des New Avengers à l’esprit nettement moins pénétrant qu’à l’accoutumée. Par ailleurs, depuis son commencement, la série use et abuse du procédé bien connu montrant un mourant communiquer une ultime information aux héros. Le récit du jour va y recourir pas moins de deux fois, avec un allié, puis un ennemi, belle régularité. Les auteurs ont l’astuce d’indexer les quantités ingérées de curare au nombre d’impacts, ce qui les autorise à prolonger autant que de besoin les vies des différents agents, mais qui ne justifie en rien que Steed soit le seul à survivre quand l’intoxication se manifeste.

Mais ces faiblesses demeurent secondaires, car l’on perçoit d’emblée que le scénario n’a pour objectif que de fournir un prétexte aux diverses scènes de test de réactivité, à commencer bien entendu par celles de Purdey et Gambit. Or celles-ci, particulièrement nerveuses et spectaculaires forment bien le clou du spectacle justifiant l’ensemble. Joanna Lumley et, davantage encore, Gareth Hunt, brillent particulièrement lors de ces parcours riches en poussées d’adrénaline, auxquels la présence des acteurs en robots apporte en outre  une amusante singularité. Par son talent et son expérience de cascadeur, Ray Austin était parfaitement désigné pour tirer le meilleur parti de ces scènes. Cet emploi virtuose d’un décor à l’air libre n’est pas sans évoquer L’heure perdue, sur un registre certes différent. Spooner réussit à évoquer l’attachement existant entre Purdey et Gambit sans trop tomber dans le violon. Il suscite également  un amusant duo d’adversaires, même si les autres seconds rôles paraissent assez fades.

EN BREF: Les spectaculaires séances de tir permettent à Joanna Lumley et Gareth Hunt de briller de tous leurs feux, mais l’intrigue reste inégale par ailleurs.


EXTRAIT VIDÉO


Épreuve Purdey

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Cible: Epreuve PurdeyDevenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte des New Avengers!Consultez la fiche complète de Cible sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/cibleParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1743-cible-target

Posted by Le Monde des Avengers on Wednesday, June 3, 2015

Gambit l'homme d'action !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-07-03


Tournage

o Purdey conduit George Myers au champ de tir. Scène tournée à Fulmer dans le Buckinghamshire. Ses nombreux cottages victoriens lui valent d’apparaître dans plusieurs séries anglaises (L’homme à la valise, Amicalement vôtre…).

o La maison de Steed est Binfield Manor près de Bracknell dans le Berkshire. Bâtie en 1754 pour Pitt, futur Premier Ministre, cette résidence est désormais la propriété du Sultan de Brunei, qui y séjourne durant la saison de polo.

Le sanatorium désaffecté de Pinewood, situé à Wokingham, à quelques kilomètres des studios, sert de décor aux séances de tir. L’institution fut ouverte de 1901 à 1950, pour lutter contre la tuberculose, à l’air libre. Les tests se déroulent entre les maisons servant de demeure aux patients, installées en arc autour de la résidence hospitalière proprement dite. L’ensemble a depuis été détruit, pour la construction des bureaux de la société Hewlett-Packard.

Continuité

o À 19'03" : Purdey lance en l'air un crayon avec sa chaussure et le rattrape avec sa semelle. En fait, si on regarde bien, le crayon part en haut à droite de l'écran et retombe hors-écran. Un autre crayon était sûrement collé sous la semelle, comme le laisse penser le bruit qu'il fait quand Jones l'enlève de la semelle de Purdey.

Cible New Avengers

o A 44’11, Gambit tire sur une cible qui tombe au sol et commence à fumer ; à 44’33, la cible est entourée de fumée et quelques secondes plus tard, à 44’35, la fumée est partie. A 44’44, la fumée revient (source : imdb).

Détails

o On retrouve les masques utilisés par le méchant (Kane) dans Le dernier des cybernautes sur les têtes des mannequins-tireurs du champ de tir.

o On remarquera le tag «I luv Purdey» [J'aime Purdey] sur le champ de tir. Également : 'Kilroy was here' et un dessin au-dessus d'une porte et 'and got wasted' sur la porte. C'est une référence à 'Kilroy was here', une phrase qui est apparue pendant la seconde guerre mondiale là où les troupes américaines stationnaient. Cette phrase était accompagnée d'un dessin représentant un personnage avec un long nez, deux yeux ronds et les mains agrippées sur un mur. L'origine est assez confuse mais il paraîtrait que cela viendrait de James Kilroy, un contrôleur qui inscrivait cette phrase partout où son travail était fait !

Cible I luv PurdeyCible I luv Purdey

o Purdey conduit George Myers au champ de tir. En chemin, l’agent se montre entreprenant avec Purdey. Celle-ci le compare à Beethoven, qu’elle apprécie. ‘But you play in the wrong key!’

Cible New Avengers

o La morgue est un décor intérieur très utilisé dans l’épisode.

Morgue Cible New Avengers

o Purdey grimpe sur les toits lors de son passage au champ de tir dans un passage remarqué.

Purdey Cible 1 Purdey Cible New Avengers

o Les noms des rues sont britanniques, ‘Boot Hill’, mais aussi allemands, ‘Damenstrasse’. La guerre froide, et l’Allemagne de l’Est, est bien présente.

Boot HillDamenstrasse

Acteurs

o Roy Boyd (1938) a commencé sa carrière en 1964. Il tourna dans un épisode du Saint en deux parties puis dans de nombreuses séries (Colditz, Van der Valk, Regan, Cosmos 1999, Les professionnels, Mission casse-cou, Poirot…).

o Frederick Jaeger (1928-2004) est célèbre dans le monde des Avengers pour le rôle de Benson dans deux épisodes : Les cybernautes, saison 4, et Le retour des cybernautes, saison 5. Il participe également à l’épisode Mort d’un grand Danois (saison 2). Jaeger est né à Berlin et étudia en France et en Allemagne avant d'émigrer en Angleterre en 1939. Il commença à faire du théâtre en 1949, de la télévision en 1955 et du cinéma en 1956. Il est apparu dans de nombreuses séries comme Département S, Paul Temple, Amicalement vôtre, Poigne de fer et séduction, Regan, Le retour du Saint, Les professionnels… Il est décédé en Espagne.

o Deep Roy. Le rôle de Klokoe dans Cible fut son premier. Il enchaîna ensuite les petits rôles au cinéma : Le retour de la panthère rose, Licensed to Love and Kill avec Gareth Hunt, Flash Gordon, Le retour du Jedi, Greystoke, Charlie et la chocolaterie et à la télévision : Dr Who, X Files. Il mesure 1,32 m. Son vrai nom est Gurdeep Roy. Authentique descendant de Maharajahs, il eut également une carrière de cascadeur et d’animateur de marionnette, apparaissant ainsi dans Dark Crystal ou dans Le retour du Jedi en tant que l’une des créatures hantant l’antre de Jabba. Il a l’honneur d’être le seul acteur recensé ayant joué dans Star Trek, Doctor Who et Star Wars !

À noter que...

o Il était prévu que Frederick Jaeger joue le rôle de Bradshaw, mais malheureusement la pluie empêcha de tourner les scènes en extérieur pendant deux semaines ! Comme celui-ci était par la suite indisponible, il n'eut le temps que d'endosser le rôle d'un personnage secondaire, Jones, et Roy Boyd le remplaça. Dans une interview du TV Times de novembre 1976, Brian Clemens expliqua : 'Circumstances beyond our control, sometimes you can't beat the English weather.' [Des circonstances qui nous échappent, on ne peut parfois rien contre la météo anglaise.]

o Ray Austin, le réalisateur, était le coordinateur des cascades des saisons Emma Peel ; on le voit dans l'épisode Les fossoyeurs et brièvement dans L'heure perdue (le laitier assassiné), deux épisodes de la saison 4.

o Sur les pochettes DVD kiosque et StudioCanal, le titre devient La cible.

o C'est Pierre Arditi qui double Draker (Keith Barron), le chef de l'organisation dans l'épisode.

o En 1976,  Denys Fisher publia également un jeu de tir inspiré de l’épisode, The New Avengers Shooting Game. Le joueur doit viser avec un pistolet à fléchettes des silhouettes d’espion se trouvant  dans un décor urbain amovible.

cible es 2

o Il y a des bandes verticales désagréables par intermittences pendant la scène d’introduction (DVD kiosque).  

o Le Dr.Kendrick sera de retour dans l’épisode Jeu à trois mains.

o Quand Gambit repousse le landau portant une bombe, celui-ci explose contre une cabine de police bleue bien connue. Il s’agit en effet du TARDIS, le fabuleux vaisseau spatio-temporel du Docteur. Il s’agit sans doute d’un clin d’œil à Dennis Spooner, celui-ci ayant beaucoup écrit pour Doctor Who. Il introduisit un humour facétieux dans la série et collabora avec Terry Nation à l’installation des Daleks, les ennemis du Docteur les plus populaires. Les spécialistes es TARDIS estiment d’ailleurs que celui de l’épisode est le même ayant servi aux deux films où Peter Cushing incarna le Docteur luttant contre les Daleks (1965-1966).

cible es 1

o Gareth Hunt a lui aussi joué dans Doctor Who, il incarne Arak dans Planet of the Spiders (1974). Les New Avengers et Doctor Who se retrouvèrent également mêlés de manière surprenante. En 1977, la sortie d’un jouet représentant le Quatrième Docteur fut compromise. La tête du modèle original, représentant Tom Baker et réalisée par Denys Fisher, fut abimée. En catastrophe les fabricants la remplacèrent par celle de Gareth Hunt : Mike Gambit avait aussi eu droit à son action figure dans la gamme New Avengers et présentait une vague ressemblance avec le Quatrième (source : Howe’s Transcendental Toybox,  la bible du merchandising de la série, édition 2003).

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Télé Poche

Télé Star

Top Télé

Télé Magazine


Fiche de l'épisode Cible des sites étrangers :

En anglais

http://theavengers.tv/forever/newave-6.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n06-target.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-06-Target.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav07.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/tna_target.htm

 

Retour à la saison 7