Double personnalité6-05-03Un dangereux marché

LES ÉVADÉS DU MONASTÈRE
(GET-A-WAY !)

Steed questions the loss of his friends – Tara finds the answer in a bottle

Tournage : Terminé le 15 février 1968

Diffusion : ITV, 14 mai 1969 – 2e chaîne ORTF, 15 novembre 1969 (La saison 6 a été diffusée aux États-Unis avant son passage au Royaume-Uni. La série étant britannique, seule la date de diffusion en Grande-Bretagne, région de Londres, est fournie.)

Scénario : Philip Levene

Réalisation : Don Sharp

Andrew Keir (Colonel James), Peter Bowles (Ezdorf), Peter Bayliss (Dodge), Neil Hallett (Paul Ryder), Terence Longdon (George Neville), William Wilde (Major Baxter), Michael Culver (Price), Michael Elwyn (Lt Edwards), John Hussey (Peters), Barry Linehan (Magnus), Robert Russell (Lubin), Vincent Harding (Rostov), James Belchamber (Bryant).

Résumé

Deux espions ennemis s'échappent mystérieusement d'un monastère prison et accomplissent leur mission : l'assassinat d'agents britanniques. Le troisième détenu a pour cible un certain John Steed ! Il s'évade à son tour et les Avengers doivent trouver la solution dans une bouteille de vodka et un magazine consacré aux reptiles !

Épilogue

Tara arrive dans l'appartement de Steed les bras chargés de cadeaux. Elle entend mais ne voit pas Steed. Camouflage ? Non, il est tout simplement en train de réparer son tuba "I've found a leak in my tuba !" ["J'ai trouvé une fuite dans mon tuba!"].


CRITIQUES

6-05-01


Denis Chauvet

Avis : Un épisode moyen qui a néanmoins de bons côtés. Peter Bowles fait une grande prestation et les temps forts sont les trois rencontres entre Steed et Ezdorf au monastère. L'invisibilité est de nouveau traitée dans la série mais cette aventure est bien meilleure que la calamité de la saison précédente. L'assassinat des amis-collègues de Steed est une prémice des New Avengers… ainsi que le peu d'humour pourtant si caractéristique à la série !

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2011) : Thème de l’invisibilité (meilleur que L’homme transparent de la saison 5). Bon début (Steed et ses deux amis), Tara est nettement en retrait et n’a qu’une seule scène intéressante (chez Bryant) et elle est proprement effacée dans le final. Points positifs : début au monastère, Duchess Mews bien filmée, Peter Bowles dans sa combinaison Guantanamo. Points négatifs : Plot et passages un peu légers (l’évasion d’Ezdorf), Steed a une Rolls jaune comme trop souvent dans la saison 6 !

Toujours deux melons.

Steed3003 11 octobre 2004

Le scénariste Philip Levene revient sur le thème de l'invisibilité, après L'homme transparent ; peut-être était-il aussi insatisfait que nous pour cet épisode juste moyen... Malheureusement, il signe ici (avec Mission très improbable) un de ses plus mauvais scénarios. Un scénario qui, non seulement accumule les poncifs des Avengers (on tue d'anciens collègues de Steed, Steed doit être éliminé...), mais qui manque totalement d'humour, alors que Philip Levene nous régale souvent de ces bons mots. J'ai trouvé une seul réplique qui sonne bien (et encore, drôle seulement dans le contexte) : en VO, King : " I'll check at the ministry ", Steed : " I will check at the monastery" (en VF : " Je cours jusqu'au ministère ", " je retourne au monastère "). On peut dénoter une belle trouvaille cependant : mettre le "Guantanamo" britannique dans un monastère !

La réalisation de Don Sharp est meilleure que L'invasion des terriens mais inférieure à Trop d'indices. Même s'il utilise une échelle de plans plus variés qu'à l'habitude, il peine à donner du rythme à l'épisode et se paie même le luxe de rater les scènes de combats (on reconnaît encore et toujours la doublure de Steed une nouvelle fois, même si cette fois ce n'est pas Ray Austin).

La musique, trop rarement rythmée, n'arrange pas l'affaire.

En méchant soviétique mille fois vu dans la série, Peter Bowles (excellent dans Remontons le temps) fait ce qu'il peut, mais ne convainc pas vraiment.

Les seuls poins positifs sont : une séquence d'intro très réussie, un extérieur du monastère et des décors plutôt beaux, une scène finale bien menée et des 'effets spéciaux' limités mais crédibles. Cependant, quelques détails (mais ne sont-ce pas sur des détails que... Chapeau Melon et... Bottes de Cuir a accédé au rang de série culte ?), à faire hurler plus d'un fan, empêchent l'épisode de viser les deux étoiles : Steed porte une chemise à rayures, une autre à fleurs et un chapeau melon marron dans l'épisode (où est passée son élégance constante de la saison 5 ?) ; on voit des passants lorsque Tara King va dans l'appartement de Steed vers la fin de l'épisode.

EN BREF : Encore une fois, Chapeau Melon traite de l'invisibilité et, encore une fois, ce n'est vraiment pas bon.

Estuaire44 16 février 2014

Get-A-Way ! débute par l’exercice de style toujours passionnant, et innovant au sein de la série, qu’est le méta récit. Split ! avait clairement montré que Clemens, lors de sa reprise de fonctions en tant que showrunner, au mieux ne savait pas encore quoi faire de Tara King. Il n’avait en effet ni dessiné le caractère, ni choisi l’interprète de cette co-protagoniste de la saison. A cette aune on apprécie grandement la présentation en bonne et due forme de Tara en début d’épisode, où Clemens emploie visiblement les amis de Steed pour adouber la nouvelle venue et la confirmer dans l’équipe. Un moment sensible, préfigurant le parcours où il s’avèrera particulièrement intéressant d’observer comment Clemens va progressivement s’emparer du personnage et le rendre davantage conforme à la tradition de la série.

Clemens appose par ailleurs sa marque en confiant à Levene la tâche d’en revenir à un fondamental de la série, l’alliance original d’espionnage et de Science-fiction. Toutefois un ton nouveau est ici impulsé, avec le retour à une espionnite classique, davantage dominante que durant l’ère Emma Peel. S’annoncent déjà ici les futurs New Avengers lors d’un opus à la tonalité finalement voisine, avec l’arrivée concomitante d’une Tara pure agent secret, remplaçant la talentueuse amatrice. L’arrivée de Mère-Grand, aussi excentrique soit-il, parachèvera l’évolution débutée ici, avec la restauration de la figure du supérieur hiérarchique.

Or Levene, auteur brillant, malicieux et délié, aimant à jouer entre les lignes, semble ici comme étouffé et peu à son aise face à ce recentrage sur une norme bien établie derrière le paravent du recours au thème de l’invisibilité. De fait l’humour et le piquent de l’auteur résultent passablement éteints tout au long d’un récit répétitif et circonscrit à une classique guerre des services de renseignement. Séquencer le récit en trois tronçons au déroulement similaire, donc prévisible, l’empêche de prendre de l’ampleur. L’emploi de l’invisibilité n’apporte que modérément son écot à l’ensemble. On observait trop de fantaisie et d’humour visuel parfois facile dans le The See-Through Man du même Levene, mais ce dernier tombe ici dans l’excès contraire. Tout ceci demeure tristement fonctionnel, sans panache durant les combats ou les exécutions. Les scènes de bain résultent particulièrement mornes.

Parallèlement Get-A-Way ! subit de plein fouet l’absence d’un authentique Diabolical Mastermind, privant ainsi Levene d’un précieux atout. Les trois adversaires des Avengers, y compris Ezdorf, ne composent en définitive que de simples exécutants, aussi doués soient-ils. Ils ne sont ni les initiateurs du complot, ni les inventeurs du procédé scientifique. Ils se bornent pour l’essentiel à obéir à des directives. On a connu des oppositions autrement plus flamboyantes au cours de la période antérieure ! Même si la griffe de Levene transparait dans quelques dialogues, les Avengers eux-mêmes semblent modérément performants. . Les promesses de la scène initiale restent insuffisamment tenues, avec une Tara encore en retrait. Notre amie paraît également desservie par une garde-robe bien inégale. Une fois de plus (et non la dernière), le tag conclusif n’apporte rien à la gloire de nos héros.

Fort heureusement l’opus demeure par ailleurs de fort bonne facture. Le décor du monastère se montre agréablement évocateur, tandis que l’on apprécie le nombre et la variété des belles voitures d’époque. Don Sharp, libéré des pesanteurs inhérentes à L’invasion des Terriens, nous offre une mise en scène judicieuse, parvenant à tirer le meilleur parti des divers éléments exploitables. Sans briller par leur originalité, les compositions de Laurie Johnson soulignent agréablement les péripéties. Avec Ezdorf, Peter Bowles n’a certes pas matière à égaler ses grandes compositions précédentes, mais il achève son long parcours au sein de la série par une convaincante prestation, parvenant à doter son personnage si classique d’une indéniable présence. Si les Avengers n’apparaissent pas au meilleur de leur forme, au Moins Patrick Macnee et Linda Thorson accordent-ils toujours davantage leurs violons, un gage prometteur pour la suite des évènements.

EN BREF: Malgré un superficiel aspect de Science-fiction, l’intrigue relève par trop d’un espionnage convenu et peu stimulant. Le duo Tara/Steed commence néanmoins à se mettre en place.

 


VIDÉO


Confrontation entre Steed et Ezdorf !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

6-05-02

 


Tournage

o Le monastère est Ashridge College près de Little Gaddeston.Ce manoir gothique du XIXe siècle abrite l’une des écoles de management les plus réputées au monde.

o Les bureaux du magazine d'histoire naturelle se trouvent à Londres, Princess Mews, Belsize Lane.


Continuité

o Levez les yeux au ciel (à moins que vous ne soyez déjà en train de le faire devant la qualité de l'épisode !) lors de l'assassinat de Neville, vous verrez que celui-ci passe du bleu au gris en quelques secondes.


Détails

o Certains passages de la musique sont connus : air de Castle De'Ath lorsque Steed arrive au monastère et de L'héritage diabolique lorsque le camion vert quitte le monastère.

o On peut lire sur la brochure "Runaway people escape with lizard vodka".

o Curieusement, sur le DVD Studio Canal, à la fin du générique et du logo animé ABC (Associated British Corparation), on voit un panneau sur fond rouge 'The Avengers'.

Acteurs – Actrices

o Andrew Keir (1926-1997) est né en Écosse et a travaillé dans les mines de charbon jusqu'à l'âge de vingt ans avant de devenir acteur, souvent dans des rôles de militaires autoritaires puis dans des films d'horreur de la Hammer. Il a joué dans Les marchands de peur (saison 5) ainsi que dans Les Champions, Le Saint, Amicalement Vôtre et Taggart.

o Peter Bowles (1936) a tourné dans trois autres épisodes de la série : Seconde vue (saison 3), Meurtre par téléphone (saison 4) et Remontons le temps (saison 5). Il a tourné dans de nombreuses séries ITC des années 60 même si "elles rapportaient plus d'amusement que d'argent" : Le Saint, Destination Danger, Département S, Amicalement Vôtre, Cosmos 1999. Il est l'infâme A dans l'épisode A, B et C du Prisonnier. Très peu de films à son actif mais des sitcoms au début des années 80. Il s'est tourné vers le théâtre ces dernières années. Il participe régulièrement à des interviews et reportages sur la série.

o Neil Hallett, décédé en 2005, a joué dans de nombreuses séries britanniques autre que The Avengers : Le Saint, Département S, Amicalement Vôtre, Les Professionnels, Le Retour du Saint, Bergerac…Il a quatre autres participations à la série : Dead of winter (saison 1), Le vengeur volant (saison 5), Visages et Steed et la voyante(The New Avengers).

o Terence Longdon (1922) a plus d'un demi siècle de carrière. Il a débuté dans les années 50 dans des petits rôles au cinéma : Dossier secret d'Orson Welles, Ben-Hur. À la TV, il est apparu dans Destination Danger, Le Retour de Sherlock Holmes entre autres ainsi qu'un épisode des New Avengers, Obsession. Sa dernière apparition date de 2003 dans Hitler : la naissance du mal.

À noter que…

o Le titre original Get-A-Way est exceptionnellement animé.

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Télé Poche

En anglais

http://theavengers.tv/forever/king-31.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/tara/625.html
http://deadline.theavengers.tv/King-32-Getaway.htm

En flamand

http://home.scarlet.be/~pvandew1/avengers/king33.htm

En italien

http://www.serietv.net/guide_complete/agente_speciale/stagione_6.htm#154

En espagnol

http://losvengadores.theavengers.tv/tara_getaway.htm

 

Retour à la saison 6