Faux témoins6-15-01Le legs

JE VOUS TUERAI À MIDI
(NOON DOOMSDAY)

Steed and Mother share a handicap – Tara faces Steed's nemesis

Tournage : Terminé le 30 juillet 1968

Diffusion : ITV, 27 novembre 1968 – 2e chaîne ORTF, 13 décembre 1969 (La saison 6 a été diffusée aux États-Unis avant son passage au Royaume-Uni. La série étant britannique, seule la date de diffusion en Grande-Bretagne, région de Londres, est fournie.)

Scénario : Terry Nation

Réalisation : Peter Sykes

Ray Brooks (Farrington), T.P. McKenna (Grant), Griffith Jones (Baines), Lyndon Brook (Lyall), Peter Bromilow (Kafka), Patrick Newell (Mother), Peter Halliday (Perrier), Anthony Ainley (Sunley), John Glyn-Jones (Dr. Hyde), David Glover (Carson), Lawrence James (Cornwall), Alfred Maron (Taxi driver).

Résumé

Steed, blessé, est en convalescence dans un lieu en pleine nature hautement sécurisé. Un vieil ennemi a pourtant juré de se venger de lui dès sa sortie de prison. Tara est le dernier rempart dans cette forteresse devenue sans défense.

Épilogue

En remerciement, Steed offre à Tara de nombreux cadeaux : son plâtre, une bouteille de champagne, une boîte de cigares, un parapluie et un cadran solaire lumineux !


CRITIQUES

6-15-02


Denis Chauvet

Avis : Un pastiche western très moyen. Le thème de la vengeance, bien utilisé dans Le retour des cybernautes et Jeux, tombe cette fois-ci à plat. Tara a du mal à sprinter (scène du hangar) et elle a un manque de jugeote évident (scène du puits) sans oublier une musique pénible et un épilogue stupide comme trop souvent dans cette saison. Steed, sans melon ni parapluie, est cloué sur son fauteuil roulant façon 'l'homme de fer' et Mère-Grand passe son temps à picoler. Points positifs : de bonnes scènes d'action et un tournage extérieur.

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2011) : Points positifs : Très peu de choses : la réplique de Mother à Tara : ‘Do I sound like Steed ?’, le docteur Hyde, trop courte apparition, qui finit au fond du puits (connaissance de la saison 4) et le final. Points négatifs : un pastiche western pénible à la revoyure ; il ne s’y passe pas grand-chose, Mother picole, deux tueurs aux dialogues affligeants patientent et Steed, sans melon, trottine. Sinon, la grassouillette Tara court dans tous les sens et descend au fond d’un puits ( !), musique horripilante. Un melon au lieu de deux.

Steed3003 21 juin 2004

Contrairement à certaines séries actuelles, comme Buffy Contre les Vampires, X Files ou Urgences pour ne pas les citer, qui réussissent à garder un niveau de qualité standard assez élevé, quand un épisode de Chapeau Melon est mauvais, il ne l'est pas à moitié, il l'est énormément. Je vous tuerai à midi fait partie de cette catégorie, au même titre que La poussière qui tue, La mangeuse d'hommes du Surrey, Ne m'oubliez pas, L'invasion des terriens ou Les évadés du monastère. Un mauvais Chapeau Melon est vraiment désagréable à suivre ; surtout quand l'on apprécie énormément la série par ailleurs. Cet épisode est un de ceux qui vous font douter du choix de votre série culte !

N'exagérons rien cependant...

Deux maigres points positifs : des extérieurs assez jolis et des scènes d'action maîtrisées, point final ! Ainsi le scénario, banal au possible et qui fait vraiment tache dans une saison 6 si novatrice, le manque d'humour, une réalisation fonctionnelle au possible et l'insupportable lenteur du récit en font réellement un épisode à éviter. Voilà, vous êtes prévenus !

EN BREF : D'un ennui indescriptible. À fuir !

Estuaire44 16 février 2014

La ficelle résulte d’emblée bien épaisse : dans le but évident de favoriser la pénétration du marché américain, Clemens incorpore à sa production, jadis si exclusivement et intrinsèquement, britannique, d’autres genres relevant du Nouveau Monde. Si Nation s’exécute en bon soldat, le showrunner apparaît à la manœuvre,  ouvrant les portes de sa résidence personnelle et faisant succéder le film noir au Western dès l’opus suivant (Legacy Of Death). En soi, cette démarche ne présente pas de caractère absolument répréhensible et d’ailleurs la BBC agira exactement de même quand il s’agira d’assurer le succès de Doctor Who aux Etats-Unis, durant les années Moffat. Le Onzième Docteur connait aussi son épisode Western, en autres rapprochements avec l’ancienne colonie (A Town Called Mercy, 2012).

Les Avengers se sont d’ailleurs déjà ouverts aux influences d’Outre-Atlantique, comme lors du savoureux pastiche des séries B de Science-fiction des années 50, que représenta l’épatant La mangeuse d’hommes du Surrey. Mais il s’agissait alors d’une œuvre émanant de l’auteur aussi finement malicieux que féru du sujet  qu’était Philip Levene, et non d’un simple ouvrage de commande comme c’est le cas ici pour Nation. La comparaison des deux épisodes souligne d’ailleurs la cause profonde du semi échec de Noon Doomsday. Au lieu d’adapter subtilement un genre américain à la nature demeurant profondément anglaise du récit, on plaque de manière tout à fait littérale et massive des éléments culturels à un univers du coup privé de cette précieuse spécificité initiale.

D’où un aspect clairement caricatural et trop appliqué d’un ensemble devenu très mécanique. Cette impression de simple collage se voit renforcée par l’option réductrice retenue par Nation d’assimiler son propos à un film précis (High Noon –Le train sifflera trois fois, 1952), dans le déroulé et le détail des péripéties (survenue à cheval des méchants en quête de vengeance, abandon du héros par les siens, omniprésence des horloges, duel au soleil, départ sans se retourner du couple protagoniste etc.). Levene, lui, avait su embrasser dans sa globalité le style de cinéma visé, d’où un ouvrage plus délié et moins prévisible. La musique se contente également de dupliquer des effets sonores immédiatement identifiables.

Principalement une simple accumulation de clichés, Noon Doomsday  compte malgré tout quelques réussites à son actif. La résidence campagnarde de Clemens s’avère un superbe cadre pour les évènements, mis en valeur avec efficacité et à-propos par Peter Sykes. La distribution (dont T.P. McKenna) se montre également remarquable. Les amateurs de Doctor Who auront d’ailleurs le plaisir d’y reconnaître Anthony Ainley (Sunley), l’excellent interprète de la deuxième Incarnation du Maître, avant la participation du créateur du rôle  Roger Delgado et Kate O’Mara (la Rani) à Stayed Tuned.

Tara excelle derechef dans l’action, sans rien abandonner de sa charmante ardeur juvénile, une nouvelle fois exprimée avec naturel par l’exquise Linda Thorson. Steed n’est pas totalement négligé, loin de là, et les fins duettistes Mother & Rhonda se montrent une nouvelle fois désopilants. Nation thésaurise brillamment sur l’addiction régulièrement soulignée du digne gentleman anglais pour l’arc en ciel des liqueurs ! Les dialogues décalés du tueur désirant acheter un cadeau à sa nièce revêtent une saveur à la Sergio Leone pour le coup très gouleyante.

EN BREF: Le plaquage de l’univers du Western sur celui des Avengers manque de subtilité pour réellement convaincre. Tara se montre néanmoins vaillante au sein d’un décor idéalement taillé pour l’action.


VIDÉO


Tara King passe à l'attaque !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

6-15-03


Tournage

o L'épisode a été tourné dans la ferme personnelle de Brian Clemens, elle est située à Park Farm, Ampthill dans le Bedfordshire. Il y vit toujours aujourd’hui, il s’agit d’ailleurs du siège de sa société de production, Clemens Enterprises.

o Les extérieurs de la gare ferroviaire ont été réalisés à la gare de Stanbridgeford près de Leighton Buzzard, Bucks. Construite en 1848, elle fut fermée en 1967, son trafic déclinant depuis le début des années 60. Alors que sa démolition avait été décidée, des opposants locaux parvinrent à s’y opposer au nom du patrimoine historique. Rénovée, c’est désormais une résidence privée.


Continuité


Détails

o Le nom de la gare désaffectée est Lang's Haly.

o Tara parle français dans la VO : "Merci beaucoup for your galanterie !".

Acteurs – Actrices

o Anthony Ainley (1932-2004) était un acteur britannique très réputé issu d'une famille de comédiens. Il eut sa consécration en tournant le rôle du Master, ennemi récurrent du Dr Who, de 1981 à 1989. Il est également l’un des policiers de Hong-Kong découvrant le corps inanimé de James Bond dans On ne vit que deux fois (1967). Il a pris sa retraite au début des années 90 et joua au cricket jusqu'à son décès. Également vu dans Département S et L'Aventurier.

o Peter Bromilow (1933-1994) a partagé sa carrière entre la Grande-Bretagne et les États-Unis. Vu dans Des Agents Très Spéciaux, Département S, Opération Vol, Hawaï Police d'État.

o Retour trop bref de l'inoubliable professeur Grindley (John Glyn-Jones) de L'économe et le sens de l'histoire, saison quatre, en docteur Hyde.

À noter que…

o Pastiche du Train sifflera trois fois (High Noon) tourné en 1952 avec Gary Cooper et Grace Kelly. Une intrigue simple mais qui colle au super classique : revanche, amis qui abandonnent le héros....

o Des références sont faites à la série Département S, incluant une mention à Monty (Berman, le producteur de la série).

o C'est durant le tournage de cet épisode que fut mis en boîte le second générique d'ouverture de la saison (avec les armures), celui diffusé en France.

o Depuis la remasterisation d'EMI de 1993, il manque une réplique de Steed, à environ 9'20" de l'épisode. Steed fait une proposition et Tara lui répond "Ah, non ! Un régiment n'a jamais rien eu de secret". Et Steed de renchérir sur un "Mmm" avant de passer à la scène suivante. Or, sur les épisodes diffusés en français sur Antenne 2, Steed répliquait "Mmm, quelle puriste !".

o Howard Blake composa la musique de cet épisode.

o Il a fallu plus de vingt jours pour tourner Noon Doomsday.

o La version kiosque a une image épouvantable.

o Il y a une bonne référence au mur de Berlin dans la VO mais dans la version allemande, la référence se transforme en...muraille de Chine !

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Télé Poche

Jours de France

Fiche de Je vous tuerai à midi des sites étrangers

En anglais

http://theavengers.tv/forever/king-9.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/tara/609.html
http://deadline.theavengers.tv/King-10-NoonDoomsday.htm

En flamand

http://home.scarlet.be/~pvandew1/avengers/king11.htm

En italien

http://www.serietv.net/guide_complete/agente_speciale/stagione_6.htm#138

En espagnol

http://losvengadores.theavengers.tv/tara_noon.htm

 

Retour à la saison 6