Le Joker5-16-02La porte de la mort

QUI SUIS-JE ???
(WHO'S WHO ???)

Steed goes out of his mind – Emma is beside herself

Tournage : Terminé le 18 avril 1967

Diffusion :ITV, 6 mai 1967 – Antenne 2, 28 septembre 1987

Scénario : Philip Levene

Réalisation : John Moxey

Patricia Haines (Lola), Freddie Jones (Basil), Campbell Singer (Major "B"), Peter Reynolds (Tulip), Arnold Diamond (Krelmar), Philip Levene (Daffodil), Malcolm Taylor (Hooper).

Résumé

Deux agents ennemis, Basil et Lola, prennent possession des corps de Steed et de Mrs Peel grâce à l'invention du docteur Krelmar. Sous leur apparence, ils dupent et éliminent des agents des services de renseignements britanniques. Steed et Emma, piégés dans les corps des espions, sont arrêtés mais ils parviennent à s'échapper et partent à la recherche des imposteurs pour les neutraliser et réintégrer leur "enveloppe ".

Épilogue

Steed invite Mrs Peel à Paris pour fêter son anniversaire. Celle-ci a déjà préparé ses bagages ! Il accompagne Mrs Peel par ces mots : "Coming, honey child".


CRITIQUES

5-16-01
 

Denis Chauvet

Avis : Épisode à priori rébarbatif mais qui s’apprécie après plusieurs passages ! Les "remplaçants", Basil et Lola, sont interprétés magistralement, ce qui est primordial dans ce genre d’aventure. La comédie a la part belle et on s’extasie de voir Steed fumer le cigare et Mrs Peel mâcher son chewing-gum. Drôle d’impression lorsque Steed cogne Mrs Peel avec son brolly ou qu’ils s’embrassent à pleine bouche ! L’introduction est superbe et place le téléspectateur dans le vif du sujet : "If that doesn't bring Steed and Mrs Peel… nothing will !". Tout est parodie, à commencer par le Major B et son réseau floral ! Évidemment, cet épisode n’est pas caractéristique de la série, mais on passe néanmoins un bon moment.

Avec le recul (nouvel avis, janvier 2012):Un épisode très particulier, qui a de bons cotés, mais aussi des points noirs comme les annonces et le ridicule ‘Tulip’. Trois melons, mais tirant vers 2,5 car ce n’est pas du tout, heureusement d’ailleurs, caractéristique de la série. Patrick Macnee et Diana Rigg ont bien dû s’amuser et ce que j’apprécie dans cet épisode à la rediffusion est de voir Mrs Peel délurée, boire de la bière, mâcher son chewing-gum, se trémousser sur de la musique  et rouler des pelles à Steed !

Steed3003 14 octobre 2005

Après Interférences, Bons baisers de Vénus, Remontons le temps et L'homme transparent, Philip Levene nous offre une nouvelle histoire SF dans la même veine, mais versant nettement plus dans la comédie.

En effet, cette nouvelle variation autour du thème des doubles affirme délibérément son penchant série B de science-fiction sans honte (contrairement à Interférences par exemple) et baigne dans un délicieux esprit de parodie (comme nous l'indiquent les pancartes dotées d'un second degré réjouissant entre les entractes). L'intrigue se met en place rapidement et réserve son lot de faux-semblants ; même si on remarquera que les moments d'humour sont totalement privilégiés par rapport aux moments de suspense. L'épisode n'en possède d'ailleurs quasiment aucun. L'intrigue en elle-même est un peu faiblarde, manquant lourdement d'originalité dans son déroulement. Le dénouement est à cet égard d'une rapidité extrêmement décevante. On ne s'étonnera pas d'ailleurs que Basil et Lola soient parmi les méchants les moins crédibles de la série, tout en étant bizarrement parmi les plus efficaces, assassinant successivement de nombreux agents secrets. Les personnages sont avant tout au centre de l'épisode. Tous – mais c'est là l'une des qualités coutumières de Levene – sont superbement dépeints : entre Lola, Basil, Major B et nos agents favoris, on se régale avec des échanges pleins d'esprit. Notamment quand Steed (sous les traits de Basil) s'exclame, une fois revenu dans son appartement : "My cigars. Been smoking my cigars. And he's bitten the end of it !"/"Il a fumé mes cigares. Et il a mordu l'extrémité avec ses dents !" – "What sort of fiend are we dealing with ?"/"À quelle sorte de démon avons-nous affaire ?" Encore une fois, la patte Levene aux dialogues séduit par son rythme et son intelligence. Mais, avouons-le, cet épisode est avant tout un plaisir (coupable) car nous voyons nos deux agents comme jamais nous ne les avons vus : Emma Peel buvant de la bière à la cannette et mâchant vulgairement un chewing-gum, Steed embrassant langoureusement sa partenaire, le couple échangeant des regards libidineux… Les voir se déchaîner sur un morceau de twist (19'29" à 20'32"), même si l'on sait pertinemment qu'il ne s'agit pas vraiment d'eux, est un vrai moment de bonheur. C'est donc l'épisode typique qu'apprécieront vraiment les fans qui, familiarisés avec un duo maniéré, se régaleront de les voir ainsi, et laissera un peu plus mitigés les autres, à cause d'un scénario à l'intrigue un peu éculée et parfois répétitive.

Il est toujours intéressant de critiquer les réalisateurs n'ayant mis en scène qu'un seul épisode de la série. Bizarrement, ce sont souvent de bons réalisateurs (cf. L'oiseau qui en savait trop, À vos souhaits, Le repaire de l'aigle, Le S95…). John Moxey (qui réalisera plus tard des épisodes du Saint, de Mannix, de Mission Impossible, de Drôles de Dames mais aussi d'Arabesque) ne dénote pas dans cet ensemble. On pourra observer dès la scène d'intro (à la façon dont Lola attrape la rose) qu'il a tout à fait saisi l'essence de la série. Il se plie donc aux règles visuelles de la série avec un certain succès. Même si sa mise en scène manque parfois de nerf (par exemple, la poursuite en voitures en plans fixes est particulièrement ennuyeuse), il sert honnêtement l'histoire, avec une jolie variété dans les angles et des zooms parfaitement utilisés. Néanmoins, on notera beaucoup trop de gros plans et une caméra souvent figée, deux défauts récurrents dans cette saison. Il maîtrise heureusement les scènes de comédie, mettant en avant chaque dialogue ou chaque situation (les nombreux meurtres sont d'ailleurs bien filmés). Les scènes d' "échange d'esprits" sont elles aussi intelligemment conçues, narrativement et visuellement. Mais l'une des grosses réussites de Qui suis-je ?, c'est avant tout l'interprétation jouissive de Macnee et Rigg, sur les épaules desquels reposaient en grande partie la réussite de l'épisode. L'alchimie comique entre les deux acteurs est à son apogée. Si nous avions observé depuis longtemps que Rigg était une actrice accomplie, à la vue de cet épisode, on peut affirmer que Macnee n'a rien à lui envier tant il est absolument remarquable (dans la scène par exemple où il doit se faire passer pour Steed auprès de Mrs Peel pour la faire tomber dans un traquenard) durant toutes les scènes. Ils ont l'air de se régaler à jouer des personnages abjects et forment un couple de méchants hauts en couleur. L'autre duo, Freddie Jones (Basil) et Patricia Haines (Lola), est plus inégal. Si Freddie Jones fait une composition sans fausse note en Steed, Patricia Haines nous rappelle plutôt la froide Cathy Gale que la pétillante Mrs Peel.

Voilà maintenant que Mrs Peel se révèle être une fine botaniste ! En effet, au début de l'épisode, en sentant une rose, elle indique à Steed : "It's a Crimsy Glory. Won first prize at the Chelsea Flower Show" (traduit en VF par : "Cette rose s'appelle Gloire Écarlate. Elle a eu le premier prix aux dernières Floralies."). Vous noterez qu'il s'agit d'une observation tout à fait inutile à l'intrigue, juste pour permettre à Emma Peel de rabaisser une nouvelle fois le spectateur quant à sa culture insuffisante ! Nous remarquerons qu'Emma Peel commence à avoir des doutes sur Basil/Steed dès que ce dernier l'a appelée Emma ; un clin d'œil aux fans de la série, eux aussi choqués par cet affront ! Enfin, à la fin de l'épisode, Emma Peel fête son anniversaire. Si on se fie à la date de première diffusion de l'épisode, celle-ci serait donc née en mai.

Les décors sont plutôt réussis. On remarquera entre autres le bureau du Major B au style art moderne (même la poubelle est aux couleurs de l'Union Jack) et un magasin d'échasses soignés. Seuls les intérieurs du psychiatre, d'un classicisme outré pour un personnage qui permettait pourtant plus de folies, désolent.

Au début de l'épisode, Mrs Peel porte une nouvelle fois bien son nom dans un ensemble pull à col roulé vert et veste bleu seyant. L'ensemble beige qu'elle porte par la suite la rend moins attrayante… Mais, elle revient grandiose dans le tag final dans une superbe tenue mauve.

Hormis un choix agréablement SF durant les "échanges d'esprits", Laurie Johnson a composé ici une musique loin d'être entraînante.

EN BREF : "Qui suis-je ???" permet à nos deux acteurs vedettes de nous régaler dans une composition à contre-pied étourdissante de drôlerie. Dommage que le reste se révèle plus quelconque.

 

Estuaire44 15 Septembre 2013

Depuis 1967, le thème de l’échange des personnalités entre antagonistes a certes  été repris par nombre de séries télévisées, avec à la clef plusieurs épisodes marquants, tels le Dreamland des X-Files ou le This Year's Girl/Who Are You? de Buffy contre les Vampires. Toutefois le passage du temps et la banalisation du sujet n’ont en rien altéré l’impact de cette bourrasque ininterrompue d’humour et d’inventivité que représente Who’s Who ???; sans conteste l’un des opus les plus drôles des Avengers. Levene, décidément le grand homme de cette saison, optimise avec brio son sujet initial. Tout en maintenant la dualité entre Science-fiction et espionnite, élément constitutif du ton Avengers, il a l’excellente idée de jouer massivement la carte de la comédie, sur un tempo très élevé.

La succession frénétique des rebondissements et le découpage du script en scènes courtes rendent le récit particulièrement tonique. Levene développe avec un égal talent le double point de vue des deux couples, avec un irrésistible effet miroir. Il n’hésite pas à puiser à diverses sources d’humour, comme la satire des personnages vedettes (formidable scène des cigares), l’absurde (le réseau fleurs ou ces interruptions de l’action par un narrateur de plus en plus embarrassé, un procédé régulièrement repris par le Monty Python's Flying Circus), voire le macabre, avec cette succession de meurtres menés tambour battant. Entre claquements de portes, quiproquos et dissimulation en placard, l’affrontement final revêt des allures de vaudeville endiablé.

Il se voit d’ailleurs entouré de nombreuses références françaises pimentant encore davantage d’irrésistibles dialogues, d’ailleurs assez logiquement puisque le Who’s Who demeure une institution hexagonale, comme son titre ne le précise pas ! Plusieurs relances scandent l’intrigue et évitent toute chute d’intérêt, comme le transfert des esprits, la découverte des pilules ou le retournement de Basile et Lola décidant de la destruction de leurs corps d’origine, un maître coup de la part de Levene.

La mise en scène accompagne le mouvement avec un vrai sens de l’image et un multiplicité des plans se synchronisant idéalement à la vivacité du récit. Who’s Who ??? permet ainsi de découvrir l’appartement de Steed sous tous ses angles, bien davantage qu’à l’ordinaire. Il s’embellit de divers autres décors, comme la machine du bon docteur, délicieusement archétypale des séries B de Science-fiction ou du bureau à l’Union Jack passablement psychédélique de Bee. Les trouvailles visuelles abondent, comme la mise en scène macabre initiale, la projection des films ou le charmant bouquet de fleurs funèbres composé par la fausse Mrs Peel. La présence, unique au sein de la série, du réalisateur argentin John Llewellyn Moxey suscite une curiosité supplémentaire, lui qui connut ultérieurement une prolifique carrière aux Etats Unis, avec notamment le remarquable téléfilm pilote de The Night Stalker, la série servant d’inspiration aux X-Files

Par ailleurs Who’s Who ??? s’affirme également comme un très grand épisode d’acteurs. Arnold Diamond se montre très convaincant en Krelmar, aux antipodes du pittoresque Colonel Latignant du Saint.  Il s’avère rafraichissant au possible de découvrir Diana Rigg et Patrick Macnee joyeusement s’encanailler de la sorte, avec cette vision alternative de leurs personnages emblématiques. On apprécie particulièrement le petit morceau de danse sur une musique plaisamment Sixties. S’il s’agit d’une innovation pour l’actrice, les amateurs de la période Cathy Gale apprécieront vivement de retrouver chez Macnee les intonations du Steed des premières aventures menées de concert avec l’impétueuse anthropologiste. Mais l’on goutera davantage encore la prestation de Patrica Haines et de Freddie Jones  sachant admirablement incarner la personnalité des Avengers dans leurs corps d’emprunt. Une œuvre d’une grande finesse et une belle illustration du talent d’interprétation.

La présence de la sublime et très expressive Patrica Haines pour sa dernière participation à la série, quelques années seulement avant son fatal cancer, apporte également une émotion supplémentaire. Le talent des comédiens permet également de mettre en avant la nature des couples. La jouissive crapulerie cynique et astucieuse de Basile et Lola permet de rompre avec les pesants archétypes des antagonistes venus du Froid. Entre leurs observations et le murmure discret d’Emma pour se faire reconnaitre de son partenaire, Levene ajoute comme ultime ornement de ce chef d’œuvre une approche particulièrement ludique de l’ambivalente relation unissant Steed et Mrs Peel.

EN BREF : Entremêlant humour noir et absurde, le ton de comédie sied particulièrement bien à l'épisode. Le jeu des coémdiens accompagne parfaitement ce joyeux et mortel tourbillon des identités.


VIDÉO

Un duo inattendu !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

5-16-03
 

Tournage

o Lola et Basil regardent un film sur Mrs Peel. Elle fait du cheval sur une plage. Cette scène a été tournée dans le Kent à Dymchurch.


Continuité

o Lors du premier plan où Steed/Basil et Emma Peel/Lola vont chez Steed, on peut s'apercevoir qu'il s'agit d'une doublure au volant et non de Freddie Jones (à l'absence de moustache !) (20'33" à 20'38").

o On distingue également une doublure pour Patrick Macnee lorsque Mrs Peel ramène Basil/Steed au Manor House.


Détails

o "If that doesn't bring Steed and Mrs Peel, nothing will". Evidement que cela va les attirer; c’est le logo de la série. Un petit clin d’œil…

o Dans le petit film projeté à Lola et Basil sur les Avengers, on remarque des extraits des épisodes Remontons le temps (à gauche), Rien ne va plus dans la nursery, L'homme transparent ( à droite) ainsi que deux extraits de films publicitaires.

o Pour convaincre Mrs Peel/ Lola, Steed/Basil lui parle d’un voyage entre Montbard et Dijon. Le nom de la première ville est difficilement audible mais c’est la seule qui correspond dans le département. Elles sont séparées d’une centaine de kilomètres.

o La boutique d’échasse a deux références ; sur l’échasse du pauvre Hooper : HI-LIMBA, Products Ltd, Cork Lane, Hampstead et sur la porte de la "boutique" : HI-LIMBA, Products Ltd, Stilt makers, Established in 1899.

o Dans cet épisode, une "importante annonce" est proposée à plusieurs reprises aux téléspectateurs, déroutés par la complexité du scénario.

o La boutique d'échasses est le même préfabriqué qui sert de gare dans Une petite gare désaffectée.

o Steed trouve l’adresse du docteur sur le flacon de comprimés : The tablets, One when necessary – Dr V Krelmar – The Manor House – Hambledon.

o Les fleurs sur le bureau du major B représentent les agents du groupe Floral. La fleur manquante est la rose, l'agent Hooper ayant été assassiné dans l'introduction.

o Lola s’acclimate rapidement, la canette qu’elle boit goulument porte l’inscription Old English Ale.

o Steed et Mrs peel évoquent un trajet qu’ils ont effectué entre Montbard et Dijon. Montbard est effectivement une sous-préfecture de la Côte-d’Or, située au nord-ouest de Dijon. Egalement évoqué, le chablis est bien un Vignoble de Bourgogne, mais davantage placé à proximité d’Auxerre, dans l’Yonne.

o  Le Major roule en Rover P5A. Cette voiture haut de gamme était alors associée à la puissance publique, étant le véhicule des ministres anglais, jusqu’au gouvernement Thatcher, qui opta pour la Jaguar XJ. Elle était également appréciée par la Reine Elisabeth, qui en posséda deux (P5 en 1963 puis P5B en 1972).  


Acteurs - Actrices

o Patricia Haines (1931-1977), décédée trop tôt d'un cancer, fut mariée à Michael Caine. Elle a participé à deux autres épisodes des Avengers : Laura dans Le cocon, saison 2, mais surtout Holly Trent dans Les aigles, saison 4. Elle a également joué dans les séries : Destination danger, Les champions, Le Saint, Département S, Paul Temple, Poigne de fer et séduction.

o Freddie Jones (1927) commença au théâtre en 1967 et son rôle dans la mini-série The Caesars en 1968 lui valu d'être nommé meilleur acteur de l'année de télévision au festival de Monte Carlo en 1969. Il tourna ensuite dans Frankenstein Must Be Destroyed, très bien accueilli par la critique, mais ce sont ses apparitions dans Elephant Man, Firefox, Dune ainsi que le rôle principal de Et vogue le navire de Fellini qui lui ont fait une réputation internationale.

o Le scénariste de cet épisode, Philip Levene (1926) tient le bref rôle de Daffodil (Jonquille) qui se fera, bien sûr, assassiner ! Il a écrit 19 scénarios pour la série. Seul Brian Clemens a fait mieux !



o Marigold (Souci) est joué par Peter J Elliott, cascadeur et habitué aux apparitions non créditées. Il double Emma Peel dans la scène du plongeon de L’oiseau qui en savait trop.

À noter que…

o The Chelsea Flower Show est une exposition florale qui se tient tous les ans, cinq jours au mois de mai, dans les jardins du Royal Hospital de Chelsea. Dans ce domaine, c’est la plus célèbre du Royaume-Uni et elle est mondialement connue.

o Commentaire de Patrick Macnee pour cet épisode : "Steed et Emma multipliés par deux. Double danger, double frisson. Dans cet épisode, Philip Levene s'évade de la réalité. Auteur du scénario, il y apparaît aussi sous les traits de l'agent Jonquille." (Source : DVD 5 de la collection Optimum, Granada Plus Points)

o L'histoire a été inspirée par de "dramatiques" circonstances : Patrick Macnee partait en vacances et Diana Rigg quittait la série. Par conséquent, les scènes où apparaissent ensemble Steed et Emma sont moins nombreuses dans cet épisode.

o Cet épisode est le dernier à avoir un sous-titre à l'écran ainsi que la scène : "Mrs Peel, we're needed".

o On peut également apercevoir Mrs Peel faire du cheval près de la plage dans le petit film proposé à Basil et Lola. Ce film était à la base un matériel de promotion pour la série (voir Tournage ). De nombreuses photos furent prises ce jour-là et on peut les retrouver pour la plupart sur les séries de trading cards Cornerstone. Plus d'infos sur http://www.woburnsands.co.uk

o Référence évidente au film Ipcress, danger immédiat avec Michael Caine. Le colonel du film a une fleur unique sur son bureau alors que la Major "B" (pour bee [bi:], abeille) en a une douzaine. Il y a également un Major Dalby qui lui ressemble dans le film. (source : site, Mrs Peel, we're needed).

o Nous voyons donc avec stupéfaction nos deux héros s'embrasser sur la bouche, esquisser des gestes très équivoques, employer un langage de charretier, etc. Le faux Steed appelle Mrs Peel par son prénom. Le vrai Steed ne le fait jamais (en VO) sauf dans Ne m'oubliez pas.

o Parmi les photos de la galerie Optimum, notons celles de Diana Rigg avec le réalisateur John Moxley pour la scène d'introduction, Diana ayant le pistolet et la rose à la main, la terrible grimace de l'actrice Patricia Haines sous le casque de la machine et, de nouveau, Diana Rigg, occupée avec un objectif, en compagnie du réalisateur.

o Lors d'une interview sur le site DVDEmpire, John Moxey, qui n'a réalisé qu'un seul épisode des Avengers, confie que Patrick Mcnee et Diana Rigg étaient formidables et qu'ils est resté ami pendant des années avec l'acteur. Cet épisode, controversé parmi les fans, a permis à Patrick Macnee et Diana Rigg d'avoir des rôles de méchants.

Fiche de Qui suis-je ??? des sites étrangers

En anglais
http://theavengers.tv/forever/peel2-16.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/emmacol/516.html
http://deadline.theavengers.tv/PeelS2-16-WhosWho.htm
En flamand
http://home.scarlet.be/~pvandew1/avengers/peel43.htm
En italien
http://www.intrigo.net/Avengers/16col.htm
En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/peel_who.htm