Le mort vivant5-08-02Meurtres distingués

LE TIGRE CACHÉ
(THE HIDDEN TIGER)

Steed hunts a big cat – Emma is badly scratched

Tournage : janvier 1967

Diffusion : ITV, 4 mars 1967 – 1re chaîne ORTF, 17 juin 1973

Scénario : Philip Levene

Réalisation : Sidney Hayers

Ronnie Barker (Cheshire), Gabrielle Drake (Angora), John Phillips (Nesbit), Lyndon Brook (Dr. Manx), Michael Forrest (Peters), Stanley Meadows (Erskine), Jack Gwillim (Sir David Harper), Frederick Treves (Dawson), Brian Haines (Samuel Jones), John Moore (Williams), Reg Pritchard (Bellamy).

Résumé

Un fauve lâché dans la nature sème-t-il la mort sur son passage ? Les Avengers traquent la bête et partent en safari, mais la découverte d'un médaillon les mène à PURRR, un havre de paix pour chats, des félins inoffensifs en apparence….

Épilogue

Excellent tag! Les Avengers font des figures à la peinture sur les murs. Steed dessine un cœur et une flèche et ajoute ses initiales au moment où Mrs Peel vient jeter un coup d'œil. Il barbouille alors le mur en précisant : "By acting as we did, we narrowly averted a terrible...[En agissant de la sorte, nous avons évité de justesse une terrible …], il met le pied dans la peinture rouge et Mrs Peel termine sa phrase : "… CATastrophe ! " (jeu de mots en VO).


CRITIQUES

5-08-01


Denis Chauvet 1er mars 2006

Le tigre caché, tourné en janvier 67, ne fut diffusé chez nous que six ans et demi plus tard (le 17 juin 73), ce qui est assez regrettable pour un épisode phare de la saison.

The Hidden Tiger a toutes les qualités des nombreux classiques de la quatrième saison, la couleur en plus, et constitue ainsi un des sommets de cette cinquième saison : un épisode à montrer à tous les fans potentiels. L'excellente interprétation des seconds rôles, les dialogues savoureux et typiques de Philip Levene et la mise en scène de Sidney Hayers, qui ressemble par certains côtés à celle des Cybernautes (succession de morts violentes), contribuent logiquement à la réussite de ce chef-d'œuvre. Cet épisode souligne une nouvelle fois que l'intrigue n'est pas le facteur le plus important de la série, la succession de meurtres étant un artifice très utilisé dans les scénarios des Avengers. Ainsi, l'excentricité, l'absurdité et l'humour made in Avengers font la particularité du Tigre caché; l'intrigue, bien qu'originale, étant vite devinée dès la découverte du médaillon près de la cage du Major Nesbit. Qui peut croire à la conquête de la Grande-Bretagne par des minous ? L'échange entre Steed et Mrs Peel dans le bureau de Sir Harper met le téléspectateur sur la piste très tôt. Mrs Peel saisissant le chat : "We plead not guilty" [Nous plaidons non coupable] et Steed répond : "I think it's something a little larger than that" [Je pense à quelque chose d'un peu plus gros que cela]. On se doute que le chat n'est pas aussi innocent qu'il en a l'air...

Plus d'un personnage excentrique est généralement gage de qualité (cf. Bons baisers de Vénus, Le vengeur volant déjà vus cette saison) et cet épisode confirme la règle. Le regretté Ronnie Barker est évidemment associé au succès de la série pour son interprétation de Cheshire. Sa façon de laper son bol de lait ("On the bottle again, Cheshire !" [Encore à la bouteille, Cheshire !]) ou de dresser des portraits-robots de chats sont des scènes inoubliables bien qu'elles n'aient aucune influence sur l'histoire. D'ailleurs, on peut se demander si Cheshire n'est pas, à l'instar de Sir Horace Winslip (Les fossoyeurs), un excentrique manipulé, sa participation au complot n'étant pas avérée.

John Phillips (Nesbit) est également remarquable malgré une apparition trop courte en chasseur obnubilé par le gros gibier et capable d'en renifler un à des miles, même dans la verte campagne anglaise ! Les véritables comploteurs, le Dr Manx et Angora, ne sont pas en reste. Lyndon Brook est l'inquiétant Manx, l'inventeur du psycat therapy (thérapie pour chats stressés !), et la féline Gabrielle Drake est Angora, sublime à souhait. Pressentie comme avengers girl, elle aurait parfaitement remplacé Diana Rigg, surtout qu'elle n'avait rien perdu de son charme dix ans plus tard dans Méfiez-vous des morts des New Avengers. Deux félines comme Mrs Peel et Angora ne peuvent que retenir l'attention des spectateurs matous, en particulier lorsqu'on connaît les occupations de Gabrielle Drake (voir Informations complémentaires ). En osant, Angora a vraiment du… chien !

Steed et Mrs Peel sont également excentriques dans leurs échanges avec Cheshire. À l'évocation d'Emma, la chatte recherchée, Cheshire déclare à Steed : "And what a joy for you it must be when she's curled up in your lap" [Quelle joie cela doit être pour vous lorsqu'elle se blotti sur vos genoux.] ; la réponse de l'agent au chapeau melon est savoureuse : "Well, I've never thought of it that way !" [Je n'avais jamais pensé à cela !]. La description de Mrs Peel à la recherche de Little John est également très personnifiée : "Little John's very bad tempered first thing in the morning until he's had his first glass of champagne." [Little John est de très mauvaise humeur le matin avant de prendre sa première coupe de champagne.].

Les dialogues succulents de cet épisode sont très difficiles, voire impossibles à apprécier à leur juste valeur en version française. PURRR trouve un sens pour la signification de chaque lettre mais n'a pas d'impact dans le terme isolé (purr signifie ronronner). Quant à la devil mind de l'épisode (de la série ?), elle a un triple sens en version originale qui passe pratiquement inaperçu dans la version française (comme souvent dans la saison quatre). "Pussies galore" (traduit par "Il y a des minous partout") s'exclame Mrs Peel en venant délivrer Steed au milieu des chats. Cette réplique est bien évidemment coquine bien qu'elle puisse être prise au premier degré, procédé bien connu et très utilisé par Brian Clemens pour contourner la censure stricte de l'époque. Pussy Galore est également le nom d'Honor Blackman dans Goldfinger, le James Bond qui lui fit quitter la série. À noter que Steed réutilise cette réplique dans Un chat parmi les pigeons des New Avengers, faisant un clin d'œil évident à la cinquième saison.

Philip Levene exploite à fond le champ lexical dans les répliques des personnages de cette aventure. Quelques exemples au hasard. Angora pour éliminer Mrs Peel : "There is more than one way to skin a cat" [Il existe plus d'une façon pour s'en débarrasser] ; Steed au téléphone à Mrs Peel : "The cat's out of the bag." [La solution n'est pas loin] ; Mrs Peel précisant qu'elle a seulement parcouru la pile de livres : "I think the word is 'skimmed'" (jeu de mots, skim signifiant également écrémer !) ; le Dr Manx à Steed, ligoté sur la chaise : "Curiosity kills the cat." [proverbe, l'équivalent de notre "La curiosité est un vilain défaut"]... Le style de Philip Levene se rapproche ainsi de l'esprit des épisodes de la saison précédente alors que Brian Clemens était plus tourné vers l'imagination et le bizarre. Cela a sûrement été à l'origine de la divergence entre ces deux "génies" qui ont tant apporté à la série.

La musique de l'épisode n'est pas désagréable et reprend des thèmes connus : l'air de chasse du safari provient de Petit gibier pour gros chasseurs, celui des funérailles du chat des Fossoyeurs et de Cœur à cœur et la musique qui accompagne les attaques a déjà été entendue dans Les marchands de peur.

Les scènes d'attaque rappellent celles des Cybernautes et du Vengeur volant mais, bien que d'apparence répétitive, elles sont terriblement efficaces. La scène d'introduction est particulièrement bien réussie. L'agressivité du chien fait contraste avec la passivité du chat (invisible) et le point de vue de la caméra par la porte-fenêtre entrouverte fait monter la tension. La peau de tigre recouvre le corps de la victime avec le titre en incrustation et clos superbement cette introduction. La séquence de l'attaque du Major Nesbit dans la cage est très impressionnante. Je l'avais vue à l'âge de dix ans et elle est toujours restée une image forte de la série à mes yeux.

Mrs Peel porte deux combinaisons, une noire à la fin de l'épisode et la bleue et lilas déjà vue dans Le vengeur volant, mais les tenues les plus remarquées dans cette aventure sont le manteau et la jupe classique lors de la visite chez Sir Harper et, surtout, la robe d'été rose (sans la veste rouge de préférence !). Cette robe sexy apparaît dans pas moins de six épisodes, mais elle est surtout présente ici et dans Le retour des cybernautes.

De très beaux décors donnent un cachet particulier à cet épisode : l'intérieur de la demeure de Sir Harper et, bien sûr, le somptueux établissement PURRR. Mrs Peel en robe rose sur fond tigré jaune et noir est une image célèbre ayant servi à de nombreux ouvrages, trading cards et autres. Les scènes en extérieur sont très satisfaisantes en considérant que The Hidden Tiger fut tourné en hiver (le parc de Sir Harper, les alentours de PURRR, la course de Bellamy et quelques vues londoniennes.) Par contre, les séquences safari ont vraisemblablement été tournées en studio.

Une fois n'est pas coutume, Mrs Peel vole au secours de Steed au terme de cet épisode parsemé de petites scènes parfois anodines mais toujours intéressantes. Williams, le serviteur, retranscrit parfaitement la terreur, le piège se referme en faisant écho avec la culasse du fusil manipulé par Nesbit, Steed n'oublie jamais son breuvage préféré en mission (cf. L'oiseau qui en savait trop), l'arrivée à PURRR de la Bentley au milieu de Mini Mokes sur un air très agréable et Mrs Peel imitant un ronronnement, le catalogue PURRR en forme de chat entre les mains (photo de la jaquette du DVD kiosque).

Les quelques défauts, vite oubliés, de The Hidden Tiger sont la rapidité avec laquelle Steed et Mrs Peel se retrouvent dans la camionnette alors qu'ils sont censés être à pied, ainsi que les doublures trop apparentes (Steed et Mrs Peel dans le parc chez Harper et Steed enjambant le muret lors de sa visite nocturne à PURRR). En fait, Patrick Macnee et Diana Rigg étaient assez souvent doublés pour des scènes anodines. Par exemple, cette séquence du parc est pratiquement entièrement tournée par les doublures à part trois gros plans. Des subterfuges sont utilisés : la caméra au niveau du chien (et donc des jambes des acteurs) ou les Avengers courant de face mais tête baissée vers la demeure... Mais que cela ne gâche pas notre plaisir !

"Inside every cat, there's a hidden tiger."

Avec le recul (nouvel avis, janvier 2012) :Épisode toujours aussi somptueux; la version Optimum a l’avantage de faire disparaître les nombreux craquements, griffures et traits en tout genre de la version kiosque mais, du coup, les doublures sont très apparentes et l’épisode en est truffé. Il est toujours dans mon top three de la saison malgré tout, mais c’est l’exemple type qui prouve que les doublures de Patrick Macnee et Diana Rigg n’étaient pas utilisées avec parcimonie, loin s’en faut ! J’ai particulièrement apprécié les échanges entre Steed et le major Nesbit cette fois. ‘I don’t fancy my profile up there !’

EN BREF : Le tigre caché symbolise admirablement l'esprit de la série qui lui a permis de perdurer de génération en génération. L'humour, les clins d'œil et l'excentricité donnent une particularité inégalée aux Avengers et cet épisode résume au mieux toute la richesse de ce programme.

Steed3003 4 décembre 2004

Considéré comme "une incontestable réussite" par le livre de Didier Liardet et comme "un épisode formidable" par The Avengers forever, cet épisode déçoit pourtant un peu.

Le scénario de Philip Levene suit au début la trame ultra-classique des Avengers: les morts se succèdent, l'intrigue n'avance guère. On a l'impression que cette idée de bête féroce était un prétexte à d'amusantes scènes de safari. La deuxième partie, commençant avec l'arrivée dans P.U.R.R.R., prend un ton nettement plus délirant et intéressant. L'épisode se mue alors en critique incisive, plus valable que jamais aujourd'hui, du trop d'attention apportée aux animaux domestiques. On assiste même à un enterrement de chat qui, s'il pouvait paraître grotesque à l'époque, prend un ton nettement plus inquiétant de nos jours. Cette critique donne aussi lieu à de nombreuses scènes comiques (quand Mrs Peel a perdu son petit minou… John au nez aristocratique !) réjouissantes. Le personnage d'Edwin Chester, superbement interprété par Ronnie Barker, est lui tout aussi réjouissant. Philip Levene ajoute quelques bonnes idées à l'épisode : comme Steed cherchant les coordonnées d'un certain Jones (le "Dupont" anglais) et épluchant par conséquent les centaines de numéros présents dans l'annuaire ! Enfin, on pourrait aussi louer un final haletant, quoique trop abrupt, et des dialogues excellents. On regrettera juste que toutes les répliques à "double-entendre" comme le disent les anglo-saxons, les plus osées portant sur le mot pussy(dont la désormais célèbre réplique de Mrs Peel : "Pussies galore") ne passent malheureusement pas en français, tant en VF que dans les sous-titres, réservant ces savoureuses répliques aux anglophiles confirmés. On reprochera aussi à Philip Levene l'absence quasi-totale de suspense, ainsi que le peu d'originalité des méchants et de leurs ambitions. On aurait aussi espéré une approche plus originale du thème, même si le dénouement de l'épisode est inattendu.

Il est toujours difficile de juger le travail des réalisateurs de la saison 5, tous copiant à merveille, à quelques exceptions près, le style de la série. La saison 5 est celle qui possède la plus grande continuité filmique. Ainsi, on pourra constater que Sidney Hayers a parfaitement assimilé ce style, parfois rigide, et l'esprit de la série : des cadres soignés, pas trop de mouvements, beaucoup de plans américains et de plans moyens. On pourra lui reprocher de calquer les scènes d'attaque du Tigre cachésur celles du Vengeur volant, ce qui donne une impression de déjà vu lassante. Il y a aussi toujours ce problème de doublures, utilisées à tort et à travers. Au début de l'épisode, par exemple, quand Steed et Mrs Peel promènent le chien, on remarque sans trop se forcer qu'il s'agit des doublures des deux acteurs : la doublure de Steed n'a pas la même corpulence que Macnee et celle de Mrs Peel a une coupe différente et des cheveux plus longs que Diana Rigg. Les scènes de safari sont par ailleurs très bien tournées. La direction d'acteurs est bonne.

Steed boit maintenant du champagne en plein safari et décrit tendrement sa partenaire. Leur association est toujours pleine de piquant. Ne manquez pas le tagfinal qui révèle les tendres sentiments de Steed pour Mrs Peel. Vu le regard amusé de sa partenaire, on doute que ces sentiments soient partagés.

Mrs Peel est particulièrement jolie dans toutes ses tenues, notamment la rose, durant l'épisode. Steed reste fidèle à ces costumes avec une même élégance.

Le décor de P.U.R.R.R. est un des meilleurs de Chapeau Melon, il rappelle, par son outrance, celui de la maison d'édition de Amour, quand tu nous tiens…. Les autres décors ont une apparence désuète pas désagréable.

La musique est inégale dans cet épisode : répétitive et ennuyeuse dans les scènes d'attaque, excellente durant le safari. Laurie Johnson ne convainc toujours pas.

EN BREF : Même s'il n'est pas le chef-d'œuvre annoncé, Le tigre caché reste un épisode tout de même très divertissant.

 

Estuaire44 15 Septembre 2013

Le tigre caché bénéficie d’une astucieuse idée de départ. Celle-ci induit un mystère aiguisant la curiosité du spectateur, que l’habile Levene parvient à maintenir aussi longtemps qu’il était loisible, tout en semant d’habiles indices. Cette histoire de chats brusquement transformés en fauves sanguinaires introduit également un absurde bien dans le ton de la série, agrémenté d’un humour du meilleur effet. Toutefois, hormis ces plaisants à-côtés, Levene ne parvient pas à développer son concept au-delà de la sempiternelle litanie des assassinats successifs, jusqu’à finir par lasser avant que n’apparaisse PURRR.

Cette impression de déjà-vu se ressent d’autant plus que l’opus évoque fortement le précédent Le Vengeur volant. Outre une structure narrative rigoureusement identique, cela s’avère également avec les scènes de meurtres, tournées selon les mêmes modus operandi et conventions visuelles, mais aussi avec de nouveaux clins d’œil à Batman. Angora ressemble comme une sœur jumelle à Sélina Kyle et le décor de PURRR s’avoisine clairement à ceux entourant Catwoman dans cette série de 1966. Le thème de l’épisode, certes habillé d’un plaisant vernis de Science-fiction, ne relève pas non plus d’une grande originalité.  Il se rapproche beaucoup de celui de Shadow of the Cat, l’un des classiques de la Hammer (1961), avec notamment la Barbara Shelley de Bons baisers de Vénus.

Malgré ces évidentes limites, Levene parvient à éveiller l’intérêt du spectateur, en ornant son récit de deux Excentriques des plus relevés. Le Major Nesbit compose un plaisant pastiche de la figure traditionnelle de l’officier de l’armée des Indes féru de chasse au tigre, dont le Colonel Moran de Conan Doyle a fourni une version autrement plus sombre. On retiendra néanmoins avant tout l’hilarant Cheshire, aux irrésistibles mimiques et dialogues, que Ronie Barker incarne avec un naturel confondant.  Les autres seconds rôles et adversaires paraissent davantage réduits à de silhouettes, y compris une Angora qui, hormis le charme de Gabrielle Drake, ne démontre pas grand-chose. Les décors demeurent soignés, mais les scènes en extérieur se voient en partie gâchées par un recours évident à des doublures de nos Avengers.

Ces derniers se montrent ici particulièrement à leur avantage, car nantis de dialogues non seulement pétillants d’humour mais aussi finement ciselés afin de complaire aux amateurs de relationnels. Rarement épisode se sera montré aussi parlant sur la nature exacte du lien unissant Steed et Mrs Peel, que cela soit lors de la délectable description de l’autre en tant que chat ou lors d’un tag final si explicite. On apprécie d’ailleurs la continuation des travaux artistiques de Mrs Peel, véritable série dans la série ! Le jeu de mots Pussies galore se montre piquant à souhait, mais avait déjà été supérieurement employé lors du départ de Mrs Gale (Le quadrille des homards) La féline Emma se montre ici particulièrement dans à son affaire, notamment lorsqu’elle vole au secours de son partenaire, toujours si élégamment sybarite et malicieux.

EN BREF : Malgré une trop grande similitude avec Le Vengeur Volant, l'épisode résulte très distrayant. Cheschire constitue l'un des meilleurs Excentriques de la saison. 


VIDÉO


Un enterrement particulier


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

5-08-03
 

Tournage

o Les extérieurs de P.U.R.R.R. furent filmés à North Mymms Park près de Welham Green. Ce manoir, dont les origines remontent au XIVe siècle, est célèbre pour sa décoration ouvragée mais aussi pour ses somptueux jardins. Laissé à l’abandon durant les années 80, l’importante rénovation entreprise la décennie suivante permit de mettre à jour de grandes fresques du XVIIe siècle, une découverte majeure selon les historiens de l’art. Les peintures représentent les plus grands conquérants de l’Histoire (Alexandre le Grand, Jules César, Charlemagne…). (source : The Avengers on Location)

o Steed se rend chez Samuel Jones, Boydell Court à Londres.


Continuité

o Les doublures sont autant visibles que les stars sur cet épisode.  "We'll check around the grounds". Cette séquence du parc est pratiquement entièrement tournée avec les doublures, Rocky Taylor et Cyd Child, à part quatre gros plans. Des subterfuges sont utilisés : la caméra au niveau du chien (et donc des jambes des acteurs) ou les Avengers marchent de dos et courent de face, la tête baissée vers la demeure mais, avec la nouvelle collection Optimum, le stratagème est flagrant...

o Ce n’est pas Macnee qui fait son entrée dans P.U.R.R.R. escorté par des mokes voitures de lait mais Rocky Taylor, la doublure, sauf pour les quelques gros plans (à gauche). Idem pour la brève scène de départ avec la brochure. C’est exactement la même chose lorsque Steed arrive chez Bellamy et Jones et qu’il se rend de nuit à PU.R.R.R. où Rocky Taylor avance à couvert et enjambe le muret. Cyd Child double aussi Diana Rigg dans sa virée nocturne à P.U.R.R.R. Lorsque le van du Dr Manx heurte un arbre, Rocky Taylor et Cyd Child accourent à travers les bois et repartent en emportant le chat (à droite).

o Le panorama du parc de Sir Harper est un ‘fake’ ; On s’en aperçoit lorsque Sir Harper se tourne pour prendre un verre et, surtout, quand Steed ouvre la porte-fenêtre : c’est une peinture qui sert d'arrière plan.

o La ferme ‘sent’ le studio et, d’ailleurs, on en a la preuve quelques secondes lorsque Peters fait son apparition : à droite, au-dessus du toit, c’est le mur du studio.

o Alors que Steed traverse la pièce chez Nesbit, l'ombre d'un micro lui barre le visage (désagrément fréquent durant les saisons vidéo Cathy Gale).

o Lorsque Peters se verse un verre de lait tout en parlant avec Angora, il remarque juste à temps que le verre est déjà plein : la scène a dû nécessiter plusieurs prises !

o Lorsque le corps du docteur Manx tombe de la camionnette, on aperçoit brièvement la tête d'un membre de l'équipe vraisemblablement prêt à le réceptionner !

o Lors du combat dans la ferme d'expérimentation où Erskine se retrouve coincé, on remarque une erreur de cadrage nous montrant le toit du studio.

o Les séquences des deux ‘safaris’ sont tournées en studio avec quelques inserts pour donner le change.

o Lorsque Cheshire se sert un verre de lait, le chat qu’il tient essaie de le boire avant lui mais Angora s’empare du matou.


Détails

o Quand Emma vient délivrer Steed attaché au milieu des chats, elle s'écrie : "Il y a des minous partout !" ce qui donne en anglais : "Pussies galore". Référence au rôle que joue Honor Blackman dans Goldfinger. Une réplique à double sens pour les esprits mal tournés !

o On boit beaucoup de champagne dans cet épisode et en solo ; Mrs Peel en décollant son papier peint et Steed à son poste de surveillance.

o L’extrait du lion qui attaque est emprunté au film Nor the Moon by Night.

o P.U.R.R.R. est l'abréviation de "Philanthropic Union for the Rescue, Relief and Recuperations of cats". En français, il devient la "Philanthropique Union pour le Ramassage le Réconfort et la Relaxation du chat".

o L'inscription sur le médaillon est "P.U.R.R.R. FURRY LODGE SUSSEX"

o Le panneau à l'entrée de la ferme porte la mention suivante : "Chippenham Manor : Experimental Husbandry Farm. Research controller Sir David Harper".

o Lors du premier safari, une image de Bons baisers de Vénus est utilisée (la lumière blanche au fond du champ).

o C’est le terme américain qui est retenu : ‘pasteurized’ avec un z et non un s comme en anglais. C’est bien un signe que la série n’était plus 100% British avec le passage à la couleur.

o Mrs Peel/Diana Rigg a les yeux boursouflés lorsque Cheshire fait le tour de ses protégés. Allergie ou nuit blanche ?

o Mrs Peel dépose la chatte qu’elle a reçue de Cheshire sur un bottin téléphonique (telephone directory) d’une édition d’avril 1966 ; Outer London : S. Herts and N. Middlesex.

o Une réplique de Mrs Peel qui annonce un (excellent) épisode des TNA :’Let’s put a pigeon among the pussies !’.

o Le fourgon utilisé par l’opposition est un Moris LD 1962. Développée par British Motor Corporation, cette gamme permettait de construire des véhicules très différents sur un même châssis (fourgons commerciaux, ambulances, véhicules de pompiers…).

o Les voitures livrant le lait à chez PURRR sont des Mini Mokes. Ces adaptations de la fameuse Mini en véhicules utilitaires étaient également construites par British Motor Corporation. Elles connaissent un grand succès durant les années 60 et figurent dans plusieurs épisodes des Avengers, dont A Surfeit Of H2O et Fog.

o There is more than one way to skin a cat, déclare Angora. Il s’agit d’un vieux proverbe anglais. Il est repris en 1678 dans le recueil Proverbes anglais, de John Ray, ouvrage important dans l’histoire de cette langue. Il exprime l’idée qu’il existe toujours plusieurs moyens de parvenir à ses fins, la version française traditionnelle en étant « Il y a plus d'une façon d'accommoder un lapin ».

o Curiosity kills the cat, autre citation d’Angora, est un proverbe traditionnel anglais, soulignant les périls d’une trop grande curiosité, l’équivalent du français « La curiosité est un vilain défaut ». Sa forme originelle est toutefois Care kills the cat, notamment reprise par Shakespeare dans beaucoup de bruit pour rien (1599). Ce n’est qu’XIXème siècle que la forme actuelle prédomine.

o Le nom Cheshire représente un clin d’œil supplémentaire aux chats, ainsi qu’une nouvelle référence à Lewis Carroll au sein de la série. En effet le souriant et énigmatique Chat du Cheshire reste l’un des plus notables rencontres d’Alice durant son périple au Pays des Merveilles (1865). L’auteur rend ainsi hommage à son Comté du Cheshire natal. Le Chat du Cheshire est réputé pour son regard étonnamment réaliste porté sur la folie environnante, ainsi que pour sa capacité à se rendre invisible. Rendu très populaire par le dessin animé de Walt Disney (1951), le Chat de Cheshire réapparait à de multiples reprises dans la culture populaire. 

Acteurs – Actrices

o Ronnie Barker (1929-2005) était l'homme à tout faire outre-Manche (théâtre, télévision, radio). Dans les années 60, il se fit un nom à la radio avant de devenir un habitué du petit écran. Il tourna dans des séries comme Le Saint mais c'est The Two Ronnies (avec Ronnie Corbett), une série de sketchs diffusée sur la BBC de 1971 à la fin des années 80, qui lui fit sa réputation. R Barker a été fait OBE (Officer of the Order of the British Empire) et il a fait l'objet d'une biographie, The Authorised Biography of Ronnie Barker de Bob McCabe.

o Gabrielle Drake (1944) a travaillé comme fille au pair à Paris avant de s'inscrire à la RADA (Royal Academy of Dramatic Art, l'équivalent du Conservatoire français). Elle a été testée pour jouer les rôles d'Emma Peel et de Tara King. Elle avait un rôle majeur dans la série UFO (1970) et a participé aux séries Le Saint, Les champions et Les professionnels (de Brian Clemens). Elle est apparue dans quelques rôles mineurs assez déshabillés au cinéma au début des années 70 et elle est la voix du livre audio The Kama Sutra (1994). Elle vit dans une abbaye médiévale dans les Midlands.

o Jack Gwillim (1909-2001) était principalement un acteur de théâtre et fut membre de la Royal Shakespeare Company de Stratford. Il a joué à Broadway avec les plus grands, Ingrid Bergman, Christopher Plummer, Richard Burton, Sir Anthony Quayle, Sir John Gielgud… Il a été commandant dans la marine pendant vingt ans avant de devenir acteur. Grand sportif, il a pratiqué avec succès le rugby et la boxe dans la marine.

o Stanley Meadows a joué dans de nombreuses séries britanniques : Le Saint (trois épisodes), Paul Temple, Amicalement vôtre, Poigne de fer et séduction, Regan, Les professionnels. Quelques rôles au cinéma : Ipcress, danger immédiat (avec Michael Caine) et La septième cible (un des derniers films du regretté Lino Ventura).

o John Phillips (1914-1995) est Lanning Koestler dans l’épisode La danseuse d’Amicalement vôtre.

o Lyndon Brook (1926-2004) a joué dans deux autres épisodes des Avengers, Je vous tuerai à midi (saison King) et Le château de cartes (TNA).

À noter que…

o Les images du lion bondissant vers l’objectif ont également été employées durant la séquence d’ouverture de L’héritage diabolique

o Premier du top 5 des meilleurs épisodes de la première partie de la saison 5 établi par les auteurs de The Avengers Dossier.

o Commentaire de Macnee pour cet épisode : "The Avengers est la seule série britannique a avoir été diffusée aux USA en prime time. Cela ne s'est jamais reproduit par la suite. J'en suis très fier." (source : DVD 3 de la collection Optimum, Granada Plus Points) .

o Patrick Macnee raconte dans ses mémoires que Ronnie Barker l'a invité chez lui peu de temps après le tournage pour prendre un verre. Ronnie sortit une bouteille de lait, en versa un verre à Patrick et se versa sa ration dans une soucoupe qu'il lapa à genoux. Se relevant, il dit : "I'm a ginger tom" [Je suis un matou rouquin]. ( Blind in One Ear, édition harrap, pages 246-247, Chapeau melon, édition j'ai lu, page 349)

o L'excentricité de l'épisode se retrouve dans les noms des personnages. Angora et Manx (chat de l'île de Man) sont des races de chats. Cheshire est le chat d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. L'auteur avait donné le nom de son comté (Chester en français). Le célèbre chat de Chester a un sourire énigmatique qui dévoile des dents pointues.

o Gabrielle Drake et Ronnie Barker posent dans le décor de PURRR sur de nombreuses photos (DVD3 de la collection Optimum, Image galleries).

o Les statues de chats de toutes les tailles dans les bureaux de PURRR représentent Bast (ou Bastet). Bast est une déesse de la mythologie égyptienne. La séduisante déesse à tête de chat détient le pouvoir magique qui stimule l'amour et l'"énergie charnelle ". Un atout qui lui valait un culte tout particulier de la part des Égyptiens. Bast est une déesse aux caractères antagonistes, douce et cruelle, elle est aussi attirante que dangereuse et le félin sommeille toujours en elle.

o La qualité du DVD n'est pas à la hauteur de l'épisode : de nombreux craquements, griffures (de chats ?) et traits sur l'écran.

o Coupures de presse lors de la 1e diffusion française.

Télé 7 Jours

Fiche du Tigre caché des sites étrangers :

En anglais
http://theavengers.tv/forever/peel2-8.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/emmacol/508.html
http://deadline.theavengers.tv/PeelS2-08-HiddenTiger.htm
En flamand
http://home.scarlet.be/~pvandew1/avengers/peel35.htm
En italien
http://www.avengers.it/08col.htm
En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/peel_hidden.htm