LA NAINE BLANCHE

(THE WHITE DWARF)

Tournage : Février 1963

Diffusion : ITV, 16 Février 1963 – 13ème Rue, 13 Décembre 1997

Scénario : Malcolm Hulke

Réalisation : Richmond Harding

George A. Cooper (Maxwell Barker), Philip Latham (Cartwright), Peter Copley (Henry Barker), Bill Nagy (Johnson), Vivienne Drumond (Elizabeth Fuller), Daniel Thorndike (Minister), Constance Chapman (Miss Tregarth), George Roubicek (Luke), Keith Pyott (Pr. Richter), Paul Anil (Dr Rahim).

Résumé Un prestigieux astronome prédit l’entrée dans le système solaire d’une étoile de type Naine Blanche, ce qui signifierait fin du Monde. Il est assassiné au moment où il procédait aux vérifications pratiques de sa théorie, encore dissimulée au public. Tâchant d’y voir plus clair, les Avengers découvrent un mystérieux complot visant à déstabiliser les places financières mondiales par l’annonce de cette nouvelle.


CRITIQUES


Estuaire44 23 novembre 2007

L’intrigue de La Naine Blanche se révèle particulièrement riche, car recouvrant, de manière parfaitement aboutie, des segments distincts mais complémentaires. C’est ainsi le cas de cette chronique d’une Apocalypse annoncée, dont l’habile incertitude revêt tout l’épisode d’une sourde tension. Objectivement nous savons bien que la catastrophe ne va pas avoir lieu, mais le déroulement du récit parvient à distiller une telle ambiguïté que l’on se laisse prendre au jeu.

A ce premier thème fort bien construit vient se rajouter un complot boursier aussi cynique que finalement parfaitement crédible. Sous les atours de la Science-fiction, on comprend bien mieux les rouages d’un délit d’initié que dans bien des articles de la presse financière! L’imbrication de ces deux rameaux de l’histoire s’effectue fort harmonieusement, sans qu’à aucun moment l’un vampirisme l’autre ou ne nuise à la compréhension de l’ensemble.

Après l’épisode très décevant L'argile immortelle, Richmond Harding en revient à son meilleur niveau en nous offrant une réalisation de facture classique, mais élégante et fluide. Sa mise en scène nous réserve de plus quelques moments très marquants, comme la sinistre et inattendue découverte du cadavre de Johnson ou la fusillade finale, nette plus percutante que de coutume. A cette occasion Harding s’offre l’audace de filmer l’action en mode légèrement accéléré, ce qui, joint aux étranges décors et à une luminosité savamment dosée, donne un cachet agréablement expressioniste à la scène.

La reconstitution de l’observatoire, par un Terry Green aussi habile que de coutume, est une authentique merveille, tant le faux télescope sonne juste. L’épisode se pare également d’un fort joli insert de Londres, moins artificiel que la plupart des recours à cette technique en cette saison. Le regard du spectateur s’attardera également sur une image étonnante de poésie : la vision de la Lune et de la Naine à travers le prisme du télescope. Cette évocation des splendides mystères de l’Univers émeut par sa simplicité, d’autant que la soutient la musique étonnamment évocatrice de Johnny Dankworth.

Les personnages secondaires demeurent dominés par la terrible opposition entre les deux frères, qui s’impose véritablement comme le troisième thème d’un épisode décidemment particulièrement riche. Cooper et Copley sont impressionnants de justesse et d’intensité, rendant électriques les rapports conflictuels entre cette fratrie que tout oppose. Même si leurs interprètes accomplissent de fort jolies performances, les autres rôles paraissent plus anodins et ne développant aucune réelle personnalité pour demeurer essentiellement les nécessaires rouages d’une intrigue bien fournie. La partition outrée et peu convaincante de George Roubicek dénote tout de même singulièrement, d’autant qu’il est souvent associé à l’élégante retenue d’Elizabeth Fuller.

Les deux Avengers, sans avoir réellement de scène marquante à défendre, réalisent chacun une fort honnête prestation. Steed, comme toujours sceptique, résout l’affaire avec son entrain coutumier. Patrick Macnee réalise un joli récital, sa manière de jeter la Naine Blanche à la figure de Barker est un authentique régal ! Cathy Gale agit avec son efficacité coutumière pour l’infiltration et se voit dotée d’une solide expertise en astronomie… Son sourire attendri à la découverte du livre pour enfants de Steed en dit long sur l’affection qu’elle lui porte derrière leurs sempiternelle prises de bec. Les meilleurs scènes des deux personnages demeurent d’ailleurs leurs entretiens, où ne cessent de fuser les piques et où l’exaspération de Mrs Gale, devant la fantaisie ou le cynisme de son partenaire, produit comme toujours des étincelles !

EN BREF :Un épisode de très bonne facture : intrigue solide, mise en scène adéquate... et offrant quelques jolies surprises.


VIDÉO


La fin du monde ?


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES


Tournage


Continuité

o Le sous-titrage nomme le chien de Steed Shiva, alors qu’il s’agit en fait de Sheeba.

o Lorsque Henry Barker vient rencontrer son frère (28’42’’), on remarque un mur de briques à sa droite .Quand il repart (31’01’’) le mur a dis paru, remplacé par un autre élément de décor !

o Quand Cartwright demande de rallumer la lumière (48’48’’), Luke s’exécute mais la luminosité reste la même!


Détails

o Torpoint est une petite ville à l’extrémité sud-ouest des Cornouailles, non loin de Plymouth. On n’y trouve aucun observatoire mais une base d’entraînement de la Royal Navy !

o L’observatoire californien du Mont Glomond auquel le Dr Fuller fait allusion s’inspire, peut-être, celui de Griffith. Il est aperçu dans de nombreux films et séries, dont Des agents très spéciaux et Mission Impossible. Ce lieu célèbre vient de manquer d’être ravagé par les grands incendies de Californie.

o Après Mauritius Penny, Steed continue à se forger une culture dans les livres pour la jeunesse, avec le Boys book of astronomy!

o Steed n’a pas de frère.

o L’auberge de Miss Tregarth connaît un régime purement végétarien, comme l’indique sa devanture : Tor Point Guest House – VEGETARIANS ONLY – Prop. Miss Edwina Tregarth.

o White Dwarf est également le nom du magazine officiel du jeu Warhammer, à la poésie très guerrière.

o L’événement stellaire auquel fait allusion Cathy Gale s’est effectivement déroulé le 4 juillet 1054. Ce jour-là l’éclat d’une Supernova apparaît dans la Constellation du Taureau, sa luminosité est si forte qu’elle demeure observable en clarté diurne durant 23 jours! Le phénomène met 22 mois à disparaître, marquant tellement les esprits de l’époque que l’on en retrouve aussi bien trace dans les annales chinoises ou arabes que dans les poteries de la tribu amérindienne des Anasazi. On en remarque d’ailleurs des réminiscences dans X-Files… Les résidus de cette explosion cosmique sont encore visibles aujourd’hui puisqu’ils forment effectivement la Constellation du Crabe :

o Naine Blanche : Contrairement à ce qu’indique Cathy Gale, la Naine Blanche n’est pas la résultante d’une Supernova mais une autre possibilité d’évolution finale d’une étoile. L’astrophysique a accompli d’énormes progrès depuis les années 60! Une étoile arrive au terme de son cycle de vie, généralement au bout de 10 milliards d’années, quand la fusion atomique s’achève. Dans le cas d’une Naine Blanche, au lieu d’exploser en Supernova, l’étoile implose sur elle-même. Si la pression et la température sont insuffisantes pour démarrer un processus de fusion nucléaire conduisant à une Géante Rouge, on obtient alors une Naine Blanche, qui finit par s’éteindre en Naine Noire en refroidissant. Notre Soleil est une Naine Jaune, une jeune étoile bien plus en amont dans le cycle stellaire Nous avons encore quelques milliards d’années devant nous…

Acteurs - Actrices

o George A. Cooper (1925) apparaît dans deux autres épisodes : Trop d’indices (saison 6) et La grande interrogation (saison 7, TNA). Il a participé à de nombreuses autres séries (Destination Danger, Z Cars, Dr Who, Le Saint…) mais son rôle le plus connu demeure Mr Griffith (1985-1992), le concierge de Grange Hill, une série anglaise pour la jeunesse toujours en cours depuis… 1978! Egalement comédien réputé au théâtre, il crée Billy Liar au West End (1960) avant d’en tirer une sitcom populaire (1973).

o Philip Laham (1929) participe également à l’épisode Avec vue imprenable (saison 4). Il est principalement connu à l’écran pour le rôle récurrent de Willy Izard dans The Troubleshooters (1965-1972) mais est également apparu dans Dr Who, Z Cars, Le Saint… Au cinéma il figure à l’affiche de Dracula Prince des Ténèbres (1966) où il interprète Klove, le serviteur de Dracula/Christopher Lee.

o Peter Copley (1915) est également aperçu dans les épisodes Miroirs (saison 6) et Un chat parmi les pigeons (saison 7, TNA). Il débute au théâtre durant les années 30, puis s’essaie au cinéma avant de vraiment connaître la popularité au petit écran. Il participe en effet à la plupart des séries du moment : Destination Danger, Le Saint, The Troubleshooters, Les Champions, Z Cars… Néanmoins Copley conservera son activité initiale d’avocat, on viendra ainsi souvent l’admirer à la cour durant les années 60, où il remporte d’ailleurs de beaux succès! Toujours actif, il apparaît en 2005 dans la superproduction Kingdom of Heaven et devrait intégrer, en 2008, la version télévisée des Annales du Disque-Monde!

o Bill Nagy (1900-1973), apparaît dans de nombreuses séries (Destination Danger, Le Saint, Department S…). Au cinéma il participe notamment à La Comtesse de Hong-Kong (1967) et à Goldfinger (1964), où il joue Mr Midnight, le gangster fournissant le fameux gaz à Auric Goldfinger.

A noter que…

o Cet appartement de Steed apparaît pour la dernière fois. Bien que toujours situé au 5, Westminster Mews, son prochain appartement sera nettement plus cosy!

o Après l’Irlande (Mort en vol), Le Pays de Galles (Un traître à Zébra) et avant l’Ecosse (Le fantôme du château De’Ath, saison 4), les Avengers continuent leur tour des Iles Britanniques, avec ici les Cornouailles.

o La présence du Dr. Rahim et de son interprète, l’acteur Paul Anil illustre une fois encore que les fameuses règles de Clemens ne sont pas encore entrées en scène. On voit d’ailleurs régulièrement des femmes se faire assassiner durant toute cette saison 2 !

o Malcom Hulke (1924-1970) a participé à l’écriture de 9 épisodes : Mauritius Penny, Inter-Crime, La Naine Blanche (saison 2), Concerto, Les Fossoyeurs, Les sorciers, Le Cheval de Troie (saison 3), Les fossoyeurs (saison 4) et Homicide et vieilles dentelles (saison 6). Il a également contribué à d’autres prestigieuses séries: Pathfinders (en collaboration avec Eric Paice), Gideon’s Way, Destination Danger… Il a principalement collaboré à Dr Who (13 épisodes, 7 novélisations). Auteur d’un livre référence, Writing for television in The 70’s, il fut également un ami personnel de Terrance Dicks à qui il mit les pieds à l’étrier avec l’écriture conjointe de Mauritius Penny

o Richmond Harding (1923) a réalisé en tout 7 épisodes, exclusivement au cours cette saison 2. Mort en vol a du être son coup d’essai, car il de montrera souvent plus inspiré ! (Mr Nounours, Mauritius Penny, Un traître à Zebra, L’argile immortelle, La naine blanche et Six mains sur la table). Même si sa mise en scène restera toujours de facture classique, ces épisodes comptent souvent parmi les meilleurs de la saison !

o Terry Green, concepteur de décors, interviendra dans sept épisodes de la saison 2 (Mission à Montréal, La trahison, Warlock, le décapode, Mr Teddy Bear , Un traître à Zébra, La naine blanche) et deux de la saison 3 (Ne vous retournez pas, Seconde vue). Ses créations seront toujours de bonne facture, voire excellente. Elles apporteront un attrait supplémentaire à ces épisodes, particulièrement crucial pour la série au moment où celle-ci est tournée quasi exclusivement en décors intérieurs, aux studios de Teddington.

Fiche de La naine blanche des sites étrangers :

En anglais

http://theavengers.tv/forever/gale1-21.htm
http://www.dissolute.com.au/avweb/season2/221.html
http://deadline.theavengers.tv/GaleS1-21-WhiteDarf.htm

En flamand

http://home.scarlet.be/~pvandew1/avengers/gale22.htm