Dracula 73 (1972)Frankenstein s’est échappé (1957)

Saga Hammer

Dracula vit toujours à Londres (1973)


DRACULA VIT TOUJOURS À LONDRES
(THE SATANIC RITES OF DRACULA)

Résumé :

L’inspecteur Murray, de Scotland Yard, fait appel au savant occultiste Van Helsing pour lutter contre un club sataniste qui veut détruire l’humanité grâce au bacille de la peste ! Derrière ce projet effroyable se cache le comte Dracula.

Critique :

Il faut avouer qu’il fallait y penser ! A la notable différence de Dracula 73, cet ultime opus des aventures du satanique comte est doté d’un scénario intéressant, plausible, plutôt original et absolument effroyable traduisant bien la paranoïa des 70’. Un autre bon point est d’avoir réinstallé l’antagonisme Dracula/Van Helsing ; ce qui crée un effet de série qui captive davantage. Ce n’est plus seulement le comte qui nous intéresse mais la lutte à mort entre les deux ennemis ; c’est bien plus passionnant ! Pour une fois, on ne voit pas la réincarnation du comte mais, finalement, elle ne manque pas même si cela donne une impression de facilité scénaristique.

Ce qui pose problème, c’est notamment ces facilités car il y en a plusieurs. Ainsi, lorsque Murray trouve la salle de vidéosurveillance, elle est opportunément vide. Personne ne semble trouver anormale l’absence des desservants du culte satanique. Ces « vides » du scénario trouvent une partie de l’explication dans un manque de moyens car, si le plan de Dracula est grandiose, au final, il ne se passe pas grand-chose. En outre, on a plutôt l’impression de regarder un film d’espionnage ! La scène où se rencontre Christopher Lee et Peter Cushing y trouverait davantage sa place que dans un film de vampire ! Enfin, il est bien trop court pour développer une intrigue réellement ambitieuse.

La « modernisation » du filon vampirique par la Hammer trouve ici sa meilleure réussite et sa limite. Mieux intégré dans le monde moderne – le rôle qu’il tient à rétrospectivement un côté savoureux ! – Dracula n’en demeure pas moins étranger. A nouveau, il ne se confronte pas directement à la modernité. Il s’en sert mais ne s’y intègre pas. Le scénario pioche quant à lui dans différents registres sans toutefois parvenir à créer quelque chose de vraiment cohérent. La messe noire est quasiment un poncif de la Hammer puisqu’on la retrouve dans Les vierges de Satan et Une messe pour Dracula. L’ouverture du film parvient un temps à nous captiver, d’autant que le découpage de la messe noire donne un certain dynamisme et illustre la confession du témoin, mais les tueurs en gilet façon peau de mouton et lunettes fumées, ça ne colle pas ! Le remplacement des jeunes de Dracula 73 par des adultes est pertinent pour l’intrigue mais cela renvoie aux messieurs trop naïfs d’Une messe pour Dracula. En fait, le projet totalitaire de Dracula, s’il colle bien à son époque, aurait été bien plus percutant sans lui ! On garde Christopher Lee dans le rôle du grand méchant, on enlève les vampires(ses) qui ne servent à rien, et l’histoire roule toute seule ! Un point demeure cependant intéressant : la prêtresse du culte est Chinoise. Dans ces années-là, la Hammer cherchait à se rapprocher du marché asiatique. De cette recherche naîtra le très curieux La légende des sept vampires d’or.

Esthétiquement, le film se défend bien. La modernité est présente mais tenue à distance. On appréciera par exemple le bureau cossu mais un brin désuet de Van Helsing. Le manoir Pelham ressemble à la demeure de John Steed dans The New Avengers et on ne s’attarde pas trop sur les hideux locaux de la police. La modernité s’invite sous les formes de l’érotisme et du gore. Pour ce dernier, on a un sacrifice de poulet, certes hors champ, mais on voit nettement le sang s’écouler de la gorge. Lorsque Jessica Van Helsing se retrouve confrontée aux servantes de Dracula, cela donne une scène brutale où des effets de ralentie accentuent la violence. Les différentes mises à mort des non-morts sont ainsi joyeusement sanglantes hormis celle des servantes qui est ridicule, mais brève. L’érotisme est lui présent avec la présence d’une femme nue pour le culte en ouverture du film (histoire que les spectateurs restent sans doute) ; détail qui ne sert à rien concrètement. 

Côté casting, remplacer les agaçants jeunes de l’opus précédent par des acteurs confirmés permet au moins d’avoir de l’expérience et donc plus de fond. Michael Coles reprend son rôle de l’inspecteur Murray et se défend plutôt bien même si la création du personnage de Torrence lui vole inutilement de l’espace. La fin précipitée du film (un péché made in Hammer !) ne lui permet pas non plus d’apporter une conclusion satisfaisante à son personnage. Reste qu’il remplit très correctement son rôle à la Mike Gambit : tenir les scènes d’action à la place d’un Peter Cushing bien vieilli. William Franklyn est tout aussi correct mais son personnage, mal défini, ne lui donne pas l’espace pour exister réellement. En fait, il est en trop. Il aurait fallu renouer le duo de Dracula 73 : Van Helsing et Murray ; le sachant et l’exécutant.

Si on retrouve le personnage de Jennifer Van Helsing, ce n’est plus Stéphanie Beecham qui l’incarne (pas grave) mais une débutante prometteuse, Joanna Lumley. Même si son personnage n’est pas assez abouti, elle fait déjà montre d’une curiosité avengérienne même si le péril est d’une nature différente ! Christopher Lee et Peter Cushing ont une dernière fois chez la Hammer l’occasion de s’affronter mais la lutte tourne court. Dommage car le premier garde une belle prestance mais, le second, toujours brillant en universitaire, voit le chagrin de son veuvage aggraver son vieillissement (pourtant, l’acteur n’a que 60 ans à l’époque). A tout le moins, ces deux honnêtes serviteurs du fantastique, de l’horror britannique, réussissent la fin de la saga du comte Dracula et du professeur Van Helsing. 

draculavit 5

Anecdotes :

  • Sortie anglaise : 3 novembre 1973 Sortie française 17 juillet 1974

  • Scénario :  Don Hougton

  • Réalisation :  Alan Gibson

  • Septième et dernière fois que Christopher Lee incarne le comte Dracula pour la Hammer. L’acteur reprendra le rôle pour Jesus Franco (Les Nuits de Dracula, 1970) et Édouard Molinaro (Dracula, père et fils, 1976) soit 9 fois en tout.

  • Exceptionnellement, la bande musicale de Dracula vit toujours à Londres est confiée non à James Bernard, qui se chargea de la plupart des épisodes, mais à John Cacavas (notamment compositeur des films Terreur dans le Shanghaï express (1973) et Les Naufragés du 747 (1977), tous deux avec Christopher Lee). Malgré les recommandations de la production, qui réclamait une musique plus à la mode, Cacavas s’en tint à donner des accents Pop au générique du début, refusant tout compromis sur le reste du film.

  • Le premier titre du film était Dracula is dead…But Alive…and Well…and living in London (Dracula est mort…Et en vie…Et bien portant…et il vit à Londres). C’est la Warner Bros qui renomma le film.

  • Jimmy Sansgter fut chargé d’écrire le synopsis du film.

  • C’est le dernier film à avoir été produit par sir James Carreras qui démissionna le 31 janvier 1973. Le film comporte un clin d’œil en guise d’adieu : la demeure de Pelham House est ainsi nommée d’après la résidence de sir James à Pelham Place, à Londres.

  • Lors des funérailles de Peter Cushing, en 1995, Joanna Lumley le décrira comme « the most gentleman I have ever met ».

  • William Franklyn/Torrence : acteur anglais (1925-2006), il a principalement tourné pour la télévision : Douglais Fairbanks Jr presents (1956-1957),  Chapeau melon et bottes de cuir (1965, 1968, 1977), Le monde merveilleux de Disney (1966), Alias le Baron (1967), Les Champions (1969), Diana, princesse de Galles (1993).

  • Freddie Jones/Professeur Julian Keeley : acteur britannique né Frédérick Charles Jones (1927-2019), vu au cinéma dans Antoine et Cléopâtre (1972), Elephant Man (1980), Firefox, l’arme absolu (1982), Dune (1984), Sailor et Lula (1990), Les Dames de Cornouailles  (2004). Il a aussi tourné pour la télévision : Chapeau melon et bottes de cuir (1967), Cosmos 1999 (1976), Les aventures du jeune Indiana Jones (1993),  Casualty (2000-2004), Emmerdale Farm (2005-2018)

  • Joanna Lumley/Jessica Van Helsing : actrice britannique, née aux Indes, elle est d’abord mannequin. Au cinéma, elle participe à Au service secret de Sa Majesté (1969). A la télévision, elle a joué dans Coronation Street (1973) avant que Brian Clemens ne la recrute pour Chapeau melon et bottes de cuir (1975-1977). Elle joue ensuite dans Sapphire and Steel (1979-1982) puis Absolutely Fabulous (1992-2005). En 1995, elle est élevée officier de l’Ordre de l’Empire britannique.

  • Richard Vernon/Colonel Mathews : acteur anglais (1925-1997), vu au cinéma dans L’île des réprouvés (1959), Goldfinger (1964), La tombe de Ligeia (1965), Quand la panthère rose s’emmêle (1976), Gandhi (1982) et à la télévision dans Chapeau melon et bottes de cuir (1963), Amicalement vôtre (1971).

  • Barbara Yu Lin/Chin Yang : actrice anglaise (1938-1997), il s’agit pratiquement de son seul rôle au cinéma mais on a pu la voir à la télévision dans Destination Danger (1960), Chapeau melon et bottes de cuir (1963), Le prisonnier (1967), The Troubleshooters (1969), Gangsters (1978), Tenko (1982, 1984). 

draculavit 6

Retour à l'index