Cours après moi que je t'attrape (1976)Un éléphant ça trompe énormément (1976)

Comédies françaises Années 70

On aura tout vu (1976) par Sébastien Raymond


ON AURA TOUT VU (1976)

Résumé :

Un jeune réalisateur désireux de lancer enfin sa carrière accepte de détourner le scénario d’un film traditionnel romantique qu’il a co-écrit avec un ami en un script graveleux de film pornographique. Promis à la réalisation, il voit son projet contrarié d’abord par sa petite amie qui essaie par tous les moyens de l’en dissuader, puis par son partenaire qui n’était pas au courant de sa trahison et qui entre temps a pris comme lieu de tournage la villa provençale de sa patronne, une grande bourgeoise. Entre ces deux gigantesques écueils lequel fera exploser l’entreprise ?

Critique :

Incroyable que deux films ayant pratiquement le même canevas scénaristique soient sortis en même temps : On aura tout vu et Attention les yeux sont en salle en 1976 et racontent les déboires d’un jeune cinéaste obligé de tourner un porno pour enfin faire ses preuves sur grand écran. Avec tout ce que cela peut représenter de sacrifices : amour-propre, idéal artistique, répercussions sur l’entourage.

Si Attention les yeux met l’accent sur la caricature, sur les aléas du tournage proprement dit, On aura tout vu préfère se concentrer sur les conséquences intimes pour le réalisateur. Son couple est mis en péril par l’opportunité de faire un porno. Miou Miou joue la petite amie du réalisateur incarné par Pierre Richard.

Leur relation est très marquée par leur époque, je trouve : pas encore imprégnée du cynisme que la crise économique va progressivement insuffler à la société française. La difficulté à trouver du boulot, à construire une carrière professionnelle n’est pas encore aussi prégnante que de nos jours. Jamais évoqué. Au contraire, la jeune femme est obsédée par ce qu’elle considère comme une trahison innommable, comme si Pierre Richard allait commettre un crime moral à l’égard de lui-même en tournant un film dégueulasse. Il y a là un regard moraliste posé sur le cinéma à quéquettes et foufounes qui en dit long tout de même. Je me demande vraiment si l’on pourrait envisager de faire ce film aujourd’hui où les chômeurs prennent ce qu’on leur donne pour pouvoir faire becqueter la famille. Il y a là un regard un brin puritain aussi qui surprend de la part de cette jeunesse “libérée” par 68, une incohérence fondamentale annonciatrice des interrogations idéologiques à venir. Intéressant finalement, ce petit film, même si on le regarde d’un point de vue politique en somme. 

Mais là n’est pas l’essentiel : la comédie est toute simple. Parce qu’elle est assez efficace. Certes, il y a peut-être une sorte de ventre mou au milieu du film où se concentre le plus acharné des combats entre Miou Miou et Pierre Richard. Le chantage affectif qu’elle met en place tourne à une véritable confrontation pas loin d’être pathétique, notamment au moment des essais en pré-production : la jeune femme veut tourner dans le porno de son petit copain pour l’obliger à abandonner le projet. Elle doit faire des essais de lecture toute nue, puis quelques photos suggestives avec son futur partenaire à l’écran. Il s’en dégage une scène particulièrement glauque qui crée un malaise là où on s’attendrait plutôt à vouloir de la légèreté, de la vie, du rire. Si l’on suit la logique du scénario, c’est tout à fait cohérent néanmoins, l’avilissement étant l’angle par lequel Miou Miou entend déstabiliser Pierre Richard.

M’enfin, outre que cela produit une atmosphère pesante, la scène est longue, créant une rupture dans le rythme qui me parait un peu préjudiciable. Heureusement, le tournage arrive, avec une participation plus importante d’un troisième larron, Henri Guybet. Avec lui c’est un autre pan du film, beaucoup plus comique qui est en jeu, quelque chose de plus basique, de plus traditionnel peut-être dans l’humour, mais plus rafraîchissant à coup sûr : ça fonctionne. Guybet est co-auteur du scénario original, une histoire d’amour très tendre, romantique à souhait et platonique. Il ignore la métamorphose en un scénario pornographique des plus cradingues. Comme il a longtemps ignoré cette vérité, il a obtenu de sa patronne (Renée de Saint-Cyr) le prêt de sa villa de la Côte d’Azur pour le tournage et, en échange de bons procédés, lui a promis un petit rôle pour sa jeune fille très timide. La situation est naturellement piquante à souhait, vous en conviendrez. Par conséquent, cette dernière partie prend du volume sur le plan comique. 

En parallèle à toutes ces histoires, le fil conducteur reste la production d’un film porno. Là entre en scène la figure du producteur cynique en la personne de Jean-Pierre Marielle, magistral. Encore une fois haut en couleur, il fanfaronne, il vitupère, il claironne à merveille. La rencontre entre le producteur cupide et la bourgeoise entrepreneuse est savoureuse.

On notera également le petit rôle amusant légué à la toute jeunette Sabine Azéma, dans son premier film. De fait, tout ce petit monde s’ébroue dans une comédie rigolote, au rythme plaisant.

Bien évidemment, la comparaison avec Attention les yeux interpelle, mais rapidement l’avantage revient légèrement à la comédie de Lautner pour sa maîtrise technique, sa plus grande richesse en détails dans la mise en scène et mettant beaucoup plus généreusement en valeur les acteurs.

Et puis sans doute l'équilibre parfois malin du scénario de Francis Veber, sans compter quelques dialogues pas piqués des hannetons (je n'avais pas utilisé cette expression depuis octobre 1987, applaudissements) font que ça balance plutôt du côté d’On aura tout vu.

Anecdotes :

  • L’idée du scénario est venue à Francis Veber et Georges Lautner de la vague très tendance à l’époque du cinéma pornographique américain, alors encore loin de l’ère industrielle du porno.

  • En acceptant le rôle, Pierre Richard a dû refuser celui du fils Duchemin (tenu donc par ailleurs par Coluche) dans L’aile ou la cuisse.

  • On notera que le thème musical ressemble beaucoup à celui d’un film diamétralement opposé, Mort d’un pourri, du même Georges Lautner. Et pour cause ! Le compositeur Philippe Sarde a oeuvré sur les deux films.

  • Premier rôle au cinéma pour la jeune comédienne Sabine Azéma ! Auparavant, elle avait seulement fait une apparition dans une série télé La preuve par treize.

Séquences cultes :

Retour à l'index