Saison 6Saison 8

Supernatural

Saison 7

1. Les Léviathans (Meet the New Boss)

2. Marée noire (Hello Cruel World)

3. Amour de jeunesse (The Girl Next Door)

4. Osiris (Defending Your Life)

5. Ma sorcière bien-aimée (Shut Up, Dr. Phil)

6. Copies conformes (Slash Fiction)

7. Les Mentalistes (The Mentalists)

8. Le Philtre d'amour (Season Seven, Time for a Wedding!)

9. Le Diable du New Jersey (How to Win Friends and Influence Monsters)

10. Aux portes de la mort (Death's Door)

11. Les Vetâlas (Adventures in Babysitting) 

12. Les Incorruptibles (Time After Time After Time)

13. Les Amazones (The Slice Girls)

14. La Ménagerie enchantée (Plucky Pennywhistle's Magic Menagerie)

15. Invocations (Repo Man)

16. Un parfum d'antan (Out With the Old)

17. La Mémoire dans la peau (The Born-Again Identity)

18. Le Shojo (Party On, Garth)

19. Le Manoir de Van Ness (Of Grave Importance)

20. Soleil vert (The Girl with the Dungeons and Dragons Tattoo)

21. La Parole de Dieu (Reading Is Fundamental)

22. L'Arme fatale (There Will Be Blood)

23. L'Assaut final (Survival of the Fittest)

  


1. LES LÉVIATHANS
(MEET THE NEW BOSS)



Résumé :

Le pouvoir de Castiel devient sans limites après qu’il ait absorbé les âmes du Purgatoire, mais il sombre dans la folie, se prenant pour un nouveau Dieu. Les monstres primordiaux que sont les Léviathans échappent à son contrôle et le tuent de l’intérieur. Sam souffre d’hallucinations représentant Lucifer.

Critique :

Bobby et les Frères Winchester apparaissent en retrait avec une histoire d’artefact miraculeux hyper classique, mais l’épisode s’apprécie en tant que superbe hommage aux fabuleux personnages secondaires de la série (Cas, Lucifer, Crawley, Death). Tous ont au moins une scène croustillante et hilarante à défendre. On éprouve un coup de cœur particulier pour les délires mégalomanes de Castiel, Misha Collins sortant une nouvelle fois le grand jeu, à l’instar des autres comédiens.

Les différentes interactions entre personnages sont imaginatives et judicieuses. Les hallucinations de Sam suscitent une énigmatique menace. L’épisode compose un parfait exemple du cocktail d’humour et d’horreur caractérisant Supernatural. On comprend d‘emblée que les Léviathans vont rapidement devenir de joyeux convives !

Anecdotes :

  • Durant la traditionnelle séquence récapitulative The Road So Far, on entend Slow Ride de Foghat

  • Quand Castiel rend visite à Crowley, on entend These Boots Are Made for Walking, de Nancy Sinatra.

  • Le titre original reprend l’un des couplets du tube de The Who,Won't Get Fooled Again (1971). Cette chanson est également connue pour réunir le thème musical de la série Les Experts Miami, longtemps concurrente de Supernatural.

  • Misha Collins va demeurer absent durant la majeure partie de la saison. A ce titre, il n’est plus crédité comme acteur régulier de la série, mais comme Special Guest Star.

Retour à l'index


2. MARÉE NOIRE
(HELLO CRUEL WORLD)

Résumé :

Les Léviathans quittent le corps de Castiel et se répandent à travers le monde, en se choisissant de nouveaux Vaisseaux. Bobby, Sam (toujours plus perturbé par ses hallucinations) et Dean affrontent un Léviathan envoyé pour les tuer. Ils sont hospitalisés après une difficile victoire. Dean a une jambe cassée.

Critique :

Épisode fort gouleyant centré sur les Léviathans, leurs effroyables pouvoirs, leur psychologie de la panse bien garnie, leur humour à froid de l’effroi. Pour les amateurs de séries anciennes, cette infiltration de l’humanité évoquera les Envahisseurs, c’est assez amusant (d’autant que leur Leader demeure encore en arrière-plan). On retrouve également l’art de Supernatural pour la résurgence d’anciens personnages, Bobby et Jody Mills formant un duo épatant. Les hallucinations lucifériennes sont une géniale idée de scénariste, illustrant comment préserver envers et contre tout un personnage secondaire en or massif. A contrario, l’opus confirme que la saison 7 va devoir durablement se passer de Castiel (personne ne croit à une disparition définitive !), ce qui ne constitue certes pas une bonne nouvelle.

Anecdotes :

  • On entend Black Water de The Doobie Brothers durant la scène du plan d’eau.

  • Le titre original prend à rebours la phrase traditionnellement associée au suicide, Goodbye Cruel World (Adieu, monde cruel), en relation avec l’état d’esprit de Sam.

  • L’hallucination de Lucifer perçue par Sam a été surnommée Hallucifer par les fans de la série.

  • Hallucifer déclare : I really think Prince William has found the right girl. Le mariage entre le Prince William et Kate Middleton a eu lieu le 29 avril 2011, soit quelques mois avant la diffusion de l’épisode, le 30 septembre 2011.

Retour à l'index


3. AMOUR DE JEUNESSE
(THE GIRL NEXT DOOR)

Résumé :

Sam, Dean et Bobby restent à l’hôpital durant quelques semaines. Durant leur séjour, ils affrontent une Katsune, un monstre se nourrissant de l’hypophyse de patients, mais aussi une ancienne relation de Sam. Les Léviathans continuent à remonter la piste les conduisant aux Frères Winchester.

Critique :

Les épisodes entrelardés de flashbacks sur la jeunesse des Winchester ne sont jamais ceux me passionnant le plus et celui-ci ne fait certes pas exception à la règle. Ennuyeux et lacrymal, il se voi de plus alourdi par un jeune acteur assez emprunté. Par ailleurs le monstre ne se montre guèe effrayant (des griffes) et on a l’impression d’avoir déjà vu tout dans Heart (2.17), en nettement mieux. D’ailleurs Emmanuelle Vaugier accomplissait une performance autrement marquante que celle de Jewel Staite, qui ne force guère ici son talent, même si les Gaters seront contents. Les scénaristes veulent à marche forcée créer une tension entre les Winchesters, c’est la seule justification de cette manœuvre assez lourde. C’est d’autant plus dommage que la saison 7 a déjà de la matière à traiter.

Anecdotes :

  • Comme pseudonyme du jour, Sam a choisi Lemmy Kilmister (Motörhead) et Dean, Lars Ulrich (Metallica).

  • Sam s’avère ici capable de lire un livre écrit en japonais, alors qu’il ne comprenait pas un mot de cette langue lors de l’épisode Changing Channels (5.08).

  • L’épisode est le deuxième des cinq réalisés par Jensen Ackles à ce jour (fin de saison 13).

  • Interprétée par Jewel Staite (Firefly, Stargate Atlantis) la Kitsune se nomme Amy Pond, soit un clin d’œil au célébré Compagnon d’aventures du Onzième Docteur (Doctor Who).

  • Dans le folklore japonais, un Kitsune est un renard surnaturel, capable de prendre forme humaine. Sous son acception négative, cette créature se livre à des plaisanteries cruelles pouvant aller jusqu’à des cas de possession. Les versions féminines rappellent les succubes occidentaux. Les Kitsunes sont très présents dans les mangas, Animes et jeux vidéos contemporains.

Retour à l'index


4. OSIRIS
(DEFENDING YOUR LIFE)

Résumé :

Sam et Dean affrontent le dieu païen Osiris. Celui-ci soumet ses victimes à des parodies de procès évoquant le jugement de l’âme de la mythologie égyptienne, avant de les exécuter. Capturé, Dean subit un procès où Sam devient son avocat et durant lequel il va être confronté à des esprits vengeurs liés à son passé, dont Jo.

Critique :

Après la visite de Jewel Staite lors de l’épisode précédent, on s’amuse de voir Osiris maintenir une ambiance Stargate. Au moins on reste à Vancouver. Les dieux païens de Supernatural, mégalomanes, décalés et sanguinaires, me font toujours rire et cela marche encore une fois ici. On apprécie l’approche mythologique, même si le scénario se centre trop sur le procès pour ne pas donner lieu à quelques poncifs de série judiciaire. La qualité d’interprétation de Faran Tahir en Osiris permet d’aisément excuser quelques faiblesses de l’intrigue, comme le énième artefact miraculeux, le marronnier absolu de la série (et ce n’est pas fini). L’épisode parvient toutefois à évoquer le thème de la culpabilité morale, différente de la juridique. On trouve pas mal de bonnes références dans les dialogues, y compris à des séries télévisées. Seul regret, Jo paraît un peu effacée, même si c’est logique puisqu’il ne s’agit ici que de son esprit désincarné.

Anecdotes :

  • Au bar en entend Down South Jukin, de Lynyrd Skynyrd, l’un des groupes les plus référencés dans la bande son de la série. Quand Osiris est au bar, on entend 4 am Blues, de Barrett Johnson.

  • Le titre original reprend celui d'un film de 1991 (Rendez-vous au Paradis) voyant les personnes décédées passer devant un similaire tribunal de l'Au-delà.

  • Lorsque Osiris meurt, ses yeux s’allument à la manière d’un Goa’uld de Stargate SG-1. Dans cette série, Osiris était interprété par Anna-Louise Plowman.

  • Jo effectue ici son ultime apparition dans la série, à ce jour (fin de saison 13).

Retour à l'index


5. MA SORCIÈRE BIEN-AIMÉE
(SHUT UP, DR. PHIL)

Résumé :

Sam et Dean sont confrontés à un couple de sorciers en crise, dont les querelles de ménage se soldent par des morts volontiers spectaculaires d’innocents. Les Winchester échouent à tuer le couple fatal et vont onc devoir s’improviser conseillers conjugaux, tout en capturant un Léviathan lancé à leurs trousses.

Critique :

Le scénario est un peu léger, car s’appuyant trop sur les gags visuels qu constituent les mises à mort hilarantes (mention spéciale au plante clous). On se croirait par moments dans les prologues de Six Feet Under. Revoir les anciens de Buffy contre les Vampires fait bien plaisir, mais si James Marsters crève l’écran dans un rôle lui allant comme un gant, Charisma Carpenter ne crève pas véritablement l’écran, il faut bien le dire. Le tueur envoyé par les Léviathans s’avère croustillant à souhait.  L’épisode demeure plaisant de bout en bout plaisant, mais manque de réel enjeu. On pourra à cet égard préférer The Curious Case of Dean Winchester (5.07), avec son évocation de la vieillesse autour du sorcier joueur de poker et jouant des années de vie.

Anecdotes :

  • On entend Salon Music, de Watt Son, au salon de coiffure. On entend Murmures de la Seine, Nocturne de Frédéric Chopin, quand Sam et Dean arrivent chez Don et Maggie. 

  • Charisma Carpenter (Cordelia/Maggie) et James Marsters (Spike/Don) sont de nouveaux acteurs de Buffy contre les Vampires à apparaître dans Supernatural. 

  • Le titre original est une référence au populaire Talk-show Dr. Phil, sur CBS. Depuis 2002, Phil McGraw y délivre des conseils de vie portant sur des sujets très divers.

  • L’assistante de Don se nomme Jenny Klein, un clin d’œil à celle qui était encore l’une des assistantes d’écriture de l’équipe et qui deviendra scénariste à part entière en saison 9. Jenny Klein quittera la série après la saison 11 pour devenir l’und des auteures et productrices de Jessica Jones.

Retour à l'index


6. COPIES CONFORMES
(SLASH FICTION)

Résumé :

Deux Léviathans prennent la forme de Sam et Dean et multiplient les crimes afin que les deux frères soient poursuivis par les forces de police. Afin de se dissimuler, les Winchester doivent renoncer à l’Impala, aisément reconnaissable. Bobby torture le Léviathan prisonnier, pour trouver un moyen de le tuer.

Critique :

En soit l’épisode est efficace maison a vraiment trop l’impression d’avoir déjà vu ce type d’histoires, notamment autour des Changeurs de formes. Une fois dissipée la surprise bien menée de la scène initiale, le reste se révèle de ce fait assez mécanique. Cependant on se régale durant les faces à face bien gores entre Bobby (bien mis en valeur ici) et l’assassin léviathan toujours hilarant. Un festival de décapitations, cela ne se refuse pas. Le coup du savon est un peu gros comme arme fatale anti Léviathan, mais après tout, pourquoi pas. Pas contre on a déjà dû renoncer à Castiel, à l’emblématique maison de Bobby, maintenant c’est à l’Impala de prendre la tangente, cela commence à faire beaucoup. La saison 7 ne brosse certes pas le public dans le sens du poil. La séparation finale entre les frères ne convainc guère, Supernatural nous aussi déjà entonné ce couplet.

Anecdotes :

  • On entend Big Wide River of Love, de Petunia and the Loons, à la station service. On entend la Valse des Fleurs (Casse-Noisette), de Tchaïkovski, quand Frank attribue leur nouvelle identité à Sam et Dean. Quand Dean chante silencieusement dans la voiture, on entend All Out of Love d’Air Supply.

  • Bobby évoque un Mensa Monster. Fonde à Oxford en 1946, Mensa est une organisation internationale très populaire dans le monde anglo-saxon. Son seul critère d'admissibilité est d'obtenir des résultats supérieurs à ceux de 98 % de la population aux tests de QI.

  • La voiture conduite par les Winchester après qu’ils aient écarté l’Impala pour se dissimuler est une Pontiac Acadian (ou Chevrolet Chevette) de 1983. La Chevrolet Impala 1967 va demeurer absente durant la presque totalité de la saison, ce qui ve va pas contribuer à la popularité de celle-ci auprès des fans.

Retour à l'index


7. LES MENTALISTES
(THE MENTALISTS)

Résumé :

Sam et Dean partent en chasse d’un spirite tuant d’autres mediums dans la ville de Lily Dale, célèbre pour sa population riche en pouvoirs psychiques. Ceci va compliquer la Chasse, mais les deux frères vont parvenir à remplir leur mission, tout en parvenant à en finir avec un cruel esprit vengeur.

Critique :

On retrouve les os brûles, l’énigme à élucider, le sel, le métal… Un retour aux sources de la première époque de la série, comme un goût de madeleine ma fois fort agréable, avec un scénario de plus bien troussé. On adore toujours quand Supernatural explore le folklore de l’Amérique profonde et l’on se régale avec ce portrait à la fois complice et amusé de la localité bien réelle de Lily Dale, ses voyants et autres psychiques, ses légendes locales. Les meurtres liés à des symboles du genre sont également bien trouvés (Ouja, boule de cristal…). Comme un lointain écho des X-Files, entre le Humbug et le Clyde Bruckman's Final Repose. On avouera également un vrai coup de cœur pour la rencontre féminine du jour ! La prétendue séparation entre Sam et Dan n’aura même pas tenu une semaine, mais c’était tellement anticipé que l’on ne ressent pas vraiment de déception.

Anecdotes :

  • On entend Knockanore Hill, de Ian Duncan Antony Clarke & Simon John Painter au Good Graces Café.

  • Le mentalisme est un type de spectacle où se déroulent de supposées manifestations de pouvoirs psychiques, comme la mnémotechnie, la lecture à froid, l’hypnose, l’illusionnisme… Le mentalisme fut particulièrement populaire à la fin du XIXe siècle, mais demeure couramment usité de nos jours. Le héros de la série The Mentalist met également ses facultés au service de la police.

  • L’épisode se déroule à Lily Dale dans l’État de New York. Cette ville bien réelle et réputée comme étant la capitale des spirites américains. Le taux de personnes dotées de pouvoirs psychiques ou de mediums serait bien supérieur à la norme. L’épisode comporte plusieurs références à différentes figures de l’histoire de la ville, aux prétendus pouvoirs aussi sympathiques que folkloriques. 

  • Dans la scène d’ouverture, le mari est joué par Gary Jones, célèbre pour le rôle du Sergent Walter Harriman dans Stargate SG-1. Walter actionne l’ouverture ou la fermeture de la Porte des Étoiles, dans un grand nombre d’épisodes de cette autre série tournée à Vancouver.

Retour à l'index


8. LE PHILTRE D'AMOUR
(SEASON SEVEN, TIME FOR A WEDDING!)

Résumé :

A Las Vegas, Dean a la surprise de découvrir un Sam soudainement sur le point d’épouser Becky, depuis toujours sa fan numéro 1. Emportée par sa passion, la jeune femme a fait appel à un Démon des Carrefours particulièrement retors. Mais Dean va pouvoir compter sur l’aide de Garth, un autre Chasseur.

Critique :

L’épisode nous offre un retour parfaitement négocié pour la pétulante et irrésistible Becky, qui est à Supernatural ce que l’Agent Harrison est aux X-Files. Emily Berkins est toujours géniale, entre humour et émotion. En fait l’épisode reprend avec succès l’excellente idée du Superstar de Buffy où Jonathan déforme pareillement le réel (jusqu’à installer un générique spécial, tout comme ici !). Outre l’humour  e la situation, le dévoilement du dessous des cartes s’effectue avec habileté. Au beau milieu de ces histoires de Léviathan cela fait bien plaisir de retrouver les emblématiques Démons des Carrefours, sans même parler de l’apparition royale du Roi de l’Enfer. En plus on se demande en pointillé si les Winchester ne vont pas doucement nous occire Becky, ils ne sont pas Buffy non plus. Avec eux c’est 1000 problèmes, pour une seule et unique solution, immuable.

Anecdotes :

  • On entend Wolfman, de Phil X (KPM Music) au club de strip tease. Durant la cérémonie on entend La Marche nuptiale de Wagner (Lohengrin).

  • Le titre original est nn clin d’œil au marronnier scénaristique consistant à introduire un mariage dans le récit, afin de relancer les audiences.

  • Le contrat standard des Démons des Carrefours est d dix ans, mais pas pour les protagonistes de la série ; John n’avait eu aucun délai, Dean seulement un an, tandis que Becky se voit ici proposée 25 ans !

  • Le gâteau de mariage explosant lors du générique spécial de l’épisode fut réalisé Caitlin Mayo. Elle est un maître pâtissier décoré, mais aussi la fille de l’un des chefs opérateurs de la série.

  • Becky sera évoquée par la suite, mais ne réapparaîtra plus dans la série.

Retour à l'index


9.  LE DIABLE DU NEW JERSEY
(HOW TO WIN FRIENDS AND INFLUENCE MONSTERS)

Résumé :

Sam, Dean et Bobby chassent le fameux Diable du New Jersey, tout en prenant garde aux Léviathans. Ils découvrent qu’en réalité les humains se transforment en dégénérés du fait d’une nourriture trafiquée par les Léviathans. Leur chef Dick prévoit de la développer à grande échelle. Il abat également Bobby d’une balle.

Critique :

Évidemment les amateurs des X-Files apprécieront de retrouver une nouvelle version de ce folklore américain, même si le traitement du sujet diffère totalement. J’ai vivement apprécié l’humour gvré des junkies (grand numéro de Jensen) et les twists successifs du scénario. On part dans une traque en forêt puis on percute les Léviathans et puis on rencontre leur Boss et puis le Bob est touché... on assiste à un remarquable effet d’élargissement. Par contre Dick, assez froid, suscite moins l’enthousiasme. On comprend que les auteurs aient voulu viser les dérives du capitalisme exacerbé, mis on avouera préférer les antagonistes au combien plus extravertis et drôles, notamment les stand-ups permanents de Lucifer et Crowley. Et puis niveau Gore, les auteurs y vont à fond la bidoche, c’est la vraie régalade. On renoue d’ailleurs avec les X-Files, lors d’une mémorable autopsie que n’aurait pas renié Scully.

Anecdotes :

  • Le titre original est un clin d’œil au livre de développement personnel How to Win Friends and Influence People, très populaire aux USA (Comment se faire des amis, 1936).

  • L’auteur de l’article sur le Diable du New Jersey se nomme Kara Schwandt. Il s’agit en fait d’un des responsables des décors de la série.

  • He's sleeping it off. Tryptophan coma, déclare Bobby. Il s’agit d’une référence à la légende urbaine qui voudrait que la traditionnelle dinde de Thanksgiving provoque une épidémie de sommeil dans la population américaine, du fait de sa composition organique. L’épisode fut diffusé la veille de Thanksgiving.

Retour à l'index


10. AUX PORTES DE LA MORT
(DEATH'S DOOR)

Résumé :

Plongé dans le coma, Bobby revisite les souvenirs les plus marquants et souvent douloureux de sa vie. Il retrace son propre parcours, accompagné d’un Faucheur. Après son ultime échange avec Sam et Dean, le faucheur lui laisse choisir entre une mort paisible et le retour sous la forme d’un esprit vengeur.

Critique :

Par le passé on avait déjà eu un épisode onirique explorant le passé et la psyché de Dean. Cette fois c’est Bobby qui s’y colle mais l’impression de redite demeure, tant les deux récits fonctionnent de manière très similaire. On avoue ne pas saisir l’intérêt profond de faire mourir un personnage ayant tant apporté à la série comme Bobby, d’autant qu’il nous semble bien loin d’être usé. Même si son interprète est plutôt bon, le Reaper manque d’originalité, on aurait préféré retrouver la charmante Tessa. On en apprend plus sur la biographie tourmentée du second père des Winchester, mais cela n’apporte pas grand-chose finalement, car n’étant pas lié à son parcours de Chasseur. Cela fait plaisir de revoir Rufus et l’épatant Jim Beaver sort le grand jeu, mais sa performance ne fait qu’exacerber l’impression de gâchis. On ne tue pas Bobby.

Anecdotes :

  • Bobby... you've helped. You got handed a small, unremarkable life, and you did something with it. Most men like you die of liver disease, watching Barney Miller reruns declare le Reaper. Inédite en France, Barney Miller fut une sitcom très populaire aux États-Unis, centrée sur un commissariat new-yorkais (ABC, 1975-1982).

  • Les DVD que Sam et Dean prévoient de regarder chez Bobby sont Chuck Norris, American Hero et le mythique The Delta Force.

  • L’épisode marque le décès de Bobby, mentor et véritable second père des Frères Winchester. La série est néanmoins loin d’en avoir fini avec lui (esprit vengeur, âme au Paradis, flashbacks, Bobby alternatif).

Retour à l'index


11.  LES VETÂLAS
(ADVENTURES IN BABYSITTING)

Résumé :

Sam vient en aide à une famille de Chasseurs gravement menacée par des monstres, après que la jeune Krissy ait appelé à l’aide. Mais Dean demeure obnubilé par la vendetta l’opposant à Dick Roman après la mort de Bobby. Ce désaccord met les Chasseurs en péril, mais Krissy va parvenir à sauver la situation.

Critique :

Episode solide et classique. Les deux ogresses ne cassent pas des briques niveau pouvoir et originalités, mais elles bénéficient de bonnes réparties. Paula Lindberg s’en sort vraiment bien en garce arrogante qu’on prend plaisir à voir crever. Excellent guesting du surdoué Ian Tracey, le diabolique Adam Worth de Sanctuary, dommage qu’on ne le voit pas davantage. Par contre toute la relation entre l’adolescente et Dean plombe l’épisode, tout cela est hautement téléphoné et prévisible, à la réplique près. La jeune actrice est douée, mais le personnage manque vraiment de dimension. On peut également regretter que les spécificités des Vetâlas se voient largement gommées au profit de leurs convergences avec nos Vampires traditionnels, l’opus y perd en singularité.

Anecdotes :

  • On entend Ridin' the Storm, de REO Speedwagon, durant la traditionnelle récapitulation The Road So Far.  On entend Dear Mr. Fantasy, deTraffic, quand Dean conduit en fin d’épisode.

  • Le scénariste Adam Glass a indiqué qu’il s’était en partie inspiré du Western True Grit, sorti l’année précédente, en 2010.

  • Dean est surnommé Buster Brown par Frank. Il s’agit d’une bande dessinée des années 1900, voyant un jeune garçon gaffeur commettre de nombreuses bêtises.

  • Le Vetâla est une créature du folklore hindou, peuplant les cimetières où il prend possession d'un cadavre n'ayant pas reçu d'obsèques religieuses. Il est considéré comme le pendant du Vampire occidental, même s’il ne se nourrit pas de sang.

Retour à l'index


12. LES INCORRUPTIBLES
(TIME AFTER TIME AFTER TIME)

Résumé :

Alors que les Winchester affrontent Chronos, le dieu païen du Temps dans le Panthéon grec, Dean est précipité en 1944. Il a la surprise d’y découvrir qu’Eliot Ness est lui aussi un Chasseur ! Les deux s’associent, tandis que Sam fait équipe avec le Shérif Mills. Ils vont parvenir à vaincre Chronos malgré les méandres du Temps.

Critique :

Dans la série, retrouvez les figures des X-Files dans Supernatural, l’opus frappe fort avec Nicholas Lea, Alex Krycek en personne. On ne va pas nier que c’est rencontre ravit, même si on aurait préféré le voir jouer le tueur impitoyable, comme au bon vieux temps, et non l’allié du jour. Malheureusement le scénario ne va pas au-delà d’un pitch prometteur (lesWinchester et Ness en Chasseurs), qu’il ne sait ni exploiter, ni développer. La personnalité du véritable Ness n’est qu’effleurée, ce qui fait chavirer le scénario dans une certaine facilité. On ne ressent pas l’ambiance de l’époque car l’on s’en tient aux décors et costumes, contrairement au Travelers des X-Files, autrement plus ambitieux et abouti. Les dialogues s’enrichissent de bonnes vannes référencées sur le voyage temporel et un dieu païen plus complexe qu’à l’ordinaire, mais le manque d’ambition de l’ensemble déçoit.

Anecdotes :

  • Nicholas Lee (Eliot Ness) devient un nouvel ancien acteur des X-Files à apparaître dans Supernatural. Il y était en effet l’interprète d’Alex Krycek.

  • La scénariste Sera Gamble a effectué un travail précis concernant les dialogues, nombre des expressions utilisées par Ness et se contemporains étant d’époque. Elles ne sont plus usitées aujourd’hui.

  • Sera Gamble a également indiqué s’être beaucoup amusée à dépeindre le très macho Dean comme soudainement très coquet dans ses élégants costumes d’époque.

  • Dans le Panthéon grec, Chronos est le dieu primordial du Temps et de la Destinée. Il est à tort souvent confondu avec Cronos, le Titan père de Zeus.

Retour à l'index


13. LES AMAZONES
(THE SLICE GIRLS)

 

Résumé :

Sam et Dean enquêtent sur une série de meurtres mystiques, qui s’avèrent être l’œuvre d’Amazones dégénérées. L’une d’entre elle séduit Dean et de leur union naît une fille, Lydia, gagnant rapidement en âge et dont la mission est de tuer son père. Sam va devoir agir pour sauver son frère, incapable d’affronter son enfant.

Critique :

On apprécie l’idée d’une fille de Dean caractérisée par la démence homicide, on se situe bien loin du Dixième Docteur et sa blonde enfant. La voir abattue à bout portant, par un Sam peu troublé d’occire sa propre nièce nous vaut un moment purement Supernatural. Winchester forever. L’adaptation de la légende des Amazones à l’univers de la série se montre très astucieuse, décidément mythologie et folklore représentent d’inépuisables filon pour la série.

Comme souvent, pour notre plus grand bonheur, les auteurs y vont plein pot dans la vanne référencée (Wonder Woman, bien entendu, mais aussi la cheftaine au look de Xéna) et le bon Gore qui tache copieux. Mutilons mes bons, mutilons. Le pinacle demeure l’un des meilleurs guestings de toute la série, avec Harry Groener, le Maire de Sunnydale en personne,  en irrésistible substitut de Bobby. La référence aux clones de Sam et Dean tombe à point nommé pour maintenir les Léviathans dans la partie, alors que la saison ne se précipite pas pour se centrer sur eux.

Anecdotes :

  • Harry Groener (Pr. Morrison) est notamment connu pour avoir interprété le Maire de Sunnydale en saison 3 de Buffy contre les Vampires.

  • En début d’épisode on entend The Devil's Gotta' Earn, de Brett Detar. On entend You Shook Me All Night Long, d’AC/DC, durant la scène de meurtre sexuel. 

  • A l’occasion de cet épisode, Jerry Wanek, l’un des producteurs de la série depuis ses tous débuts, passe pour la première fois derrière la caméra.

  • Lydia est incarnée par Sara Canning, également connue pour le rôle de Jenna Sommers dans Vampire Diaries (2009-2017).

Retour à l'index


14. LA MÉNAGERIE ENCHANTÉE
(PLUCKY PENNYWHISTLE'S MAGIC MENAGERIE)

Résumé :

Dans une petite ville du Kansas, les peurs enfantines prennent vie. Sam et Dean découvrent que les victimes sont en fait des parents négligeant leurs enfants. Un sorcier, employé dans un magasin de jouets, se prend pour un justicier, mais l’enquête va être compliquée par la phobie des clowns dont souffre Sam.

Critique :

Encore une fois on a un excellent cocktail humour/gore (très bon la corne de la licorne), mais on en a eu déjà pas mal à ce point de la saison et on aimerait un épisode qui fasse vraiment peur, maintenant. On crève pas mal tout de même, merci. On rigole beaucoup, notamment avec les fameux clowns de Sam, très en mode Joker. Les artistes de la série sont en grande forme.

L’idée du scénario n’est pas très originale mais reste efficacement mise en place, avec un suspense bien amené sur la personnalité du coupable. Légère nostalgie, cela aurait bien pu être un coup du Trickster. Les auteurs s’amusent et nous amusent, mais on apprécierait que la saison 7 passe un cran au-dessus, par exemple à la faveur d’un retour en force des Léviathans, pour l’instant de Grands Méchants assez discrets, malgré de tonitruants débuts.

Anecdotes :

  • La décoration du Tiki Motel, où résident Sam et Dean, s’inspire logiquement de la culture Tiki, c’est à dire d’essence polynésienne, mais revue par Hollywood. Le design et les objets dérivés Tiki furent très populaires de 1920 à 1960, mais se retrouvent encore aujourd’hui dans la culture populaire.

  • Souvent exploitée en fiction, la phobie des clowns est un phénoménisme reconnu en psychologie, sous la désignation de coulrophobie (du Grec coulro : artiste). Les cas de coulrophobie observés ont pu susciter jusqu’à de graves difficultés respiratoires et des spasmes violents. Cette phobie concerne principalement les enfants, mais s’étend également aux adultes.

Retour à l'index


15. INVOCATIONS
(REPO MAN)

Résumé :

Les Frères Winchester reviennent dans une petite ville où ils ont jadis vaincu un démon tueur de femmes. Les meurtres ont repris, ce qui laisse à penser que la créature est de retour. Sam a de nouvelles visions de Lucifer et à s’allier avec lui pour résoudre l’affaire. Un choix lourd de conséquences.

Critique :

Excellente idée que celle développée dans cet épisode reprenant la figure hyperclassique de la possession démoniaque (soit les racines mêmes de Supernatural), mais sous un angle agréablement novateur et surprenant. Personnellement je n’ai rien vu venir, le scénario ménage vraiment bien ses effets. On apprécie de retrouver cette fois un épisode vraiment intense et effrayant, où l’humour reste à la marge, alternant avec le ton plutôt rigolard de la saison. La proximité avec le ton MillenniuM cher à Thomas J. Wright apporte une vraie valeur ajoutée.

 Cela valait le coup d’attendre, Mark Pellegrino nous régale d’un derechef superbe Lucifer, son numéro à la Randall and Hopkirk (Deceased) est totalement irrésistible. On peut d’ores et déjà affirmer ce qui se confirme à l’issue actuelle de la saison 13 : Lucifer est et restera le meilleur antagoniste de la série. 

Anecdotes :

  • Lucifer est ici représenté avec une langue fendue. Il s’agit d’une imagerie traditionnelle, faisant référence au Serpent originel.

  • I'll even help you solve your little Nancy Drew mystery or whatever, déclare Lucifer. Nancy Drew est la détective héroïne d’une série de romans à énigme lancée dans les années 30.

  • Thomas J. Wright, réalisateur de l’épisode, fut l’un des producteurs de la série MillenniuM (1996-1999), dont le héros Frank Black était également confronté à des démons.

Retour à l'index


16. UN PARFUM D'ANTAN
(OUT WITH THE OLD)

Résumé :

Une ballerine danse jusqu’à en mourir du fait de chaussons ensorcelés. A cette occasion, Sam et Dean découvrent l’existence d’un trafic d’objets maudits. Ils remontent la filière mais doivent aussi faire face aux Léviathans, qui leur ont tendu un piège.

Critique :

L’épisode n’est certes pas ennuyeux mais il synthétise les limites de la saison. On y retrouve cet humour gore ou distancié (Black Swan version Supernatural), devenu le moteur quasi unique de lmla série, de manière d’autant plus évidente que le scénario apparaît vraiment minimaliste. La suite de petits sketchs drolatiques autour des artefacts maudits (genre The Lost Room vu depuis le côté obscur) reste divertitissante mais ne constitue pas une histoire. De même pour le duo de Léviathans, l’accumulation de gags (le plus souvent réussis) tient lieu de récit. Parallèlement on ne sait toujours rien du grand plan dont on rabat sans cesse les oreilles. Lucifer se voit hélas mis de côté. On procède encore une fois par évocation elliptique, au lieu de bâtir véritablement un récit.

Anecdotes :

  • Quand la ballerine danse jusqu’à en mourir, on entend la musique de la mort de la Princesse Odette, du Lac des Cygnes de Tchaïkovski. Quand Sam conduit, on entend Start Me Laughing, de Dead Confederate. On entend Bad Moon Rising, de Creedence Clearwater Revival, quand San et Dean arrivent au mobile home.

  • L’épisode comporte plusieurs références à la danse classique. Sam surnomme ainsi Dean « Barychnikov », du nom du célèbre danseur et chorégraphe russe.

Retour à l'index


17. LA MÉMOIRE DANS LA PEAU
(THE BORN-AGAIN IDENTITY)

Résumé :

Du fait de ses hallucinations, Sam est hospitalisé dans un établissement psychiatrique. Un Chasseur conseille à Dean de faire appel à un guérisseur nommé Emmanuel. Dean a la grande surprise de découvrir qu’Emmanuel n’est nul autre que Castiel. Celui-ci a tout oublié de son passé d’Ange.

Critique :

Ah, on parvient au dernier tiers de la saison 7 et celle-ci se décide enfin à entrer dans le dur. L’épisode apparaît remarquablement dense, avec un scénario particulièrement riche en suspense et rebondissements. On renoue avec les meilleures heures de Supernatural, ainsi qu’avec son cocktail idéalement dosé d’action, d’humour et d’horreur. Cette impression est renforcée avec diverses retrouvailles marquantes (démons, esprits, Castiel, l’increvable Meg), j’ai beaucoup aimé qu’à côté de l’intrigue principale, les auteurs arrivent en plus à installer une Chasse convaincante. Le scénario optimise décidément chaque minute.

L’arc Lucifer arrive peut-être à son terme dans cette saison, mais Pellegrino assure un ultime spectacle. On aurait apprécié une scène entre lui et un Misha Collins toujours grandiose, mais bon, tant pis. C’est tout de même bien cruel de nous retirer Castiel dès son retour (j’avoue que le revoir en trench coat m’a ému), mais nous savons bien que ce n’est qu’un au revoir.

Anecdotes :

  • On entend Wake Up Little Susie, des Everly Brothers, quand Lucifer allume des pétards. 

  • Sam reçoit un appel de Lars Ulrich, soit le batteur de Metallica.

  • Dean, Dean, Dean, you've got some splaining to do, s’exclame Meg. Il s’agit d’un clin d’œil à la phrase rituelle de Ricky, le mari de Lucy, qui s’adressait à son épouse de la sorte dans I Love Lucy (1951-1957). Lucifer est fréquemment surnommé Luci par les fans de la série.

Retour à l'index


18. LE SHOJO
(PARTY ON, GARTH)

Résumé :

Garth demande à Sam et Dean de l’aider sur une affaire où des adolescents se font assassiner par une mystérieuse entité. Les Chasseurs découvrent qu’un Shojo est à l’œuvre pour exercer une vengeance pot mortem. Le fantôme de Bobby se manifeste brièvement lié à sa fiasque de Whisky, conservée par Dean.

Critique :

Cet opus se montre décevant, n’ayant d’autre mérite qu’annoncer le retour du Bob (cette saison est peuplée d’allers et retours) et de nous présenter un monstre japonais. C’est toujours agréable de découvrir d’autres folklores et les effets à la The Grudge sont plutôt bien vus (plus référencé que Supernatural c’est impossible).

Par contre l’histoire est ultra prévisible et d’un tempo vraiment lent. Le retour de Garth le Chasseur crispant mais rigolo ne s’imposait pas. L’interprète est doué mais le personnage reste anodin. Surtout l’intrigue gâche sa grande idée, un monstre visible que si l’on est ivre. Cela demeure un à-côté, alors qu’il aurait fallu tout structurer là-dessus. Pas grand-chose à se mettre sous la dent et on a envie que le combat final débute contre ces Léviathans qui sont partout mais que l’on ne voit jamais.

Anecdotes :

  • On entend Poison, de Bel Biv Devo lors de plusieurs apparitions de Garth.

  • Garth utilise James Brown comme nom d’emprunt, soit celui du célèbre artiste de Funk et de R&B.

  • Le secret du retour de Bobby lors de cet épisode fut jalousement gardé par l’équipe de la série. Jim Beaver et les producteurs firent même circuler de fausses informations relatives à une participation de l’acteur à un film imaginaire.

  • Le food truck aperçu dans l’épisode est celui alimentant régulièrement l’équipe de Supernatural durant le tournage. Il appartient au cameraman Jose Manzano, qui y vend une cuisine salvadorienne très appréciée.

Retour à l'index


19. LE MANOIR DE VAN NESS
(OF GRAVE IMPORTANCE)

Résumé :

En répondant à l’appel à l’aide d’Annie, une Chasseuse amie, Sam et Dean se voient confrontés à un puissant fantôme ayant asservi d’autres esprits. Le fantôme de Bobby va parvenir à les aider, mais il va lui-même rapidement se trouver en grand danger.

Critique :

L’épisode nous propose une très astucieuse histoire de maison hantée, sachant allier tous les meilleurs ingrédients du genre à une véritable originalité apporté par la découverte de l’autre côté du miroir. Outre le plaisir de retrouver Bobby tel qu’en lui-même et remontant sur le ring, le procédé nous vaut une découverte captivante et imaginative du monde des fantômes, ses codes, ses étrangetés, ses interactions avec le nôtre. Cela demeure également parfaitement cohérent avec ce que Supernatural nous a raconté jusqu’ici sur le sujet. L’ambrine est angoissante à souhait, grâce à la mise en scène et à l’imposant décor du manoir. Joli casting avec Jamie Luner, fonctionnant parfaitement avec Jim Beaver. Annie est épatante, difficile de ne pas songer à la regrettée Ellen Harvelle.

Anecdotes :

  • Annie est interprétée par Jamie Luner, figure régulière des séries américaines (Melrose Place, Savannah, All My Children, Profiler…).

  • Courroucé d’être désormais un esprit, Bobby vitupère à plusieurs reprises contre « l’idiotie romantique » avec Swayze. Il s’agit bien entendu d’une référence au film Ghost (1990).

  • Le manoir hanté est figuré par le Hatley Castle, soit la même maison que l’institut de Xavier dans les films X-Men. Il s’agit également du manoir de Lex Luthor dans Smallville et de celui d’Oliver Queen dans Arrow. Situé en Colombie britannique, le château fut construit en 1909 pour le compte de James Dunsmuir, alors Gouverneur de la province et riche homme d’affaires. Le domaine abrite aujourd’hui un collège militaire et une université.

Retour à l'index


20. SOLEIL VERT
(THE GIRL WITH THE DUNGEONS AND DRAGONS TATTOO)

Résumé :

Afin de mener ses plans à bien, Dick Roman fait appel à Charlie, informaticienne surdouée et geek passionnée. Elle découvre la vérité sur les Léviathans et tente de les contrecarrer. Elle va recevoir l’aide de Sam et Dean, mais aussi du fantôme de Bobby. Celui-ci se montre toujours plus enclin à la violence.

Critique :

D’habitude les histoires Cyber hyper balisées, génies de l’informatique et tout le toutim, ne me passionnent pas. D’ailleurs, dans le déroulement des évènements, celle-ci ne s’extraie guère du lot. Mais les auteurs ont l’excellente idée de centrer le récit sur la personnalité de Charlie, hackeuse pétillante et pleine de vie, et Geekette passionnée de SF et Fantastique. En réaliteé Soleil Vert devient vite le portait de cette jeune fille ayant passé sa vie dans des univers imaginaires de tous genres, de Wonder Woman à Star Wars, en passant par Indiana Jones, qui s’est choisie Hermione Granger comme guide de vie et qui se retrouve soudainement au seuil de la Grande Aventure.

La charmante et talentueuse Felicia Day (Vi chez Buffy et l’une des reines du Geekland) apporte une étonnante véracité à sa craquante héroïne, nous sommes conquis. D’autant qu’elle nous quitte en accomplissant à la perfection le salut vulcain ! Par ailleurs la réalisation se montre hyper inventive et nerveuse, et l’accumulation des références (à commencer par Soylent Green) n’alourdit en rien des dialogues sonnant toujours justes. Débute l’attente impatiente du retour de Charlie dans Supernatural.

Anecdotes :

  • La musique qu’écoute Charlie en arrivant au bureau est Walking on Sunshine, de Katrina and the Waves, soit un tube emblématique des inépuisables années 80.

  • Le titre français fait référence au célèbre film dystopique de 1973, également référencé dans les dialogues : Dick is about to get the Soylent Green business.

  • Le titre original est un clin d’œil au best-seller de Stieg Larsson, The Girl with the Dragon Tattoo (1995). L’héroïne en est une jeune femme spécialiste en piratage informatique  l’instar de Charlie. La référence au célèbre Jeu de Rôles Donjons et Dragons souligne la personnalité geek de Charlie.

  • La personnalité de Charlie vaut à l’épisode d’être particulièrement riche en références à la culture populaire, même à l’aune de Supernatural. Des clins do’eil sont ainsi effectués au Salut vulcain (Star Trek), Star Wars, Harry Potter, Wonder Woman, via des figurines, des mugs, etc. appartenant à la jeune femme.

  • Toutes les franchises explicitement référencées sont des propriétés de la Warner Bros, qui produit également Supernatural.

  • Charlie est interprétée par Felicia Day, elle-même une figure de la sphère geek via l’Internet. Elle a ainsi créé l’une des premières web séries de renom (The Guild, 2007-2013, autour des communautés de jeux de rôles en ligne) mais aussi la chaîne You Tube à succès Geek & Sundry. Cette actrice proche de Joss Whedon a notamment joué dans Buffy contre les Vampires (la potentielle Vi), Dollhouse ou Dr. Horrible's Sing-Along Blog.  Elle raconte son singulier parcours dans le pétillant livre You're Never Weird on the Internet (Almost). A ce jour (fin de la saison 13), Felicia Day a participé à 9 épisodes de Supernatural.

Retour à l'index


21. LA PAROLE DE DIEU
(READING IS FUNDAMENTAL)

Résumé :

La foudre divine éclaircit l’esprit de Castiel et éveille un nouveau prophète, Kevin. Tous se réunissent et parviennent à lire la tablette dérobée à DicK. Ecrite par Métatron, le Scribe de Dieu, elle explique comme tuer les Léviathans. Léviathans, mais aussi Anges et Démons, vont tout tenter pour la récupérer.

Critique :

A l’instar des X-Files, Supernatural nous fait le coup de la Tablette des Origines, mais pas de blabla mystique ici. On a une recette envoyée par Dieu pour équarrir les Léviathans. Clair et net, on est dans SPN. Après des débuts assez fracassants, les évènements se succèdent de manière efficace mais très prévisible. l’épisode demeure néanmoins appréciable car il complète le panorama de l’univers de la série en ce début du crépuscule de la saison. Cela concerne Meg mais surtout les Anges, absents depuis le massacre initial. L’ensemble résulte étonnamment poignant et tragique.

On regrette cependant que Supernatural cède au piège de la perpétuation par la surenchère, en rendant les Anges impuissants face aux Léviathans. Misha se montre une nouvelle fois inouï dans cette nouvelle version de son inépuisable personnage, mais voir Castiel ainsi diminué reste frustrant. On espère son complet retour pour le final.

Anecdotes :

  • La musique jouée par Kevin est la Suite allemande n°5 de Bach. La chanson écoutée par Meg est Chaos, de Lazy Stars.

  • I don’t fight anymore. I watch the bess déclare Castiel, une référence aux vieux jours de Sherlock Holmes (Son dernier coup d'archet, 1917).

Retour à l'index


22. L'ARME FATALE
(THERE WILL BE BLOOD)

Résumé :

Pour tuer Dick, Sam et Dean doivent mélanger le sang de Castiel de Crowlet et du Vampire Alpha, tandis que la substance des léviathans commence à abêtir l’humanité. Le Vampire Alpha capture les Winchester, mis accepte de coopérer quand il ‘aperçoit que Dick l’a trahi. Obsédé par sa haine envers Dick, Bobby est sur le point de devenir un esprit vengeur.

Critique :

Le coup du mélange des trois sangs permettant l’entrée en scène de tous les joueurs est un peu trop tiré à la ligne, mais il fonctionne néanmoins. Le piège tendu par le Vampire Alpha se voit venir à des kilomètres, mais lui-même réalise une fort belle prestation, en troisième force. Le comédien est toujours épatant et l’Alpha reste bien le Vampire le plus intéressant (et durable) de la série. Et puis lancer «A la saison prochaine !» aux Winchester est assez classe. Cela fait plaisir de retrouver ce bon Crawley et ses plans tordus. Le renard a attendu toute la saison en comptant les points. Son entrée en lice promet pour la conclusion. Sans être exceptionnel, l’épisode demeure agréablement intense et remplit son office en introduisant efficacement le final de saison.

Anecdotes :

  • On entend Why Can't We Be Friends ?,  de War, dans la voiture de police. 

  • See you next season, déclare le Vampire Alpha, un coup de canif au Quatrième mur car il était déjà intervenu la saison précédente. Toutefois il faudra attendre la saison 12 pour son retour.

  • Le Vampire Alpha est joué par Rick Worthy, notamment connu pour le rôle de Lem dans Le Maître du Haut Château.

Retour à l'index


23. L'ASSAUT FINAL
(SURVIVAL OF THE FITTEST)

supernatural 7 23

Résumé :

Crowley trahit l’accord passé avec les Léviathans et rejoint l’alliance réunie par les Frères Winchester, qui parviennent ainsi à assembler les divers éléments nécessaires pour tuer Dick Roman. L’assaut est lancé avec succès, mais Dean et Castiel sont projetés dans le Purgatoire.

Critique :

Pour simple que soit le plan des Winchester, l’épisode final parvient à le narrer de manière épique, tout en concluant les différents récits de la saison. L’ensemble tient parfaitement la route, même si ne pouvant évidemment pas rivaliser avec l’Apocalypse ou le mano a mano avec Azazel, lors des saisons précédentes. Tous les personnages répondent à l’appel et sont utilisés à leur meilleur, même si jusqu’au bout je n’aurai pas accroché à Dick et à ses costards. Son manque de panache aura été rédhibitoire. Ceci-dit la scène du conseil des Léviathans est croustillante à souhait. A côté de l’intrigue principale, on trouve plusieurs moments purement Supernatural (l’adieu à Bobby, les retrouvailles avec L’Impala), ils toucheront les fans au cœur. Le cliffhanger de rigueur est très réussi, Sam a du pain sur la planche ! Ainsi s’achève cette saison, certes moins marquante que les précédentes, mais qui aura le plus souvent su maintenir l’intérêt du spectateur.

Anecdotes :

  • La traditionnelle récapitulation de la saison (The Road So Far) est comme de coutume accompagnée de la chanson Carry On Wayward Son, de Kansas.

  •  Le final de saison voit enfin le retour de l’Impala, accompagné de l’incontournable Born to Be Wild, de Steppenwolf. L’Impala aura été absente durant 17 épisodes, un record toujours valide.

  • L’épisode est le dernier écrit par Sera Gamble pour Supernatural. Présente comme scénariste dès les débuts de la série, elle en était devenue la talentueuse showrunner durant les saison 6 et 7, après le départ d’Eric Kripke. Remplacée par Jeremy Carver. Sera Gamble allait se consacrer à Aquarius, puis à The Magicians.

Retour à l'index