Téléfilms - 2Téléfilms - 1

L'Incroyable Hulk

Présentation 


A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - L'Incroyable Hulk (Saison 1)Fan de L'Incroyable Hulk? Retrouvez notre dossier sur la série par Sébastien Fosse sur Le Monde des Avengers:http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1970/l-incroyable-hulk-1977-1990Rejoignez la discussion sur L’Incroyable Hulk sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t5885-serie-l-incroyable-hulk

Posted by Le Monde des Avengers on Monday, October 26, 2015

C'est en 1963 que le personnage de l'Incroyable Hulk est présenté dans les Comic Books de la Marvel. Les premières pages de la bande dessinée originale nous présentent le frêle et effacé Docteur Bruce Banner, un scientifique travaillant pour l'armée américaine. Alors qu'une bombe expérimentale Gamma est sur le point d'exploser, Banner pénètre dans un  périmètre interdit pour porter secours à un adolescent égaré : l'explosion le prend de court et se retrouve exposé à une très importante dose de radiations. Par la suite, Bruce Banner connaîtra la transformation que l'on sait : une vive douleur ou une forte émotion le fait se transformer en un colosse - d'abord gris dans cette première aventure avant de devenir vert - aux réactions primitives et destructrices. Le personnage aura par la suite un tel succès qu'il fera l'objet de nombreuses adaptations dont la célèbre série télévisée avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.

Cette transposition de l'Incroyable Hulk sur le petit écran est étroitement liée au succès de "L'Homme qui valait trois milliards" et de "Super Jaimie". L'enthousiasme du public pour ces deux shows amena rapidement Universal et CBS à s'intéresser au potentiel commercial des séries fantastiques et plus particulièrement des adaptations de comics. Parmi la légion de personnage à leur disposition, les producteurs jettent leur dévolu sur le personnage de Hulk dans la mesure où sa transposition sur le petit écran s'avère réalisable compte tenu des moyens techniques de l’époque. En effet, inutile de rappeler qu’à la fin des années 1970, l’imagination des scénaristes et des producteurs de la télévision est fortement limitée par l’absence des technologies numériques actuelles. Une contrainte que seul le cinéma peut surmonter, par l’intermédiaire de moyens financiers et humains colossaux ( le « Superman » mis en scène par Richard Donner avait coûté 60 millions de dollars à l'époque!).

C'est Kenneth Johnson, le futur créateur de "V", qui sera chargé transposer le personnage de papier pour la télévision. Le producteur - scénariste - réalisateur impose rapidement ses conditions. Il ne souhaite pas adopter le ton « léger » des adaptations de l’époque (« Batman », « Wonder Woman »). Pour Johnson, il est même hors de question que Hulk affronte des extraterrestres ou autres super-vilains bien connus des amateurs de B.D. Il souhaite plutôt faire de Hulk un « road-movie-show », dans le style de la célèbre série « Le Fugitif » (1963-1967). Le concept de la bande dessinée est ainsi remanié de tel façon à bâtir un programme dramatique, réaliste et humaniste basé sur la fuite d’un individu à deux facettes, sorte de Dr Jekyll et Mister Hyde mâtiné d’une pointe de la créature de Frankenstein, histoire de rendre le monstre plus sympathique.

Dans ce contexte, le Docteur Banner est mis au premier plan de la série télévisée. Le timide physicien nucléaire des comics (rebaptisé David pour la télévision) devient ainsi un médecin – biologiste profondément traumatisé  par le décès de son épouse. Le protagoniste est interprété par le regretté Bill Bixby dont le nom permit à lui seul de monter le show. L’acteur a en effet l’avantage d’être très populaire à télévision américaine (« Mon martien favoris », « The Courtship of Eddie’s father », « Le Magicien ») et d’être aussi bien apprécié par les adultes que par les enfants. En outre, Bill Bixby dotera son personnage d’une sensibilité et d’un humanisme jusqu’alors jamais transposé dans la bande dessinée. A ses côtés figure le culturiste Lou Ferrigno dans le rôle de l'Incroyable Hulk. Ses apparitions spectaculaires seront, selon un schéma narratif bien précis, limitées à deux transformations. Ce choix permet ainsi d'optimiser le budget de la série (le personnage de Hulk détruisant tout sur son passage) tout en trouvant un équilibre entre le jeu de Bill Bixby et les séquences d'actions portées par Lou Ferrigno.

Reprenant la formule d'un road movie, la série télévisée comporte peu de personnages récurrents, hormis celui du journaliste Jack Mc Gee qui poursuit inlassablement la créature. L'intrigue principale durant les 82 épisodes de la série télévisée se concentre donc sur la quête du Docteur Banner, parcourant les Etats-Unis  pour trouver un remède aux métamorphoses incontrôlables dont il est la victime. D'ailleurs, la dimension humaine de la série télévisée va astucieusement illustrer, par le biais de circonstances aussi communes que quotidiennes (une cabine téléphonique défectueuse, une panne de voiture, un embouteillage), la dualité manichéenne de l'homme et du monstre. Ces situations favorisent bien entendu l'identification des téléspectateurs aux situations stressantes vécues par les protagonistes de la série.

Côté scénario, Johnson s'est entouré d'une équipe de scénaristes talentueuse livrant des scénarios solides et adultes. La série s'oriente progressivement vers des intrigues profondément humanistes, surtout à partir de la deuxième saison. Ainsi, David Banner sera amené à aider  une jeune femme alcoolique (« Delirium »), une autre semaine un jeune handicapé mental dont Hulk deviendra l’ami (« Ricky »), la semaine suivante un enfant victime de violence parentales (« Un enfant en danger »). Ces thématiques continueront d’être abordées dans la troisième saison ("Hallucinations", "La surdouée"). A partir de sa quatrième année de diffusion, « L’Incroyable Hulk » se dirige vers un style résolument plus fantastique. Le ton est d’ailleurs donné dès l’épisode d’ouverture « Prométhée » dans lequel le Dr Banner se retrouve prisonnier d’un corps à moitié transformé, puis enfermé dans un complexe militaire, après avoir été exposé aux radiations d’un météore.

L'adaptation de Kenneth Johnson connaîtera un franc succès restant à l'antenne durant cinq saisons sur CBS. La prestation de Bill Bixby et le choix de Lou Ferrigno dans la peau du célèbre géant vert sont évidemment à l'origine de cette réussite. Les séquences de transformations figurant au  milieu et vers la fin de chaque épisode pour insiter les enfants à regarder chaque épisode en entier ont également contribué à populariser le show. Bien que les scénarios de l'Incroyable Hulk soient parfois un peu répétitifs, la série télévisée constitue un excellent divertissement comportant de bons  moments de télévision, comme le téléfilm pilote et plusieurs autres épisodes en deux parties.

Après cinq années de bons et loyaux services, le géant vert reviendra sur NBC pour de nouvelles aventures dans trois téléfilms diffusés entre 1988 et 1990. 

Retour à l'index

Toucher le fond… (Broken - Part 1)