Saison 7Saison 1

Mission Impossible

Présentation 


A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - Mission Impossible (Saison 3)Devenez fan de notre page pour découvrir d'autres génériques de séries cultes!Retrouvez notre grand dossier Mission Impossible sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1960/mission-impossible-1966-1973Rejoignez la discussion autour de Mission Impossible sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t642p630-serie-mission-impossible

Posted by Le Monde des Avengers on Wednesday, April 1, 2015

Les années soixante voient l'arrivée d'un thème nouveau dans les séries, celui de l'espionnage. Alors que les séries américaines étaient dominées par le genre western, les cow-boys et autres justiciers vont céder la première place du hit-parade de la popularité aux espions.

C'est une nouvelle ère qui commence car, comme le fait dire Louis de Funès au célèbre commissaire Juve en 1965 dans le film Fantômas se déchaîne, « c'est fini le temps du petit hold-up hebdomadaire et des gorilles de papa. Les grands déploiements de forces spectaculaires qui ne font qu'effaroucher l'adversaire sont démodés. Nous sommes à l'heure des agents secrets et des gadgets. De quoi auriez-vous l'air si Fantômas était arrêté par un zéro zéro quelconque ? »

Mission impossible est une des séries les plus connues appartenant à ce genre nouveau. Elle présente les aventures d'un groupe d'espions particuliers, une brigade spéciale, l’IMF (Impossible missions force), chargée des missions les plus difficiles, voire réputées impossibles, et qui dispose de moyens matériels conséquents pour les mener à bien.

La série est restée célèbre pour son fameux générique, très novateur à l'époque. Au son d'une musique de Lalo Schiffrin restée dans toutes les mémoires, de courts extraits de l'épisode du jour défilent avant l'apparition du titre et des photos des acteurs récurrents. Lors de la première saison, le générique de fin comporte des images issues de l'épisode, procédé qui sera malheureusement abandonné au cours des saisons suivantes.

Autre marqueur fondamental, sans doute le plus connu, la forme particulière de délivrance de la mission. Le fameux magnétophone, avec la bande magnétique « qui s'autodétruira dans cinq secondes », fait son apparition dès les débuts, parmi d’autres modes de délivrance, mais ne prendra le dessus que lors de la deuxième saison, lorsqu’il deviendra un rituel indispensable et immuable.

Une singularité est à signaler : le personnage devenu symbole de la série n’était pas présent lors de la première saison ! Dans l’imaginaire du téléspectateur, qu’il s’agisse d’un fan ou d’un « spécialiste » de la série, et plus encore de quelqu’un du « grand public », Mission impossible, c’est la série d’espionnage avec la bande magnétique qui s’autodétruit et le « type aux cheveux blancs » qui est le chef.

Le « type aux cheveux blancs » n’est autre que Jim Phelps, interprété par Peter Graves. Il est extrêmement rare qu’un personnage non présent au départ de la série soit adopté par le public au point de devenir le marqueur principal de la série. D’habitude, les personnages « remplaçants » ne séduisent guère, il existe toujours une nostalgie de l’original.

Mais ici, le chef de l’IMF lors de la première saison, Dan Briggs, interprété par Steven Hill et peu impliqué dans le déroulement des missions, n’avait pas particulièrement convaincu. Au contraire, Jim Phelps, magnifiquement interprété par Peter Graves, se révèle parfait en tous points.

Au cours des 7 saisons, les membres de l’équipe d’espions subiront quelques modifications, avec un défilé d’acteurs de qualité, les plus marquants étant bien entendu le couple Barbara Bain/Martin Landau et Leonard Nimoy. Mais c’est Greg Morris, interprète de Barney Collier, le technicien de l’équipe, et Peter Lupus, qui joue Willy Armitage, l’homme de main et le « gros bras », qui seront les seuls à participer à toutes les saisons.

Nos agents secrets disposent de tout un arsenal technologique à la pointe du progrès leur permettant de mener à bien leurs missions, en complément de leurs qualités intrinsèques. Ils utilisent souvent des masques pour prendre l’identité de leurs adversaires, s’immiscent dans les logiciels des ordinateurs ennemis, piègent les ascenseurs, établissent des photos truquées et sont les rois de la fausse identité.

Les missions relèvent principalement de 2 ordres : de la politique étrangère avec des missions menées essentiellement dans les pays de l’Est, face à des agents communistes tous plus cruels les uns que les autres, et parfois dans les pays arabes, et du maintien de l’ordre intérieur avec des menées contre la pègre, le grand banditisme, les mafias et le terrorisme national et international.

Si les dernières saisons montrent un certain essoufflement avec une difficulté croissante pour trouver des idées nouvelles, l’’esprit de la série, basé sur les caractéristiques décrites ci-avant, sera maintenu et permettra à la série de s’installer au top de son genre, en tant que série-type d’espionnage, comme Star Trek sera la série-modèle dans le genre science-fiction.

Retour à l'index

Toucher le fond… (Broken - Part 1)