saison 4Bonus - Souvenirs de tournage

Les Incorruptibles  (1959-1963)

Téléfilm + Bilan

 


1. TÉLÉFILM 1991 - LE RETOUR D’ELIOT NESS
(THE RETURN OF ELIOT NESS)
 

sanfrancisco tel

 

Le détective Eliot Ness revient à Chicago pour venger l’assassinat d’un ancien collègue. Avec l’aide du fils de ce dernier, Ness affronte la corruption et un puissant gangster sur le déclin trahi par les siens. 

L’action se déroule à Chicago en 1947. Capone vient de décéder et les loups commencent à vouloir se partager le royaume. Eliot Ness est de retour dans la ville pour assister à l’enterrement de Martin Labine, un de ses Incorruptibles lors de la lutte contre Capone. Seul son fils, Gil, assiste aux funérailles, car le policier a mauvaise presse. Il a été retrouvé tué par balles dans le même lit que la maitresse d’un gangster et le bruit circule qu’il était corrompu. Ness décide de rester et de se faire aider par Gil, d’abord dubitatif, pour retrouver l’assassin et disculper son ami (‘He wasn’t on a take, he was untouchable’).

L’ancien agent fédéral soupçonne immédiatement Art Malto, un chef mafieux vieillissant, dont la particularité est d’envoyer des roses aux enterrements de rivaux. Alors qu’une guerre de succession pointe après la mort de Capone pour se partager l’empire du crime, Ness commence à douter de la culpabilité de Malto père et oriente ses investigations vers Bobby, le fils arrogant et ambitieux. Il suspecte aussi que Madeline Whitfield, la jeune et ravissante chanteuse de cabaret, maitresse du vieux Art, en sait plus qu’elle ne le dit. Elle a reconnu le corps de son amie assassinée avec Labine, et elle daigne renseigner Gil pour aider la police à coincer les responsables. Néanmoins, Ness a perçu le jeu machiavélique de la jolie blonde, ce qui n’est pas le cas de Gil Labine, ensorcelé par les charmes de la belle. Ness approche du but lorsqu’il découvre que le surplus d’armes militaires sert les desseins de Bobby Malto, ce qu’avait découvert l’ami de Ness, peu avant son assassinat. Cela permet aux gangsters de se moderniser et d’utiliser des bazookas !

Presque 30 ans après la série, Robert Stack reprenait son rôle fétiche d'Eliot Ness dans un téléfilm de 90 minutes. C'est sympa de revoir l’acteur dans ce rôle, mais il faut absolument ne pas s’attendre à retrouver un épisode de la série. Ce fut mon erreur la première fois que j’ai vu le film et je le cataloguais comme un des pires nanars. Robert Stack avait 72 ans et, même si on reconnaît la démarche, qui s’est raidie, la façon de mettre le chapeau et l'œil brillant, l'acteur a vieilli et le téléfilm a peu de rapport avec la série. Ce qui n'arrange rien, Stack a parfois de faux airs de ...François Mitterrand ! Ce come-back aurait dû être tourné dix ans plus tôt, car l’acteur a pris 28 ans depuis la fin de la série, alors que son personnage n’a vieilli que de dix-sept ans. Sinon, il est toujours droit sans une pointe d’humour et il est encore capable de manier une mitraillette avec dextérité !

Eliot Ness n’est plus un agent fédéral mais une sorte de détective privé au passé prestigieux qui en impose encore aux gangsters de son époque mais pas à la génération montante des jeunes loups. La prohibition est terminée et l’alcool a été remplacé par les jeux clandestins. L’enquête est poussive et sans originalité dans le premier quart d’heure, qui peut paraître monotone, puis elle évolue dans la seconde partie du film pour trouver une conclusion prodigieuse. L’intrigue est intéressante et l’interprétation largement à la hauteur. Robert Stack a toujours le même jeu coincé en comparaison avec d’autres stars du petit écran, comme Karl Malden ou Telly Savalas, mais il peut se reposer sur la prestation des autres acteurs qui jouent juste ; même Jack Coleman, plus effacé, en fils candide. La ravissante Lisa Hartman crève l’écran en beauté fatale, prise entre deux feux, mais surtout prête à coucher avec tout le monde pour arriver à ses fins. Cette superbe manipulatrice machiavélique, qui fait tomber flics et gangsters, est magistralement interprétée par une actrice qui n’a pas connu une grande carrière. Philip Bosco est le vieux parrain manipulé par sa maitresse et Bobby, son fils violent, qui veut être ‘bigger than Capone’. Les problèmes du journaliste, très bien personnifié par Charles Durning, démontrent qu’Art a perdu la main sur son business.

Certaines séquences sont peu crédibles, particulièrement la romance du fils Labine avec Madeline Whitfield, d’autres n’ont plus la splendeur d’antan (la descente dans les salles de jeux et la fusillade à l’entrepôt d’armes). Par contre, la musique de Lee Holdridge sied à l’ensemble et à l’ambiance parfaitement rendue, surtout dans les extérieurs et l’utilisation des automobiles.  Parmi les passages les plus intéressants, notons la scène du cimetière (apparition de Ness), la première rencontre des protagonistes au cabaret, la grosse fusillade à l’hôtel où les hommes de Bobby tentent d’éliminer Ness, l’assassinat de Finn (une des rares scènes qui a l’envergure de la série), la confrontation Ness/Madeline (What game are you playing ?) et le final, où Art Malto attend Madeline Whitfield dans sa loge pour l’étrangler.

Un divertissement correct, à voir avec un œil détaché de la série.

o Ce téléfilm a été diffusé le 10 novembre 1991 aux Etats-Unis.

o Le tournage eut lieu à Toronto.

o Michael Petryni, le scénariste, avait écrit La revanche d’Al Capone deux ans plus tôt.

o Le réalisateur James A. Contner a débuté sa carrière en 1987 en réalisant un épisode de la série Les Incorruptibles de Chicago (à ne pas confondre avec l’original). Il enchaina par trois épisodes d’Equalizer. Il évolua ensuite dans un autre domaine en réalisant des épisodes de séries guimauves comme Buffy, Charmed, Angel

o Lisa Hartman (1956), Madeline Whitfield, a débuté sa carrière en 1976 dans un épisode de Sergent Anderson.

o Anthony DeSando (1965), Bobby Malto, avait un de ses premiers rôles. Il participa à la série La loi de Los Angeles (11 épisodes).

o Charles Durning (1923-2012) est le journaliste Roger Finn. Il a été vu dans de nombreux succès comme L’arnaque ou Le solitaire de Fort Humboldt. Il est excellent dans le rôle de Balinger, truand cynique, salopard et raciste, dans un épisode de la courte série Madigan (Enquête à Harlem). C’était un vétéran de la seconde guerre mondiale, qui participa au débarquement le 6 juin 1944.

o Robert Stack avait 72 ans au tournage alors que le véritable Eliot Ness avait 44 ans en 1947 !

o Al Capone décéda le 25 janvier 1947. Quatre jours plus tôt, dans sa propriété de Palm Island à Miami Beach, Al Capone est victime d’une apoplexie qui lui fait perdre connaissance. Trois jours après, dans le coma, il contracte une pneumonie. Il meurt le lendemain d’un arrêt cardiaque. Notons l’excellente remarque d’un policier à la mort de Capone : "Syphilis got him before we could." [La syphilis l’a eu avant nous.]

Retour à l'index


2. BILAN 

Saisons

Saison 1               2,86 

Saison 2               2,75

Saison 3               2,71  

Saison 4               2,40 

6 meilleurs épisodes/saison

Saison 1

Tueur sans gages, 2nde partie

La dame aux oiseaux

L’histoire de Frank Nitti

Ma Barker et ses fils

Verdict scandaleux

Le roi de l’artichaut


Saison 2

Train spécial, 1ère partie

L’histoire de Waxey Gordon

Le chef d’œuvre

Mr Moon

Tribunal secret

L’antidote

 

Saison 3

Le tunnel des horreurs

Arsenal

Jeu de patience

Le procès d’Eliot Ness

Drogué du risque

Les frères Stryker

 

Saison 4

Le globe de la mort

Cinq contre un

Jeu d’échec

Jazz et mitraillettes

Les loups entre eux
L’homme à la chambre froide

Retour à l'index

Les assassins [1/2] (The Thrill Killers [1/2])