Le Virginien (1962-1971)

Gaétan Julien
Messages : 31
Inscription : mer. janv. 11, 2017 9:32 pm

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Gaétan Julien » sam. févr. 17, 2018 9:47 pm

Opinion personelle le départ de Grainer n'a peut-être pas été expliqué par manque de temps si c'est arrivé pendant la saison et on as donc fait au plus court, je suppose que plus tard on va expliqué qu'il ne reviendras pas ...

Dans l'ère moderne c'est ce qu'on a fait dans Dallas suite à la mort de Jim Davis, on a fait faire un long voyage à Jock Ewing donc on savait bien sûr qu'il n'en reviendrais pas, par contre c'est vrai que ça servait le scénario alors que Le Virginien n'était pas une continuité.

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. févr. 18, 2018 11:39 am

06-09- Un endroit pour mourir (A bad place to die) ****

Scénario : Judith et Robert Guy Barrows. Réalisation : Don McDougall.

Résumé

A Midsummer, Trampas est condamné à mort pour meurtre par un jury. Il décide de faire appel. Il doit patienter en cellule avec un certain Luke Nichols. Il doit être pendu dans six jours.

La critique

Jim McIntire remplace feu Charles Bickford toujours présent au générique de début. Il est considéré comme « invité spécial » dans le rôle de Clay Grainger.

Victor Jory incarne Luke Nichols, qui croupit en prison depuis dix huit ans. Il a tué un homme d’un coup de pieu et a été condamné à perpétuité. Il travaillait dans une mine, où son frère a trouvé la mort.

Le virginien, se faisant passer pour un certain Ed Morgan, se fait engager par John Kiley (John Milford) dans le ranch de Walt Standish (Ken Lynch). Trampas est accusé d’avoir tué le fils de Standish.

Standish a acheté il y a six mois son domaine et l’a clôturé, empêchant le bétail des autres éleveurs de passer. Une dispute à ce sujet aurait éclaté entre Fred Standish et Trampas. Le virginien, de l’endroit où il est, apprend des informations, notamment sur la veuve de la victime, Lila Standish (Susanne Benton).

Le juge rejette l’appel et Clay Grainger qui n’a plus que le gouverneur comme recours. Luke Nichols depuis 18 ans a des plans d’évasion.

Lila tente de séduire John Kiley et aimerait avoir un cheval pour faire des promenades. Elle ne semble pas affectée par la mort de son mari.

Le gouverneur n’a guère envie de s’embarrasser du cas de Trampas, à la grande fureur de Clay.

Stacey lui aussi mène son enquête de son côté en interrogeant un voisin de Fred Standish. Les soupçons se portent sur Lila, la veuve. Mais le virginien lui pense que le coupable est Kiley. Il travaillait pour le précédent propriétaire comme contremaître, et voyait d’un mauvais œil l’arrivée de Fred qui était incapable. Pendant ce temps, Luke Nichols tente de convaincre Trampas de s’évader.

Loin du genre western, nous vivons ici une intrigue policière. Lila est insensible au charme du virginien qui l’interroge sans en avoir l’air. Il comprend qu’elle n’aimait pas son mari qui lui faisait pitié.

Le téléspectateur est scotché sur son fauteuil avec cette intrigue au suspense constant. Kiley découvre que le virginien est un espion. Il rétorque qu’il a découvert l’assassin de Fred : Kiley en personne. Les deux hommes se battent. Kiley nie devant le père Standish.

A la prison, Nichols met le feu pour s’évader. Trampas fuit avec eux. Ils ont pris comme otage le gardien de prison, Corey (Henry Beckman). Ce dernier est blessé et Trampas prend fait et cause pour le défendre alors que les autres veulent le tuer. Le gardien lui est reconnaissant et veut témoigner en faveur de Trampas. Mais il meurt de ses blessures.

Cette partie « action » nous distrait un moment de l’intrigue policière.

Deux prisonniers évadés se font tuer par une patrouille. Le virginien est sur les traces de Trampas qui s’est décidé à fuir au Canada et le retrouve. Son ami lui répond que dans sa situation n’importe quel endroit est mauvais pour mourir.

Stacey a une piste concernant le meurtrier : un maréchal ferrant (Mark Tapscott) qui se trouvait sur place deux jours avant le drame. Stacey découvre qu’il faisait des avances à Lila, et Fred les a surpris.

Le twist final concerne le droit de passage pour les éleveurs.

J’ai mis quatre melons car l’épisode est parfait, mais on nous sort un coupable de dernière minute, le maréchal ferrant, en bâclant la fin. C’est le seul défaut de cet opus majeur. Le sort de l’évadé Luke Nichols reste incertain. Il est toujours en fuite vers le Canada.


Anecdotes

4e des 5 apparitions de Victor Jory (1902-1982) dans la série. Il vient de jouer dans Mélanie, 22e épisode de la saison 5.

La belle Susanne Benton (1943-) n’a fait qu’une courte carrière (20 rôles) de 1967 à 1982. Elle trouvait là son deuxième rôle. On l’a vue dans L’homme de fer, Sergent Anderson, Sur la piste du crime, Columbo (le pilote de 1968).


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. févr. 18, 2018 11:41 am

Pour le plaisir, une photo de la belle Susanne Benton, qui incarne Lila.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. févr. 18, 2018 1:02 pm

06.10- Une dette à payer (Paid in full) **

Scénario : Richard Wendley. Réalisation : Don McDougall.

Résumé

Frank Hollis sort de prison. Il est le fils d’Ezra, un employé de Shiloh. Clay Grainger estime que Shiloh a une dette envers Frank car le père de ce dernier a jadis sauvé Trampas tombé au milieu du troupeau, mais le virginien voit d’un mauvais œil qu’on l’engage comme employé.


La critique

L’épisode se situe dans le cadre d’un conflit entre le père, Ezra Hollis (James Whitmore) et le fils qui sort de prison, Frank (Don Stroud, habitué aux rôles antipathiques).

Trampas essaie de venir en aide à Frank, mais a des difficultés. L’homme est rebelle et de caractère difficile. Des truands se sont faits engager à Shiloh et projettent de voler du bétail. Ils nouent donc une amitié avec Frank pour le gagner à leur cause.

Le virginien est à la fois hostile à Frank et aux deux nouveaux employés, qui sont les fameux truands. Selon le virginien, Frank est de caractère irascible et agressif, et il n’a pas confiance en lui.

On est surpris qu’au bout de six saisons, Trampas vouvoie toujours le virginien, et que ce dernier le tutoie. Ce sont pourtant deux héros sur un pied d’égalité, même si Trampas est employé et l’autre contremaître.

Les prises de bec entre père et fils Hollis deviennent vite répétitives. Parfait rebelle, Frank Hollis finit par se battre avec Trampas, il lui en veut de l’accident qui a rendu son père à moitié infirme.

L’épisode n’est guère palpitant, avec nombre de scènes convenues et prévisibles. Les truands, Bert (Hal Baylor) et Aiken (Robert Yuro) proposent à Frank de se joindre à eux pour le vol.

On s’ennuie avec les problèmes financiers de Clay, obligé de vendre du bétail non engraissé, puis refusant de vendre du bois. Il se voit proposer qu’une route soit construite sur la propriété qu’il veut donner à Ezra Hollis et refuse. Cette route obligerait à détruire la tombe de la femme d’Ezra.

Le banquier Jensen (Ed Prentiss) revient d’un épisode à l’autre et nous devient familier. James Whitmore exagère un peu lors de ses scènes de colère. Habituellement excellent, j’ai trouvé qu’il cabotinait dans ce personnage.

Le vol se prépare avec Frank, Bert et Aiken. Ezra le père commence à avoir des soupçons et en fait part à Clay Grainger. Je ne suis pas parvenu à trouver cette intrigue passionnante car les scénaristes sont capables de faire bien mieux, preuve en est donnée dans l’épisode précédent.

Grainger dit à Trampas que les voyous préparent un mauvais coup.

Don Stroud joue mieux habituellement. Il se trouve confronté à un script assez creux. Son revirement face à Bert et Aiken est mal agencé. Il joue les héros après avoir été le bad boy durant tout l’épisode. Catastrophe lorsque le réalisateur nous montre le troupeau, ce sont des images d’archives qui ne collent pas du tout au montage avec le reste de ce que nous voyons. Ce type de faute ne passe plus aujourd’hui aux yeux du téléspectateur averti, et explique peut être l’absence de rediffusions. Les mauvais raccords sont vraiment gênants.

La fin qui bascule dans la comédie (ce que le personnage d’Ezra ignore) permet un happy end inespéré. Mais l’ensemble est moyen et manque de conviction.



Anecdotes


James Whitmore (1921-2009) a tourné quatre épisodes de la série, celui-ci est le deuxième.


Don Stroud (1943-) tourne toujours. Il a tenu 163 rôles dont Permis de tuer, Django Unchained, Amityville la maison du diable, et tourne en ce moment Glen Now and then. On se souvient de ses apparitions à la télévision dans L’homme de fer, Banacek, Cannon, Les rues de San Francisco, Kung Fu, Sergent Anderson, Hawaii Police d’état, Drôles de dames, Pour l’amour du risque, L’incroyable Hulk, Chips, K2000, Simon et Simon, L’île fantastique, L’homme qui tombe à pic, L’agence tous risques, MacGyver, Code Quantum, Arabesque.


L.Q. Jones (1927-) est toujours présent depuis la saison 2 dans le rôle de Belden. Il restera jusqu’à l’ultime saison en 1971.



Image


Coffret saison 6 volume 1 envoyé à Steed. Ce coffret sera en vente le 22 février, donc à ce jour, plus d'épisode à chroniquer en attendant la sortie des suivants.

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. févr. 18, 2018 1:05 pm

A bientôt pour de nouvelles chronique du Virginien.

Image

Avatar de l’utilisateur
Steed3003
Site Admin
Messages : 423
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:32 pm
Localisation : Londres
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Steed3003 » dim. févr. 25, 2018 1:18 pm

Quatre nouveaux volumes du Virginien par Patrick sont en ligne ! :hello2:

Saison 5 - Volume 1 :
http://lemondedesavengers.fr/hors-serie ... 5-volume-1

Saison 5 - Volume 2 :
http://lemondedesavengers.fr/hors-serie ... 5-volume-2

Saison 5 - Volume 3 :
http://lemondedesavengers.fr/hors-serie ... 5-volume-3

Saison 6 - Volume 1 :
http://lemondedesavengers.fr/hors-serie ... 6-volume-1
LE site sur les plus grandes séries TV et sagas cultes du cinéma : http://lemondedesavengers.fr
LE forum des passionnés : http://lemondedesavengers.fr/forum

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. avr. 27, 2019 11:34 am

01 – Défense de témoigner (To bear witness) ***

Scénario : Sy Salkowitz. Réalisation : Abner Biberman.

Résumé

Trampas est suspecté du meurtre d’un homme qui refusait de vendre une maison pour un hôpital. Il a vu s’enfuir un médecin, le docteur Baldwin, mais peu avant s’est blessé en manipulant sa charrue. Aux yeux de Ryker, il devient suspect.


La critique

Cet épisode s’éloigne du genre western et aurait pu s’intégrer dans le cadre d’une série policière. On y retrouve la belle Joanna Moore dans le rôle de Carol Fisk. Elle travaille pour le docteur Baldwin (Malachi Throne de Opération vol). Carol est poursuivie par les assiduités de Walter Verig et pour la protéger, Trampas est amener à se battre avec l’homme. Carol est amoureuse du docteur Baldwin.

La victime Walter Verig (Harry Landers) était peu sympathique. Mais le docteur Baldwin qui laisse accuser Trampas encore moins. Il est pourtant son seul alibi.

Ce qui surprend dans l’intrigue, c’est le peu de sympathie que Ryker montre envers Trampas. Du moins au début, car il finit par montrer de la compassion envers notre héros et mène son enquête. Il vérifie notamment l’alibi de la charrue qui a causé la blessure.

Une fois de plus, Clu Gulager en Ryker est le meilleur comédien de l’épisode et domine la distribution. Pete Verig (Paul Carr) le frère de la victime persuade Ryker que l’assassin est le médecin. Son attitude peut surprendre, mais il n’aimait pas son frère et connaissait ses défauts.

L’épisode s’attarde sur l’enquête minutieuse de Ryker, qui outre le médecin soupçonne Carol. Sans l’interprétation de Clu Gulager, l’intrigue pourrait nous paraître terne et interminable. Hélas, c’est l’une de ses dernières apparitions, il ne reviendra que trois fois dans la série avant de rendre son tablier. Et après le départ de Lee J. Cobb, on peut dire que c’est un coup dur pour Le Virginien.

William Windom en avocat du docteur Baldwin est convaincant, mais Malachi Throne lâche et odieux surjoue son personnage, en en faisant un coupable trop évident.

James Drury apparaît tard dans l’épisode. On croit qu’ensuite que l’épisode va s’acheminer vers une affaire de procès dont raffolent les américains, mais il n’en sera rien. Le docteur apparaît comme un bourgeois intouchable que même le juge protège, mais est obligé de mettre en prison. Trois suspects se démarquent : le médecin, Carol (ancienne maîtresse de la victime, et éprise du docteur) et le frère. La population se range du côté du médecin, en particulier son épouse, Harriett (Mary Carver), femme acariâtre et délaissée.

Doug McClure joue un Trampas trop nonchalant alors qu’il risque sa peau dans la première partie de l’épisode avant l’inculpation du médecin. Il devient évident que le médecin cache le vrai coupable, mais qui ? Les notables font pression avec l’aide de l’avocat pour que Trampas retire son témoignage contre Baldwin.

C’est alors Trampas qui se colle à l’enquête en allant interroger Carol. Elle était serveuse dans un bar et Baldwin en a fait une infirmière. Mais en paraissant saoul, Trampas revient dans le groupe des suspects, il tire même contre Ryker et se retrouve en prison. Trampas était comme fou. Or, il a été drogué.

Passionnant au début, l’épisode se traîne un peu en longueur ensuite. On veut empêcher Trampas de témoigner et le discréditer. Comme la manigance ne fonctionne pas, il est enlevé et roué de coups par des hommes cagoulés.

Le docteur Baldwin malgré le soutien des notables est en mauvaise posture. Ryker a compris qu’il couvre quelqu’un. Le twist final nous livre un coupable auquel on ne s’attendait pas et qui ne figurait pas dans la liste des suspects. Cette fin est un peu tirée par les cheveux : le vrai coupable a eu peur et a tué en se défendant.

J’ai mis trois melons à l’épisode malgré la fin invraisemblable, car on passe un excellent moment sans jamais vraiment s’ennuyer. On passe sur les quelques longueurs auxquelles j’ai fait allusion. Et puis la grande astuce de l’épisode est de nous livrer un coupable auquel le plus fin limier des téléspectateurs n’a pas songé une seonde.

Anecdotes

Joanna Moore (1934-1997) a joué dans La soif du mal, Le monstre des abîmes, Le shérif de ces dames, Objectif Lune.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. avr. 27, 2019 12:53 pm

02 – La terre qui tue (The barren ground) **

Histoire de Joy Dexter. Adaptation : Andy Lewis. Réalisation : Abner Biberman.

Résumé

Le Virginien rend un homme qu'il a tué à son père estropié. Après avoir aidé à enterrer le corps, l'homme fait une crise cardiaque. Il demande au Virginien d'essayer de ramener sa fille du Shoshone pour hériter de sa ferme.


La critique

J’ai été surpris, James Drury joue mieux que d’habitude, je veux dire que son jeu de comédien est nettement en progression par rapport à ses qualités athlétiques. Ici, le virginien est compris par le père, mais pas du frère qui est fou de rage et veut tuer notre héros.

Le père mourant, Asa Keogh (Jay C. Flippen) demande au virginien de retrouver sa fille, jadis enlevée par les indiens et devenue une squaw, Sarah Keogh (Collin Wilcox). Elle a été mariée de force avec un indien. Elle avait peur d’être montrée du doigt, à présent elle est veuve. Elle a un fils.

La terre contient du minerai d’argent, convoité par beaucoup, Arnold Page (Noah Keen) et l’homme qui a tout découvert, un chimiste nommé Dow (John Harmon) . Sarah est mal accueillie en ville, mais le virginien lui fait remarquer que les indiens n’ont pas été de leur côté accueillants.

Le vieil Asa est en sursis, son cœur étant usé. On ne nous épargne pas quelques clichés comme la femme blanche devenue indienne mal reçue de retour par la population. Beaucoup de scènes sont des dialogues entre le virginien et Sarah, avec l’omniprésence de son fils métis,

John Harmon est machiavélique en chimiste véreux qui a menti au virginien en lui disant que le minéral n’a aucune valeur. Sarah n’est pas vénale et décide de rentrer chez elle alors que le virginien la laisse libre de retourner chez les indiens.

Les retrouvailles père et fille constituent le point faible de l’épisode : on sombre dans le mélodrame. Les scènes entre le virginien et le fils de Sarah sont bien agencées, mais le jeune enfant acteur n’a pas l’air d’un métis.

La subtilité de l’intrigue aurait pu être un obstacle pour James Drury, doué pour les scènes d’action, il s’en tire avec les honneurs.

Asa meurt, le virginien décide de prolonger son séjour, Arnold Page vient voir Sarah pour lui faire part de l’intention de Harmon d’acheter les terres du père. Il veut profiter de son ignorance.

Dobie Keogh (Byron Mabe) est le frère de Sarah, et il est venu pour tuer le virginien. Dobie est devenu un hors la loi. Harmon révèle à Dobie qu’il y a un héritage et qu’il ne doit pas le laisser passer. Harmon incite Dobie à vendre. Le virginien hérite des terres. Il se heurte à l’hostilité de Sarah que son frère a persuadé de vendre.

Collin Wilcox a du mal à nous faire croire qu’elle incarne une indienne. Elle parle (en VF) de façon assez caricaturale.

La scène du jugement où le virginien doit faire preuve qu’il y a eu un testament en sa faveur à égalité avec Sarah est assez longue et fastidieuse. L’épisode s’il n’avait pas une intrigue bien construite n’aurait qu’un melon pour la réalisation. Dobie comprend que Harmon et Page le dupent.

On peut dresser le constat que cet épisode manque d’action. Il faut attendre 1h sur 1h15 pour que l’on sorte le spectateur de sa torpeur. Le virginien devra la vie sauve au gamin métis, habile à la carabine. Ce n’est pas un grand cru. Drury ne s’en tire pas mal, mais cela ne suffit pas pour nous passionner.


Anecdotes


Collin Wilcox (1935-2009) est surtout connue pour Du silence et des ombres, Les dents de la mer 2, Minuit dans le jardin du bien et du mal, et à la télévision on l’a vue dans Cannon et Columbo. Elle a ajouté à son nom Paxton au cours de sa carrière.



Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. avr. 27, 2019 5:03 pm

03. Le tireur d’élite (Execution at Triste) ***

Scénario : John Dunkel. Réalisation : Robert L. Friend

Résumé

Trampas et deux hommes de Shiloh livrent du bétail à un poste éloigné de l’armée. Ils doivent percevoir leur argent dans une banque à Triste. Un mexicain leur a prédit avec des cartes qu’un malheur planait sur eux : un homme va mourir. Trampas retrouve un viel ami, Knight, qui veut le tuer !


La critique

Trampas se trouve confronté à une banque calamiteuse, dont le propriétaire est en déplacement. Il retrouve un ami pas vu depuis dix ans, Lee Knight (Robert Lansing). Ce dernier est menaçant et ne tarde pas à tuer l’un des deux compagnons de Trampas.

Robert Lansing en Knight ne donne pas envie de plaisanter. Il veut absolument défier en duel Trampas et ne veut pas admettre qu’en dix ans, il a changé de vie. Le shérif se révèle un pleutre. Chevalier (Knight) se révèle une espèce de dangereux fou qui tue tous les hommes qu’il provoque.

La menace qui plane sur tout l’épisode constitué par Chevalier est un argument qui aurait pu paraître répétitif ou absurde si Robert Lansing ne lui donnait pas corps. Trampas recueille les confidences de l’épouse de Chevalier, Mavis que la VF a transformé en « Monique » (Sharon Farell), qui lui conseille de déguerpir. Elle voudrait à la fois être libéré de son époux dément, mais ne souhaite pas la mort de Trampas. Au fil des heures, la situation évolue.

Monique trouve son existence minable, elle est serveuse et demande à Trampas de l’enlever ! Elle est bigrement séduisante. Malgré un scénario assez bancal, l’épisode est sauvé par l’interprétation de Sharon Farell et de Robert Lansing. Elle envisage même un temps qu’ils s’enfuient avec l’argent du bétail, 1500 dollars.

En regardant le film, on suppose une issue tragique. Chevalier assomme Burt, le compagnon survivant de Trampas, on se demande où il veut en venir.

En fait, Trampas est tombé dans un piège, tout était combiné d’avance et le but du couple était de voler l’argent.

Le duel final entre Chevalier et Trampas ne permet pas de douter de l’issue du combat, car on se doute que Doug McClure figure dans les autres épisodes. C’est parfois tiré par les cheveux, mais on passe un agréable moment. Si au début de l’épisode, le premier compagnon de Trampas, Morgan (Steve Raines) y laisse sa peau, le second, Burt (Burt Douglas) s’en tirera blessé mais vivant.

Beaucoup de suspense, un script rempli de faux-semblants, une Sharon Farell qui ne manque pas de charme, une histoire en huis clos dans la petite ville de Triste qui n’a pas volé son nom, on passe un bon moment, que demander de plus ?



Anecdotes

Sharon Farell (1940-) a joué dans Œil pour œil, Arcade, La nuit de la comète.

Dans la VF, le personnage de Lee Knight s’appelle Louis Chevalier.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. avr. 27, 2019 6:03 pm

04. En toute justice (A small taste of justice) ****


Scénario : Edward J. Lasko. Réalisation : Don McDougall


Résumé

Le virginien se fait voler son cheval et son arme par un homme qui fait trembler la ville. Pour neutraliser cet homme, il va se faire aider par un ami dont la fille a été blessée.


La critique

Situation paradoxale dans cette histoire qui se déroule au moment de l’année, le seul, où le ranch Shiloh fait « relâche », et où il y a une pause dans le travail. Pourtant, ce ne sera pas un moment de tout repos pour le virginien, face à Tom Conlan (Peter Brown), le voleur. On retrouve avec plaisir en médecin cette vieille baderne de Vaughn Taylor (La guerre des cerveaux, le pilote des Envahisseurs).

Le virginien retrouve une ancienne fiancée, Ellen (Susan Oliver), désormais marié au télégraphiste John Cooper (John Lupton). L’épisode prend un tour dramatique avec la blessure de la petite Kathy (Eve Plumb), la fille du couple.

Le virginien est venu reprendre son bien, mais les habitants de la ville « Les trois fourches » sont bien obligés de constater qu’ils ont trop supporté, depuis des années, la bande de Tom Conlan. Ellen avoue au virginien qu’elle a flirté avec le bandit après qu’ils se soient séparés. Elle s’est rangée en épousant John.

En plus des habitants, Ellen crie vengeance et veut que Tom Conlan paie. Le virginien demande à Ainsworth (Bert Freed), le shérif, d’être nommé shérif adjoint et il va faire le sale travail.

L’épisode est palpitant d’un bout à l’autre, et James Drury a fait d’énormes progrès de comédien. On regrette que pour cette série, la production nous montre parfois des décors de studio qui ne passent plus auprès du téléspectateur d’aujourd’hui, ne font plus illusion. Ces économies de bout de chandelle heureusement ne gâchent pas le suspense.

Les deux truands, Tom Conlan et son acolyte Cal Mason (James Gammon) sont ardemment recherchés. La mère de Tom, Margaret (Virginia Christine) ouvre enfin les yeux sur la nature criminelle de son fils qui depuis le début persistait à lui dire qu’il avait acheté le cheval au virginien.

Mason est vite arrêté, mais Tom Conlan est plus difficile à capturer. Ellen devient fière de son mari John qui participe avec le shérif et le virginien à la chasse au bandit.

On atteint ici le niveau le plus élevé que la série peut nous offrir, une bonne intrigue western pleine de tension, crédible. Le thème de la lâcheté d’une ville qui se reprend en mains à été souvent abordé dans le cadre du western. Il ne faut donc pas trop chercher l’originalité. Aux côtés du virginien, le mari d’Ellen fait preuve d’un réel courage. Tandis qu’Ainsworth est prêt à libérer Mason et à ne plus inquiéter Conlan, faisant preuve de lâcheté.

Le spectateur en haleine se demande comment tout cela va se terminer. L’épisode rappelle parfois Le train sifflera trois fois.

L’affrontement final entre le virginien aidé de deux hommes contre toute la bande de Conlan mérite d’être vu. Tout semble compromis quand le virginien est blessé. Ellen révèle alors à son mari que le père de Kathy est Tom Conlan. Ivre de jalousie, John Cooper tente d’arrêter Conlan et Mason (entre temps libéré). Heureusement, le virginien veille. De même que la mère de Tom. Alors que l’on craignait une tragédie, on a droit à un happy end. Le couple Ellen-John est radieux. Margaret comprend que son fils a failli tuer sa petite fille !


Anecdotes

Susan Oliver (1932-1990) a joué dans Les envahisseurs (Guerre Subversive, Inquisition), Le Fugitif, Des agents très spéciaux, Magnum.

Image


Revenir vers « Années 60 »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot], Gaétan Julien, Patricks et 10 invités