Le Virginien (1962-1971)

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » ven. mai 19, 2017 7:09 pm

04-14- Letter of the law (Inédit) ****

Scénario : Don Mullally. Réalisation : Charles S. Dubin.

Résumé

Après bien des difficultés, la justice reconnaît que Curt Westley est innocent et a passé deux ans dans un pénitencier militaire pour un vol qu’il n’a pas commis. Mais un détective des chemins de fer dément, Sanders, a juré de remettre en prison Westley.

La critique

Cette histoire, bien que je mette quatre étoiles, quitte le domaine du réalisme pour une intrigue invraisemblable remplie de suspense.

Curt Westley (James Best) purge une peine dans un pénitencier militaire. Or, il est innocent du vol dont on l’a accusé. Le juge Garth et Jennifer se rendent chez le gouverneur James (David McLean), mais il ne veut rien entendre.

Le virginien, qui avait accompagné le juge et sa nièce, reprend le train pour Medecine Bow et le convoi est attaqué par un certain James Francis O’Bannion (James Doohan), lequel est tué par le virginien. Avant de mourir, il avoue avoir commis un vol et laissé envoyer à sa place en prison un innocent : Curt Westley.

Westley est libéré, mais aussitôt, le cynique détective des chemins de fer Charles Sanders (Simon Oakland) arrive à Medecine Bow. Il ne croit pas à l’innocence de Westley et jure de le renvoyer en prison. Le virginien et le shérif Ryker ont retrouvé une partie du magot volé il y a deux ans, mais pas la totalité. Sanders explique à son subordonné Kip Lathrow (Don Stewart) que Westley va tôt ou tard rechercher l’argent restant.

Il se trompe car Westley est content de retrouver sa femme, Joan (Davey Davison), dont on apprend plus tard que Lathrow est amoureux. Il a même essayé, durant les deux ans de captivité du mari, de devenir l’amant de Joan.

Lathrow soudoie un joueur de poker Hoby Porter (Ron Soble), pour faire un braquage déguisé le plus possible en Westley (Lathrow a dérobé une veste appartenant à l’homme). De ce fait, Sanders jubile. Il se lance à nouveau sur les traces de Westley qui prend la fuite, alors que durant le hold-up, il travaillait à Shiloh, mais dans un endroit isolé, et n’a pas de témoins.

C’est ensuite Ryker qui porte l’épisode sur ses épaules, solutionnant toute l’affaire. Il découvre que Sanders est fou, ayant été martyrisé par son père, battu à coup de ceinture. Il fait de Westley une véritable obsession. Ryker sauvera in-extrêmis Westley en prouvant la culpabilité de Lathrow et de Porter.

Il y a dans cet épisode une dimension grand-guignolesque. Sanders est aussi acharné que le lieutenant Gerard dans Le Fugitif. Il fait de la capture de Curt Westley une cause personnelle, l’affaire de sa vie, allant jusqu’à mettre en doute la probité de Ryker. C’est parfois excessif, souvent même. Mais le suspense nous scotche sur notre fauteuil pendant 75 minutes.

Simon Oakland, pour nous faire croire à ce détective dément, fait une interprétation inoubliable.



Anecdotes

Le père de Ryker est mort quand il avait deux ans.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. mai 20, 2017 11:16 am

04-15- Blaze of glory (Inédit) ***

Scénario : John et Ward Hawkins. Réalisation : Alexander Singer.

Résumé

Bill King, ancien shérif, risque de voir son ranch où il vit avec sa fille Judy saisi car il ne peut plus payer les traites à la banque. Trampas est amoureux fou de la fille, mais ce n’est pas réciproque. Un convoi d’or est attaqué et l’un des auteurs, Sam Coates, vient voir Bill King.

La critique

La particularité de cet épisode est que l’on veut peu nos héros : Le virginien se contente d’une remarque à Trampas, amoureux transi, Ryker fait son enquête sur le vol de l’or mais ses apparitions sont bien moins longues que d’habitude, seul Trampas en raison de ses sentiments pour Judy King (Joan Freeman) est souvent là.

Leif Erickson incarne ici un shérif en retraite qui n’arrive plus à joindre les deux bouts. Un jour, il reçoit la visite de Sam Coates (Michael Sarrazin), qu’il n’envoya pas en prison gamin tandis qu’il avait battu un vieil homme. L’ex-shérif le croyait innocent, or Coates est une fripouille, et lui avoue qu’il était coupable et est l’auteur du vol avec deux comparses.

Connaissant les difficultés à la banque de King, Coates lui remet un petit sac d’or qui évite la saisie du ranch. Trampas est amoureux de Judy, mais il ne plaît pas à cette dernière qui rêve de St Louis, Chicago et de partir loin de Medecine Bow.

Le shérif décide que les chargements d’or seront cinq fois sur six composés de sable, de sorte à décourager les voleurs. Coates fait venir ses deux acolytes au ranch King, Smith (Rayford Barnes) et Kelly (Hal Bokar). Ils menacent King de s’en prendre à sa fille s’il ne les aide pas. En effet, King est ami avec le convoyeur d’or, Ben Wallace (Karl Swenson) et connaît les dates où les convois sont remplis de sacs d’or.

Petit à petit, Trampas, qui a reconnu le cheval de Coates comme celui de l’un des voleurs, et Ryker qui mène son enquête sur l’or porté à la banque par le shérif pour rembourser ses dettes, découvrent la vérité. Ils arriveront trop tard, mais sauvegarderont l’honneur du shérif retraité.

En effet, King prend la place de convoyeur de Wallace contre son gré après lui avoir avoué la vérité. Il réussit à tuer les trois malfrats mais est lui-même abattu. Avant de mourir, il se confie à Ryker et Trampas, auprès desquels on a envie de pester tant ils ont été longs à arriver. De toute façon, Coates avait décidé de tuer King qui en savait trop, et surtout, il ne voulait plus lui donner une partie de son butin.

Michael Sarrazin, débutant, et qui fit une belle carrière au cinéma, est convaincant en petite frappe. Leif Erickson et Joan Freeman ont pris un abonnement à la série : c’est la 3e et dernière apparition d’Erickson, et la 4e et dernière de Joan Freeman que l’on vient juste de voir dans l’épisode Timberland.

La fin est prévisible, mais c’est un très bon épisode, dans lequel on aurait aimé voir davantage Clu Gulager.

Anecdotes

Michael Sarrazin (1940-2011) est connu pour Fureur à la plage avec Jacqueline Bisset, On achève bien les chevaux, Le clan des irréductibles, Etat d’urgence. Il a vécu plusieurs années avec Jacqueline Bisset.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. mai 20, 2017 1:04 pm

04-16- Nobody said hello (Inédit) **

Scénario : Herb Meadow. Réalisation : Alf Kjellin.

Résumé

Il y a 20 ans, le juge Garth a défendu devant une cour martiale un criminel de guerre, le capitaine Piper Pritikin. Ce dernier sort de prison. Le photographe Ansel Miller qui perdit un bras à cause de Pritikin est ivre de vengeance. Mais c’est l’ex-officier qui abat Miller. La population de Medecine Bow est déchaînée.

La critique

James Whitmore interprète un ex-criminel de guerre sudiste, odieux à souhait, qui ne regrette rien et veut s’installer à sa sortie de prison à Medecine Bow contre toute raison.

Le juge Garth est embêté car sa nièce Jennifer s’est entichée du fils Pritikin, Davis (Steve Carlson, pour ses premiers pas devant une caméra). Du moins le croit-il, car c’est en fait (on l’apprend à l’épilogue), Davis qui est amoureux et pas payé en retour.

Disons le d’emblée : cet épisode est un ratage total en raison de l’outrance et du cabotinage de James Whitmore, qui surchage un personnage déjà odieux, un capitaine sudiste sadique jadis condamné à mort et que le juge Garth comme avocat a sauvé.

Vingt ans plus tard, tel un serpent, il vient empoisonner la petite ville qui l’accueille et ne souhaite qu’une chose : son départ. Il se vante des tortures qu’il infligeait aux prisonniers des tuniques bleues, les faisant vacciner contre la variole en trafiquant les doses, ce qui provoqua notamment la mort de beaucoup d’entre eux et l’amputation d’Ansel Miller. Il se sert de son épouse malade pour apitoyer sur son sort et rester, alors qu’il est mis en demeure de quitter les lieux. Ce n’est pas tout, il torture une entraîneuse de saloon.

Le juge prédit que les gens comme Pritikin sont comme des serpents qui trouvent la mort en se mordant la queue, et c’est ce qui arrive. Attaquant des gens avec un canif, Pritikin se transperce le ventre.

J’ai rarement vu l’excellent James Whitmore si mal jouer. Il interprète un personnage déjà tellement odieux qu’en en rajoutant, on tombe dans la caricature.

Le fils Davis embauché à Shiloh par charité de la part de Garth a quelques problèmes, notamment lorsqu’on lui fait une blague, et qu’il se bagarre avec Trampas, mais l’on retiendra surtout une scène vertigineuse de suspense où un ouvrier le sauve perché en haut d’un échafaudage.

Virginia Grey en Laura Pritikin n’a pas grand-chose à jouer. Epouse docile, fille d'une riche famille de nordistes, les Beaumont, elle est effacée et étant malade, on la voit peu.


Il y avait matière à un bel épisode, et je mets tout juste deux étoiles au final, en raison de la tension ambiante et de quelques bonnes scènes, mais ce n’est pas un chef d’œuvre.


Anecdotes

Les évènements se déroulent 20 ans après la fin de la guerre de Sécession, soit en 1885.

Ryker n’a pas d’adjoint et demande à Trampas de prendre l’étoile, mais ce dernier refuse : « Ce type est une hyène, contraire à mes valeurs », répond-il.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. mai 20, 2017 3:53 pm

04-17- Men with guns (Inédit) *

Scénario : Halsted Welles. Réalisation : Leon Benson.

Résumé

Trampas et Randy veulent acheter des chevaux arabes au colonel Bliss, à New Hope. Or, c’est un tyran qui veut expulser tous les habitants. Il a soudoyé le juge, le shérif et ses adjoints. Trampas tombe amoureux d’une fille du coin, Gina.


La critique

Le colonel Bliss (Telly Savalas) n’a jamais été colonel, c’est un barbier de Chicago, venu à New Hope pendant la guerre de sécession, qui a fait fortune grâce aux mines d’argent.

Quel dommage d’avoir gâché Telly Savalas dans un épisode aussi navrant ! Tout est ici caricatural, et le fait que ne soient présents que Trampas et (au début) Randy aggrave les choses.

Savalas est méconnaissable en chapeau de cowboy, moustaches et barbe. Mais le personnage de colonel qu’on lui a donné à jouer semble sortir d’une bande dessinée. Trampas, à lui seul (Randy étant reparti à Shiloh) veut permettre la révolte de toute une ville de pauvres gens victimes d’une justice dévoyée.

Brenda Scott en Gina s’en tire plutôt bien, même si à la voir, avec ses airs de Sainte Nitouche, on l’imagine mal avoir travaillé à Denver comme serveuse dans un pub.

Lorsque Bliss veut expluser le père de Gina, Eric Larsen (Robert F. Simon), Gina tue son fils Lem (Buck Taylor), mais au cours de la fusillade, et malgré la présence de Trampas, la jeune femme est tuée.

Dans cet épisode, Savalas/Bliss a deux crises de larmes : quand il rencontre Trampas et Randy chez lui, il écoute une musique qu’aimait sa femme, décédée depuis, et dont il est inconsolable. A l’épilogue, son fils mort, il pleure encore « Tout est à vous, je n’ai plus de raison de vivre ». Pourtant, ce n’est pas un tendre, et devant nos héros, il s’est vanté d’avoir laissé mourir 200 mineurs chinois dans un éboulement afin de payer ses créanciers banquiers à San Francisco, et de les avoir immédiatement remplacés par 200 autres.

Logiquement, au final, il pourrait, avec ses hommes et le shérif corrompu, massacrer tous les habitants de New Hope, et Trampas avec. Le personnage qu’on a écrit à Telly Savalas est totalement imprévisible.

Autre chose d’agaçant tout au long de l’épisode, les fortes convictions religieuses pacifiques d’Eric Larsen, déconnectées de la réalité. Il faut se laisser tuer et ne pas se défendre.

On en veut beaucoup au scénariste d’avoir gâché la seule participation de l’excellent Telly Savalas à la série. J’avoue qu’en neuf saisons, j’espérais le voir revenir dans un rôle plus inspiré.

Anecdotes

On voit Trampas pleurer à la mort de Gina.

Unique participation à la série de Telly Savalas (1922-1994).

Brenda Scott (1943-) a fait carrière de 1961 à 1983, terminant dans Simon et Simon. Peu de rôles marquants : Bonanza, Match contre la vie, Mannix, L’homme de fer. Elle a joué quatre fois dans Le Virginien, et au cinéma dans La brigade des cow-boys en 1968.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. mai 20, 2017 5:16 pm

04-18- La longue marche (Long ride to Wind River) **

Scénario : Sy Salkowitz. Réalisation : Paul Henreid.

Résumé

Le virginien tombe sur ses amis Benji et Liz Davis. Cette dernière vient d’être agressée par un certain Hobey Kendall que Benji menace de tuer. Peu après, Ryker et le virginien trouvent Kendall mort. Accusé de meurtre prémédité, l’homme est condamné à mort. Or, Benji déclare qu’il existe un témoin qui peut l’innocenter, un trappeur, John MacIntosh.

La critique

Enfin un épisode doublé en français ! Avec un invité de prestige, John Cassavetes. Hélas, comme celui avec Telly Savalas, dès les premières images, et malgré la présence de Clu Gulager, on comprend que cela ne sera pas un grand cru.

Scénario complexe, c’est John MacIntosh (John Cassavetes) qui a tué Kendall, pour une histoire de peaux que la victime n’avait pas payé. MacIntosh déclare avoir tué en état de légitime défense.

Histoire tarabiscotée, invraisemblable, qui mérite deux étoiles pour la présence de Cassavetes et le suspense. Encore une fois de nombreuses références à la bible, assez agaçantes. On demande du spectacle et pas des prêches.

Autre point faible de l’opus : Gulager, meilleur acteur de la série avec Cobb, n’est présent qu’au début et à la fin, et Drury manque de conviction dans sa quête de vérité. Il est fait prisonnier par la bande du trappeur qui veut le tuer.

Fait prisonnier, le virginien s’évade avec son témoin en otage. Je dois dire que c’est assez long et ennuyeux, sans rebondissements. Le virginien rencontre un trappeur, Bojohn (Dub Taylor), personnage inutile. Il vole et blesse notre héros.

Le scénariste tire à la ligne pour atteindre les 75 minutes. Après la montagne, les deux personnages doivent traverser le désert. Tous les poncifs sont énumérés : les indiens après le désert et la montagne.

La séquence indienne est particulièrement longue. La jeune indienne qui tombe amoureuse du virginien et lui permet de fuir avec deux chevaux est une ficelle un peu grosse du script.

Bojohn pendant ce temps attaque le frère de MacIntosh. Il est tué. Noah (Michael Burns) est grièvement blessé et le virginien l’aide. A trois minutes de la fin, un coup de théâtre nous sort de notre torpeur.

La fin est malheureusement bâclée.

Anecdotes

John Cassavetes (1929-1989) est surtout réalisateur, connu pour Husbands, Une femme sous influence, Gloria, Meurtre d’un bookmaker chinois.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. mai 20, 2017 7:13 pm

04-19- Chaff in the wind (Inédit) *

Scénario : Joy Dexter. Réalisation : Herman Hoffman.

Résumé

En l’absence du juge Garth, Jennifer engage à Shiloh et contre l’avis du virginien un père et ses enfants, les Ellis. Or, ils préparent un mauvais coup.

La critique

Cette histoire de pique-assiettes hébergés à Shiloh est peu passionnante. Plusieurs scènes d’extérieurs (soit disant des endroits du ranch) sont visiblement faites en studio avec des décors dessinés en fond.

Cet épisode est très bavard. James Drury est peu doué dans ce type de scènes. Par exemple, un long moment avec Becky Ellis (Linda Lawson), fille peu sympathique et fainéante.

Le père, Micah (Ed Begley) prépare un coup, mais ne veut rien dire à ses enfants, dont son fils tricheur aux cartes, Clipper (Tony Bill).

Diane Roter confirme qu’elle est une exécrable comédienne en Jennifer. La série, privée de Lee J. Cobb, Clu Gulager, et à rigueur de Doug McClure (absent ici) ne vaut pas grand-chose. L’intrigue est menée par Randy Boone et Diane Roter, et nous nous ennuyons à mourir.

Micah révèle son plan à son frère Clemmet (Lonny Chapman), qui arrive de prison de Laramie : voler quelques têtes de bétail.

La réalisation de la scène de pique-nique à Shiloh est une catastrophe visuellement, un décor de carton pâte, et en plus nous devons subir les chansons de Randy !

Jennifer est attirée par le petit voyou Clipper. Encore une longue scène de discours inutiles. Clipper distingue ici, avec d’autres mots, la bourgeoisie des Garth et leur situation de vagabonds.

Après un échange assez vif avec Becky, le virginien met en garde Jennifer contre la famille Ellis.

Becky et Clipper décident de quitter Shiloh, sans en parler à leur père. Il ne se passe rien dans cet épisode, sans doute l’un des plus ennuyeux depuis la saison 1,

Pour meubler, nous avons droit à un second récital de Randy, on se console en pensant que le chanteur quitte la série à l’issue de la saison.
La longue discussion sur sa vie et son parcours de Micah avec le virginien est de trop.

Le virginien découvre Randy inanimé et blessé par balle, et que du bétail a été volé.

Le virginien retrouve Becky en ville. Elle le persuade que ni elle ni son frère ne sont dans le coup. Clipper retrouve son oncle et le menace afin de l’obliger à rendre le bétail volé. Alors qu’ils vont s’entretuer, Ryker et le virginien arrivent et le shérif arrête l’oncle. Le téléspectateur, lui, s’est endormi depuis longtemps.

La fin est mielleuse et geignarde, frère et sœur se séparent partant chacun face à son destin.

Anecdotes

Linda Lawson (1935-) qui incarne Becky ne tourne plus depuis 2005. On l’a vue dans Marée nocturne, La fureur des apaches et Le clan des irréductibles.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. mai 21, 2017 12:35 pm

04-20- The inchworm’s go not wings at all (Inédit) **

Histoire d’Allan Sloane. Adaptation : Herman Miller. Réalisation : Paul Stanley.

Résumé

Marcy Trait est une fille attardée, sœur d’un ouvrier de Shiloh, Niles. Il voudrait, ainsi que ses parents, la placer dans une institution spécialisée. Mais Marcy a été témoin d’un meurtre, commis par un braqueur de banque en fuite, Henry Brodie, qui lui aussi s’est fait embaucher à Shiloh.

La critique

Cet épisode met le spectateur mal à l’aise, car il est difficile de faire en 75 minutes le tour du sujet, les enfants attardés. Il faut dire que le comédien qui incarne, Niles, le frère (Lou Antonio) en fait des tonnes, permettant pour une fois à Diane Roter de faire une performance d’actrice.

Son personnage de Jennifer est persuadé que Marcy (Angela Clarke) peut être aidée. Marcy a assisté au meurtre d’un homme par son complice braqueur en fuite, Henry Brodie (Jack Dodson).

Le retard mental de la jeune fille de 17 ans est le sujet qui domine le scénario, par rapport à l’action policière, soit la capture de Brodie. Nous devons subir une suite de quiproquos embarrassants. Par exemple, Jennifer pense que le fait d’inviter Marcy au bal de Shiloh est une bonne idée, tout se passe bien jusqu’au moment où la jeune fille est confrontée dans l’assistance à Brodie et s’affole. Niles emmène sa sœur persuadé plus que jamais que la place de celle-ci est dans un asile.

Le spectateur est gêné par cette succession de scènes difficiles. Angela Clarke est parfaite en Marcy. Le virginien, Randy et Ryker sont relégués aux scènes d’action, laissant une place importante à Jennifer.

Le sentiment que l’on a à la fin de l’épisode est mitigé. C’est bourré de bons sentiments, mais le scénariste a tellement poussé le spectateur dans ses retranchements que l’on semble conclure de façon trop optimiste.

D’ailleurs, comme souvent dans la série, la fin n’est pas la hauteur du reste, et donne le sentiment d’être bâclée. Cette histoire n’a guère de rapport avec un western si l’on excepte le décor, et aurait pu prendre place dans n’importe qu’elle autre genre (policier, sentimental…)

On retiendra la performance de Diane Porter, guère en forme jusque-là à part l’épisode où elle faisait son apparition. L’absence du juge Garth est flagrante, le virginien le remplaçant sans grande conviction en maître des lieux.

La mort de Brodie au moment où il allait abattre Marcy est un moment où clichés et poncifs abondent. Le suspense est certes présent, mais l’on a vu mille fois ailleurs ce genre de situations.

Un épisode moyen.

Anecdotes

Lou Antonio (1934-) est connu pour deux films au grand écran : Luke la main froide et Le couteau sur la nuque.

Image


Coffret volume 2 saison 4 envoyé à Steed

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. mai 21, 2017 5:48 pm

Nous passons au 3e et dernier coffret de la saison 4.

04-21- Morgan Starr (Id) **

Histoire de Barry Oringer. Adaptation : Herman Miller et Barry Oringer. Réalisation : Tony Leader.


Résumé

Le juge Henry Garth devient gouverneur à Cheyenne et quitte Shiloh. Mais le virginien n’a pas été nommé comme dirigeant mais un certain Morgan Starr.


La critique

Mauvaise nouvelle : Lee J. Cobb a quitté la série à mi-saison (Sa dernière apparition remonte à Nobody said hello). Et elle perd beaucoup en intérêt avec ce départ. Heureusement, reste Clu Gulager en Ryker, meilleur acteur de la série désormais.

Morgan Starr (John Dehner) ne restera que le temps de quatre épisodes, ce qui est déjà beaucoup trop long.

On ne comprend pas la décision absurde de Garth de se faire remplacer par un étranger au lieu de nommer à sa place le virginien, dont beaucoup pensent qu’il va partir.

Jennifer accueille Morgan Starr. Ce dernier est peu affable. Il s’oppose au virginien.

Tout d’un coup, tout l’équilibre de la série vacille. Emmett Ryker s’étonne de la passivité de notre héros. Starr se rend vite impopulaire. Une fête est organisée à Shiloh et Starr l’a oubliée. Les éleveurs de la vallée sont venus pour le voir. « Ils sont venus pour voir celui qu’ils vont haïr » rétorque Morgan Starr à Jennifer.

C’est alors qu’un ingénieur agricole, Mack Lewis (Paul Birch) arrive pour annoncer l’invasion de millions de criquets. C’est une catastrophe pour les éleveurs. Il faut emmener tout le bétail au sud-est pour les faire paître.

Episode déconcertant, qui remet toute la série en question, et désoriente le spectateur. NBC n’a pas peur, visiblement, du couperet de l’annulation en fin de saison.

Morgan Starr décide que le bétail restera et que l’on va dresser un immense feu pour éloigner les criquets. Starr prend une position complètement opposée à celle des éleveurs.

On s’étonne de la docilité du virginien dans cette intrigue. Les éleveurs veulent que ce dernier télégraphie au juge Garth pour lui dire ce qui se passe. Le virginien refuse. Cependant, il dit ses quatre vérités au nouveau patron qu’il traite de joueur de poker. L’homme ne bronche pas.

La construction du barrage de feu dure longtemps. Le virginien s’oppose à Starr et obtient quatre heures de pause pour ses hommes. Le virginien annonce sa démission. Les éleveurs viennent à la rescousse.

Voilà notre série bien compromise par ce scénario surprise.

Starr se moque d’être haï, à la différence du juge Garth. Jennifer avoue à Starr que le virginien a refusé le poste de nouveau patron, ce qui a conduit au choix du chef détesté.

Noah McMillan (George Mitchell) dont le fils Tim est mort à cause de Starr vient le tuer. Il est mort en traversant une rivière. Starr garde son calme et accuse tant McMillan que son fils d'être des alcooliques.

La scène de l’incendie pour faire fuir les criquets est spectaculaire. Starr après la victoire convainc le virginien de rester.


Anecdotes

Morgan Starr a perdu sa femme et son fils. D’où son indulgence envers Noah McMillan.

John Dehner (1915-1992) a joué dans Le jour du dauphin, Ces garçons qui venaient du Brésil, Y-a-t-il enfin un pilote dans l’avion ? et à la TV dans Doris comédie.

Image

Gaétan Julien
Messages : 32
Inscription : mer. janv. 11, 2017 9:32 pm

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Gaétan Julien » dim. mai 21, 2017 8:07 pm

Il faut croire que le départ de Lee J Cobb n'a pas trop altérer la série puisqu'elle à durer encore 5 ans. Dommage cependant que d'après tes résumés, le juge n'ai pas eu droit à un départ officiel étant donné l'importance du personnage, même sa fille à bénéficier de ce privilège. Un gros merci de nous faire connaître cette série dont j'étais trop jeune à l'époque pour pouvoir l'apprécié. Tes résumé se lisent comme un vrai roman dont on à hâte de connaître la suite

Gaétan Julien
Messages : 32
Inscription : mer. janv. 11, 2017 9:32 pm

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Gaétan Julien » dim. mai 21, 2017 9:59 pm

Je me trompe peut-être mais je me demande si Morgan Star n'était pas seulement un personnage de transition en attendant le nouveau propriétaire pour la saison 5.


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités