)Épisode V : L'Empire contre-attaque (1980)

Saga Star Wars

Épisode IV : Un nouvel espoir (1977)


ÉPISODE IV : UN NOUVEL ESPOIR
(EPISODE IV – A NEW HOPE)

Résumé :

Il y a longtemps, très longtemps, dans une galaxie lointaine, une armée totalitaire tente de prendre le contrôle de toute la galaxie. L'empire est dirigé par le sinistre empereur, et c'est son terrible homme de main : Dark Vador qui mène les batailles. Mais une petite armée rebelle commence à se mettre en place, avec laquelle la princesse Leïa est en contact. À bord de son vaisseau, elle est en route pour remettre les plans de l'étoile noire, une nouvelle arme effrayante, aux rebelles pour savoir comment la détruire. Mais Dark Vador l'intercepte et la princesse est faite prisonnière. Heureusement deux robots arrivent à s'échapper, l'un d'eux contient les plans de l'arme secrète de l'empire et tombe après bien des aventures sur Luke Skywalker.

Celui-ci aide sans le vouloir le robot R2D2 à rentrer en contact avec Obi Wan Kenobi, ancien chevalier Jedï et ami du père de Luke et auquel la princesse Leïa demande de l'aide. Luke s'engage alors avec Obi Wan après la mort de ses grands-parents dans la folle aventure de délivrer la princesse, il fait la rencontre de Han Solo, contrebandier au grand cœur qui l'aidera. Luke délivre la princesse, Obi Wan laisse la vie face à Dark Vador, et Luke réussira avec l'aide de la force, pouvoir mystérieux des Jedï, à détruire l'étoile noire. Les rebelles ont un nouveau chef : Luke Skywalker.

Critique :

C'est le premier opus de la saga, et qui allait radicalement changer les règles de la science-fiction, rien que ça ! Réalisé par George Lucas, ce premier volet (qui est en fait le 4e épisode) pose la base des personnages principaux. C'est Mark Hamill (Le Village des Damnés 1995, Sushi Girl, Airbone) qui endosse le rôle du héros Luke Skywalker, malheureusement, il se fera voler la vedette par Harrison Ford (Blade Runner, Air Force One, Les Aventuriers de L'Arche Perdue) qui incarne Han Solo et qui fera une carrière cinématographique extraordinaire et enchaînera les blockbusters comme certains vendent des petits pains ! Un comble, lorsque l'on sait que Harrison Ford n'était au départ même pas engagé pour être un acteur du film, mais seulement pour donner la réplique aux acteurs auditionnés pour les rôles dans celui-ci.

La troisième vedette qui forme le trio des personnages à l'écran, est la belle Carrie Fisher (Les Blues Brothers, Quand Harry rencontre Sally, Scream 3) dans le rôle de la Princesse Leïa et qui nous a quitté récemment. Les acteurs sont tous d'un grand naturel, et collent tellement parfaitement à leur personnage, qu'il serait inimaginable de voir quelqu'un d'autre à leur place aujourd'hui. Bien que Harrison Ford soit la révélation, personnellement j'aime beaucoup la prestation de Mark Hamill et son personnage de Luke Skywalker, même si il a une performance très effacée pour ce premier volet, Carrie Fisher, elle, n'est pas seulement sublime, elle est aussi très à l'aise et intrépide dans son rôle, et de surcroît très intelligente, on en redemande. 

D'une durée de 2H10 environ (selon les éditions) ce premier opus, loin d'être le meilleur de la saga, a quelques longueurs notables, et pour ceux qui ne sont pas fans de science-fiction, il faut s'accrocher pour arriver jusqu'au moment passionnant de l'histoire (la rencontre avec Han Solo, puis le périple pour sauver Leïa et détruire l'étoile noire). Je pense notamment au passage au début de R2D2 et C3PO et leur marche interminable dans le désert, avant qu'ils ne soient capturés et vendu à l'oncle de Luke. Mais, une fois que l'aventure est partie, on est pris par l'histoire, et tout ce que l'on souhaite c'est que les bons gagnent, et que l'empire se prenne une bonne claque. Il est à noter qu'il y a quelques grands noms anglais dans ce premier volet de la saga : Alec Guiness (Lawrence d'Arabie, L'Emprisonné, Le Pont de la Rivière Kwaï) acteur avec une immense carrière qui joue le rôle d'Obi Wan Kenobi, le formateur de Luke et ancien chevalier Jedï. Et bien sûr Peter Cushing (Le chien des Baskerville, Frankenstein Créa la Femme, La Légende du Loup-Garou) pour son rôle de Grand Moff Tarkin, un salaud de la pire espèce. Ce n'est autre que Dave Prowse (Orange Mécanique, Le Cirque des Vampires, Serpent Noir) qui incarne le charismatique Dark Vador, ancien Jedï passé du côté obscur de la force.

Il faut savoir que George Lucas au départ voulait adapter le personnage de Flash Gordon, alors diffusé en série tv, sur le grand écran. Mais les droits d'auteurs sont trop cher, et Lucas se voit contraint de renoncer à cette idée. Il décide alors de créer sa propre histoire de science-fiction et lance Star Wars, là aussi ce ne sera pas facile de trouver un studio qui acceptera de financer le projet, et Lucas aura bien du mal avant de trouver un studio de production. C'est grâce à Gary Kurtz, Alan Ladd Jr. et le succès de American Graffiti réalisé par Lucas que la 20th Century Fox acceptera de produire Star Wars pour un petit budget. 

Lucas remanie à de nombreuses reprises son script de la saga et décide de commencer par l'épisode IV qui d'après lui sera le moins cher à tourner et tiendra dans le budget alloué. On retrouve par exemple déjà le scénario du chevalier moderne qui viendra secourir et sauver une princesse en détresse. Vient ensuite la production proprement dite du film qui sera très chaotique : d'abord les sociétés pour créer les effets spéciaux que Lucas souhaite, n'existent pas : c'est de cela que Lucas décide de créer sa propre société, et pour réduire les coûts de ceux-ci, qu'ainsi naquit ILM (Industrial Light & Magic) une société devenue aujourd'hui incontournable dans le monde des effets spéciaux pour les long-métrages. De gros problèmes surviennent, et lorsque George Lucas découvre le premier montage de son film, il est horrifié et vire John Jympson qui refuse de refaire le montage, c'est Paul Hirsch qui s'y collera avec la femme de George Lucas.

Grâce à ILM et les nouveaux procédés pour les SFX mis en œuvre pour le film, Star Wars deviendra avant-gardiste, et ringardisera d'un coup les autres films et séries de science-fiction de l'époque (années 70). Il y eut un avant et un après Star Wars qui influencera la Science-Fiction au-delà des SFX et relancera auprès des sociétés de production l'intérêt pour celle-ci. C'est John Williams, bien connu des cinéphiles pour ses bandes-originales percutantes et reconnaissables de suite (Superman, E.T. L'Extra-Terrestre, Indiana Jones) qui signera la BO de Star Wars et apportera une dimension supplémentaire au film, tant la musique est magnifique du début à la fin. Le film fera un carton au box-office et rapportera dans le monde entier 530 millions de dollars (il fera près de 6.5 millions d'entrées en France). C'est un film à voir ne serait-ce que pour connaître le début de la saga. 

Anecdotes :

  • George Lucas obtint un budget de près de 12 millions de dollars pour ce premier volet, mais le tournage chaotique l'oblige à retourner voir la 20th Century Fox pour avoir une rallonge et ainsi pouvoir finir le film : cette dernière refuse. Il passe alors un accord avec la compagnie qui fera la fortune de George Lucas : en échange de quelques millions supplémentaires, Lucas ne prend pas de salaire et demande simplement les droits d'auteurs sur le marchandising et les éventuelles suites. La 20th Century Fox accepte, et Lucas deviendra milliardaire grâce aux jouets Star Wars.

  • Outre la société ILM que George Lucas a créé et qui est devenue une société incontournable dans le domaine des effets spéciaux, dans le même ordre d'idée, Lucas créera également 'Skywalker Sound' une société spécialisée dans l'audio et le montage audio. Très pointilleux sur ce point, Lucas ira même jusqu'à concevoir une norme sonore pour un rendu optimale de ses films : le THX qui reprend le nom d'un de ses films.

  • Avec un budget de près de 12 millions de dollars, Lucas aurait dû pouvoir faire rentrer le budget de son premier film, malheureusement le tournage se révéla très chaotique, par exemple Lucas découvre pendant celui-ci que ses techniciens pour les effets spéciaux ont dépensé la moitié du budget alloué pour tout le film sur une seule scène. Lucas tombe malade et est hospitalisé en croyant avoir une crise cardiaque, ce ne sera que du simple surmenage. Après un long repos, Lucas devra superviser lui-même le travail des techniciens et redoubler d'efforts, ils finiront juste dans les temps les effets désirés en inventant des nouveaux procédés pour ceux-ci.

  • John Williams fut engagé par George Lucas sur les conseils de son ami Steven Spielberg. Après avoir regardé les scènes du film, Williams écrit ses musiques et à la fin de son travail demande à George Lucas de lui fournir un orchestre symphonique pour l'enregistrement : malheureusement, Lucas n'a plus un sous dans son budget. Heureusement, Williams est ami avec André Previn et c'est ce dernier, administrateur de l'orchestre symphonique de Londres, qui permettra à Williams de diriger l'orchestre pour l'enregistrement des musiques de Star Wars.

  • Le film fut tourné dans sa majorité en Angleterre, c'est pour cela que la plupart des rôles sont revenus à des comédiens anglais. Une mauvaise ambiance régnait sur les plateaux de tournages entres les acteurs anglais et américains, et ainsi lors de la scène finale où Luke, Chewbacca et Han Solo reçoivent leur médaille, ils remontent la salle sous les insultes des acteurs anglais dans l'assistance lors des répétitions de la scène.

  • La version française modifie pas mal de noms par rapport à la version originale, entres autres : Darth Vader devient Dark Vador, Han solo en Yan Solo, C3PO devient Z6PO ou encore le Faucon Millenium qui deviendra le Millenium Condor. Le doublage comprend Francis Lax pour Harrison Ford, Dominique Collignon-Maurin pour Mark Hamill et Evelyn Séléna pour Carrie Fisher.

  • Le générique original de Star Wars de John Williams musical, fut adapté en France en une chanson interprétée par René Joly sur des paroles de Etienne Roda-Gil. Elle fut diffusée en 1977 au cours d'une émission sur les extraterrestres. Le clip est visible sur YouTube. Il faut d'ailleurs écouter que les paroles utilisent une assez bonne traduction du 'Light Saber' : l'épée de lumière. Le chanteur arborait un super sweat-shirt au logo de 'Star Wars'.

  • Lors des premières séquences du film, on peut constater une incohérence : en effet, le soldat de la rébellion interrogé par Dark Vador est tué tandis qu'il le tient au bout de sa main en lui brisant la nuque. Or, lorsqu'il balance le corps du rebelle contre le mur, le soldat se protège avec les mains pour amortir sa chute alors qu'il est censé être mort.

Retour à l'index