Épisode V : L'Empire contre-attaque (1980)Épisode I : La Menace fantôme (1999)

Saga Star Wars

Épisode VI : Le Retour du Jedi (1983)


ÉPISODE VI : LE RETOUR DU JEDI
(EPISODE VI – RETURN OF THE JEDI)

Résumé :

Luke revient sur la planète Tatooine et libère son ami Han Solo des griffes de Jabba à qui il règle son compte ainsi que celui de Boba Fett, puis retourne voir son maître Yoda pour finir sa formation de Jedï. Pendant ce temps, L'Empire construit une nouvelle étoile noire encore plus puissante que la première, si ils la terminent à temps, ce sera la fin de la rébellion. Yoda dit à Luke qu'il doit affronter Dark Vador pour devenir un Jedï et avant de mourir lui apprend qu'il y a un autre Skywalker : il s'agit de Leïa, sa sœur. Han, Leïa et sa bande vont attaquer les défenses de l'étoile pour permettre de la détruire et l'Empereur avec ! Luke se joint à eux, en ignorant que l'étoile noire est opérationnelle et que tout ceci est un piège de l'Empereur pour le faire basculer du côté obscur avec la mort de ses amis et détruire du même coup l'alliance rebelle. Néanmoins tout ne se passe pas comme le prévoit l'Empereur : Luke affronte son père et réussi à le faire revenir du bon côté, pendant que Han, Leïa et leurs nouveaux amis les Ewoks, réussissent à détruire le champ de protection de l'étoile noire. L'étoile est détruite, Dark Vador est redevenu Anakyn Skywalker avant de mourir, la galaxie est libre de vivre en paix.

Critique :

Le dernier volet de la trilogie originale de StarWars, qui conclut l'histoire sur une fin positive (après tout, l'empire aurait pu gagner !) et où tout se termine bien pour nos héros. Réalisé par Richard Marquand (Psychose Phase 3, French Lover, À Double Tranchant) ce dernier opus amène lui aussi à nouveau son lot de révélations : tout d'abord, on casse le triangle amoureux en faisant de Luke le frère de Leïa, ainsi elle peut aimer Han Solo sans dilemne, et c'est sans aucun doute la grosse révélation de ce 3e volet. Yoda meurt, mais Luke ne deviendra véritablement un Jedï qu'en affrontant son père et en détruisant l'Empereur. Si au départ, il ne sent pas la force de le faire, le film fait en sorte que comme tous les héros, Luke embrasse son destin et ses responsabilités et se décide à la confrontation finale. À noter d'ailleurs petite chose curieuse, c'est que là où dans le film précédent Vador utilisait la force à tout va pour battre Luke, là, que nenni !

Néanmoins, on sent distinctement désormais la différence de puissance entre Luke et son père, et ce dernier ne pouvait pas gagner contre son fils. Les autres personnages et comparses de Luke (Han, Leïa, Lando...) ne sont ici que des faire-valoir et le prétexte pour faire passer Luke du côté obscur, le rôle des acteurs est donc bien amoindri. Même s’ils s'en sortent bien, Solo étant fidèle à lui-même, Carrie Fisher joue plus dans le doute et l'intériorisation des annonces qu'elle apprend par Luke. De plus, Lucas nous colle les Ewoks comme beaucoup plus tard il mettra Jar Jar Binks dans la prélogie : des personnages censés être amusants, mais sans grande envergure et sans ambition de mon point de vue et plus ennuyeux qu'autre chose, dommage. Malgré tout, je pense que beaucoup du public masculin retiendront la scène de Leïa en bikini tandis qu'elle est la prisonnière de Jabba.

Il y a des jolis plans comme dans L'Empire Contre-Attaque : à la fois sombre et colorés, par exemple lorsque Vador amène Luke dans la pièce du vaisseau où se trouve l'Empereur, et lorsqu'il cherche Luke pendant sa bataille contre lui. Là encore, c'est maîtrisé, c'est très stylé à l'écran, c'est vraiment soigné. Personnellement j'aime beaucoup ce dernier volet, d'où les 4 bottes, qui met bien le focus sur Luke (mon personnage favori de la saga contrairement à beaucoup de fans qui préfèrent Han Solo : j'aime bien les héros qui font leur boulot pour la cause qu'ils défendent).

Néanmoins, je trouve la fin de l'Empereur un peu tirée par les cheveux, et même le combat contre Luke : celui-ci n'a aucune réaction contre son ennemi, alors qu'il est censé être devenu très puissant et un Jedï. Si Vador n'avait pas été là, Luke n'aurait pas fait long feu. D'ailleurs, le titre du film est un peu trompeur et peut s'interpréter de deux manières si on se triture le cerveau : ainsi Le Retour du Jedï peut signifier que le retour d'Anakyn du bon côté signifie que le Jedï en lui est de retour, et donc de ce fait : le retour du jedï Anakyn, et bien évidemment, il peut aussi s'appliquer à Luke qui devient un Jedï et va rouvrir la voie de ceux-ci. D'une durée d'environ 2H15 suivant la version, ce film est pas mal du tout malgré qu'il soit plus faible que le second volet. Il se laisse bien regarder, malgré quelques longueurs : notamment le passage avec les Ewoks lorsqu'ils ont fait prisonnier Luke, Han, etc. Celui de Luke qui se demande ce qu'il doit faire devant l'Empereur, ça dure assez longtemps je trouve.

Même si le film découpe l'action régulièrement de façon à ce que l'on suive l'action 'simultanément' sur tous les fronts de la bataille. Les SFX sont soignés comme les autres même si certains commencent à faire un peu datés, notamment la scène du monstre qu'affronte Luke dans la grotte sous le regard de Jabba et Leïa. La musique toujours composée par John Williams est fidèle aux deux opus précédents, et ne faiblit pas. Le film marchera pas mal du tout, doté d'un budget d'un peu plus de 35 millions de dollars, il rapportera 475 millions de dollars de recette dans le monde en se classant n°1 dans de nombreux pays. En France il sera 4e au box-office avec 4.244 millions d'entrées. 

Anecdotes :

  • Si c’est Richard Marquand le réalisateur du dernier volet, George Lucas est resté sur les plateaux et a supervisé toute la production pour ne plus avoir de dépassement de délais ni de dépassement de budget. Ce qu'il réussit à faire.

  • Dans la version remasterisée du film de 1997 pour l'édition spéciale, on peut voir quelques changements dans le sous-titrage français qui s'est aseptisé au fil des années, ainsi sur la première édition du film, lorsque Leïa arrive en chasseur de prime et menace de faire sauter son détonateur thermale, Jabba prononce cette phrase : « C'est le genre de salaud (ou d'ordure) qui me plaît, inventif... » dans la version remasterisée, l'insulte se change ainsi : « C'est le genre de vaurien qui me plaît, inventif... »

  • George Lucas voulait engager Steven Spielberg, son ami, pour réaliser ce dernier volet, malheureusement il eut un refus de la part du syndicat des réalisateurs. En effet, ceux-ci n'aimaient pas beaucoup Lucas et lui avaient même infligé une amende pour ne pas avoir mis les crédits principaux au début de l'Empire Contre-Attaque comme c'est alors la règle aux USA.

  • Dans les nouvelles rééditions du film notamment en DVD en 2004, la scène de fin où l'on voit Anakyn, Yoda et Obi Wan en esprits luminescents à l'origine c'était l'acteur qui prêtait ses traits à Dark Vador pour la scène finale, à savoir Sebastian Shaw. Or, sans rien dire à personne, Lucas modifie le visage de l'acteur et le remplace par le nouveau Anakyn de la trilogie à savoir : Hayden Christensen. L'acteur lui-même n'était pas au courant, et eut la surprise de la découvrir avec l'édition DVD. Depuis George Lucas s'est expliqué, mais une grande majorité de fans désapprouvent cette modification. Tout comme lors de la scène où Luke enlève le casque de Vador, ce n'est pas le visage de David Prowse que l'on voit à l'écran.

  • À l'époque, c'est déjà l'acteur Ian McDiamid qui incarne l'Empereur et qui reprendra son rôle un peu plus de 20 ans plus tard dans la prélogie. Ceci suite au désistement de l'acteur originalement sélectionné qui tomba malade et mourut quelques temps après.

Retour à l'index