Épisode IV : Un nouvel espoir (1977)Épisode VI : Le Retour du Jedi (1983)

Saga Star Wars

Épisode V : L'Empire contre-attaque (1980)


ÉPISODE V : L'EMPIRE CONTRE-ATTAQUE
(EPISODE V – THE EMPIRE STRIKES BACK)

Résumé :

Loin d'avoir été vaincu après la destruction de l'étoile noire, l'Empire inflige un sacré revers à la rébellion qui se retrouve parsemée dans l'univers. Luke, Han et Leïa se retrouvent sur la planète des glaces Hoth dans la base principale des rebelles. Non seulement l'Empire attaque, mais traque également Luke et sa bande pour les capturer. Après la prise de la base rebelle, Luke part suivre l'enseignement de Yoda un chevalier Jedï qui a formé Obi Wan Kenobi. Tandis que Leïa et Han traqués par l'Empire se réfugient sur Despin pour que Lando un ancien ami de Han les aide, mais c'est un piège. Ils sont capturés par Vador, pour faire venir Luke. Han est congelé, Luke en affrontant Vador découvre que ce dernier est son père, et l'alliance est mise à mal par l'Empire. Réussissant à s'enfuir grâce à Lando, Leïa et Luke rejoignent les rebelles tandis que Lando et Chewbacca partent à la recherche de Han.

 

Critique :

Considéré comme le meilleur opus de la saga par une grand majorité de fans de Star Wars, personnellement, il n'est pas mon préféré. Néanmoins, il est indéniable qu'il possède beaucoup d'atouts et est supérieur au premier volet (ce qui est vraiment très rare dans les suites de films). Beaucoup plus sombre que le premier film, cet épisode montre la répression que subit les rebelles avec l'Empire, et tout ce que cela engendre sur les vies personnelles de chacun, et plus encore pour ceux qui sont proches de Luke que l'Empereur veut absolument tuer ou mettre de son côté, pour éviter d'avoir à l'affronter et risquer de perdre. C'est donc les proches de Luke qui en pâtissent : Leïa et Han, dont commence l'histoire d'amour entre eux.

C'est aussi le premier volet qui se termine sur un cliffhanger, et le premier avec des révélations : on apprend que Luke est le fils de Dark Vador, on sait que Dark Vador est au service de l'Empereur qui nous montre enfin son visage, même si c'est juste dans un message holographique. Et enfin, l'aveu des sentiments de Leïa envers Han. Au niveau du casting, on reprend les même et on recommence, au niveau du jeu des acteurs c'est tout bonnement ahurissant : Mark Hamill est extraordinaire, il arrive à faire passer dans sa prestation ce sentiment de lourdes responsabilités qui pèsent sur ses épaules en tant que héros et de tout cela, tout ce qui en découle : il est le seul espoir de cette guerre, et pour cela il devrait sacrifier ses amis. Mais, au risque de se perdre, il tente tout de même le tout pour le tout pour les sauver, sans succès hélas. C'est même l'inverse qui se produit, puisque ce sont eux, au final, qui viennent à son secours. Tout comme le fait d'apprendre que son pire ennemi dans cette guerre au final n'est autre que son père. Encore plus dur sera son devoir envers ceux qui placent leur destin entre ses mains. 

Harrison Ford maîtrise à la perfection son personnages baroudeur de Han Solo, et prend du plaisir à l'interpréter : ça se sent même au travers de l'image, Harrison Ford arrive aussi, ici, à nous faire passer le fait que son personnage doit s'impliquer et grandir en devenant sérieux par la force des choses en se retrouvant mêlé, par amour, à une guerre qu'il n'a pas choisi. C'est donc un Han Solo plus mûr que le comédien fait également passer à l'écran. Carrie Fisher ne démérite pas et rend parfaitement sur l'écran tout ce qu'elle doit endurer par rapport à Han Solo, celui qu'elle aime, et Luke qu'elle affectionne beaucoup.

Leïa a une grande clairvoyance vis à vis des intentions de Vador à leur encontre, le jeu de l'actrice n'en est encore que plus juste pour son personnage. Même le personnage de Yoda, qui n'est qu'une simple marionnette, dégage un grand charisme et du respect par rapport au rôle qu 'il incarne. Au niveau effets spéciaux c'est du tout bon et on assiste à une débauche de scènes cultes : que ce soit l'attaque des quadripodes impériaux (AT-AT en version originale) sur Hoth, ou la scène de combat entre Vador et Luke d'abord dans le marais sur la planète Dagoba, puis sur Despin pour de vrai, on a pas un moment de répit et on ne voit pas passer les 2H04mn (suivant la version) du film, tant il y a de rebondissements.

L'image est très soignée, surtout par moment au niveau des couleurs, il suffit de regarder la scène de congélation de Han Solo dans la carbonite ou celle où Luke se dresse face à Vador et où nous ne voyons que leurs silhouettes en noir : le subtil mélange du bleu et du orange, donnent tout bonnement un rendu superbe à l'écran (on retrouve une scène aussi superbe en couleurs dans Terminator 2). C'est maîtrisé, c'est peaufiné, bref c'est magnifique. Bizarrement, cet opus qui est considéré comme le meilleur a été réalisé et dirigé par Irvin Kershner (Les Yeux de Laura Mars, Robocop 2, Jamais plus Jamais) réalisateur chevronné qui signe ici un excellent film. En effet, George Lucas après le tournage très difficile du premier volet, est tombé très malade et ne pouvait assurer la réalisation de ce second opus, il dut prendre quelqu'un pour le faire à sa place.

La musique de John Williams est toujours aussi entraînante et envoûtante selon la situation à l'écran et on a une parfaite harmonie entre le son et l'image, c'est juste impeccable. Et on aura dans la tête des thèmes inoubliables encore aujourd'hui (le thème de Vador par exemple) ! Avec un budget cette fois-ci de 33 millions de dollars, Lucas a pu donner libre court à son imagination, le film se classera 1er au box-office pratiquement partout dans le monde en 1980 et rapportera 538 millions de dollars de recettes. En France il fera plus de 4 millions d'entrées, se classant 2e derrière La Boum.

Anecdotes :

  • George Lucas après le tournage très difficile du premier film et la pression subie de la part des studios qui le produisaient, ne voulut pas dépendre d'eux financièrement et s'autofinança en empruntant l'argent nécessaire à sa banque, la 20th Century Fox se contente d'être le distributeur. Néanmoins, Lucas se rend compte vers la fin du tournage de son film que le budget dépasse de 10 millions de dollars, et demande à la Fox un supplément sans toutefois céder les droits. Les studios lui accorderont, car ils ont tout intérêt à ce que la suite sorte le plus rapidement possible.

  • Nous voyons pour la première fois, ici, le visage de l'Empereur en message holographique : dans la version retouchée, c'est le visage de Ian McDiarmid qui est incrusté à l'écran. Mais dans la version d'origine, c'est l'actrice Marjorie Eaton qui prêtait ses traits au personnage, en étant non crédité.

  • Lors de la sortie européenne du film en 1980, la couverture française pour cet opus fut assurée par Igor et Grichka Bogdanoff pour leur émission Temps X.

  • Geroge Lucas réécrivit une partie du scénario du début du film concernant le personnage de Luke Skywalker. En effet, il rajouta la scène sur la planète de glace, où Luke se fait attaquer par le monstre : ceci pour une simple raison, l'acteur Mark Hamill avait eu la même année que le début du tournage un grave accident de voiture et avait subi une reconstruction du visage. Lucas a donc fait cette scène pour que ce soit en adéquation avec les cicatrices de l'acteur.

  • Là encore à l'époque, George Lucas ne fut pas satisfait par tous les effets spéciaux du film, et profitera de sa réédition en 1997 pour « l'édition spéciale » de rajouter des plans et améliorer certains effets. Ainsi dans la cité des nuages pas mal de plans ou éléments furent ajoutés, pour la rendre plus vivante. C'est un des plans les plus retouchés numériquement.

  • Pour Yoda plusieurs techniques furent envisagées pour l'animation de celui-ci : un singe, un enfant maquillé, un nain ou encore une figurine filmée image par image. Ce sera finalement une marionnette créée par Wendy Froud qui est sélectionnée. Pour le visage de Yoda, c'est le maquilleur Stuart Freeborn qui lui prête ses traits avec ceux de Albert Einstein. La marionnette contient un système mécanique pour animer ses muscles faciaux, et c'est le marionnettiste Frank Oz, un spécialiste de l'animation conseillé par Jim Henson à Lucas, qui animera Yoda. Jim Henson était le créateur de la série Le Muppet Show.

Retour à l'index