Saison Saison 1

Angel

Présentation (par Clément Diaz)


A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - Angel (Saison 5) Fan de Angel? Retrouvez notre dossier complet sur la série culte de Joss Whedon par Clément Diaz et Estuaire44 sur Le Monde des Avengers:http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1990/angel-1999-2004Rejoignez la discussion sur Angel sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t3969p330-serie-angel

Posted by Le Monde des Avengers on Wednesday, October 14, 2015

Buffy is about growing up. Angel is really about already having grown up, dealing with what you've done, and redemption. (Joss Whedon)

Angel est une série fantastique américaine en 5 saisons et 110 épisodes de 42 minutes. Créée par Joss Whedon et David Greenwalt en 1999, elle fut diffusée sur le réseau The WB jusqu’en 2004, année de son annulation. Il s’agit du spin-off de la série Buffy contre les vampires (1997-2003). Elle connaît 3 saisons supplémentaires parues en comics sous la supervision du co-créateur Joss Whedon. Chronologiquement, elle commence après la fin de la saison 3 de Buffy contre les vampires, et connaît une évolution chronologique parallèle à elle, soulignée par la récurrence de quelques cross-overs. Il n’est pas nécessaire de regarder ou de connaître Buffy pour apprécier Angel à sa juste valeur, mais comme elles font partie intégrante du même univers, le « Buffyverse », il est recommandé de les suivre en parallèle.

Angel est une série dérivée de la série culte Buffy contre les vampires. Les séries dérivées sont des séries partageant le même univers que la série-mère, avec au moins un personnage de l’ancienne série devenant un/le héros de la nouvelle. Un pré requis est qu’évidemment la série-mère ait généré sinon un large public, du moins un noyau dur de fidèles qui la supporte énergiquement, en particulier sur Internet depuis les années 90. Cette pratique a un but commercial et artistique évident : renforcer l’interaction du public (et donc envers les entreprises publicitaires finançant les productions), enrichir davantage les producteurs et créateurs, ou d’une manière plus artistique, se servir d’un même univers tout en l’utilisant d’une manière différente, et donc le rendre plus riche, plus attractif, plus mémorable, avec une chance supplémentaire d’obtenir une postérité durable.

Mais il existe une malédiction des séries dérivées. La quasi-totalité sera jugée inférieure par le public. Il y’a deux possibilités : ou les auteurs ne parviennent pas à exploiter la nouvelle voie qu’ils ont défrichée d’une manière aussi intéressante que la série-mère (cas le plus fréquent), et alors le public n’apprécie pas ce succédané moins intéressant. Ou bien la série dérivée rivalise d’intérêt avec la série-mère, mais le public est alors souvent décontenancé par les voies empruntées par elle, souvent bien différentes de son modèle. Par conservatisme, le public finit par rester extérieur à cette tentative, et se reconcentre autour de la série-mère.

Les spin-offs ont commencé à émerger dans les années 60 (comme Annie, agent très spécial, spin-off des Agents très spéciaux). Extrêmement rares sont les spin-offs à avoir reçu un intérêt du public au moins équivalent à leurs modèles. On citera Bionic Woman (spin-off de l’homme qui valait trois milliards), Frasier (spin-off de Cheers), NCIS (spin-off de JAG)… et bien entendu les trois grandes franchises de séries : Star Trek, Law & Order, CSI. Dans ce cercle très fermé de spin-off réussis ET populaires, Angel occupe une place d’honneur, dont l’exploit est qu’elle n’a cessé de monter en puissance de saison en saison. Seule une décision stupide de la chaîne est à l’origine de son annulation prématurée. Comment Angel a-t-elle réussi à être à la fois un spin-off de qualité, ET qui a trouvé son public, qui l’encense autant que sa série-mère ? Faisons un tour d’horizon pour le comprendre.

 

I. Synopsis

Pour situer la série, il est nécessaire de faire un petit résumé des trois premières saisons de Buffy contre les vampires, qui plantent l’arrière-fond d’Angel. Ce qui suit est tiré de ces trois saisons :

1753. Liam, un irlandais de 26 ans, est chassé par son père pour son comportement amoral et libertin. Il rencontre la nuit même Darla, une belle jeune femme qui le convainc de le transformer en vampire. Liam, rebaptisé Angelus, va se révéler être un des vampires les plus sadiques de tous les temps, chassant en compagnie de Darla, devenue sa compagne, mais aussi avec d’autres vampires dont Drusilla qu’il a rendu folle avant de la transformer, et Spike, avec qui il sera toujours en termes conflictuels. 

Mais tout bascule en 1898 quand Angelus tue une jeune gitane. Sa famille lui jette en représailles un sortilège qui lui rend son âme. Accablé désormais par le poids de ses crimes passés, Angelus, surnommé maintenant Angel, ne peut plus faire le mal. Repoussé par ses anciens amis, condamné à vivre en marge des humains et des vampires, il vivra une existence solitaire et misérable durant un siècle, jusqu’en 1995.

Cette année-là, les Puissances Supérieures, divinités luttant depuis l’éternité contre le Mal, dépêchent un messager du nom de Whistler qui lui révèle qu’il pourra trouver la rédemption si désormais, il décide de se battre pour les Forces du Bien. Sa première mission sera de veiller sur la nouvelle Slayer (Tueuse en français), le Champion des Puissances Supérieures qui lutte sur Terre là où les Forces du Mal sont les plus grandes. Il s’agit de Buffy Summers, jeune californienne de 14 ans. Angel tombe immédiatement amoureux d’elle, et se fait connaître d’elle l’année suivante, en 1996, lorsqu’elle arrive dans le lieu étant à ce moment l’épicentre du mal : la ville de Sunnydale. Pendant plus d’un an, il est un allié précieux, tuant de sa main même son ancien amour, Darla, et aidant Buffy à tuer Le Maître, le vampire mentor de Darla. Ils débutent même une relation amoureuse, malgré leurs natures différentes. Un soir, Angel et Buffy passent une nuit d’amour, mais ce faisant Angel connaît le bonheur parfait. Or, il ignorait qu’il s’agissait de l’unique point faible du maléfice gitan qui est aussitôt détruit. Angel perd son âme, et redevient le terrible Angelus. Lorsque Willow, amie sorcière de Buffy, parvient à lui restituer son âme, c’est trop tard : Buffy n’a pas d’autre choix que d’envoyer son grand amour dans une dimension infernale pour arrêter une apocalypse qu’il a déclenché. Après 100 ans de tourments (temps des enfers, trois mois en temps terrestre), Angel est délivré de sa prison infernale par Les Puissances Supérieures. Il soutient de nouveau Buffy pendant un an, mais leur amour étant impossible, la quitte pour continuer son chemin de rédemption et sauver les âmes que les Forces du Mal menacent. La série commence à son arrivée à Los Angeles.

 

II. Genèse

Alors que la production de la saison 2 de Buffy contre les vampires est en cours, Joss Whedon, le créateur, réfléchit à l’idée d’un spin-off centré sur le personnage d’Angel, un des rôles réguliers de sa série depuis le début de la saison. De tous les personnages de la série, Angel est en effet celui qui est le plus à part, apportant un ton sombre qui tranche avec la caractérisation plus lumineuse des autres personnages. Il est donc le choix tout indiqué pour une série dérivée qui en se déroulant dans l’univers de son modèle, doit affirmer une identité différente. La performance de son interprète, David Boreanaz, dans l’épisode I only have eyes for you le convainc qu’il a les épaules pour avoir sa propre série. Sagement, Whedon décide de laisser s’écouler encore une saison pour creuser davantage le personnage, de trouver le ton à adopter. Bien que Whedon ait l’intention de s’occuper de ses deux séries, il doit s’occuper prioritairement de Buffy. Il propose donc au scénariste/réalisateur David Greenwalt d’être le showrunner d’Angel (poste qu’il quittera à la fin de la saison 3), pendant ses incessants allers-retours entre les deux séries. Le succès du pilote entraîne derechef la production d’une saison entière. Comme Buffy, Angel va à chaque saison se renouveler en profondeur, prouvant la légitimité de son choix. L’audience répondra présente et se maintiendra tout au long de la série ; seule une décision idiote de la chaîne va annuler Angel au cours de la saison 5.

 

III. Différences avec Buffy contre les vampires

Le changement le plus important consiste en la tonalité beaucoup plus tourmentée de la série dérivée. La raison consiste en ce que Buffy est une série qui tourne autour de l’apprentissage de la sagesse, alors qu’Angel traite de thèmes plus graves : la rédemption, l’expiation perpétuelle, la notion d’héroïsme vue sous sa face la plus ténébreuse et désespérée, le combat sans fin entre le Bien et le Mal (l’ultime épisode est éloquent là-dessus), et les dilemmes éthiques les plus difficiles. Ce dernier point est assuré entre autres par le grand Big Bad de la série : Wolfram & Hart, un cabinet d’avocats inféodé au Mal. Angel lui-même est un personnage rude, aux actions souvent contestables, qui peut plonger dans les ténèbres de son plein gré, très loin de la compassion lumineuse de Buffy. Il est typique aussi que ses compagnons d’armes vont connaître une évolution bien plus sombre que ceux de la Tueuse. Cela est particulièrement visible chez Wesley, qui va connaître une des évolutions les plus impressionnantes de l’histoire des séries TV, le bouffon maladroit se muera en héros au tragique le plus absolu. La série s’inscrit pleinement dans le Los Angeles interlope de la nuit, où de grosses vagues de noirceur peuvent à tout moment frapper de plein fouet nos personnages. Cela sans renoncer à l’humour, mais qui ici renforce d’autant plus les moments dramatiques.

Bien que le « style Whedon » (dialogues virtuoses + pop culture + humour, action, émotion, suspense, psychologie… à chaque épisode) soit présent dans ces deux séries, il devient dans Angel une synthèse de toutes les acceptions de la vie humaine, de manière plus notable que dans Buffy qui l’utilise davantage pour donner une forme attrayante aux épisodes. La forme de la série va beaucoup varier. Contrairement à Buffy, toujours en mix épisodes indépendants/Mythologies saisonnières, Angel sera alternativement une série stand-alone (saison 1, première moitié de la saison 5), mixera loners et plusieurs Mythologies (saisons 2, 3, seconde moitié de la saison 5), et sera même un feuilleton (saison 4). Il sera intéressant d’étudier la manière dont les auteurs parviendront à manipuler ces différentes formes.

Cependant, le soin extrême accordé aux personnages demeure inaltérable. Tous les personnages de la série vont nous fasciner par l’étude psychologique qui est fait d’eux et leurs évolutions. Les relations entre les personnages resteront de très haute volée, notamment dans la saison finale. On avouera cependant des égarements sentimentaux en saisons 3 et 4. Quant aux méchants, la plupart se révéleront aussi mémorables que les grands Big Bad de Sunnydale. Enfin, malgré toute la noirceur de la série, les grands moments de burlesque ne manqueront pas, ça non !

Et maintenant, voyageons dans les territoires plus sombres mais pas moins fantastiques du Buffyverse !

Retour à l'index

Toucher le fond… (Broken - Part 1)