Actualité cinéma/critiques de films

Avatar de l’utilisateur
Steed3003
Site Admin
Messages : 360
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:32 pm
Localisation : Londres
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Steed3003 » lun. nov. 20, 2017 6:18 pm

Critique de Estuaire44 pour Justice League :



Je partage tout à fait son avis, meilleur DC à ce jour, devant Wonder Woman, du rythme, du fun, un film propre, concis et sans les lourdeurs des précédents. Par contre, ses éléments trop génériques (son méchant ou la musique de Danny Elfman que Estuaire signale dans sa critique entre autres) l'empêchent d'atteindre les 4 étoiles pour moi.
LE site sur les plus grandes séries TV et sagas cultes du cinéma : http://lemondedesavengers.fr
LE forum des passionnés : http://lemondedesavengers.fr/forum

Avatar de l’utilisateur
séribibi
Messages : 223
Inscription : lun. déc. 26, 2016 10:29 pm

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar séribibi » ven. déc. 08, 2017 8:29 pm

"Bienvenue à Suburbicon". Dernier film de George Clooney, sur un script des frère Coen. Vu il y a quelques jours, c'est très sympa. Je ferai une petite critique si j'ai le temps.

Avatar de l’utilisateur
Denis
Messages : 1055
Inscription : lun. déc. 26, 2016 7:24 am
Localisation : Edinburgh
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Denis » sam. janv. 06, 2018 11:45 pm

LE CRIME DE L'ORIENT EXPRESS. Toujours très prudent avec les remakes, j’espérais néanmoins être agréablement surpris avec celui du Crime de l’Orient Express. La distribution est prestigieuse et les décors, bien que non-naturels, vus dans la bande-annonce, laissaient présager un bon divertissement.
Ce ne fut pas le cas pour plusieurs raisons.
Kenneth Branagh avec barbichette et mouche est Hercule Poirot ; pourquoi pas, bien qu’il fasse trop shakespearien et que, pour moi, Peter Ustinov restera le meilleur interprète du détective belge pour encore un bout de temps. Le problème est que Branagh est aussi le réalisateur et il n’est pas possible de passer à côté vu la monopolisation de l’écran, du véritable égocentrisme qui laisse peu de place au reste de la distribution. Seules, Michelle Pfeiffer et Daisy Ridley sortent un peu du lot. Dans cette volonté de mettre le personnage sur le devant de la scène, Branagh en oublie tout le reste. Il s’accapare pratiquement toutes les scènes, ne laissant pas au reste de son excellent casting le temps d’exister et de se développer. Pourtant, vraiment bien connaître les personnages, c'est ça qui fait la force d’un roman de Christie : la mise en contexte, parfois lente, mais tellement agréable. On se souvient tous de nos premiers romans policiers si bien ficelés. Alors que le livre est bien construit, avec des découvertes et des indices au fil des pages, ici ce ne sont que des événements qui s'empilent et n'apportent pas grand chose. Si on ajoute à cela que Branagh incarne Hercule Poirot façon Sherlock Holmes, faisant le coup de poing avec revolver en main, jouant les Indiana Jones en chutant d’un échafaudage ou en se prenant une balle sans sourciller (il fallait bien un peu d’action pour le nouveau public). Bref, le scénariste a-t-il lu le roman ?
L’acteur désincarne le célèbre détective belge en voulant en faire un homme d’action dénaturant complètement de ce fait le personnage. C'est un sacrilège sans nom. La force même de l'inspecteur belge résiste dans sa malice, sa vanité, son mépris. C’est ridicule d’en faire un homme d’action. Où le scénariste est-t-il allé chercher que Poirot cavalait derrière ses suspects (citez-moi un roman où c’est possible) ou qu’il avait une amourette, c'est quoi cette histoire de Catherine?
La réalisation n’est pas terrible avec des cadrages douteux, comme la découverte du corps, et on note une absence totale de tension dramatique, pourtant omniprésente dans tout roman d’Agatha.
Tous les fans de la Reine du Crime connaissent l’intrigue du Crime de l’Orient Express qui est un de ses romans les plus célèbres. Raison de plus pour ne pas trop se disperser et rester fidèle au roman. Pourtant, le scénario prend des libertés avec l’œuvre, sans l’embellir bien au contraire. Cette histoire de déraillement de train par exemple est là pour mettre en valeur quelques effets spéciaux, mais il n’a pas son utilité. A ce propos, la réalisation a recourt beaucoup trop aux effets spéciaux et images de synthèses pour recréer Jérusalem ou Istanbul (en fait, c’est La Valette avec des minarets pixelés) et les paysages magnifiques, qui ne font pas réels. C’est le même constat pour les situations où des personnages dialoguent dans un froid vif et enneigé de haute montagne sans grelotter ni faire de la vapeur.
Passons au politiquement correct du film et l’ambition de lui conférer un semblant de dégaine politique et spirituelle; un plan dans le final rappelle par exemple de manière totalement incongrue la Cène. Tout est également empreint d'un antiracisme complètement anachronique (surtout quand on connaît l'œuvre de Christie et l'atmosphère de l'époque ...) avec l’histoire de races, et d’apparitions d’acteurs noirs dans des situations ubuesques (l’action se passe en 1934, ne l’oublions pas) : un policier au mur des Lamentations, un douanier à la frontière tchèque et le docteur qui file le parfait amour avec la nounou donnant un cliché qui sent la pub Ikéa. Ainsi, le docteur Constantine, initialement grec dans le roman, est désormais afro-américain et subit les insultes de Hardman, devenu allemand pour l’occasion. Que de clichés ! Qu’on mette un acteur noir pour interpréter le docteur pour satisfaire les quotas hollywoodiens, passe, mais quelle est cette obsession des scénaristes à faire de la question raciale un axe central du film, alors que l’intrigue policière de départ est déjà riche en rebondissements. L’œuvre d’Agatha était déjà bien huilée sur les notions de justice sans qu’on ait besoin d’y coller nos débats contemporains.
Où est passé l'humour de notre détective préféré? Hercule Poirot l’était pour moi puis c’est devenu Sherlock Holmes en découvrant la superbe série avec Jeremy Brett. En ce qui concerne Le Crime de l’Orient Express, je vais me replonger dans l’adaptation télé avec David Suchet ou la version cinématographique de 1974 de Sidney Lumet, pourtant pas parfaite, qui a également une distribution prestigieuse avec Albert Finney, dans le rôle de Poirot, Richard Widmark, Sean Connery (c’est le docteur), Lauren Bacall, Ingrid Bergman, Anthony Perkins, Jacqueline Bisset, Jean-Pierre Cassel, Vanessa Redgrave... Une version pas parfaite disais-je, mais qui, au moins, respectait l’œuvre originale, et qui a satisfait pleinement Agatha Christie à la première du film trouvant que Finney se rapprochait de son personnage. Donc, tant qu’à faire, car cette version 2017 est surtout un crime contre le roman et le personnage culte d’Hercule Poirot. C’est construit pour le grand public d’aujourd’hui sans exigences.
On s’était déjà rendu compte avec le Sherlock Holmes de Ritchie que les studios américains aiment dépoussiérer et moderniser des personnages de littérature britannique. S’ils trouvent ça poussiéreux, qu’ils adaptent autre chose ! Cette volonté récurrente d’américaniser des films et de soi-disant les « remettre au goût du jour » de manière artificielle est exaspérante.
En conclusion, soit vous ne connaissez pas l’œuvre d'Agatha Christie et ce film pourrait être un divertissement correct, soit vous aimez Agatha Christie et ce film n'est pas pour vous car vous n'allez pas vous empêcher de comparer. Je suis dans la seconde catégorie et je suis surtout allé par curiosité, mais, en aucun cas, je n’irai voir ce qui semble une prochaine récidive avec Mort sur le Nil ; cette intrigue a en effet déjà fait l’objet d’une superbe production avec Peter Ustinov en 1978 qui ne peut être égalée.
Chapeau melon et bottes de cuir est pour moi un témoignage historique et un refuge de valeurs dans une Grande-Bretagne devenue excessivement multiculturelle (extrait de la critique de Bright Horizons:The Monochrome World of Emma Peel)

Avatar de l’utilisateur
Steed3003
Site Admin
Messages : 360
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:32 pm
Localisation : Londres
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Steed3003 » dim. janv. 07, 2018 12:22 am

Pas vu le film que je verrai à l'occasion sans doute malgré tes réserves mais belle critique Denis, c'est en ligne sur notre page FB :

LE site sur les plus grandes séries TV et sagas cultes du cinéma : http://lemondedesavengers.fr
LE forum des passionnés : http://lemondedesavengers.fr/forum

Avatar de l’utilisateur
Denis
Messages : 1055
Inscription : lun. déc. 26, 2016 7:24 am
Localisation : Edinburgh
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Denis » ven. janv. 19, 2018 11:17 pm

IN THE FADE

L’Allemagne a produit un film bourré de clichés qui reflète le degré de déni dans lequel ce pays et une partie de sa population se sont enfoncés.

Katja, interprétée par Diana Kruger, est une Allemande (bien entendu blonde), ancienne toxico et tatouée de partout, mariée à un Turc (en prison !), ex-trafiquant de drogue reconverti avec qui elle a un fils. Un beau tableau gaucho bobo démago. Un soir, lorsqu’elle rentre du hammam (manque plus qu’un kebab à la main pour parfaire le tout), elle découvre que son mari et son fils ont été les cibles d’un attentat. La vie de Katja bascule.

La première partie, la chronique sur le deuil de Katja, a un semblant de suspense et se fixe sur la dérive de la jeune femme qui replonge dans la drogue. C’est sûrement la partie la plus réussie, ce qui permit à l’actrice de remporter le prix d’interprétation à Cannes, car le film en lui-même fut fraichement accueilli. Avec raison.

La seconde partie, le procès, et la troisième, le dénouement bancal, tournent à la catastrophe, avec un souci de cohérence et de crédibilité proche du néant. La police est même soupçonnée de racisme car elle commence son enquête par s’intéresser au passé peu reluisant de la victime ! Les coupables sont bien deux nazis comme l’avait pressenti Katja, car, qui d’autres auraient pu placer une bombe en plein quartier turc ? Evidemment, mon cher Watson… Chapitré de façon deuil, procès, vengeance, le résultat est à classer dans le registre de la caricature avec un fort déséquilibre entre les parties.

La fin est tellement démagogique qu’il est tentant de balancer le script pour saborder ce film qui va bénéficier de louanges de la presse politiquement correct. Car beaucoup s’étaient déjà posé la question au dernier Festival de Cannes : que fait ce film en compétition ? Le pathos est dégoulinant, la réalisation est bâclée (scène de la baignoire), les acteurs sont caricaturaux (la palme à l’avocat nazillon au crane rasé agrémenté d’une cicatrice à qui il ne manque que la moustache), et le tout pue le scénario racoleur, avec un acquittement improbable qui permet une vengeance irréaliste et même, disons-le franchement, stupide.

Certes, le sacro-saint vivre ensemble est légèrement égratigné car le couple intercommunautaire n'est visiblement pas du goût des parents respectifs, allemands et kurdes...mais Akin, d’origine turque, affirme que tout le monde – blancs, noirs, musulmans, juifs, catholiques – est un susceptible poseur de bombes face à l’injustice du monde. Ben voyons, cette vision des choses me fait penser au tweet d’un journaliste du Nouvel Obs juste après un attentat qui espérait que l’auteur ne soit pas musulman !

In The Fade se rapproche plus de la daube que du chef-d’œuvre et, une nouvelle fois, le Festival de Cannes a récompensé l'éloge de la démagogie aux clichés bien-pensants, comme en 2008 pour Entre les murs palmé plutôt que L’échange, drame parfait. Bien que le film soit basé sur des faits réels, qui défrayèrent la chronique en Allemagne, les clichés caricaturaux et l’approche démagogique provoquent l’effet inverse de celui escompté et plombent complètement l’histoire. Si on ajoute à cela que le long métrage est clairement anti-grec, on en tire la conclusion que ce film au message final contestable est à éviter. Le plus inquiétant est que cette œuvre mineure soit désormais bien placée pour cartonner aux Oscars. Qui aurait cru qu’on tomberait aussi bas ?

Il est à noter que pendant le Festival de Cannes de mai dernier, il y eut l’attentat de Manchester et qu’en 2018, n’en déplaise à Akin, ce ne sont pas les nazis qui sèment la terreur sur tous les continents. A travers le réalisateur turc, l’Allemagne préfère regarder dans le rétroviseur de l’histoire plutôt que se concentrer sur les dangers imminents de son présent, comme l’a démontré l’attentat au marché de Noël de Berlin. Les méchants nazis contre les gentils turcs…un film sur fond d’incohérences, de pathos et d’effluves racialisées assez indigestes, qui ne peuvent ravir que la bien-pensance plus intéressée par le message donneur de leçon que par la crédibilité. Les propos de Salman Rushdie de l’été dernier sur l’aveuglement stupide de l’occident résonnent d’autant plus à nos oreilles quand on a vu In the Fade.

Question film sur la vengeance, on préférera celle de Bronson à New York ou la version féminine de Jodie Foster dans A vif, et question terrorisme, on attendra la version d’Eastwood du 15h17 pour Paris, qui n’aura aucun mal à être plus crédible, mieux construit et supplanter In the Fade au box-office, car les récompenses, autocongratulations et les promotions sur les plateaux télé ne trompent plus le spectateur depuis bien longtemps.
Chapeau melon et bottes de cuir est pour moi un témoignage historique et un refuge de valeurs dans une Grande-Bretagne devenue excessivement multiculturelle (extrait de la critique de Bright Horizons:The Monochrome World of Emma Peel)

Avatar de l’utilisateur
Steed3003
Site Admin
Messages : 360
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:32 pm
Localisation : Londres
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Steed3003 » sam. févr. 24, 2018 11:53 am

Ma critique de Black Panther est en ligne sur notre page Facebook :

LE site sur les plus grandes séries TV et sagas cultes du cinéma : http://lemondedesavengers.fr
LE forum des passionnés : http://lemondedesavengers.fr/forum

Avatar de l’utilisateur
séribibi
Messages : 223
Inscription : lun. déc. 26, 2016 10:29 pm

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar séribibi » ven. mars 16, 2018 9:16 pm

Le grand retour du western en ce moment avec "Hostiles" ; pas encore vu mais pas mal de bonnes critiques.
Image

Avatar de l’utilisateur
Steed3003
Site Admin
Messages : 360
Inscription : dim. déc. 25, 2016 8:32 pm
Localisation : Londres
Contact :

Re: Actualité cinéma/critiques de films

Messagepar Steed3003 » sam. mars 17, 2018 1:57 am

Ma critique sur le nouveau Tomb Raider :

LE site sur les plus grandes séries TV et sagas cultes du cinéma : http://lemondedesavengers.fr
LE forum des passionnés : http://lemondedesavengers.fr/forum


Revenir vers « Cinéma »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité