Le Virginien (1962-1971)

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 324
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. avr. 28, 2019 12:34 pm

05- Le troupeau volé (The fortress) ****

Histoire de W.R. Burnett et Sy Salkowitz. Adaptation : Sy Salkowitz. Réalisation : Abner Biberman.


Résumé

Le Virginien emmène son troupeau dans une ville située à la frontière avec le Canada, mais la banque se fait voler, rendant sa traite bancaire sans valeur. Il suit les voleurs au Canada pour récupérer les 100 000 $, mais ils travaillent pour l'acheteur du troupeau.


La critique

L’épisode est assez traditionnel, dans l’esprit de la série. Le virginien fait une transaction de bœufs de l’élevage de John Grainger de Shiloh. Cet épisode fut diffusé aux USA le 27 décembre 1967, alors que le comédien qui incarne Grainger, Charles Bickford, était mort depuis le 9 novembre. Curieux que la production n’ait pas songé à le remplacer par un autre personnage, car par la force des choses, celui que nous voyons diriger Shiloh est Clay Grainger (John Mc Intire).

La banque étant attaquée, la traite de paiement du troupeau n’a plus de valeur, et le virginien rencontre sur place peu de compréhension, il se lance donc à la poursuite des voleurs qui sont passés au Canada. Juste avant, il fait la connaissance de la charmante Marianne (Barbara Bouchet), seule à compatir à ses problèmes.

Le troupeau est acheté par Winthrop (joué par un Leslie Nielsen première manière). S’il nous faisait rire à la fin de sa carrière, il incarne ici un homme redoutable et cruel. C’est un faux jeton. Et un ennemi terrible pour le virginien. Il est tout en courtoisie et politesses ironiques face à l’homme qui a été volé.

En fait, Winthrop est le chef de la bande de voleurs. Ce que le téléspectateur avait deviné dès le début. Dans la ville où il prend une chambre d’hôtel (qui appartient à Winthrop ainsi que toute la ville). Le virginien doit donc mener son enquête en terrain hostile.

Ce type de situation a déjà été abordé plusieurs fois dans la série. Nielsen constitue un méchant haut en couleurs, menaçant mais gentleman et on peut largement préférer cette partie de sa carrière à ses films comiques ensuite.

Le virginien affiche une sérénité qui avouons-le est peu crédible pour un homme seul en territoire ennemi. Très vite, Winthrop abat ses cartes et se montre menaçant. Gloria (Kipp Hamilton), petite amie de Winthrop tente de piéger le virginien. Pas un moment, dans cette ville où règne la loi de la jungle, une seule personne ne nie que le patron des lieux soit un voleur.

On retrouve ensuite avec un immense plaisir Ryker/Clu Gulager à Shiloh. Il vient prévenir Grainger de ce qui se passe. Ryker a reçu deux télégrammes suspects.
Le virginien décide de monter un plan pour duper son ennemi. Il se fait passer pour un homme corrompu, ceci grâce à 4000 dollars qu’il a demandé par télégramme à Grainger.

Puis, il tente de faire chanter un homme de Winthrop qui tourne autour de Gloria, le comptable Clete (Willard Sage) . L’épisode nous donne idée de la valeur de l’argent à cette époque, ainsi Ryker dit à Grainger que le virginien n’a jamais possédé que 123 dollars sur son compte en banque, lorsqu’il demande les 4000 dollars.

L’épisode alterne les scènes au Canada et celles à Shiloh. Il est un peu dommage que pour l’un de ses derniers épisodes, Emmett Ryker/Clu Gulager voit ses scènes limitées.

En terre ennemie, le virginien fait sa justice, retrouve deux voleurs qui le suivaient. Il monte une comédie en faisant passer Marianne pour sa fiancée à laquelle il donne le nom de Françoise Giret. Elle accepte de jouer la comédie pour lui, il ne la laisse pas indifférente.

Marianne vient jouer du piano chez Winthrop. Et y semer, selon le plan du virginien, la zizanie. Ce dernier a compris qu’il ne triompherait de son ennemi que par la ruse. On se croit parfois dans une intrigue de Mission Impossible. Pourtant, Winthrop n’est pas dupe. Le virginien mène là un jeu bien dangereux. Il essaie de semer le trouble chez Gloria en lui faisant croire que Marianne va lui prendre sa place.

Il propose à Gloria un marché pour qu’elle l’aide à récupérer son argent. Mais le virginien n’avait pas prévu que Marianne voudrait prendre la place de Gloria et rester auprès de son riche ennemi.

Le virginien réussit à troubler le comptable Clete et à récupérer son argent au moment où l’homme allait le tuer. Il fait endosser le vol de 100 000 dollars à Clete et Gloria.

Le twist final, qui permet à notre héros de s’en sortir, est plutôt inattendu. La scène finale entre Barbara Bouchet et Leslie Nielsen ne manque pas de piquant.


Anecdotes

Barbara Bouchet (1943-) a joué dans Voyage fond des mers à la TV et au cinema dans Première victoire et Casino Royale (1967).

Françoise Giret, nom donné à Marianne/Barbara Bouchet, était celui d’une comédienne française (1929-2003). Sans doute un clin d’œil des doubleurs.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 324
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. avr. 28, 2019 1:26 pm

06- La fièvre (The death wagon) *

Scénario : James Menzies. Réalisation : E. Darrell Hallenbeck.


Résumé

Trampas, puis Holly et Elizabeth, se heurtent à un caporal, traversant la terre de Shiloh, transportant un prisonnier qui semble avoir la scarlatine. Quand il s'échappe, ils s'inquiètent de savoir qui pourrait être infecté par la maladie


La critique

On retrouve dans cet épisode deux hommes obstinés : le caporal Smooth (Albert Salmi) et le soldat Kanin (Michael Constantine). Ils transportent un prisonnier atteint de scarlatine, Veda (Tim McIntire).

Elizabeth Grainger (Sara Lane) est prise en otage. Le prisonnier a réussi à lui serrer le cou depuis son fourgon cellulaire. Sa tante Holly (Jeanette Nolan) doit aider l’homme à s’enfuir.

Dès le début, j’ai compris que l’épisode était raté. Faute à un scénario difficile à sauver, et une interprétation qui n’est pas convaincante. Cette histoire de contamination est vite ennuyeuse.

Albert Salmi et Michael Constantine monopolisent trop l’écran. Ils volent la vedette à Trampas/Doug McClure. Lorsque les épisodes de la série sont ratés, ils ne le sont pas à moitié. On comprend que l’opus a été fait pour fournir une saison complète à NBC.

Non seulement le scénario est creux, mais aucun comédien ne vient le sauver. Les 73 minutes nous paraissent longues. L’épisode est ponctué de flash back de la jeunesse de Trampas et du drame qu’il a vécu.

Sara Lane n’est jamais convaincante, John McIntire n’a aucun charisme. Ils peinent à nous faire croire à l’aspect dramatique de la situation.

La poursuite pour retrouvé le fuyard contaminé Veda est interminable. Trampas réussit à capturer l’homme. Tim McIntire en Veda semble le plus doué des comédiens de l’épisode. Il donne de l’épaisseur à son personnage. On se prend à s’apitoyer pour cet homme malgré ce qu’il a fait à Elizabeth qu’il a manqué de garroter.

Veda dresse un réquisitoire contre l’armée. Il n’a aucune confiance en la justice. Les fermiers eux sont prêts à tuer Veda comme une bête. On y apprend l’absence du shérif Ryker occupé ailleurs et c’est bien dommage car il aurait donné quelque intérêt à l’épisode.

Je trouve que l’épisode néglige trop les protagonistes habituels de la série pour laisser la place à l’affrontement entre les soldats et le prisonnier évadé.

La dernière partie est consacrée à Veda qui prend en otage tous les résidents de la maison de Grainger. Cela ne sauve guère l’épisode de l’ennui. Trampas nous offre une victoire sans panache et bien peu crédible.
Le happy end concerne surtout le caporal et le soldat, dont on avoue que l’on se désintéresse assez du sort.


Anecdotes

Albert Salmi (1927-1990) a joué dans Les frères Karamazov, Les évadés de la planète des singes, Le golf en folie, le dragon du lac de feu.

On apprend l’âge de Trampas : 35 ans. Et qu’à huit ans, il a perdu toute sa famille (mère et frères) d’une épidémie de scarlatine. Seul son père en a réchappé.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 324
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. avr. 28, 2019 4:42 pm

07. Jed (Id) **

Scénario : Arthur Heinemann. Réalisation : Abner Biberman.

Résumé

Clay Grainger tente d’éviter la guerre entre les paysans et les éleveurs, les premiers ne voulant plus laisser passer le bétail. Jed un vieil ami de Trampas que ce dernier retrouve par hasard a été engagé par un certain Tallman, un éleveur, pour tuer Grainger.


La critique

Erreur de casting : le regretté et excellent Steve Inhat, qui fait très mûr, n’est pas un bon choix pour être vraisemblable en Jed Matthews vieil ami que Trampas n’a pas vu depuis dix ans.

L’épisode montre les tensions entre éleveurs et colons. Tom Tallman (Walter Coy) est décidé à employer les grands moyens. Au bout de six ans, les scénaristes sont obligés de reprendre des thèmes déjà abordés. Notons que Clu Gulager fait encore une apparition en shérif Ryker.

Les scènes où Inhat et McClure sont réunies sont cruelles pour ce dernier, car Inhat était un excellent acteur, au jeu nettement supérieur à McClure.

Dans cette histoire, Jed se fait engager, sur l’ordre de Tallman, par le ranch Shiloh, ce qui lui met dans une situation inconfortable. On se prend à trouver l’opus trop bavard, avec des confidences et souvenirs faites par Jed à Trampas qui s’éternisent un peu.

Le téléspectateur s’interroge sur la nature de Jed qui a dit devant Tallman n’avoir pas d’amis, or avec Trampas il semble se comporter sincèrement. Jed fait la connaissance d’Abby Keefer (Brenda Scott) et en tombe amoureux. Elle vit avec son frère Ron. Il tente de la persuader de partir avant que la guerre éclate. Les Keefer sont des paysans. Tallman fait brûler la grange des Keefer et Grainger se propose de la lui reconstruire.

Cette violence entre colons et éleveurs est absurde. L’épisode comporte trop de bons sentiments façon La petite maison dans la prairie avec un côté moraliste plutôt naïf.

Les hommes de Shiloh se mettent dans le camp des colons contre Tallman, avec l’aide du shérif Ryker. A mesure que l’épisode défile, on se prend à regarder sa montre.

Steve Inhat fait ce qu’il peut, mais on lui a écrit un personnage trop dur pour qu’il soit crédible en amoureux de la jeune Abby. Il est plus à sa place dans les rôles de tueurs comme l’ancien de la guerre de Corée que Mike Connors affronte dans le mémorable épisode de Mannix : Immeuble Insalubre que dans ce personnage mièvre.

Jed décide de rendre son tablier et le fait savoir au lieutenant de Tallman, Abe Yeager (Stuart Margolin de 200 dollars plus les frais). Les Keefer font le premier pas envers les éleveurs en leur laissant un droit de passage du bétail en échange d’eau. Cependant, Ryker a appris que Jed est un tueur et a un contrat pour tuer Grainger.

A force de compliquer l’intrigue, le spectateur est perdu. On se concentre sur le destin de Jed. Plus que Tallman, c’est Abe Yeager qui est le véritable démon de l’histoire. Au moment où tout semble s’arranger, le passé de tueur à gages de Jed refait surface. C’est un peu trop mélodramatique, et conduit à jouer un rôle invraisemblable, Steve Inhat ne peut nous faire croire à l’incroyable.

Jed trahit Tallman mais n’est pas écouté, Trampas et Abby le rejettent et ne comprendront que trop tard. La fin prévisible est là pour faire pleurer dans les chaumières. J’ai trouvé l’absence d’épilogue après la scène des adieux dommageable, le générique de fin arrive trop vite sans nous laisser nous remettre de nos émotions.


Anecdotes

Charles Bickford a déserté du générique du début. Il est vrai qu’il ne risquait pas revenir.

Steve Inhat (1934-1972) mort à Cannes à 37 ans d’une crise cardiaque était une figure familière des séries des années 60 comme Mannix.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 324
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. avr. 28, 2019 5:40 pm

8. Avec l’aide d’Ulysse (With help from Ulysses) *

Scénario : True Boardman. Réalisation : Don McDougall.


Résumé

Trampas bénéficie d’un congé pour rendre visite à une amie, Betty Martin, à Springdale. Sur son chemin, il rencontre un vieil homme propriétaire d’un chien. L’homme lui donne une pépite d’or et le charge de retrouver sa nièce.

La critique

Sans doute pour s’attirer le jeune public, le véritable héros de cet épisode est le chien Ulysse.

Dès le début, on comprend que l’épisode ne va être une merveille. On se dirige vers un aspect comédie qui ne sied pas trop à la série. On se croirait parfois à cause du chien dans Daktari. Et ce n’est pas ce que le téléspectateur attend de la série.

Trampas doit retrouver une jeune femme qui a une marque de naissance sous le genou, une tâche en forme de fraise. Le cowboy attire l’attention de deux hommes car il veut faire soigner le vieil homme, Joe Keller, un chercheur d’or.

Doug McClure frise le ridicule lors de sa quête avec le chien. Tout le monde se moque du nom du chien, ce qui conduit Trampas à le rebaptiser Fred.

Plus on avance dans l’épisode, plus on a l’impression d’être dans une série animalière au lieu d’un western.

Dans un saloon, Trampas mène son enquête auprès de plusieurs entraîneuses. Ce qui entraîne toute une série de quiproquos, le malheureux Trampas n’étant pas cru.

Il doit rendre visite à une amie, Betty Martin (Eileen Wesson). Le père de Betty dit à Trampas que son histoire est complètement idiote, ce que l’on pense depuis le début.

Durant un pique-nique avec Betty, l’entraîneuse Josie (Barbara Rhoades) provoque la colère de Betty, le faisant passer pour un pervers. Plus tard, Betty vient s’excuser. Tout le reste est à l’avenant, faisant de cet opus un épisode pénible à regarder. En effet, à courir après l’esprit, on attrape la niaiserie. Barbara (Jill Donohue) se fait aussi passer pour la nièce de Joe Keller pour son or. Ce canevas se retrouve dans l’épisode de Amicalement vôtre : Formule à vendre.

Ce n’était ni fait ni à faire. La comédie à tiroirs façon quiproquos n’a pas sa place dans le cadre du Virginien. Doug McClure en fait les frais en se rendant totalement ridicule.

Trampas ramène les deux jeunes femmes Josie et Barbara, qui ont toutes deux une marque de fraise sous le genou, à Joe Keller. Tant d’épisodes n’ont pas été doublés que l’on se demande bien pour quelles raisons les acheteurs français ont jeté leur dévolu sur celui-là.

Les deux chercheurs d’or avides et qui tentent de rançonner Joe Keller constituent le seul suspense de l’histoire.


Anecdotes


Barbara Rhoades (1946-) a joué dans Harry et Tonto, Adieu je reste.

Jill Donohue (1940-) est une guest star des séries TV comme Opération vol, Les espions, Tarzan.

Eileen Wesson (1947-) a joué dans Airport, Les rues de San Francisco, Invasion Los Angeles.


Image


Ce deuxième coffret de la saison six ne comporte que huit épisodes au lieu des dix habituels. Je l'envoie à Steed.

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 324
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. mai 05, 2019 1:38 pm

Coffret 3 Saison 6


01- Prisonnier sur parole (The gentle tamers) **


Histoire de Gil Lasky et Abe Polsky. Adaptation : Don Tait. Réalisation : Tony Leader.


Résumé

On demande à Grainger de prendre trois prisonniers en libération conditionnelle. Grainger a voulu complaire à un ami. Le virginien découvre vite que ces hommes sont incapables.

La critique


Cet épisode aborde le thème de la réhabilitation de trois délinquants. Dès le début, le virginien s’oppose à Clay Grainger, il est sceptique sur cette expérience. Les trois hommes doivent cacher aux autres employés de Shiloh qui ils sont.

Leur intégration, de fait, se passe mal. Dan Moss (Darwin Joston) sympathise avec Sara.

Episode bavard, il ne se passe pas grand-chose. Trampas a des soupçons, et en fait part au virginien. Les libérés sur parole provoquent des troubles et ne sont pas convaincants pendant leur essai de deux mois. L’épisode est prévisible, l’un des trois hommes veut voler du bétail et se sauver au Canada.

Le plus redoutable est Val Tussey (Anthony D.Call) qui prépare le vol de 200 bêtes. Le dernier, Ira Diller (Don Pedro Colley), se laisse influencer par Tussey.

Le personnage le plus intéressant est Moss, qui aime les chevaux. C’est le plus récupérable des trois. Il est réticent à suivre Tussey et Diller.

C’est le dernier épisode dans lequel apparaît Ryker (Clu Gulager), et la perte de ce comédien va être un coup dur pour la suite de la série. Ryker est préoccupé par la sortie d’un dangereux prisonnier, Kyle Spanner (James Griffith) et en fait part à Grainger. Il a peur que l’homme ne vienne à Medecine Bow, ce qui va évidemment être le cas.

Trampas en voit des vertes et des pas mûres avec les nouvelles recrues de Shiloh.

On peut reprocher à l’opus trop de scènes d’intérieurs, la plupart de l’action se déroulant au ranch. Le vol d’une montre provoque une rixe entre les trois condamnés en liberté conditionnelle et les employés du ranch. La présence d’un policier surveillant les prisonniers, Hoyt (Wesley Lau) accroit la tension. Il s’est fait passer pour un employé de Shiloh et surveille nos trois lascars.


A Medecine Bow, on savoure les dernières scènes avec Ryker.


Warden Keane (Paul Comi) meurt tragiquement, c’est l’homme qui avait demandé à Grainger de faire cette expérience, et tout risque être remis en question, d’autant que Hoyt fait tout pour cela.

On peut regretter que pour ses adieux à la série, Clu Gulager hérite d’une histoire aussi peu passionnante.

Tussey meurt piétiné par le bétail. Il se repend avant de passer l’arme à gauche. L’épisode sombre dans le mélo. On trouve des clichés comme la montre qui n’a pas été volée.

Le happy end a un goût amer. L’épisode accuse quelques lenteurs. Trop de bons sentiments sont au rendez-vous.


Anecdotes


Darwin Joston (1937-1998) a joué dans Eraserhead, Assaut, Fog.



Image


Revenir vers « Années 60 »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 4 invités