Le Virginien (1962-1971)

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » sam. juil. 13, 2019 8:06 pm

09.04. With Love, bullets and Valentine (Inédit) *

Scénario : Glen A. Larson. Réalisation : Philip Leacock.

Résumé

Trampas gagne un bateau à vapeur au poker, mais il n’est pas au bout de ses surprises.

La critique

Des épisodes comme celui-ci décrédibilisent la série. Trampas joueur de poker gagne un bateau à vapeur. Il s’agit d’une escroquerie.

La neuvième saison a vraiment très bien commencé avec le premier opus, et celui-là est insupportable. On prend le téléspectateur pour un gogo. Il s’agit d’un ratage en tous points. Doug McClure y est même énervant.

Si j’ai été indulgent pour l’épisode au Mexique, cette-fois, je constate qu’il s’agit d’une mauvaise farce.

Ainsi, Trampas joue avec Billy Valentine (Jack Albertson). Il gagne aussi une somme d’argent volée au chemin de fer, que des détectives récupèrent. Parmi les joueurs, Skeet (Art Carney), le propriétaire du bateau, a une petite fille, Corey Ann (Deborah Walley) bien jolie, mais cela ne suffit pas pour faire un épisode.

Billy a un frère, Hoy (Tom Ewell) tout aussi malhonnête.

Les rebondissements sont attendus, il s’agit d’une comédie. Mais elle ne fait pas rire.

Deborah Walley semble prendre son rôle plus au sérieux que les autres. Elle joue assez bien.

Doug McClure cette-fois est carrément mauvais. Si quelqu’un commençait la série par cet épisode, il n’en regarderait pas un autre.

C’est téléphoné, les clichés les plus éculés nous sont servis. Au fil des saisons, la série nous a de temps en temps servi des histoires qui nécessitaient l’indulgence du critique, mais cet opus est la goutte d’eau qui fait déborder le vase.

Doug McClure cabotine et on l’impression qu’il joue une caricature de Trampas. On est loin du vacher de Shiloh. Le comédien ne semble plus y croire.

Les scènes se succèdent en enchaînant les absurdités. On nous présente les personnages les plus pittoresques qui n’arrangent rien à l’ensemble.

Vers le milieu de l’épisode, quelques efforts sont faits pour redresser un peu l’entreprise du naufrage. Mais c’est à chaque fois pour une chute plus saugrenue que la précédente.

La scène du repas à bord du bateau à vapeur rassemble tous les protagonistes. Elle est interminable.

Le petit ami de Corey Ann, Jason (Ben Cooper), est shérif. Trampas assiste pendant 70 minutes à une défilé de personnages plus absurdes les uns que les autres, au point que l’on se demande si l’on ne regarde pas une parodie.

Côté mise en scène, quelques belles prises de vue de Philip Leacock non pas du bateau mais du chemin de fer. C’est maigre.

A la différence de l’épisode The Best man qui comptait quelques longueurs, ici les rebondissements n’arrêtent pas, on demanderait presque une pause ! On escroque, on braque, les personnages sont sans consistance et impossibles à prendre au sérieux.

Qui a pu, au sein de la production, donner le feu vert à cette histoire ? Cela restera un mystère.

Art Carney, que je suis pas prêt d’oublier, est l’acteur le plus insupportable de l’intrigue.

Voilà un épisode à zapper sans regrets et qui laisse quelque inquiétude en le regardant sur l’avenir de la saison.

C'est vraiment un film qu’il est difficile à supporter jusqu’au bout. D’autres pourront trouver cela drôle, tous les goûts sont dans la nature. Doug McClure a réussi à rendre le personnage de Trampas ridicule. Il a parfois tourné des épisodes faibles, mais jamais une telle niaiserie.

Il reste vingt épisodes, formulons-le vœu que nous n’ayons pas à subir un autre opus de ce genre.

La dernière image nous montre McClure lever les yeux au ciel dépité. Il y a de quoi !

Anecdotes

Art Carney (1918-2003) est connu pour Charlie, Harry et Tonto.

Tom Ewell (1909-1994) a joué dans La Blonde et moi, Sept ans de réflexion.

Deborah Walley (1941-2001) a peu tourné, moins de trente rôles, étant surtout productrice et auteur.

Jack Albertson (1907-1981) a joué dans Charlie et la chocolaterie, L’aventure du Poseïdon.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. juil. 14, 2019 1:18 pm

09.05. The mysterious Mr Tate (Inédit) ****


Scénario : Jean Holloway. Réalisation : Abner Biberman.

Résumé

A bord d’un train, le colonel MacKenzie voyage avec Lark Walters, fille d’un de ses amis. Il prend la défense de Roy Tate, qui risque être lynché alors qu’il a tué un homme en état de légitime défense. Lark tombe amoureuse de Roy, auquel le colonel offre un poste à Shiloh.


La critique

Avec cet épisode, la qualité est de retour en même temps que Stewart Granger. Le colonel voyage dans un train avec Lark Walters (Annette O’Toole, qui fut au cinéma Lana Lang puis à la télévision Martha Kent, la mère de Superman).

Lee Majors fait son apparition dans la série dans le rôle de Roy Tate, l’un des nouveaux héros de la série.

Sauvé d’un lynchage par le colonel et recueilli à bord du train, il ne laisse pas indifférente Lark.

Ce dernier s’explique avec le colonel qui lui offre un poste à Shiloh.

Lee Majors moustachu fait une belle prestation en nouvel homme de Shiloh.

On retrouve avec plaisir le maître d’hôtel du colonel, Parker.pour la deuxième de ses trois apparitions dans la saison.

A bord du train, Jackson Reed (Robert Webber) qui était en prison avec Tate essaie de le convaincre de rejoindre sa bande. Ce dernier refuse.

Le colonel se montre très paternel et protecteur avec Lark. Mais il met en garde la jeune fille afin qu’elle ne s’attache pas à Roy Tate.

Lee Majors affiche une certaine nonchalance en Tate, assez sûr de lui. Stewart Granger est majestueux.

Le colonel demande à son maître d’hôtel de faire parler le nouveau venu, mais ce dernier ne se montre pas loquace.

Profitant d’un Parker assoupi, Lark retrouve Roy Tate et engage la conversation avec lui. Tous deux sympathisent. Mais le colonel vient veiller à la vertu de la jeune femme.

C’est un épisode plaisant. On ne s’ennuie pas. L’apparition de Lee Majors, à l’époque connu pour La Grande vallée, permet au comédien de concentrer l’attention sur lui. Il ne démérite pas face à James Drury et Doug McClure, tous deux absents de l’épisode.

Pendant ce temps, Jackson Reed rejoint son complice Barton Ellis (Dane Clark) et lui fait part de ses projets pour Tate, que le colonel surveille étroitement.

L’épisode qui se déroule majoritairement dans le train n’est jamais ennuyeux. Le huis clos n’est pas un problème, car l’intrigue est passionnante.

Tate tient tête au colonel qui est trop directif avec lui. Les complices n’ont pas renoncé à recruter le jeune homme. Barton Ellis le relance.

Un épisode agréable qui nous permet d’oublier l’opus précédent. Il s’attarde cependant trop quelquefois sur la romance entre Lark et Roy Tate.

La fin de l’épisode montre le nouvel héros rejoindre ses anciens complices qui préparent un coup. Ceux-ci sont bien naïfs de croire le récupérer. Tate a choisi de changer de vie. La scène finale de l’incendie du train par les bandits permet à Roy Tate de gagner ses galons de héros.


Anecdotes

Dane Clark (1912-1998) est apparu dans Destination Tokyo, Convoi vers la Russie, Destination Tokyo, Le fils du pendu.

Robert Webber (1924-1989) a notamment joué dans Douze hommes en colère, Les douze salopards, La bataille de Midway, La malédiction de la panthère rose.

Annette O’Toole (1952-) est connue pour Superman 3, Smallville.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » dim. juil. 14, 2019 4:59 pm

09.06. Gun quest (Inédit) **

Scénario : Robert Van Scoyk. Réalisation : Harry Harris.

Résumé

Accusé de meurtre d’un certain Garvey et victime d’un jugement expéditif, le virginien s’évade avant d’être pendu et cherche le vrai coupable.

La critique

Avec huit invités vedettes au générique, le reproche que l’on peut faire à cet épisode est qu’il y a trop de personnages. On retrouve Joseph Cotten en juge corrompu Hobbs. Le véritable auteur des meurtres serait un certain Boss Cooper (Monte Markham). Qui dit trop d’invités dit une participation limitée de chacun en 70 minutes.

L’intrigue qui promettait d’être passionnante nous noie sous les personnages et l’on ne sait plus qui est qui. Parmi les hommes qui veulent pendre le virginien au début de l’épisode, les frères Garvey, Rem (Brandon De Wilde) et Dee (John Smith). C’est sur le témoignage de Rem, fils de la victime, que le virginien fut accusé.

Menant son enquête personnelle, le virginien rencontre dans un saloon Myra Greencastle (Anne Francis). Elle ne lui accorde pas à un regard. Il va voir le shérif Wintle (Neville Brand). Il cherche Boss Cooper. Ce dernier ne veut pas coopérer, mais notre héros retrouve Myra dans sa baignoire, un agréable spectacle. C’est la maîtresse de Cooper, le tueur.

Le virginien espère de l’aide auprès de Myra. Mais un homme, Dunn (Rod Cameron) tente de le tuer. Le virginien le blesse.

Dans le rôle de la veuve Garvey, on reconnaît Agnès Moorehead de Ma Sorcière bien aimée.

Les frères Garvey viennent demander des comptes au shérif Wintle. Ils cherchent à tuer le virginien, pour eux le meurtrier de leur père. On assiste à leur longue poursuite.

Parallèlement, le virginien continue son enquête. Il rencontre Nellie Cooper (Sallie Shockley), l’épouse de l’assassin présumé. Elle semble n’être au courant de rien. Elle lui offre un café. Boss est de retour et observe la scène de l’extérieur de la ferme. Puis avec son arme menace notre héros. Son épouse étend son linge sans se soucier de rien. Boss affirme être innocent et donne son arme au virginien en guise de bonne foi.

C’est un épisode dramatique, avec une intrigue policière solide, comme on en a vu souvent dans la série. Il y a de multiples rebondissements. Le virginien et Boss Cooper (que son épouse appelle Dan) se mettent en quête du véritable meurtrier, tandis que les frères Garvey arrivent à la ferme où se trouve Nellie. Mais Cooper tend un piège à notre héros.

On se perd dans les méandres de l’intrigue. Rattrapés par les frères de la victime, Cooper nie s’appeler ainsi et s’invente une identité. Le virginien pense confondre l’homme devant les frères grâce à Nellie Cooper.

Rem Garvey s’avère être un menteur et avoir fait un faux témoignage. Le sang coule à l’épilogue.

On s’interroge sur la présence de comédiens qui n’ont fait qu’une courte apparition, comme Anne Francis et Joseph Cotten. La fin est bâclée. Nous n’avons même pas droit à une épilogue digne de ce nom.


Anecdotes

Joseph Cotten revient dans un autre rôle après l’épisode de la saison 8 A Time of terror.

Brandon De Wilde fait sa troisième et dernière apparition dans la série. Ce comédien mourut à 30 ans dans un accident de voiture en 1972.

Anne Francis est de retour après l’épisode de la saison 3 All nice and legal.

John Smith (1931-1995) est apparu dans La cuisine des anges, Les rescapés du Bounty.

Agnes Moorehead (1900-1974) est connue pour son rôle d’Endora dans Ma Sorcière bien aimée.

Neville Brand (1920-1991) a joué dans Mort à l’arrivée, Stalag 17, Le quatrième homme, Tora ! Tora ! Tora !

Rod Cameron (1910-1983) a notamment été vu dans Dakota Lil.

Monte Markham (1935-) succéda à Raymond Burr en 1973 dans une version inédite de Perry Mason.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » lun. juil. 15, 2019 4:40 pm

09.07. Crooked corner (Inédit) **

Scénario : Harry Kronman. Réalisation : Herbert Hirschman.

Résumé

Un groupe d’immigrés allemands est victime de menaces de cavaliers nocturnes pour les obliger à partir.


La critique


On retrouve Stewart Granger et Lee Majors dans les rôles du Colonel et de Roy Tate pour leur première aventure à Shiloh.

August Hansch (Kurt Kasznar) est un commerçant aidé par Mace Ivers, un noir (Brock Peters). Ils sont persécutés : on leur sale leur eau, leur détruit leur moulin et les clôtures.

Clara Hansch (Susan Strasberg), la fille d’August, explique au colonel et à Roy que son père a engagé un certain Embry (Llyod Battista) pour les aider. Le colonel pense que c’est une mauvaise idée et chasse Embry, que Roy blesse à la main.

Le colonel et Roy décident de protéger les Hansch. Mais Ivers décide de partir. Clara va en parler à Roy. Ils sympathisent.

La nuit des cavaliers masqués armés de torches incendient la ferme Hansch.

Au bord de la rivière, Clara et Roy s’embrassent. Roy montre aux Hansch comment marquer leur bétail.

Le colonel est cependant déçu de voir que les allemands sont réticents à accepter son aide. Ils ne semblent pas voir d’un bon œil l’idylle de Clara avec Roy. Les allemands préféraient la solution expéditive de payer un tueur à gages pour les protéger.

Cet épisode au début semble passionnant, mais l’intrigue tourne court et l’intérêt se perd en cours de route. Lee Majors trop nonchalant ne s’implique pas assez dans son personnage.

Ivers se révèle un traître et suite à une dispute, blesse grièvement un membre de la communauté allemande, Paul Erlich (Walter Koenig) qui restera aveugle. Le shérif Mark Abbott n’est pas dupe, même si Ivers prétend qu’il s’agit d’un accident et qu’il a des témoins pour le prouver.

Au saloon, Roy repère un membre de la bande des incendiaires. Puis il s’occupe de Paul, l’emmène avec lui. Clara le réconforte aussi.

Le colonel tente de raisonner la communauté allemande. Ils veulent renoncer et s’en aller.

Embry vient menacer le groupe qui reconstruit le moulin avec Roy Tate. Malgré sa cécité, Paul arrive derrière l’homme et le fait tomber, Tate le désarme.

En dépit de la présence de la superbe Susan Strasberg, l’épisode peine à passionner. La fin est d’ailleurs assez décevante.


Anecdotes

Susan Strasberg fait sa deuxième apparition dans la série après l’épisode La captive dans la saison 5 en 1966.

Kurst Kasznar (1913-1979) a notamment joué dans la parodie de James Bond Casino Royale en 1967.

Brock Peters (1927-2005) est apparu dans Soleil Vert.

Dernière apparition de Parker, le majordome du colonel.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » lun. juil. 15, 2019 7:06 pm

09.08. Lady at the bar (Inédit) **

Scénario : Leslie Stevens Réalisation : Russ Mayberry.

Résumé

Trampas est arrêté par un shérif, Howard Acton, pour meurtre. Son procès commence : il est défendu par une femme, Frances Finch.

La critique

Episode de procès. Le shérif Howard Acton (Kenneth Tobey) arrête Trampas pour le meurtre du propriétaire d’une mine. Trampas admet qu’il connaissait le propriétaire de la mine, mais pas de l’avoir tué.

Tout le monde est pressé d’aller à la pêche et d’expédier le procès. Trampas a comme avocate Frances B. Finch (Greer Carson). Le juge Elmo J. Carver (E. G. Marshall) s’entretient avec Acton. Il ne reste que quatre jours pour régler l’affaire avant le départ en vacances du juge, ainsi que du Marshall Krug (James Whitmore).

Une reconstitution est faite sur les lieux du meurtre, dans la mine.

Greer Carson met du tonus par son interprétation à cette histoire assez banale. Les témoins défilent à la barre. L’avocate interroge la belle Ellie Bishop (Pamela McMyler) qui semble être le témoin le plus redoutable.

L’enquête et le procès se passent dans le décor insolite de la partie de pêche au bord du lac. On ne prend pas l’intrigue au sérieux. Le ton est badin, l’atmosphère légère.

L’interprétation est dominée par Greer Carson, un peu fofolle, avec son ombrelle. C’est presque un personnage comique. Elle se transforme en détective. Elle va voir Ellie Bishop pour espérer en savoir davantage. Elle interroge aussi un certain Clyde Willis (Michael Bow).

Difficile de prendre l’histoire au sérieux, il est question de meurtre, mais James Whitmore en Marshall Krug semble se moquer complètement des enjeux. Krug et Trampas se retrouvent dans la mine à chercher des preuves.

Sur une musique sautillante, qui montre bien que l’heure n’est pas à la tension, l’histoire se poursuit.

Ce n’est pas un chef d’œuvre. Les scènes se suivent un peu laborieusement. C’est dans la mine qui se trouve la clé du mystère. On retrouve ensuite le procès pour la séquence finale et primordiale.

Le témoin interrogé est le shérif Acton. La pièce a conviction est une veste, attribuée à Trampas, alors qu’elle n’est pas à lui. Le marshall Krug est le dernier témoin appelé à la barre. Les vrais coupables sont démasqués à deux minutes de la fin, ce qui nous prive de toute épilogue.

Anecdotes


Greer Garson (1904-1996) est connu pour Au Revoir Mr Chips ! Orgueils et préjugés, Prisonniers du passé.

E.G. Marshall (1914-1998) a joué notamment dans Douze hommes en colère, Superman 2.

James Whitmore fait sa quatrième et dernière apparition dans la série.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » mar. juil. 16, 2019 5:36 pm

09.09. The Price of the hanging (Inédit) **


Scénario : Frank Chase. Réalisation: Marc Daniels

Résumé

Le Colonel MacKenzie est sérieusement blessé et nécessite une opération. Le seul médecin qui pourrait intervenir est en prison. Le juge accorde une libération exceptionnelle.

La critique

MacKenzie est blessé, et le seul docteur et chirurgien qui peut le sauver, Kincaid (Edward Binns) est condamné à la pendaison pour un meurtre, même si Roy découvre que c’est plus une vengeance du juge John Markham (Lew Ayres) que la justice. Le juge en veut au médecin de ne pas avoir sauvé sa fille.

Dans cette série, je trouve que Lee Majors n’est pas aussi impliqué qu’habituellement et il nous déconcerte pas sa retenue que l’on peut prendre parfois pour de la nonchalance.

Roy Tate essaie de parlementer avec la femme du juge, Lori (Jane Wyatt). Cette dernière dément devant son mari ce que ce dernier affirme.

Le shérif Sam Tolliver (Tom Tryon) est dès le début hostile à Roy, mais sur l’ordre du juge accepte de libérer le chirurgien pour qu’il opère le colonel.

Kincaid refuse d’aider, dans la mesure où il est lui-même condamné à mort. Il se fait tirer l’oreille.

En raison du scénario, Stewart Granger n’a pas grand-chose à jouer. On le voit surtout souffrir dans son lit. C’est alors que Kincaid demande une somme astronomique pour opérer. Il exige 10 000 dollars afin que sa femme Tracy (Patricia Harty) puisse prouver que le témoin à charge a menti lors du procès.

Je ne sais si l’impression va continuer, mais en cette ultime saison, les épisodes sont vraiment très moyens. La série avec un tel renouvellement n’est pourtant pas usée, ayant pris un nouveau départ.

Après la scène de l’opération, l’intérêt faiblit un peu. Roy Tate semble un peu perdu au saloon.

Nous revoyons dans un flash back la bagarre lors d’une partie de cartes entre le docteur Kincaid et la victime qui lui vaut la corde. Roy Tate recueille le récit d’une entraîneuse et comprend que Kincaid a été jugé à charge.

Nous revenons à la scène d’opération qui s’éternise et où le docteur va être tenté de s’enfuir.

J’ai trouvé Lew Ayres peu convaincant en juge. Il manque d’autorité et paraît parfois être un homme assez faible.

Roy découvre que la condamnation du docteur est discutable, Tolliver se confie à lui en disant qu’il pense que c’est un accident et que le juge s’est acharné.

Or, le comble est que Tom Tryon en shérif est nettement plus menaçant et dangereux que le juge, avec une attitude glaçante.

Passé quarante minutes, on ne sait pas trop où le scénariste veut nous entraîner, d’autant que la réalisation de Marc Daniels est d’une mollesse déconcertante.

Notons aussi des scènes inutiles comme avec la femme malade du juge, qui n’aident pas le téléspectateur à se captiver pour cette intrigue.

Edward Binns est sans doute celui qui joue le mieux son personnage de médecin condamné à mort.

Le colonel est sauvé, et le twist final au moment de l’exécution du condamné en surprendra plus d’un.

Un épisode avec des longueurs regrettables. Au bout d’une heure, moment de l’exécution, le réalisateur nous livre des images choc, mais c’est bien trop tard pour redresser la barre de cet épisode qui ne restera pas dans les mémoires comme un bon opus.



Anecdotes


Lew Ayres (1908-1996) a joué notamment dans A l’ouest, rien de nouveau, Johnny Belinda.

Jane Wyatt (1910-2006) est connue pour Horizons Perdus.

Edward Binns (1916-1990) était Wally Powers dans Opération Vol.

Patricia Harty (1941-) a joué notamment dans Code Quantum.

Tom Tryon (1926-1991) est apparu dans Le Cardinal, Première victoire.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » mar. juil. 16, 2019 6:30 pm

09.10. Experiment at New Life (Inédit) ***

Scénario : Loïs Hire. Réalisation : Jeannot Szwarc.

Résumé

Le virginien recherche du bétail perdu de Shiloh à New Life, un endroit hostile. Sans le savoir, il trouble le jeu de deux tourtereaux, Belinda et Toby.


La critique

Belinda Ballard (Sue Lyon, la célèbre Lolita) et son petit ami Toby Wheeler (Michael McGreevy) se seraient bien passés que le virginien vienne à New Life. Ils étaient en train de flirter dans les champs. Belinda est la fille d’une veuve, Amelia (Vera Miles).

Le virginien pense que le bétail qui se trouve dans la ville a été volé à Shiloh. Amelia l’assure du contraire. August Gruber (Ralph Meeker) qui tourne autour d’Amelia est lui menaçant envers le virginien. Il dément en bloc que le bétail soit volé.

Si l’intrigue est un peu simpliste, James Drury donne du tonus à cet épisode. La série en a bien besoin. Déjà, ce générique raté d’Ennio Morricone donne un style western spaghetti à une série qui dure depuis 1962 aux USA, et pour une fois, le compositeur italien a complètement raté le coche, lui qui nous gratifie souvent d’airs inoubliables.

Vera Miles dans les séries américaines n’est pas une chose nouvelle, et elle n’étonne plus personne. Elle semble avoir passé la fin de sa carrière au petit écran. Sa prestation ressemble à celles qu’elle fit dans d’autres séries comme L’homme de fer.

Sue Lyon est envoûtante et charmante. A coup sûr, elle fait de l’ombre à son aînée.

Belinda voudrait partir de New Life, mais pour Amelia, c’est hors de question, car c’est la ville que son défunt époux a construite.

Si le début de l’épisode est calme, on comprend vite qu’il ne va pas le rester. Gruber est inflexible et cherche l’affrontement avec l’homme de Shiloh.

Les deux comédiens qui tirent leur épingle du jeu sont Sue Lyon et James Drury, car Vera Miles nous offre une composition sans saveur, assez banale et presque caricaturale.

On commence à se tirer dessus. Le virginien est seul contre tous. Il se retrouve assommé et désappointé. Il ne s’avoue cependant pas vaincu. Gruber trouve un adversaire inattendu en Toby, le jeune amoureux de Belinda.

C’est cependant Amelia, arme à la main, qui prend partie contre Gruber et pour le virginien. Ce faisant, Vera Miles n’est pas toujours très crédible dans ce registre.

Le combat rassemble désormais, autour de notre héros, la mère, la fille et son petit ami, contre August Gruber et sa bande.

Le virginien parvient à convaincre les habitants que Gruber est un voleur et un homme corrompu. Voilà qui retourne la situation.

August Gruber se retrouve face à l’accusation d’avoir tué le mari d’Amelia. Un très bon épisode sans atteindre toutefois la note maximale.


Anecdotes


Vera Miles revient pour la troisième fois dans la série depuis 1963.

Sue Lyon (1946-) est célèbre pour son rôle dans Lolita.

Ralph Meeker (1920-1988) a joué dans En quatrième vitesse, Les sentiers de la gloire, Les douze salopards.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » mar. juil. 16, 2019 7:37 pm

09.11. Follow the leader (Inédit) ****

Scénario : Leslie Stevens. Réalisation : Richard Benedict.

Résumé

Trampas se retrouve soupçonné d’un meurtre connu par un certain Ritter Miley qui était le seul à avoir la même arme que lui.


La critique

Ritter Miley (Tony Franciosa) et ses frères préparent un coup et pensent que leur cousin Thad Miley (Harry Carrey Jr.) va en être. Mais ce dernier suit le droit chemin et ne mange pas de ce pain là. Pour qu’il ne parle pas, Ritter le tue. Or, il se trouve qu’il avait et était le seul dans ce cas, la même arme que Trampas qui devient suspect.

C’est un épisode trépidant et sans temps mort. On retrouve dans le rôle de Vanessa MacKenzie Katherine Woodville, ici sous le nom de Kate Woodville, l’une des épouses de Patrick Macnee. Elle incarne une journaliste anglaise qui a un penchant pour Trampas.

Noah Berry Jr. interprète le rôle important de l’armurier Morgan, qui affirme au colonel MacKenzie que seuls deux clients ont acheté l’arme qui a tué Thad, Trampas et Ritter.

Voilà qui met le colonel dans une situation embarrassante. Morgan sème le doute dans l’esprit du colonel.

Frank Gorshin est Dutch Miley, l’un des frères du maléfique Ritter.

La romance ce Trampas avec la belle anglaise est troublée par cette affaire où le shérif Abbott met sous les verrous notre héros, relâché sous caution et qui doit prouver son innocence.

Dans cet épisode, on retrouve tout ce qui fait le charme de la série. Il était temps.

Il y a du suspense, du mystère, de l’action, des rebondissements, et Stewart Granger rappelle parfois l’assurance qu’avait, en maître des lieux, Lee J. Cobb.

Abbott n’est guère sympathique en inflexible shérif envers Trampas qu’il connaît depuis si longtemps. Il faut dire que ce dernier n’a pas d’alibi pour l’heure du crime.

Katherine Woodville est charmante, et tout à fait à l’aise dans son rôle d’étrangère au pays.

Tony Franciosa n’est pas à son avantage en chef de gang qui fait souvent le pitre. Il en fait trop et son jeu tombe souvent dans l’outrance. Particulièrement lors de la partie de cartes qui l’oppose à Trampas. Puis dans la scène de la grange où il a besoin d’un de ses frères qui menace dans son dos Trampas.

L’épisode alterne les scènes mouvementées, soit les affrontements entre Trampas et les frères Miley, et les badinages romantiques entre le cowboy de Shiloh et l’anglaise.

Le shérif Mark Abbott va enfin prendre conscience de son erreur, mais un peu tard. L’armurier Morgan est attaqué et Trampas et Vanessa viennent à son secours.

Abbott et son nouvel adjoint mène l’enquête et comprennent que la piste Miley est la bonne. Mais le colonel est fait prisonnier par la bande et se retrouve en danger. Trampas le libérera à temps.


Anecdotes

Dans cet épisode, Mark Abbott a un nouvel adjoint mais l’acteur qui l’incarne n’est pas crédité au générique.

Tony Franciosa et Noah Berry reviennent déjà dans la série. Le premier a joué dans l’épisode 17 de la saison 8, le second dans le 15e. On aurait pu chercher à renouveler les invités vedettes. D’autant que Shelly Novack est lui aussi de retour dans le rôle d’un des frères Miley, alors qu’on vient juste de le voir.

Katherine Woodville (1938-2013) fut l’épouse de Patrick Macnee de 1965 à 1969.

Frank Gorshin (1933-2005) est surtout connu pour la série Batman des années 60.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » mer. juil. 17, 2019 11:12 am

09.12. Last of the Comancheros (Inédit) **

Scénario : Don Tait. Réalisation : Michael Caffey.

Résumé

Une journaliste veut faire un reportage sur les Comancheros, ignorant les dangers qu’ils représentent. Le colonel est venu dans au Nouveau Mexique acheter du bétail. La journaliste et le colonel sont enlevés par les indiens.

La critique

Nous nous trouvons dans une ville du Nouveau Mexique qui hait les Comancheros. Le shérif Parks (James Gregoy), jeune, a perdu un œil à cause d’eux. La journaliste Sally Nye (Beth Brickell) révèle les méthodes de chasse des indiens, ce qui provoque leur colère car leur bétail est abattu. En effet, ils n’ont pas respecté les règles de chasse.

En représailles, le chef indien Francisco Sosentes (Ricardo Montalban) enlève Sally et le colonel et exige une rançon.

Cet épisode reflète un affrontement de civilisations, blancs et indiens. Bien que maquillé, Montalban est peu crédible en chef comanchero.

Chez les indiens, on remarque une jolie jeune femme, Laurita (Lenore Stevens).

Le gros problème dans cet épisode est l’interprétation ratée de Montalban, qui joue les gentlemen et fait son numéro habituel. Grosse erreur de casting, car lorsqu’il s’agit de montrer un chef comanchero menaçant, on n’y croit pas.

MacKenzie réussit à se libérer mais pas Sally. James Gregoy en shérif borgne est caricatural. La métamorphose entre le Sosentes de la première et de la seconde partie, passant du gentleman séducteur au cruel chef indien, ne fait pas illusion. Reste Stewart Granger qui fait de son mieux pour sauver l’entreprise du désastre.

Chez les indiens, Sally n’est pas maltraitée. On savoure une réplique d’un des sbires de Sosentes au colonel : « Vous avez une belle langue, vous pourriez bien la perdre », agitant sous son nez un couteau.

Lenore Stevens ne fait pas illusion une seconde en indienne, c’est une américaine blanche et le maquilleur n’a fait aucun effort pour la rendre conforme à son personnage.

Raul (Carlos Romero), le second du chef indien, veut violer l’otage et Sosentes s’interpose.

L’épisode relate les efforts du colonel pour réunir la rançon et faire libérer la journaliste. Il se heurte à l’incompréhension de Matthew Keller (Anthony Caruso) qui ne lui facilite pas les choses.

Comme il fallait s’y attendre, l’histoire se termine entre un affrontement entre les blancs et les comancheros. Le colonel s’est mis du côté de ces derniers. Le shérif abat Sosentes qui se rend, et prend en pleine figure le poing du colonel.

Sally est la grande responsable de ce drame, mais à l’épilogue ne semble pas en être consciente. L’épisode se laisse regarder, mais n’est pas inoubliable.


Anecdotes

Ricardo Montalban fait sa 3e apparition dans la série et James Gregory la 4eme.

Beth Brickell (1941-) est surtout connue pour la série Mon ami Ben.

Lenore Stevens (1943-) est apparu dans Chaparral, Cher Oncle Bill, Bonanza, Dan August, Cannon, Les rues de San Francisco, Sergent Anderson, Police Story, avant d’arrêter sa carrière en 1982.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 419
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: Le Virginien (1962-1971)

Messagepar Patricks » mer. juil. 17, 2019 12:42 pm

09.13. Hannah (Inédit) **

Scénario : True Boardman. Réalisation : Jack Arnold.

Résumé

Trampas voyage en train et sympathise avec une jeune fille, Hannah, et son père joueur d’échec, qui est victime d’un malaise cardiaque.


La critique

Trampas a le don de se fourrer dans des situations compliquées. En voulant aider la jeune Hannah Carlson (Lisa Gerritsen), il ignore qu’il se met dans de mauvais draps.

Le père, Paul (Warren Stevens) est confié à un médecin. Il est convalescent.

Trampas cherche la famille d’Hannah. Grâce à un bijou de famille, une montre, il remonte la piste.

La mère de petite fille, Carole Carlson (Susan Oliver) a changé de nom, elle est partie avec un truand, Roy Harkness (J.D. Cannon), qui est aussi un joueur invétéré. Elle se fait appeler Alice Barnes.

Le frère de Roy, Lafe (Peter Breck) a des rapports orageux avec lui. Ils préparent l’attaque d’une banque à Loma.

On est complètement sorti dans cette 9e saison du cadre du ranch de Shiloh que l’on retrouve dans des aventures individuelles de quatre personnages qui se relaient au fil des épisodes. Lors des rares scènes au ranch, on ne voit plus les vachers. Le téléspectateur avait l’habitude d’épisodes isolés, loin de Medecine Bow, mais pas à ce point.

En s’occupant d’Hannah, Trampas en voit de toutes les couleurs. C’est une enfant espiègle.

Pour retrouver sa mère, Hannah n’hésite pas à faire évader de prison Lafe. Après de multiples mésaventures, Lafe et Hannah retrouvent Carole et Roy, tandis que Trampas veille au grain.

Il faut attendre la 57e minute pour assister aux retrouvailles mère fille, soit presqu’à la fin. Cela permet à la talentueuse et regrettée Susan Oliver de faire un joli numéro de comédienne.

Carole refuse de s’occuper de sa fille, mais Trampas la retrouve et lui parle. On tombe un peu dans la mièvrerie.

L’épisode nous laisse sur un point d’interrogation : le médecin est sceptique sur les chances de guérison du père, Trampas ramène Hannah et Carole à ce dernier sans que l’on voie la rencontre, il est soulagé de déposer son fardeau. On laisse l’imagination du téléspectateur travailler devant cette fin ouverte.

Assez invraisemblable, le scénario est porté par la jeune Lisa Gerritsen. Malheureusement, ce talent prometteur comme beaucoup d’enfants acteurs n’a pas passé le cap de l’âge adulte. On lui doit cependant d’éviter à l’épisode de nous plonger dans l’ennui.


Anecdotes

Jack Arnold (1916-1992) est devenu un metteur en scène célèbre avec L’étrange créature du lac noir. Il est aussi l’auteur de L’homme qui retrécit. Il est ensuite passé à la télévision, réalisant beaucoup d’épisodes de Peter Gunn, Opération vol, La croisière s’amuse.

J.D. Cannon (1922-2005) fait son unique apparition dans la série. Il est connu pour Les Envahisseurs, Un shérif à New York, Luke la main froide, Scorpio.

4e apparition de Susan Oliver depuis 1965.

Peter Breck (1929-2012) est surtout connu pour La Grande vallée.

Warren Stevens (1919-2012) a joué dans La comtesse aux pieds nus, Planète Interdite.

Lisa Gerritsen (1957-) a arrêté de tourner en 1977. On l’a vue au cinéma dans Airport. A la TV, citons des apparitions dans Bonanza, L’homme de fer, Cher oncle Bill, Doris Comédie, Le monde merveilleux de Disney. C’est la petite fille du scénariste True Boardman.

Image


Revenir vers « Années 60 »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités