200 dollars plus les frais (1974-1980)

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 10:19 am

Le forum était en panne hier soir, j'ai donc plusieurs épisodes d'avance à publier.

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 12:11 pm

04-16- Carte blanche (The paper palace) **

Scénario : Juanita Bartlett. Réalisation : Richard Crenna.

Résumé

Dennis Becker fait libérer de prison une prostituée, Rita Capkovic. C’est une de ses indicatrices. Deux inconnus veulent la tuer.

La critique

Drôle d’idée de confier à Rita Moreno le rôle d’une prostituée. L’épisode est bâti sur des quiproquos (Rita se faisant passer pour une amie de Becker devant son épouse Peggy (Pat Finley).

Nous entrons dans l’intimité du couple Becker. Le repas est un grand moment de comédie avec Rita se faisant passer pour un mannequin. Le seul problème est l’âge de la comédienne (en 1978, Rita Moreno avait déjà 47 ans, et sans manquer de galanterie, elle fait plus âgée, avec son visage marqué).

Rita est menacée, victime d’une agression dont Jim subit les conséquences. Rita est à la fois protégée par la police officielle (Becker) et elle engage Jim qui refuse d’être payé.

Rita mène l’enquête avec Jim. Celle-ci mène à un certain Burton Woodroof (David Lewis), qui a engagé les tueurs. Les situations comiques s’intercalent au milieu d’un suspense policier qui ne tombe jamais dans le drame. Woodroof a dépouillé une veuve de sa fortune. L’épilogue se termine par un happy end dans lequel Rita hérite d’une somme dont on l’a dépouillée.

Le personnage de Rita est assez émouvant, même si l’ensemble se regarde sans passion.

Anecdotes

Rita Moreno (1931-) fut la vedette de West Side Story.

L’épisode a été réalisé par Richard Crenna (1926-2003), le chef de Sylvester Stallone dans la saga Rambo. En 1976, Kevin McClory songea à lui pour interpréter James Bond dans son film pirate James Bond of the secret service avant de convaincre Sean Connery de jouer le rôle (en 1983 dans Jamais plus jamais).


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 12:13 pm

04-17- L’œuf cuit sur le plat (Dwarf in a helium hat) *

Scénario : Stephen J. Cannell et David Chase. Réalisation : Reza Badiyi.

Résumé

Jim intercepte le message de mort adressé à un certain Lansing. Il demande l’aide de la police mais le lieutenant Chapman l’envoie sur les roses.

La critique

Cette-fois, Jim est mêlé à une affaire par hasard. Si le début qui le voit affronter le lieutenant Chapman (James Luisi) devant ses hommes est hilarant, on passe vite aux choses sérieuses.

On peut regretter le choix de la fade Rebecca Balding dans le rôle de Carol Lansing. Aucun charisme, aucun talent. Son frère Jay Rockfelt (John Pleshette), appelé aussi Julius, est la cible de personnages louches.

Le scénario est truffé de trop d’invraisemblances, avec les bandits se trompant tout le temps de numéro de téléphone et appelant Jim Rockford

On retrouve, en père de Carol et Jay, l’excellent Milton Selzer. Il a, soit dit au passage, bien vieilli (1978). Cela ne suffit pas à sauver l’entreprise du désastre.

Le méchant, Gianni Tedesco (Gianni Russo) est caricatural, et peu crédible en mafioso. La mafioso veut devenir comédien, et se voit rejeter du show business.

Cannell et Chase ont écrit à la va-vite un épisode destiné à remplir une saison de 22 opus. On sent que rien n’a été soigné dans cette intrigue. Toutes les scènes avec le chien sont d’une indigence rare.

Un épisode à zapper.

Les anecdotes

Milton Selzer (1918-2006) a joué dans Pas de printemps pour Marnie, Le kid de Cincinnati, et fut guest star de séries comme Les envahisseurs, Hawaii Police d’état.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 12:15 pm

04-18- L’honneur d’un grand homme (South by Southeast) **

Scénario : Juanita Bartlett. Réalisation : William Wiard.



Résumé

Jim est pris pour un autre par des agents du FBI. Il est aussitôt, à cause de cette méprise, mis dans un avion contre son gré. Il doit organiser un rendez-vous entre la jeune et riche Christine Van Deerlin et le FBI.


La critique

Cet épisode est une parodie de La mort aux trousses (North by northwest) d’Alfred Hitchcock, dont il reprend la trame sous une forme comédie.

Ce type d’intrigue (un quidam pris pour un autre) est un classique de la fiction (c’est aussi le point de départ de Trois hommes à abattre avec Alain Delon).

Malheureusement, on retrouve ici le ton décalé loufoque de plusieurs épisodes de cette saison qui nous font croire que l’on est en train de regarder Max la menace, Des agents très spéciaux ou Max la menace.

Christine Van Deerlin est une sorte de Paris Hilton avant l’heure. Une gourde, très riche, qui met à mal la sécurité des Etats-Unis en mettant sa fortune au profit de pays ennemis.

Dorrie Kavanaugh, grosse erreur de casting, n’a pas du tout l’envergure de son personnage dont elle ne prend jamais la mesure. On est très loin du couple Eva Marie Saint-Cary Grant.

Le doublage français évoque le tout Paris, la jet set : Régine, chez Maxim’s.

A noter qu’une scène avec Dorrie Kavanaugh dans le désert semble plagiée sur Barbara Bach en Egypte dans le James Bond : L’espion qui m’aimait.

Le scénario est très prévisible. Le monde de l’espionnage et Jim Rockford, détective privé, font mauvais ménage.

Un épisode très moyen.

Anecdotes

Fauchée par un cancer à 38 ans, Dorrie Kavanaugh (1945-1983) est une actrice de soap opera : On ne vit qu’une fois, Haine et passion, mais elle a aussi participé à une série culte aux USA : Dark shadows.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 12:18 pm

04-19- Régime spécial (The competitive edge) ***

Scénario : Gordon Dawson. Réalisation : Harry Falk.

Résumé

Jim doit venir au secours d’un banquier accusé à tort de détournement de fonds et qui a pris la fuite, Barry Brauder.


La critique

Une affaire digne de Jim Rockford, qui aurait pu aussi convenir à Frank Cannon. On voit que dans cette saison, on passe d’épisodes décalés à d’autres sérieux et bien dans la ligne de ce que l’on peut attendre d’une série de détective privé.

Jim commence par interroger l’épouse, Joyce (Neile Adams) et l’avocat ami du fugitif, Lester Shaw (Robert Hogan). Puis, il poursuit l’enquête dans un club huppé.

Hélas, Jim tombe dans un piège et se retrouve séquestré dans un hôpital psychiatrique. L’influence de Vol au dessus d’un nid de coucous est flagrante. Il y retrouve Barry Brauder.

Lorsque les intrigues ne tombent pas dans l’humour débile, on peut attendre le meilleur de cette série, d’autant que la production n’est pas avare en jolies filles. Ici, dans un rôle secondaire, Gail, on découvre, en conseillère en diététique du club Alphian, Sandie Newton, beauté typique des séries des années 70 qui aurait pu être une drôle de dame (dont elle joua un épisode en guest star).. Malheureusement, Sandie Newton disparaît trop vite de l’intrigue.


L’un des fous, incarné par John Fielder, se prend pour… James Bond !

Par contre, on regrette, après un si bon épisode, un épilogue totalement bâclée. Dommage, car l’histoire nous fait passer d’un club privé fréquenté par les puissants (dont un sénateur) à un asile de fous. La poursuite finale ne manque pas de piquant.



Anecdotes

Harold Sakata (1920-1982) qui incarne John Doe fut le garde du corps de Goldfinger, Oddjob.

Sandie Newton ( ?-) a joué dans Switch avec Robert Wagner, Chips, Barnaby Jones, Starsky et Hutch, Drôles de dames, Happy Days. Plus de nouvelles d’elle depuis 1980 comme actrice, car elle s'est reconvertie dans le journalisme. Elle joue son propre rôle dans la série Home and Family depuis 2012.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 1:07 pm

04-20- La prisonnière de Rosemont Hall (The prisoner of Rosemont Hall) **

Histoire de Chas. Flyod Johnson et Maryann Rea. Adaptation : Stephen J. Cannell et David Chase. Réalisation : Ivan Dixon.

Résumé

Des étudiants font croire à un bizutage alors qu’ils se livrent à un enlèvement sur un certain Paul Douglas. Jim est mêlé par hasard à l’affaire en évitant leur voiture sur la route. Jim contacte l’étudiant kidnappé qui répond au téléphone sous la menace.

La critique

Cette histoire d’emblée semble tirée par les cheveux. Jim se fait passer pour un inspecteur venu contrôler l’université Kiroseta où il soupçonne que des étudiants cachent quelque chose.

Cette semaine du bizutage est un argument scénaristique bien faible. Jim est faussement accusé de viol. Il tombe dans un piège avec une fille qui prétend qu’il l’a agressé et se fait rosser. Il est confronté ensuite à une autre qui a été violée la semaine précédente.

Jim se demande ce que cache Kiroseta. Paul Douglas est retrouvé mort peu après à Santa Monica.

Le détective à l’enterrement rencontre les représentants d’un émir, Assad. Max Kilmore (redoutable Kenneth Tobey) qui dirige l’université semble derrière toute l’affaire.

Paul en fait espionnait pour le compte d’un journal Kiresota. Leslie Callahan (Frances Lee Mc Cain), bien qu’âgée de plus de quatorze ans que la victime en était amoureuse.

Le prince héritier de l’émirat a en fait été tué par Kilmore étouffé par un coussin, alors que le but était d’obtenir une rançon.

Malgré une intrigue bancale, le suspense s’installe jusqu’aux dernières images. Un épisode moyen.



Anecdotes

Rocky demande à son fils de l’aider à faire sa déclaration de revenus.

Jim mentionne son avocate, mais Beth Davenport n’apparaît pas, l’actrice Gretchen Corbett ayant quitté la série.

L’épisode s’appelle en VF La prisonnière de Rosemont Hall suite à une réflexion que fait au sens figuré Leslie sur sa situation.


Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 3:01 pm

04-21- La maison de l’avenue Willis (The house of Willis Avenue) ***

Episode de 90 minutes diffusé en France en deux parties.

Scénario : Stephen J. Cannell. Réalisation : Hy Averback.

Résumé

Alors qu’il enquêtait sur une affaire délicate, le détective Joe Tooley, ami de Jim, est assassiné et le meurtre maquillé en accident.


La critique

Cet opus réunit une foule de guest stars connues : Pernell Roberts, Jackie Cooper, Simon Oakland.

Très vite, Jim comprend que Tooley était sur une grosse affaire. BJ Anderson (Pernell Roberts) commence par s’en prendre à l’un des amis détectives de la victime, Vern St Cloud (Simon Oakland). D’autres privés sont aussi sur l’enquête.

Jim se découvre un admirateur en la personne d’un des collaborateurs de Tooley, Richie Brockelman (Dennis Dugan). On découvre que notre héros, pourtant un looser, dispose d’une certaine célébrité. Dennis Dugan s’en sort très bien en adjoint de Jim.

Tooley enquêtait sur les accusations d’Al Steever (Howard Hesseman) envers un constructeur immobilier. Le méchant se révèle être Garth Mc Gregor (Jackie Cooper). Il ne tarde pas à faire kidnapper par Anderson le privé Vern St Cloud.

Le scénariste fait traîner artificiellement l’histoire alors que le téléspectateur a déjà compris bien des choses. Jim fouille l’ordinateur d’un certain Davis afin d’obtenir des informations sur le mystérieux Russell. Pour cela, il enquête de pair avec Richie.

Dans cet épisode sans personnage principal féminin, on regrette la trop brève apparition de la ravissante Nancy Conrad, que l’on retrouvera dans Les têtes brûlées.

Steever enquête sur le politicien corrompu Tom Nardoni (Philip Sterling) qui avait d’abord engagé Garth Mc Gregor, puis Joe Tooley.

Le mystérieux Russell habite une maison avenue Willis.

L’épisode tournant un peu en rond, on nous offre une spectaculaire poursuite en voiture.

L’énigme consiste à trouver l’identité de Russell. Un certain humour se dégage de ce qui correspond en France à la deuxième partie, en contraste avec le suspense et la tension qui régnait jusque là. Par exemple lorsque Jim se trouve confronté à un expert en informatique alors qu’il prétend venir faire une réparation sur un ordinateur !

Nos héros sont en permanence surveillés par l’informatique. La climatisation est en fait une station de relais, remplie d’alarmes.

Typique des années 70 avec les ordinateurs géants, cet opus nous permet de faire un saut dans le temps et la nostalgie. Le détective ripoux Mc Gregor fait chanter le politicien Nardoni.

Jackie Cooper reste l’un des meilleurs méchants que nous ayant vu dans la série depuis le début dans le rôle de Mc Gregor. Pernell Roberts, un ton au dessous, est menaçant à souhait dans son personnage.

On regrette parfois quelques scènes de remplissage qui empêchent de donner la note maximale. La production a mis les petits plats dans les grands pour ce final de la saison 4, avec des moyens conséquents, supérieurs à la norme. On a même utilisé deux hélicoptères.

Un carton final « moralisateur » dénonce le fichage informatique des particuliers par les centres de renseignements secrets. A l’heure du combat mondial contre le terrorisme, on peut dire que la série était visionnaire.



Anecdotes


Nancy Conrad (1954-) a joué dans Les têtes brûlées le rôle récurrent du lieutenant Nancy Gilmore. On l’a vue également dans Barnaby Jones et Sloane, agent spécial. C’est la fille de l’acteur Robert Conrad.

A nouveau, Betty Davenport est évoquée, mais on ne la voit pas à l’image.

Image



Et pour le plaisir des yeux, la fille de Robert Conrad, Nancy.


Image


Saison 4 envoyée à Steed.

Avatar de l’utilisateur
Dearesttara
Messages : 215
Inscription : mer. déc. 28, 2016 1:31 pm

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Dearesttara » sam. janv. 21, 2017 3:17 pm

Le fichage informatique dans 200 dollars plus les frais ? Ah ouiche, c'est prophétique, on est pas loin de Person of Interest. :shock:

Du beau travail, comme à ton habitude ! :wav:
D'après une théorie, le jour où on découvrira à quoi sert l'Univers, ledit Univers disparaîtra pour se voir remplacé par quelque chose d'encore plus bizarre et inexplicable.
Selon une autre théorie, la chose se serait en fait déjà produite (Douglas Adams)

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 4:45 pm

05-01- Rocky connaît la chanson (Heartaches of a fool) *

Scénario : Stephen J. Cannell. Réalisation : William Wiard.

Résumé

Rocky, le père de Jim, est victime d’une embuscade qui lui fait renverser son camion. Il transportait des saucisses. Deux limousines bleues lui ont coupé la route.


La critique

Retour pour une saison 5 des enquêtes de Jim Rockford. Son père se fait vieux (68 ans). Gretchen Corbett a quitté la série en désaccord avec la production.

On rappelle ici que Rocky est un routier. Il est accusé à tort de contrebande de saucisses venant du Mexique.

Pour cause de blessures du père, nous avons droit à plusieurs scènes d’hôpital. Jim enquête pour son père.

La piste mène à un chanteur de country, Charlie Strayhorn (Taylor Lacher) qui ne vivant pas de sa musique fait du trafic de saucisses. A ses côtés, la fade Lynne Marta interprète Carrie, sa femme.

L’image de ce DVD est granuleuse et ressemble à une VHS. Notons que dans l’épisode, Rocky écoute dans son camion de la musique avec une cartouche 8 pistes, support musical qui a existé de 1964 à 1980, plutôt implanté aux Etats-Unis.

Charlie semble avoir été abusé et pensait que la marchandise qu’il faisait transporter était légale. Avec une intrigue très conventionnelle, l’épisode devient vite ennuyeux, et surtout ne nous procure pas la légèreté que l’on est en droit d’attendre de la série : de l’humour, de la bonne humeur et de l’action.

Un mauvais départ pour la nouvelle saison.



Anecdotes

Lynne Marta (1931-) a joué dans Les feux de l’amour et Footloose. Elle a arrêté sa carrière en 2004. Elle est apparue en guest star dans Cannon, La nouvelle équipe, L’homme de Vienne, Kojak, Le justicier, Les rues de San Francisco, Starsky et Hutch, Chips, Drôles de dames, K2000, Columbo et Urgences.

Image

Avatar de l’utilisateur
Patricks
Messages : 415
Inscription : lun. déc. 26, 2016 8:32 pm
Localisation : Valence
Contact :

Re: 200 dollars plus les frais (1974-1980)

Messagepar Patricks » sam. janv. 21, 2017 5:36 pm

05-02- Faute professionnelle (Rosendahl and Gilda Stern are dead) ***

Scénario : Juanita Bartlett. Réalisation : William Wiard.

Résumé

Rita Capkovic, la prostituée amie de Jim, est accusée de meurtre. Elle fait appel à Jim.

La critique

Deuxième des trois apparitions de Rita Moreno dans le rôle de Rita Capkovic. Il est fait allusion à l’épisode précédent où ils faisaient connaissance, et nous apprenons que cela date de huit mois.

Rita est accusée du meurtre d’un certain docteur Rosendahl. Elle appelle donc au secours Jim. Rita a eu le tort de vouloir faire une promenade à pied avec la victime au lieu de partir en voiture. Le portier témoigne donc contre elle.

Il faut avouer que l’on préfère nettement Sharon Acker, actrice vue dans de nombreuses séries en guest star, à Rita Moreno souvent pathétique. Elle incarne Edie Nevit, propriétaire de chevaux de courses. Son mari, médecin, Russell (Robert Loggia, excellent), était un collègue du docteur Rosendahl. Sharon Acker avait 47 ans lors du tournage, mais elle fait beaucoup plus jeune.

Rita Moreno semble passer dans l’épisode comme tornade, l’intrigue se concentre sur le couple Nevit. Jim les suspecte. Dans la seconde partie de l’épisode, on la voit beaucoup plus.

Le meurtrier est un caïd, Phil Gabriel (Abe Vigoda, quelle trogne !) qui veut se venger des deux médecins qui ont raté l’opération qui l’a laissé handicapé. Ils lui ont bouzillé la hanche lors d’une opération.

L’épilogue se termine dans le commissariat de Dennis Becker où le moins que l’on puisse dire est que Phil Gabriel se montre glaçant.


Anecdotes

Sharon Acker (1935-) a joué au cinéma dans Le point de non retour. On la connaît pour ses apparitions à la TV dans Les mystères de l’ouest, Star Trek, Max la menace, Opération vol, Mission Impossible, Cannon, Les rues de San Francisco, La croisière s’amuse, L’incroyable Hulk, K2000, Arabesque, avant de terminer sa carrière en 1991-92 avec un rôle récurrent dans Les feux de l’amour.



Image


Revenir vers « Années 70 »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités