Bizarre

7-01-03Le baiser de Midas

LE REPAIRE DE L'AIGLE
(THE EAGLE'S NEST)

Tournage : avril 1976

Diffusion : ITV, 19 octobre 1976 – TF1, 22 janvier 1977

Scénario : Brian Clemens

Réalisation : Desmond Davis

Peter Cushing (Von Claus), Derek Farr (Father Trasker), Frank Gatliff (Karl), Sydney Bromley (Hara), Trevor Baxter (Brown-Fitch), Joyce Carey (Lady with dog), Neil Phillips (Main), Brian Anthony (Stannard), Ronald Forfar (Jud), Jerold Wells (Barker), Trudi van Dorne (Gerda), Peter Porteous (Nazi Corporal), Charles Bolton (Ralph).

Résumé

Des pêcheurs armés de cannes à pêche coursent un homme sur une île. Le fugitif aperçoit au loin un monastère dans lequel il va se réfugier et demander asile. Mais le prêtre et les moines présents se retournent et laissent l'homme se faire emmener par ses poursuivants sans intervenir. Stannard, l'homme poursuivi, est un agent britannique, et il réussit à nouveau à échapper à ses ennemis lors d'une séance d'interrogatoire . Alors qu'il va parvenir à quitter l'île en barque, un des hommes à la canne à pêche arrive à érafler Stannard avec son hameçon et le tue immédiatement.

Steed, Gambit et Purdey doivent alors enquêter sur la mort de Stannard et sur des choses curieuses qui se passent sur la petite île de Saint-Dorca, habitée uniquement par des moines qui ont kidnappé le professeur Von Claus. En fait, les moines sont des Nazis qui ont préservé le corps d'Hitler en hibernation et ils veulent se servir de Von Claus, de sa science et de sa technique révolutionnaire de réanimation pour faire revivre l'ancien tyran ! Heureusement, Steed, Gambit et Purdey, eux aussi débarqués sur l'île, feront échouer leur plan.

Fin de l'épisode

Steed, Gambit et Purdey accompagnent les "frères"-Nazis en sifflant l'air de la marche du colonel Bogey du Pont de la rivière Kwai.


CRITIQUES

7-01-01

 


Denis Chauvet


Avis : Le repaire de l'aigle est une superbe intro à la série : excellente histoire, extérieurs somptueux et personnages convaincants. Du suspense, un peu d'humour mais surtout de l'action et de la violence, cette dernière démarquant cette nouvelle version de sa devancière. Critiqué par beaucoup, The New Avengers fait au contraire oublier, grâce à des aventures comme celle-ci, la niaiserie de certains épisodes de la saison 6. Le choix de la nouvelle Avengers girl n'est pas étranger à ce constat. Ne ratez pas la scène où Steed, déguisé en moine, est démasqué par les nazis : 'Rule Britannia !'.

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2012): Le repaire de l'aigle est un des meilleurs de cette excellente première saison ; je l'avais même classé à la première place du 'top/flop', mais il y a concurrence et ce n'est pas certain qu'il y soit toujours. C'est le premier épisode et il fallait 'en jeter' avec ce somptueux tournage en Ecosse. Steed a pris de l'âge et il n'a plus sa Bentley, mais le personnage n'en a pas moins gardé certaines habitudes (un excès de bagages comme dans Maille à partir avec les taties) et sa chambre d'hôtel spartiate fait penser à celle de Voyage sans retour ; deux épisodes aux nombreux points communs. Quant au duo Gambit/Purdey, il  est tout de suite dans le coup ('I want Purdey' 'Who doesn't ?') et assure l'intérêt de la série. Les meilleurs passages sont la scène d'introduction (malheureusement coupée par le générique), la poursuite en DS et Steed démasqué. De beaux décors, une belle musique, un rythme endiablé,  des vilains convaincants - des nazis déguisés en moines - et une bonne distribution, dont la présence de Peter Cushing, font oublier les quelques imperfections. Comment, par exemple, Gambit a-t-il pu arriver et progresser dans Saint Dorca sans éveiller l'attention ?

Steed 3003
12 août 2004

Premier épisode des New Avengers que j'ai vu. Assez dubitatif au départ, notamment avec cette façon d'interrompre brutalement une scène pour la poursuivre après le générique, l'épisode m'a finalement conquis. Tout simplement parce que j'y ai retrouvé tout ce qui me plaisait chez les Avengers : humour, délire et action. J'ai même trouvé les compositions de Laurie Johnson meilleures que celles qu'il a faites sur The Avengers.

Les décors, notamment le monastère, sont tous plus beaux les uns que les autres. La présence de Peter Cushing ajoute de plus beaucoup de prestance à l'épisode. Purdey, malgré sa coupe et ses habits terriblement démodés, et Gambit sont deux personnages tout à fait intéressants, notamment dans les très bonnes scènes d'action, sans se révéler transcendants, loin de là.

Cependant, Steed a vieilli, ses scènes d'action sont beaucoup plus limitées qu'auparavant et il n'hésite dorénavant pas à se servir d'un revolver, mais il a conservé son humour et ses qualités d'agent secret, comme il le démontre à Purdey au cours de l'épisode. Malheureusement, la réalisation, contrairement à une réalisation plutôt classique mais indémodable à laquelle nous avait habitué les Avengers, abuse d'effets de modes parfois réussis (quand Steed découvre qui sont vraiment ces étranges moines) mais la plupart du temps tombant à l'eau. L'abus de zooms et de mouvements brusques vieillit cet épisode et le rend parfois difficile à regarder.

EN BREF : J'ai donc, malgré tout, eu une bonne impression en regardant cet épisode qui m'a permis de constater les nouvelles qualités (de meilleures scènes d'action, de plus beaux décors et une meilleure musique) mais aussi les nouveaux défauts (bien trop 70's, le manque d'un véritable duo) de ces nouveaux avengers.

Estuaire44
25 mai 2015

The Eagle's Nest constitue un très stimulant pilote pour la nouvelle série. Priorité se voit clairement accordée à l'action, dès la séquence d’ouverture, également insolite comme on l’aime dans le Monde des Avengers. Le récit galope sans guère de temps mort, privilégiant davantge les moments de tension que des bagarres savamment chorégraphiée, parfois jusqu’à l’artificiel, comme en saison 6. Les deux nouveaux venus, l’espiègle Purdey et le caustique Gambit, ne font pas l’objet d’une présentation statique, leur personnalité se découvre à travers leurs actes et attitudes. Leur tempérament dynamique, leurs réparties humoristiques et le piquant de leur relation nous séduisent d’emblée.

Certes vieilli, Steed demeure tel qu’en lui-même et parvient à s’incorporer aux péripéties, avec une implication relevant judicieusement davantage de l’infiltration que sur l’action pure. Macnee se montre aussi parfait qu’à l’ordinaire. Même si le récit ne peut éviter qu’une relation tripartite soit plus dispersée qu’un intense duo, l’équipe est efficacement mise en place dès ce premier opus. La superbe localisation du château ajoute un cachet supplémentaire digne d’un lancement en fanfare. Il en va pareillement pour la participation du grand Peter Cushing comme invité de marque.

Toutefois la rapidité de l’intrigue ne va pas sans s’accompagner de quelques gênants raccourcis. Le flou demeure de mise quant à la présence de l’agent sur l’île fatidique, on ne sait même pas s’il était en week-end (énorme coïncidence) ou en enquête (visiblement il n’a rien compris au monastère). L’ennemi capturé se suicide pour ne rien révéler, mais utilise un poison désignant infailliblement sa provenance, au lieu d’un bête cyanure. C’est ballot pour une organisation ayant su se dissimuler depuis trente ans. Les Nazis présentés comme fanatiques capitulent bien facilement et on se demande bien avec quel matériel Hitler a été initialement plongé en hibernation.

A l’exception du monastère, les décors s’avèrent assez quelconques. L’appartement de Purdey résulte ainsi moins travaillé que ceux de Cathy, Emma ou Tara. Le récit incorpore nombre de scènes vues précédemment (le violon de Trop d’indices, la ville habitée par l’ennemi et l’aubergiste félon de Voyage sans retour, l’arrivée à l’hôtel avec amoncellement de bagages comme Basile dans  Étrange hôtel, Steed troublé par la tenue de sa collaboratrice comme dans Les chevaliers de la mort, etc.), or le modèle s’avère ici toujours plus savoureux que la copie. On n’évite pas certaines maladresses comme le cliché si 60’s du méchant en Mercedes noire ou le recours au chapeau melon émetteur, un gadget plus à sa place dans une série parodique comme Max la Menace.

EN BREF : Malgré quelques facilités scénaristiques, l’épisode captive par son action trépidante et introduit idéalement les New Avengers, d’emblée séduisants. 


EXTRAIT VIDÉO


Pas de deux

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Le Repaire de l'Aigle : Pas de deuxDevenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte des New Avengers! Consultez la fiche complète du Repaire de l'aigle sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/le-repaire-de-l-aigleParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1794-le-repaire-de-l-aigle-the-eagle-s-nest

Posted by Le Monde des Avengers on Thursday, May 28, 2015

Un trio gagnant !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-01-02


Tournage

o Le château de l'île St Dorca est celui de Eilean Donan en Écosse (dans les Highlands). Il a également été utilisé pour le décor de Braveheart (1995 – Mel Gibson) et le James Bond, Le Monde ne suffit pas (1999).

Eilean Donan

o Von Claus fait son exposé avec une grenouille et est enlevé à Stoke Park House dans le Buckinghamshire. L'historique de cet important domaine remonte jusqu'à 1066 et l'invasion normande. Il abrite aujourd'hui un golf luxueux de 27 trous, fameux pour sa beauté. Il servit de décor à un épisode des Professionnels en 1977. La poursuite qui s'ensuit fut filmée sur Willets Lane près de Rush Green.

Stoke Park House

o Les diverses scènes maritimes et celle de la discussion avec le pêcheur ont été tournées à Kyleakin, sur l’île écossaise de Skye, dans les Hébrides intérieures. Skye se situe à proximité de l’île d’Eilean Donan et de son château.

Continuité

o Steed/Macnee se gare si mal en arrivant chez Stannard que sa roue gauche monte sur le trottoir.

Le repaire de l'aigle

o Durant le combat avec le groupe de néo-nazis vers la fin de l'épisode, Purdey oublie un homme lorsqu'elle se bat (celui-ci sort du champ, disparaissant vers la gauche de l'écran). Puis, après sa petite performance, Purdey revient vers Steed et met encore deux coups à deux hommes qui arrivent à se relever. Il manque un moment à cette scène: l'homme disparaissant de notre champ de vision se dirige après vers Steed et celui-ci le met KO en le faisant chuter. Ce passage, supprimé dans la version finale que nous connaissons, est visible dans le premier générique des NA et le bonus intitulé 'promo' des DVDs Studio Canal (où une compagnie aérienne sert de promotion à la série, avec des extraits de TheEagle's Nest). On y note aussi cette scène entre Gambit et le moine (des plans supplémentaires y étaient montrés à l'origine : plus de plans sur la voiture qui va dans le fossé et le moine qui 'vole' dans les airs après que Gambit ait pris la situation en main).

o Joanna Lumley est doublée en partie dans la scène de combat contre le groupe néo-nazi. On le voit assez nettement lorsqu'elle fait la pirouette. Il est particulièrement difficile de fixer des images de doublures sur les TNA contrairement aux Avengers 'classique', car Joanna Lumley et Gareth Hunt effectuaient pratiquement toutes leurs cascades eux-mêmes. Lorsqu'ils étaient doublés, c'est seulement visible en passant la scène image par image.

Détails

o On apprend dans cet épisode que Purdey fut rejetée du Ballet Royal parce qu'elle était trop grande.

o Les New Avengers quittent l'île Saint Dorca en sifflant l'air de la marche du colonel Bogey du Pont de la rivière Kwai.

Le repaire de l'aigle

o L'action de l'épisode se passe vers le 20 avril, date anniversaire de la naissance d'Hitler. 

o En VO, il y a une phrase en allemand lorsque Ralph s'adresse au docteur : 'Entschuldigen Sie mich, Herr Doktor. Darf ich mit Ihnen sprechen ?'

o Une référence à Sherlock Holmes lorsque Steed essaie de jouer du violon :'It's supposed to help Sherlock Holmes'.

o Steed est comparé à la cathédrale St Paul's pour sa longévité !

Gambit conduit une Jaguar XJ-S rouge de 1976. Ce modèle luxueux fut produit par Jaguar de 1975 à 1996. Très nerveuse, cette voiture de grand-tourisme est dotée du moteur V 12 équipant les voitures de sport italiennes de très haut de gamme. Capable de prodigieuses accélérations et atteignant une vitesse de pointe de 229 km/h, la voiture connut un succès modéré, car très gourmande en carburant en cette période d’après choc pétrolier. La XJ-S sera aussi le véhicule du célèbre Simon Templar dans Le retour du Saint (1978-1979).

Steed conduit une Rover SD1 3500 jaune de 1976.. Il s’agit d’un modèle alors tout à fait récent, produit de 1976 à 1986. Inspirée de la Ferrari Daytona, la Rover SD1 fut élue voiture de l’année en 1977. La 3500 est la plus puissante et sportive de la gamme, elle va remporter de nombreuses courses durant les années 80. George Cowley va conduire la même voiture dans Les Professionnels. Ian Hendry conduira également une 3500 dans l’épisode Yesterday's Hero du Retour du Saint.

o Ces deux véhicules sont issus d’un partenariat passé avec le groupe British Leyland, alors possesseur des deux marques.

Acteurs

Peter Cushing (1913-1994) fut attiré très jeune par la comédie et il émigra aux États-Unis pour faire ses débuts à Hollywood dans L'homme au masque de fer en 1939. Il retourna en Angleterre pendant la seconde guerre mondiale et participa aux efforts de guerre de son pays. En 1948, il apparaît pour la première fois en Grande-Bretagne dans Hamlet au côté de Laurence Olivier. Il devient un familier de la télévision britannique avant de travailler pour la Hammer à la fin des années 50 qui le rendit mondialement célèbre. Ses premiers rôles à la Hammer sont devenus 'cultes' : Dr Frankenstein dans Frankenstein s'est échappé, Van Helsing dans Dracula et Sherlock Holmes dans Le chien des Baskerville. Les deux premiers rôles vont le poursuivre pendant plus de deux décennies dans divers films d'horreur de la Hammer. Malgré la fermeture des studios de production, il continua à tourner dans des films du même genre jusqu'au milieu des années 70. Il était un grand ami d'un autre 'spécialiste' du film d'horreur, Christopher Lee. Une participation remarquée à la Guerre des étoiles en 1977 l'a fait sortir de ce registre. Il arrêta de tourner vers le milieu des années 80 pour se consacrer à deux autobiographies (dont The Gentle Man of Horror), ainsi qu'à la peinture et aux oiseaux. Il fut nommé Officer of the British Empire en 1989 et s'éteignit d'un cancer de la prostate en 1994. Il est le cynique Paul Beresford, le frère d'Armstrong, dans Le retour des cybernautes de la cinquième saison.

Derek Farr (1912-1986) est Sir Lyle Peterson de La mangeuse d'hommes du Surrey, saison 4. Il a commencé à tourner en 1939 dans Q Planes, film qui inspira Patrick Macnee pour son rôle de Steed. On l'a vu dans Le SaintBergerac.

Joyce Carey (1898-1993) est également une des deux tantes de Mère-Grand dans Homicide et vieilles dentelles, saison 6. Fille de Lilian Braithwaite, l'une des plus grandes étoiles du West End de l'entre-deux guerres (qui brilla notamment dans la pièce Arsenic et Vieilles dentelles !), Joyce Carey se lança tout naturellement dans le théâtre. Après s'être fait connaître des comédies, elle devient une actrice shakespearienne réputée, collaborant régulièrement avec John Gielgud et devenant la muse du grand auteur Noël Coward. Elle connut également une solide carrière au cinéma, débutée au temps du muet, et fut élevée au rang d'OBE en 1982.

o Trudi van Dorne (1950-1987) alias Geraldine Gardner est décédée d'hypothermie à l'âge de 37 ans ! Elle a commencé sa carrière à 18 ans et elle a fait des apparitions dans Benny Hill.

Trudi van Dorne

À noter que…

o Pour l'édition Opening sortie en 2006 au Royaume-Uni, un commentaire audio de cet épisode a été fait par Brian Clemens et Gareth Hunt, son transcript figure ici .

o Le justaucorps vert olive porté par Purdey dans cet épisode n'a pas été réutilisé. Très coûteuses, les tenues dessinées par Catherine Buckley pour les premiers épisodes ne convenaient pas du tout ! Les vêtements étaient souvent trop délicats, à nettoyer à sec, et envoyés en un seul exemplaire. Joanna Lumley avait surnommé cette tenue vert olive : "la combinaison de vase". (Stay Tuned : The Perils of Cyd , Dave Rogers).

Le justaucorps vert olive porté par Purdey

o Peter Cushing offrit à Joanna un bouquet de fleurs dans sa loge (Stare back and smile, mémoires de Joanna Lumley, 1989).

o Cet épisode présente des similitudes avec Dead of Winter, saison 1, et Le Mauritius Penny, saison 2.

o Patrick Macnee déclare lors de la présentation de l'épisode sur la vidéo britannique : «How could we go wrong with Peter Cushing in the guest star role ?» [Comment aurions nous pu mal commencer avec Peter Cushing en invité ?].

o Joanna Lumley a tourné une publicité en 1991 au château de Eilean Donan.

o Le Daily Mail a écrit sur cet épisode : "Avenging is better than ever !".

o « Der Adlerhorst » [le repaire de l'aigle] au sommet du Berghof est le nom d'un endroit apprécié par Hitler avant la seconde guerre mondiale.

o Le roman The Eagle's Nest de John Carter, sorti en 1976 (Futura Publications) est une adaptation de l'épisode.

roman The Eagle's Nest de John Carter

o Brown-Fitch est mal orthographié dans le générique final, Brown-Fitcth (DVD britannique).

o En VO, les génériques de début et fin sont français. Pas de sous-titre anglais (DVD kiosque).

o Le script original annoté par Peter Cushing a été vendu à prix d'or ! 

o Le scénario ressemble assez à celui du cinquième épisode de la série Des agents très spéciaux (The Deadly Games Affair, 1964). Les organisations UNCLE et THRUSH (représentée par la fatale Angélique) y recherchent le Pr Amadeus, un ancien scientifique de haut rang du Troisième Reich, possédant le secret de la vie éternelle. Celui-ci conserve secrètement Hitler en hibernation. Pour réveiller ce dernier, Amadeus doit le transfuser complètement avec un sang d’un type très rare. Or, quand il capture Napoleon Solo, le Pr. Amadeus découvre que le sang de ce dernier correspond parfaitement !

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Télé Star


Fiche de l'épisode Le repaire de l'aigle des sites étrangers

En anglais

http://theavengers.tv/forever/newave-1.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n01-the-eagles-nest.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-01-EaglesNest.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav02.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/tna_eagles.htm

Retour à la saison 7

o Peter Cushing (1913-1994) fut attiré très jeune par la comédie et il émigra aux États-Unis pour faire ses débuts à Hollywood dans L'Homme au masque de fer en 1939. Il retourna en Angleterre pendant la seconde guerre mondiale et participa aux efforts de guerre de son pays. En 1948, il apparaît pour la première fois en Grande-Bretagne dans Hamlet au côté de Laurence Olivier. Il devient un familier de la télévision britannique avant de travailler pour la Hammer à la fin des années 50 qui le rendit mondialement célèbre. Ses premiers rôles à la Hammer sont devenus 'cultes' : Dr Frankenstein dansFrankenstein s'est échappé, Van Helsing dans Dracula et Sherlock Holmes dans Le Chien des Baskerville. Les deux premiers rôles vont le poursuivre pendant plus de deux décennies dans divers films d'horreur de la Hammer. Malgré la fermeture des studios de production, il continua à tourner dans des films du même genre jusqu'au milieu des années 70. Il était un grand ami d'un autre 'spécialiste' du film d'horreur, Christopher Lee. Une participation remarquée à la Guerre des étoiles en 1977 l'a fait sortir de ce registre. Il arrêta de tourner vers le milieu des années 80 pour se consacrer à deux autobiographies (dont The gentle man of horror) ainsi qu'à la peinture et aux oiseaux. Il fut nommé Officer of the British Empire en 1989 et s'éteignit d'un cancer de la prostate en 1994.
Il est le cynique Paul Beresford, le frère d'Armstrong dans Le retour des cybernautes de la cinquième saison.

o Derek Farr (1912-1986) est Sir Lyle Peterson de La mangeuse d'hommes du Surrey, saison 4. Il a commencé à tourner en 1939 dans Q Planes, film qui inspira Patrick Macnee pour son rôle de Steed. On l'a vu dans Le Saint, Bergerac.

o Joyce Carey  (1898-1993) est également une des deux tantes de Mère-Grand dans Homicide et vieilles dentelles, saison 6. Fille de Lilian Braithwaite, l'une des plus grandes étoiles du West End de l'entre-deux guerres (qui brilla notamment dans la pièce Arsenic et Vieilles dentelles !), Joyce Carey se lança tout naturellement dans le théâtre. Après s'être fait connaître des comédies elle devient une actrice shakespearienne réputée, collaborant régulièrement avec John Gielgud et devenant la muse du grand auteur Noël Coward. Elle connut également une solide carrière au cinéma, débutée au temps du muet, et fut élevée au rang d'OBE en 1982.